J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Sam 13 Sep 2014 - 23:02

Bonsoir Ise

Je crois que j'ai juste l'appréhension du manque de répondant, d'esprit critique. Un petit peu comme un enfant qui pourrait faire ou dire n'importe quoi. Seulement je ne suis plus un enfant, je dois prendre la responsabilité de ce que j'énonce.
Exposer une idée, c'est une petit peu comme donner la vie, cela engage une grosse partie de soi même, offerte à l'autre (au monde) qui pourra la modifier, la réinterpréter et même parfois l'oublier ...

On pourrait nommer cette boutade : Boutade critique !
Le vieux te salue. L'enfant te prend dans ses bras.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Dim 21 Sep 2014 - 23:41

Parfois j'oublie comment m'occuper. Dans les autres moment, j'ai des idées, mais je n'arrive pas à atteindre le point d'action, c'est ce moment où je décide que je vais bouger mon corps dans le but d'intégrer une activité. Je me demande parfois comment cela se passe cognitivement/neurologiquement ...

Quand j'y arrive - oui, je ne meure pas non plus sur ma chaise - je lance parfois des vidéos sympas, assez prenantes pour ne pas avoir à faire autre chose en même temps.

En voilà un petit exemple avec les cours données par Stanislas Dehaene au collège de france concernant le cerveau statisticiens et le raisonnement bayésien !

http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2012-01-10-09h30.htm

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Ven 26 Sep 2014 - 13:22

Il en est encore de ces moments de vides, et de pleins. Ils se caractérisent par une opposition plus prenante et précise que celle que je viens d'énoncer. Le piétinement incessant du corps, le regard alerte, en recherche d'un endroit ou d'un objet - réel ou non - sur lequel se poser m'évoque un sentiment d'hyperactivité qui ne conduit irrémédiablement qu'à la non activité, qu'au rebroussement, qu'à l'incapacité à se détacher pour revenir, en douceur, s'échouer.
En naît une frustration intense, auto-générée, celle de la pensée inachevée, celle de l'idée non traduite en pratique, celle de l'inaction en réponse à une demande perpétuelle de mouvement.
C'est à la fois profondément flou et exceptionnellement réel.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mer 22 Oct 2014 - 14:10

Je suis inadapté.

Je (me) débat et meurt, renaît de cette incapacité.
Je remue le terreau de mon insatisfaction.
Rien de stable n'en sort.

Je reste las de grandir.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mer 22 Oct 2014 - 14:44

Je m'épanche rarement sur les blogs ; celui là m'a intrigué.
http://paslapeinedecrier.hautetfort.com/

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Ise le Mer 22 Oct 2014 - 14:55

Bonjour Grand Petit Homme Very Happy
Je te lis souvent et impossible de te suivre dans tes pensées : j'ai les miennes aussi !!!

Sur ce blog "les chats s'approchent irrésistiblement des êtres immobiles, inquiets, soucieux - ou même des êtres qui eux-mêmes s'approchent de la mort dans la plus grande stupeur. ils grimpent sur ceux qui cherchent intensément leurs mots dans le silence, leur ordre dans leur phrase, les doigts crispés sur un bout de crayon. ils s'installent de tout leur long sur les corps qui songent quelque chose qu'ils ne savent pas encore articuler."

Ah. C'est vrai ça ?
Alors tu es un chat aussi ?
Les chats me grimpent dessus et toi tu me dis exprime-toi...

Belle journée à Toi Bisous

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Jeu 23 Oct 2014 - 15:17

Si tu pouvais suivre (et cela signifierait que tu aurais accès à un contrôle de mon monde interne qui dépasserait celui que j'ai actuellement) de manière absolu mes pensées, il y aurait un défis en moins quant à ton intérêt porté à ces pensées (et si en plus les tiennent viennent fourrer leur nez (ça a un nez une pensée ?) dans la tentative de compréhension des miennes, on ne s'en sort pas (en même temps, sortir des pensées, ça sonne un peu comme la mort)).
Se balader en suivant les flèches, c'est super chiant, c'est quand on est perdu que ça devient intéressant (paradoxalement, je déteste me perdre).

J'ai aussi tilté au passage sur les chats ... Je suis un chat, oui, je crois, parfois un peu buté. Il m'arrive d'oublier que les chats peuvent rester là, à écouter, et je m'en veux alors terriblement.


PS : et je suis heureux de te revoir par ici ou là Wink

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Ise le Jeu 23 Oct 2014 - 20:05

Very Happy

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Jeu 30 Oct 2014 - 0:09

De la biologie à la psychologie.
Il ne s'agit pas d'une vérité.
Comme il est assez facile de l'imaginer, il ne s'agit pas non plus d'un glissement linéaire.

Je sais être arrivée en Biologie uniquement par intérêt pour la matière, parce que la seule problématique insolvable qui m’intéressait et à laquelle je n'arrivais pas à trouver de réponses convenables concernait l'évolution.
J'ai dû attendre la Licence 3 (Ecologie et Biologie des Organismes) et un cours de paléo pour entendre parler de ça : http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/bib-Gould-structure-evolution.xml
En effet, ce n'est que lors de ce cours que j'ai pu entendre un professeur prendre une position théorique, les autres traitant le sujet avec des pincettes se contentant de données factuelles sur une sorte d'état des connaissances superficiels.
J'ai acheté le bouquin que j'ai lu durant une année transitoire (prolongeant mon indécision quand à mon avenir), Master 1 Comportement Animal et Humain à caractère recherche. A la suite de cette année, j'avais trouvé les bases historiques et théoriques complètes (au sens où cela m'a comblé) dans ce livre.
Parallèlement à cela, j'avais entamé une sorte de reconversion (implicite ?) en prenant des UEs de psychologies et de neurosciences disponibles dans cette formation. J'ai passé 2 mois dans un laboratoire de psychologie en stage pour cette même formation. J'ai pu abordé de nouvelles disciplines et des champs d'applications diverses.

J'ai eu accès à une bibliothèque de psychologie, et ai passé l'été à chercher et lire des références à propos notamment de la psychologie du travail. Pourquoi ? Le stage (orienté sur les aspects culturels d'une forme de cognition collective), par la revue de littérature qu'il demande, oblige en quelque sorte à passer en revue pas mal de publications et d'auteurs. Cela augmente la possibilité de tilter à une démonstrations / un titre évocateur, déclencheur.

J'ai découvert des auteurs abordant les équipes de travail, les modèles théoriques socio-cognitifs, les réflexions philosophiques sur le sens même de ce mot (travail), des approches psychodynamiques des plus séduisantes, des inférences sur le caractère émancipatoir de ce travail, les entraves qui y sont liées, la possibilité de révolutionner la vie des gens par de petites modification, le caractère scientifique de ces méthodes, leurs manques d'application par méconnaissance ... Un nouveau monde s'ouvrait à moi, mais pas que.

Après avoir écumer les ouvrages vulgarisateurs, une revue des connaissances, quelques publications et après avoir compris qu'il s'agissait du secteur de la psychologie qui avait le plus d'avenir en terme d'emploi direct, j'avais trouvé là une place qui m'assurait un avenir (ou du moins qui augmentait de manière significative mes chances d'accéder à une vie loin de la pauvreté) ainsi qu'un objet d'étude intéressant et multiple.

Je me suis rendu compte que des termes revenaient entre ces disciplines et ces divers livres. La systémique. C'est con, mais la découverte de courant m'a apporté un sentiment de cohérence globale. J'avais découvert ce qui m'attirait particulièrement dans toutes ses disciplines. Les objets conceptuels en interactions, les grandes modifications structurelles, l'innovation, l'impact, les flux d'information, l'organisation.

J'en ai beaucoup voulu à l'ensemble de mes professeurs d'avoir omis d'aborder une révolution épistémologique si profonde.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Lun 17 Nov 2014 - 23:07

Arf


Dernière édition par Bibo le Mer 15 Avr 2015 - 19:44, édité 3 fois

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Dim 21 Déc 2014 - 19:44

Ca fait longtemps que je ne suis pas venue me plaindre par ici, j'aime bien disserter sur les pouvoirs du savoir ces derniers temps, d'une correspondance est sortie ceci :
"Le savoir donne la possibilité de comprendre et donc d'agir, agir sans savoir c'est être pantin, sans visibilité ni pensée, ne pas avoir accès au savoir c'est être restreint"
Je ne suis pas sûr d'en cerner toute l'ampleur, mais je trouvais ça pas mal. clown

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Lun 22 Déc 2014 - 16:35

1) "Le savoir donne la possibilité de comprendre et donc d'agir,
2) agir sans savoir c'est être pantin,
3) sans visibilité ni pensée,
4) ne pas avoir accès au savoir c'est être restreint"

1) Peut-être que savoir ne conduit pas particulièrement à agir. Le reste est un pléonasme.
2) Non. Plutôt sans conscience.
3) Tout est relatif.
4) Difficile d'être contre cet avis qui ne va pas loin.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Lun 22 Déc 2014 - 17:47

Mirea a écrit:
1) Peut-être que savoir ne conduit pas particulièrement à agir. Le reste est un pléonasme.
2) Non. Plutôt sans conscience.
3) Tout est relatif.
4) Difficile d'être contre cet avis qui ne va pas loin.

1) Le fait d'écrire "donne la possibilité" exprime une potentialité. Je ne vois pas de pléonasme.
2) On peut avoir conscience d'agir mais ne pas savoir pourquoi.
3) Le monde est infini, j'ai 2 jambes.
4) Il est accepté ici de donner un accord plutôt qu'un double désaccord.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Lun 22 Déc 2014 - 19:14

Bibo a écrit:1) Le fait d'écrire "donne la possibilité" exprime une potentialité.
Demain, il y aura peut-être de la neige. Ça apporte quoi de le dire ? Où est "l'ampleur" ?
Bibo a écrit:2) On peut avoir conscience d'agir mais ne pas savoir pourquoi.
Je suis d'accord qu'on peut tout faire dire à des phrases qui parlent de savoir et de conscience.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mar 23 Déc 2014 - 12:20

Mirea a écrit:
Bibo a écrit:1) Le fait d'écrire "donne la possibilité" exprime une potentialité.
Demain, il y aura peut-être de la neige. Ça apporte quoi de le dire ? Où est "l'ampleur" ?
L'ampleur m'appartient en premier lieu.
Je te livre des mots, tu peux y trouver une ampleur ou non.
Je n'ai pas de poids là dessus une fois le message échappé.
Mirea a écrit:
Bibo a écrit:2) On peut avoir conscience d'agir mais ne pas savoir pourquoi.
Je suis d'accord qu'on peut tout faire dire à des phrases qui parlent de savoir et de conscience.
En effet.


Dernière édition par Bibo le Mar 23 Déc 2014 - 14:26, édité 1 fois

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mar 23 Déc 2014 - 14:24

Aujourd’hui, écoutant ce cours du collège de France ( http://www.college-de-france.fr/site/pierre-michel-menger/course-2014-01-17-10h00.htm) énoncé par l'ami Pierre-Michel, m'est venu cette réflexion :

"Développer une théorie dit on souvent, ou lui donner corps, c'est la confronter au réel et à l'autre, la confronter aux mots qui pourraient la transcrire. Donner du sens à cette théorie, c'est aussi la décrire assez finement afin de la comparer, en des termes fins et logiques aux théories existantes de par les ramifications qu'elles offrent. Ces points de jonction, d'inter-connection avec les ramifications théoriques lui donne sens de deux manières différentes, mais je pense, indispensable.
Tout d'abord, et comme je l'ai laissé entendre un peu plus haut, la confrontation fine pousse à la définition de ce que précisément laisse entendre une théorie, qui apparaît au premier abord comme une idée plus ou moins flou avec assez d'incidences pour qu'il soit inenvisageable de maintenir en tête tout ce à quoi elle pourrait s'appliquer et toucher. Cette confrontation lui donne sens en cela qu'elle pousse l'auteur à poser sur le papier ce en quoi elle se différencie, ce en quoi elle s'appuie sur ce qui existe déjà, c'est-à-dire que cela permet de cerner dans notre champ conceptuel ce qui la définit. Elle prend forme et sens à la lumière de, parce qu'elle s'y étend et se diversifie, devient plus claire, plus nette, précise et efficiente.
Ensuite, d'un point de vue plus sociologique, la confrontation à ce qui existe ou à exister dans le champ des idées vient donner du sens à la nouvelle création en cela qu'elle laisse entendre - alors qu'elle ne s'éloigne pas trop de ce qui est connu - que le caractère fou de ce nouvel objet est amoindri. C'est-à-dire qu'en prenant en compte l'existant, la théorie existe « par » avant d'exister « pour ». S'accouder aux arguments, idées existantes, les prendre en compte, les insérer dans son propre champ, c'est les accepter comme considérable et donc amener ceux qui les ont produite à considérer en retour notre propre création. Cet aspect est d'autant plus vrai selon moi que la prise en compte est grande, que la finesse des théories existante est comprise et donc utiliser pour exister en plus de satisfaire – par ce que nous en laissons sous-entendre notre parfaite compréhension – les pairs producteurs."

Banal ou pas, c'est là.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Mar 23 Déc 2014 - 17:57

Développer une théorie dit-on souvent, ou lui donner corps, c'est la confronter au réel et à l'autre, la confronter aux mots qui pourraient la transcrire.
Déjà, lui donner corps, c'est l'écrire ou la verbaliser (ce à quoi peut aspirer (oui, c'est une personnification, une théorie ne  veut rien) une théorie c'est à être formulée, sinon on ne parle plus seulement de théorie mais de projet). La confronter au réel, si on considère qu'elle est déjà formulée, c'est alors tenter de vérifier sa cohérence, et donc pas à proprement parler "lui donner corps". "la confronter aux mots qui pourraient la transcrire" sous-entend que les mots pourraient aller contre une théorie que tu cherches à formuler ? Ce serait bizarre.  Suspect
Donner du sens à cette théorie, c'est aussi la décrire assez finement afin de la comparer, en des termes fins et logiques, aux théories existantes de par les ramifications qu'elles offrent.
Partager un jargon commun peut aider, oui.
Tout d'abord, et comme je l'ai laissé entendre un peu plus haut, la confrontation fine pousse à la définition de ce que précisément laisse entendre une théorie, qui apparaît au premier abord comme une idée plus ou moins floue avec assez d'incidences pour qu'il soit inenvisageable de maintenir en tête tout ce à quoi elle pourrait s'appliquer et toucher.
Tu peux aussi l'écrire et réfléchir à propos de son ampleur ("tout ce à quoi elle pourrait s'appliquer et toucher") plus tard.
Cette confrontation lui donne sens en cela qu'elle pousse l'auteur à poser sur le papier ce en quoi elle se différencie, ce en quoi elle s'appuie sur ce qui existe déjà, c'est-à-dire que cela permet de cerner dans notre champ conceptuel ce qui la définit. Elle prend forme et sens à la lumière de, parce qu'elle s'y étend et se diversifie, devient plus claire, plus nette, précise et efficiente.
Là, je comprends. Tu dis que c'est bien de donner un contexte à une idée, qui fatalement ne sera pas vraiment neuve car elle s'appuie sur des concepts existants, pour mettre en perspective ses éventuels apports.
Ensuite, d'un point de vue plus sociologique, la confrontation à ce qui existe ou à exister dans le champ des idées vient donner du sens à la nouvelle création en cela qu'elle laisse entendre - alors qu'elle ne s'éloigne pas trop de ce qui est connu - que le caractère fou de ce nouvel objet est amoindri.
Ok, l'idée est normalisée car le "bon" jargon est employé, qu'un contexte est donné à une idée qui aurait pu être formulée sans tenir compte de l'histoire des idées.
C'est-à-dire qu'en prenant en compte l'existant, la théorie existe « par » avant d'exister « pour ».
On rappelle ce que l'on empreinte à d'autres ayant déjà théorisé.
S'accouder aux arguments, idées existantes, les prendre en compte, les insérer dans son propre champ, c'est les accepter comme considérables et donc amener ceux qui les ont produites à considérer en retour notre propre création.
En fait depuis le début, tu paraphrases le principe qui est enseigné à la fac selon lequel il faut fournir une bibliographie lorsque l'on disserte sur un sujet.
Cet aspect est d'autant plus vrai selon moi que la prise en compte est grande, que la finesse des théories existantes est comprise et donc utilisée pour exister en plus de satisfaire – par ce que nous en laissons sous-entendre notre parfaite compréhension – les pairs producteurs.
Oui, c'est bien de citer les autres études, on se fait de la pub les uns les autres.

Beaucoup de laisser entendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mar 23 Déc 2014 - 18:41

Mirea a écrit:
La confronter au réel, si on considère qu'elle est déjà formulée, c'est alors tenter de vérifier sa cohérence, et donc pas à proprement parler "lui donner corps".
Tu en parles comme d'une séquence d'action.
Je le vois comme un tout en perpétuel mouvement. Un arbre grandissant.
Mirea a écrit:
"la confronter aux mots qui pourraient la transcrire" sous-entend que les mots pourraient aller contre une théorie que tu cherches à formuler ? Ce serait bizarre.  Suspect
Bien sûr, le langage est une limite, il y en a qui en ont même inventé pour traduire ce qu'ils avaient en tête, ça s’appelle la mathématique.
Mirea a écrit:
Là, je comprends. Tu dis que c'est bien de donner un contexte à une idée, qui fatalement ne sera pas vraiment neuve car elle s'appuie sur des concepts existants, pour mettre en perspective ses éventuels apports.
J'étais plus optimiste que cela, je pensais que c'était nécessaire mais pas indispensable.
C'est la rendre intelligible.

Mirea a écrit:
On rappelle ce que l'on empreinte à d'autres ayant déjà théorisé.
Non, je pense que la théorie a du sens en soit sans dépendre des autres. Je tentais de mettre en évidence la nécessité de se confronter à l'existant pour être accepté, une contrainte, hypocrite parfois.

Mirea a écrit:
S'accouder aux arguments, idées existantes, les prendre en compte, les insérer dans son propre champ, c'est les accepter comme considérables et donc amener ceux qui les ont produites à considérer en retour notre propre création.
En fait depuis le début, tu paraphrases le principe qui est enseigné à la fac selon lequel il faut fournir une bibliographie lorsque l'on disserte sur un sujet.
Oui et Non.

Mirea a écrit:
Cet aspect est d'autant plus vrai selon moi que la prise en compte est grande, que la finesse des théories existantes est comprise et donc utilisée pour exister en plus de satisfaire – par ce que nous en laissons sous-entendre notre parfaite compréhension – les pairs producteurs.
Oui, c'est bien de citer les autres études, on se fait de la pub les uns les autres.
Tu réduis ma pensée à du factuel et à un contexte.
C'est un processus (le mien) qui je trouve a une certaine beauté, et qui procure un certains plaisir.
Libre à toi d'appliquer un réductionnisme là où j'essaie d'apporter de l’esthétique conceptuel.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Mar 23 Déc 2014 - 19:14

Des fois, j'ai beaucoup de mal à interpréter. Te lire me demande autant d'effort que de tenter de lire ce gars, par exemple:

edilivre.com/communaute/2014/04/07/rencontre-avec-neil-s-s-moutanga-auteur-de-la-naissance-dune-ame-pure/#.VJmvocFADD

J'essayais par goût du défi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mar 23 Déc 2014 - 19:33

Mirea a écrit:Des fois, j'ai beaucoup de mal à interpréter. Te lire me demande autant d'effort que de tenter de lire ce gars, par exemple:
edilivre.com/communaute/2014/04/07/rencontre-avec-neil-s-s-moutanga-auteur-de-la-naissance-dune-ame-pure/#.VJmvocFADD
J'essayais par goût du défi.
Je le prends comme un compliment Cool

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Mer 24 Déc 2014 - 14:56

Tu comprends ce qu'il dit ? Tu trouves que ça se tient ? Que c'est à peu près cohérent ?

On peut lire un extrait de son livre :
Né le 12 Janvier 1985, il a vu le monde à 13h. Il a fait son primaire à la Sorbonne, Pk8 II et l’école pilote de Nzeng ayong III ou il fait un parcours avec deux tâches. Arrivé en 6e, il a découvert le monde et sa poésie, il aimait tant les cours de français qu’il n’hésitait pas à émettre sa curiosité imaginative dans les devoirs tout en gardant une certaine cohérence et en gardant à l’esprit les traits moraux de ses professeurs.

Son lycée, Paul Indjendjet Gondjout, dans lequel il a fait ses preuves, il n’a pas fait un excellent parcours si l’on en croit aux bulletins, mais il a été un brillant élève qui savait ce qu’il faisait à chaque seconde, car à chaque instant, il creusait son inspiration au gré de son imagination pour fournir en idée matérielle son monde et celui de l’environnement auquel il côtoyait, il a fait tant d’années de jeunesse et ses erreurs l’ont appris tant de choses.

En 2007, il obtient son baccalauréat économique et s’envole pour le Sénégal ou il poursuit ses études de Finance privé, option Banque et Assurance. Pour des ennuis de santé et de choix personnels, il décide de prendre part au destin de son pays natal ou il vit uneopération, celle-ci fait qu’il perd les notions, contre tout désespoir, ne perd pas la passion de la Banque et de son réalisme à devenir Banquier, un choix qu’il avait opté depuis la première B3.

Il est dans une famille dont il est l’aîné, aujourd’hui 28ans, il grandit ses passions et poursuit son rêve de cinéma malgré son cynique enthousiasme que lui a légué son pays adoré, un jour, il lui dédiera une oeuvre.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
A cette question, je dirais que j'ai trop de style pour me faire comprendre par tous, mais cet élément est une force dans mon œuvre. Elle offre beaucoup de questions et de remises en question. La qualité de mon livre réside en mon travail en tant que parémiographe, car je véhicule une certaine sagesse dans mes poésies. La poésie est le langage de l'âme et l’œuvre de l'esprit.

T'en penses quoi ?

La naissance est pour moi comme un réveil, sans trop se leurrer, se dire que notre vie est en main et qu'on peut y arriver. Il y a une sorte de combat entre l'être et le néant et pour garder intacte son image mentale, il faut se dire que l'on est ce qu'on est devenu. Je me demande si l'on peut échapper à l'ignorance. Mon ouvrage et mes futurs parleront donc des désillusions, la fuite du temps, l'exploration de la vie, l'étrangeté, la création, la mort.
Il se leurre du matin jusqu'au soir ce gars. Trop zarb'.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Mer 24 Déc 2014 - 15:38

Mirea a écrit:Tu comprends ce qu'il dit ? Tu trouves que ça se tient ? Que c'est à peu près cohérent ?
Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
A cette question, je dirais que j'ai trop de style pour me faire comprendre par tous, mais cet élément est une force dans mon œuvre. Elle offre beaucoup de questions et de remises en question. La qualité de mon livre réside en mon travail en tant que parémiographe, car je véhicule une certaine sagesse dans mes poésies. La poésie est le langage de l'âme et l’œuvre de l'esprit.

T'en penses quoi ?
La naissance est pour moi comme un réveil, sans trop se leurrer, se dire que notre vie est en main et qu'on peut y arriver. Il y a une sorte de combat entre l'être et le néant et pour garder intacte son image mentale, il faut se dire que l'on est ce qu'on est devenu. Je me demande si l'on peut échapper à l'ignorance. Mon ouvrage et mes futurs parleront donc des désillusions, la fuite du temps, l'exploration de la vie, l'étrangeté, la création, la mort.
Il se leurre du matin jusqu'au soir ce gars. Trop zarb'.
Ça me donne l'impression qu'il est arrivé à un tel niveau d'abstraction que les notions qu'ils utilisent finissent par ne plus vouloir dire grand chose.
A vrai dire, mon propos concernant le compliment était un poil ironique. Comme toi, je ne sais pas trop de quoi il parle. Peut être est-ce plus clair une fois son livre ingurgité.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Mer 24 Déc 2014 - 15:51

Bibo a écrit:Ça me donne l'impression qu'il est arrivé à un tel niveau d'abstraction que les notions qu'ils utilisent finissent par ne plus vouloir dire grand chose.
A vrai dire, mon propos concernant le compliment était un poil ironique. Comme toi, je ne sais pas trop de quoi il parle. Peut être est-ce plus clair une fois son livre ingurgité.
Mon diagnostic est plus sévère que le tien. Je n'ai pas ta grandeur d'âme.

Imagine que des gens paient pour lire des phrases que lui n'a pas relue : "Son lycée, Paul Indjendjet Gondjout, dans lequel il a fait ses preuves, il n’a pas fait un excellent parcours si l’on en croit aux bulletins, mais il a été un brillant élève qui savait ce qu’il faisait à chaque seconde, car à chaque instant, il creusait son inspiration au gré de son imagination pour fournir en idée matérielle son monde et celui de l’environnement auquel il côtoyait, il a fait tant d’années de jeunesse et ses erreurs l’ont appris tant de choses."

Trop d'énormités soit-disant conceptuelles. À côté, Moundir c'est Zemmour ! Il ne sait pas lire et il est anosognosique concernant cela et ses capacités, il n'y a pas à chercher plus loin.

Toi, on ne t'a pas complètement perdu. Je crois que c'est bien que je cherche à comprendre du concret dans ce que tu dis et qui dans l'état n'a pas de sens (en plus, tu ne développes jamais ce que tu dis). Dis-moi si ça te soule. Pour ma part, chercher des significations, c'est comme résoudre une énigme, ça m'amuse Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Invité le Mer 24 Déc 2014 - 16:18

Elle est cinglante Mirea.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Bibo le Jeu 25 Déc 2014 - 13:29

Mirea a écrit:
Toi, on ne t'a pas complètement perdu. Je crois que c'est bien que je cherche à comprendre du concret dans ce que tu dis et qui dans l'état n'a pas de sens (en plus, tu ne développes jamais ce que tu dis). Dis-moi si ça te soule. Pour ma part, chercher des significations, c'est comme résoudre une énigme, ça m'amuse Smile
J'aime la critique quand elle considère et accepte d'être critiquée.
Développer m'emmerde oui, cela me demande un effort considérable qui n'est pas sûr d'être récompensé puisque je ne suis finalement jamais satisfait de ce qui en ressort. J'attends donc patiemment le questionnement d'autrui afin d'être sûr de répondre à une attente.

U C C E N a écrit:Elle est cinglante Mirea.
Elle a le mérite de justifier ce que l'on pourrait considérer comme des attaques, par l’intérêt et la recherche de sens.
Hypocrite ou sincère, le fait est que je l'entend et la comprend d'une certaine manière.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'étais là, sans le savoir. Maintenant je sais. J'y suis j'y reste.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum