Phrases assassines

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mer 23 Oct 2013 - 10:31

Tu ne floodes pas du tout Basiliice, bien au contraire.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Joe Dalton le Mer 23 Oct 2013 - 11:05

Aaaaarghh!!
Je m'aperçois que j'ai tenu un propos qui pourrait préter à confusion! Le triste édifice à la gloire de la bêtise humaine n'est pas vos témoignages mais l'accumulation de toutes ces souffrances à nous infligées par des "adultes" qui n'ont pas compris ce que nous pouvions ressentir.
Toutes mes excuses à celles et ceux qui ont pu être choqués

Joe Dalton
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6760
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 45
Localisation : J'entre en ...Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Deedee le Mer 23 Oct 2013 - 12:16

Basilice, ton dernier message me parle beaucoup !

Le fait que le pardon ne soit pas toujours possible : OUI !!  Pour ma part il n'y a pas de pardon, ni d'oubli, juste une souffrance qui finit par s'estomper et s'intégrer, se transformer en "expérience de vie", avec tout ce que a apporte (de déstabilisant, mais aussi de force et d'instinct de survie).

Le fait que poser des limites avec les gens qui ne sont pas dans la bienveillance permet de se protéger, et que ne pas se lier avec eux, partir, est indispensable. Faire le tri dans son entourage.

Pour ma part la notion de culpabilité est très présente, à l'âge adulte je réalise à quel point je fais de l'auto-sabotage, que quelque part je reste fidèle à ces petites voix entendues depuis toute petite, qui me disaient que je suis une merde, un sous-être humain, que le monde est trop difficile et que je n'arriverai à rien toute seule parce que je ne suis pas capable etc.
Prochaine étape pour moi : me débarrasser de cette culpabilité justement. D'ailleurs, à tout hasard, si ça peut aider, voilà ce que je lis en ce moment, et ça me parle :

Deedee
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1692
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mer 23 Oct 2013 - 13:45

Entendu très souvent, comme un refrain acide :
"mais pourquoi tu te mets dans des états pareils?"...après m'avoir asticotée ou sorti une petite perfidie. Ou comment se sentir coupable de la connerie des autres. De quoi vraiment péter un vrai câble, aussi!

@Joe Dalton:
excuse-toi de poster des posts d'excuses, et tout de suite! Fouet 


Dernière édition par zèbrapois le Mer 23 Oct 2013 - 14:12, édité 1 fois (Raison : j'avais oublié un spoiler très important)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Bliss le Mer 23 Oct 2013 - 14:15

Comme pour zèbrapois, la spécialité de mon père était de nous pousser à bout, puis lorsque l'un d'entre nous se mettait à lui hurler dessus pour qu'il cesse son harcèlement moral, il disait calmement, les yeux dans les yeux : "faut te faire soigner hein, t'es pas normal...". Le truc qui te rend encore plus fou affraid 

Mais depuis, il a changé. Il ne fait plus ce genre de choses. Et de mon côté, j'ai appris à comprendre, à tourner la page, à ne plus tout prendre pour moi (Accords Toltèques powwwaaaa !!)... alors malgré tout le mal qu'il m'a fait, je peux dire que j'aime mon père Smile 



Basilice, merci pour tes posts Bisous




Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Deedee le Mer 23 Oct 2013 - 14:39

@ Zebrapois : j'ai eu aussi droit au fameux "mais pourquoi tu fais toujours des drames ?"

@ Bliss : Et également "mais tu inventes, va te faire soigner" le jour où j'ai confronté mon bourreau.

Copaings ! Long hug

Deedee
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1692
Date d'inscription : 04/01/2013
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mer 23 Oct 2013 - 17:22

Basilice a écrit:

En ce qui me concerne, j'ai été élevée par des adultes (parents + famille élargie) qui n'ont pas fixé de cadre et qui m'ont traitée en égale dès ma naissance.

Une idéologie qui a fait son chemin un temps... et qui n'allait pas mieux que la façon très autoritaire d'élever les enfants. Je ne sais pas pour toi, mais j'ai un peu vécue ça aussi, mais pas par idéologie, par négligence. Fin bref... c'était pas ça non plus lol! 

Bizoooo à toi Bisous Amis 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par -Wa- le Mer 23 Oct 2013 - 17:26

"Qu'est-ce que t'es compliquée"
"Mais n'en fait pas un drame c'est pas grave"
"Tu parles trop (vite)"
"Tu es trop sensible"

facepalm ====> Boxe

-Wa-
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 238
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Sur Wakah Chan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par david50 le Mer 23 Oct 2013 - 17:53

Ma mère en parlant de mon fils de cinq ans (EIP) :

"Exactement toi quand tu étais petit!"

Ouais, sauf que moi je n'ai pas eu la chance de m'avoir pour père, en toute modestie.

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Joe Dalton le Mer 23 Oct 2013 - 19:11

@zèbrapois
Message reçu 5/5 je vais essayer d'obtempérer; mon angoisse face aux réactions que je risque de susciter m'amène parfois à m'excuser plus que nécessaire,confused  c'est bien ça? Euh, désolé 2nd degré

Joe Dalton
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6760
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 45
Localisation : J'entre en ...Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Shakespeare le Mer 23 Oct 2013 - 19:28

Une phrase assassine ?

"Je t'aime"

(ou comment rendre l'autre fou)

Shakespeare
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 868
Date d'inscription : 24/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Uccen le Mer 23 Oct 2013 - 19:30

Comment le contraindre.

Uccen
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2369
Date d'inscription : 26/04/2013
Age : 99
Localisation : Awras

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mer 23 Oct 2013 - 19:33

Joe Dalton a écrit:@zèbrapois
Message reçu 5/5 je vais essayer d'obtempérer; m'excuser plus que nécessaire,confused  c'est bien ça? Euh, désolé 2nd degré
Ah ben quand même! Impec ! (je n'ai retenu que l'essentiel, je crois! : 20è degré, au moins, Wink )

Pour en revenir au sujet :
@Deedee : ah ben j'avais oublié le fameux "tu dramatises tout!"!
Copaings, effectivement! Wink


Dernière édition par zèbrapois le Mer 23 Oct 2013 - 20:57, édité 1 fois (Raison : précision)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mer 23 Oct 2013 - 20:15

Aujourd'hui, je m'approche de mon père (adoptif):
-eh, devine pourquoi je suis rentrée aussi tôt? Le sourire au lèvres.
-tu t'es faite renvoyée?
Et cela sans même lever les yeux vers moi, avec un naturel consternant, comme quoi c'était quelque chose de normal que je me fasse renvoyer de l'école.
Je suis juste dégoûtée.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par procrastinator le Mer 23 Oct 2013 - 20:17

Encre Sombre a écrit:Aujourd'hui, je m'approche de mon père (adoptif):
-eh, devine pourquoi je suis rentrée aussi tôt? Le sourire au lèvres.
-tu t'es faite renvoyée?
Et cela sans même lever les yeux vers moi, avec un naturel consternant, comme quoi c'était quelque chose de normal que je me fasse renvoyer de l'école.
Je suis juste dégoûtée.
Pas possible que ce soit une tentative d'humour de sa part ?

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mer 23 Oct 2013 - 20:27

Non, je le connais. Il fait de l'humour généralement le soir ( oui, Monsieur à son heure) après qu'il ait fini de faire du sport ( il est en surpoids donc il sait qu'il vient d'accomplir une excellente chose). Ou avec sa femme. Ou avec sa fille de 10 ans. Moi j'ai droit à ça uniquement les soirs si je m'assois pour regarder un match avec lui après sa séance de sport, ou un film d'horreur.
Il me parlait avec la plus grande déstabilisante indifférence.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par siamois93 le Mer 23 Oct 2013 - 23:19

Mais tu es rentrée tôt pourquoi ? Est-ce que tu as pu le lui dire ? Ca avait l'air important pour toi.
Il t'a coupé la parole, essaye d'aller au bout de ce que tu voulais dire, malgré les larmes.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mer 23 Oct 2013 - 23:23

Il devait y avoir un truc parce que après la seconde recre, alors que tous les élèves se dirigeaient en classe, on a entendu:"les élèves de Terminal, rentrez chez vous". Sans plus de cérémonie.

Puisque le directeur est son ami, je voulais savoir s'il savait quelque chose et du même coup lui raconter ma journée, mais bon... Ça n'a pas l'air de l'interesser mais c'est pas une nouvelle ça, il en a toujours été ainsi.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Mimozzz le Jeu 24 Oct 2013 - 6:44

les darons ont vraiment le pouvoir de tout démolir avec ce genre de phrases. C'est hyper décevant. Je vois comment mes parents balancent à mon petit frère zèbre et que je soupçonne TDAH " T'en a pas marre de tout le temps perdre TOUTES tes affaires ? Je t'achète un bonnet, il disparaît le lendemain ! T'as encore perdu ta trousse, et bien tu la rachète tout seul, c'est la 3ème fois déjà" 
Puis ma mère qui me dit après " j'aime pas comparer mes enfants mais t'es quand même bien plus sérieuse, plus travailleuse que ton frère blablblabla".

Ce qui m'assassine par dessus tout, c'est que j'ai voulu parler à mes parents, je leur ai signalé que mon frère est HP et probablement TDAH, mais ils n"ont absolument pas réagi. Lui ont pas fait passer de test de QI, l'ont pas amené chez le psy.
Le jour où j'avais passé mon premier test,  7 ans et que le résultat de ma douance est arrivé , ma mère m'a juste dit " tu es très intelligente, t'as presque autant de QI qu'Einstein" sans jamais m'expliquer ce qu’entraînait la douance. C'est moi qui ai du faire toutes ces découvertes, seule à 17 ans après avoir déjà subi moules conséquences de la douance. Bref, tout ça pour dire que maintenant c'est moi qui explique à mon frère comment il peut faire pour passer un test si il en ressent le besoin et lui ai expliqué les conséquences de son HQI
Le silence assassine aussi

Mimozzz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Basilice le Jeu 24 Oct 2013 - 8:35

Mary Poppins a écrit:
Basilice a écrit:j'ai un peu vécue ça aussi, mais pas par idéologie, par négligence. Fin bref... c'était pas ça non plus lol! 
Ou quand l'idéologie sert à masquer la négligence ? (même inconsciemment ?)
Je pense qu'il y a eu un mélange des deux, par chez moi. Smile
Bisou à toi zaussi. Very Happy 

Merci pour ton message et pour le mimosa, Dessein.
Et des bises !

Encre Sombre, tu es vernie... Je te souhaite bon courage.
Dedee, bonne lecture et bon courage à toi aussi !

(Et à tous/toutes, of course).


Dernière édition par Basilice le Jeu 24 Oct 2013 - 10:26, édité 1 fois

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Aethos le Jeu 24 Oct 2013 - 9:49

@Shaekspear et Uccen...
Marrant le coup de la phrase assassine "je t'aime"... ce mot, pour moi, n'implique en fait absolument pas à l'autre et à mon sens ne le contraint en rien... En effet, et c'est mon opinion, aimer ne veut ni dire posséder, ni dire autre chose "j'espère pouvoir participer à ton bonheur" car aimer c'est vouloir le bonheur de l'autre en tant qu'il peut être partagé... rien de plus... Je n'ai par exemple jamais, mais absolument jamais réussi à "donner" du plaisir à quelqu'un qui n'en voulait pas... Tout au plus, au mieux, j'arrive à donner à l'autre l'envie d'avoir du plaisir, mais le plaisir reste le ressenti de l'autre... le partage est justement ce don unique qui est de moi et de l'autre, jamais un... jamais deux... toujours 3 au pire ;-)

Pour moi la phrase assassine est plutôt: "Je t'aime mais..." Car alors et si l'on sait que l'amour se suffit à lui même, il n'y a strictement rien d'autre dans le verbe aimer que cela...un mouvement d'altérité qui reconnait le semblable malgré les différences... On ne peut prétendre aimer quelqu'un si... Il n'y a pas de si dans le verbe aimer, pas plus que dans l'acte d'amour...

Enfin je sais pas... je trouve dur de se sentir contraint par le verbe aimer... je comprends je crois comment on pense cela et je l'ai pensé aussi en fait... mais pas parce que l'autre m'aimait non...mais bien en fait parce qu'il ne m'aimait pas...malgré ses dires...En fait je pense que ce sentiment "d'attachement forcé" vient de notre condition et de la modalité de notre naissance, avec un développement neuropsychique retardé par rapport à notre développement physique. En effet, le petit enfant n'a d'autre choix que d'aimer et de penser qu'il doit aimer... or il n'y a strictement aucune obligation des parents à l'enfant d'aimer... Ce qui est du sont les conditions métaboliques minimales de survie... bouffe, caca, pipi, sans jugement, mais simplement comme l'expression même de l'existence... ensuite, et seulement si ces conditions sont remplies, alors il pourra éventuellement être question d'aimer... car le lien, existe, est n'est pas un choix en fait à la naissance, il est rompu formellement, avec ce développement neuropscvhique qui permet ensuite de dissocier sujet et objet. Or tout ce qui n'est pas moi par définition est objet... mais l'autre, individu psychiquement et physiquement formé est aussi sujet. Il est objet de mon amour et sujet du sien... il est donc libre d'aimer ou non, aucune obligation...

C'est la dissonance entre l'usage du verbe dans sa pleine portée et les actes de l'autre qui sont assassins... si je m'entends dire que je suis aimé, moi ça me porte, seulement et seulement si c'est effectivement le cas... Or "je t'aime mais", "je t'aimerais plus si"... il n'y a aucun amour la dedans... juste une ignorance totale de ce qu'est réellement l'amour... juste une ignorance totale de ce qu'est l'autre... l'autre n'a pas à être autre chose que ce qu'il est... Si je demande à quelqu'un de changer, c'est surement par ce que je crois tellement m'aimer moi-même que j'exige de l'autre qu'il corresponde à mon image... à cette image que j'ai de moi... or l'autre n'a pas à être une autre image que lui même... et l'aider à être lui, ce n'est pas lui proposer des solutions, lui donner des conseils et en tous cas pas "exiger de lui sous prétexte d'amour que ce serait mieux autrement!"...

C'est d'ailleurs en fait ce qui est à l'origine de ce fil... l'amour "inconditionnel" que tout enfant voue à ses parents puisqu'il ne peut faire autrement... il ne peut pas faire autrement... et il est persuadé alors que l'attention de ses parents est aussi le produit de l'amour qu'il leur donne. Or ce n'est en rien le cas... l'amour est par définition bilatéral...il n'y a pas d’amour sans bilatéralité, sans polylatéralité...
L'amour est échange... dire à l'autre qu'on l'aime, c'est peut-être lui dire "Je te vois"... tel que tu es... non tel que je le voudrais...

Il n'y a pas d'amour en dehors de l'échange... Et l'échange ne contraint en rien... ce qui est donné n'a pas à être rendu, dans les même proportions... on ne donne jamais que ce que l'on peut donner... il est faut de croire que l'on peut se dépasser... on ne se dépasse jamais, ni en amour, ni en sport, ni au travail, ni au plumard... nous ne sommes jamais que la stricte expression de nos capacités à ce moment là... cela convient ou non...

Et dans le cas ou cela ne conviendrait pas, on se casse... on n'exige pas de l'autre qu'il change... parce que de toute façon il va changer, mais je n'ai absolument pas à infléchir sa vie si je prétends l'aimer... son choix, sa vie... son vrai libre arbitre, lui même fait de ses propres limites...

Peut-être devrait-on apprendre à l'enfant qu'il n'a pas à aimer ses parents pour que ceux-ci lui doivent sa vie... car c'est vraiment cela... nos parents nous doivent notre vie et rien d'autre... après, apprendre à aimer la différence de nos parents, leurs erreurs, leurs essais, parfaitement légitimes au demeurant...mais savoir que l'on a pas à aimer ce que l'on aime pas! Et non aimer n'enferme pas...si c'est le cas, ce n'est absolument pas de l'amour, tout au plus la satisfaction de plaisirs égotiques ayant pour unique vocation le comblement de failles personnelles...

Enfin... c'est ce qui me vient... à l'aune de ma vie, de mes expériences et de mes apprentissages... et j'ai effectivement croisé peu de gens capables d'aimer vraiment... tout centré qu'ils sont sur leur propre identité au point de croire que l'échange pourrait les dissoudre ;-)...

Je ne suis jamais que l'objet de mes passions, je suis avant tout leur sujet...

Si l'amour est un piège et un enfermement, je comprend qu'autant y renoncent...


Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ainaelin le Jeu 24 Oct 2013 - 10:40

Ils ne sont pas les seuls à penser cela :

chansons de Goldman:

-

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Mimozzz le Jeu 24 Oct 2013 - 10:44

wow, merci beaucoup pour ce long message très profond. Ca m'a fait beaucoup du bien de lire ça, c'est plein de sagesse et de vérité. Ce sont des choses qui semblent évidentes lorsque tu les dis comme ça, mais on n'y pense pas forcément tout les jours.
Ca va m'aider à me remettre en question et à réfléchir, à actualiser mes sentiments à propos de certaines personnes et aussi à ne pas laisser mon couple chavirer dans le " je t'aime si" ( chose que je crains énormément car c'était le cas avec mon dernier couple qui à fini par devenir un vrai poison pour ma vie).
Quoi qu'il en soit, merci beaucoup, vraiment

Mimozzz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Shakespeare le Jeu 24 Oct 2013 - 10:57

Shakespeare a écrit:Une phrase assassine ?

"Je t'aime"

(ou comment rendre l'autre fou)
@Aethos : je voulais dire que c'est une phrase assassine lorsqu'elle est contredite en actes. (je pensais que ma parenthèse était explicite)

Shakespeare
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 868
Date d'inscription : 24/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Basilice le Jeu 24 Oct 2013 - 11:03

"Je t'haine" ?

Tiens, ça me rappelle un moment délicieux (arrivé à quelqu'un d'autre que ouam)...
Contexte : compagnon qui hurle ; compagnonne qui attend que ça passe puis quitte (enfin) la pièce ;
compagnon qui court à sa suite et la retient par l'épaule en laissant échapper : "Mais ma chérie, je m'aime !"
Il a bien tenté de se rattraper mais c'était trop tard ! lol! 

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:39


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum