Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Soren le Lun 17 Fév 2014 - 22:29

Ah les soirées festives moi j' adore !!!!!
C'est même mon terrain de chasse favori
Généralement je passe mon temps à aller de personnes en personnes
Les gens pensent que je suis sympa alors j' incite à la confidence
En fait l' alcool aidant je mets mes fiches cérébrales que j' ai sur les gens à jours
Quand des gens me suive et s'accroche à moi, je les enseveli sous des tonnes de réflexions mal ficelées et grossières, je joue mon beauf bourré, histoire de me mettre à niveau avec ceux qu' ils le sont et de brouiller les pistes....
Une fois que je sais ce qu' à la personne au fond du crâne je la lâche et passe à la personne suivante
Comme j' ai a peu près un avis sur tout et que je suis sympa avec les gens, ils m excuse facilement car je ne joue pas les intellos et emballe ma démarche dans un paquet cadeau

Même si je m efforce de me coucher moins bête tout les soirs et me cultive comme je peut, j'ai compris que les X ( code pour désigner les gens normaux que j' emploi souvent) détestent discuter avec les intellos car la communication de ces derniers est verticale et teintée de condescendance mal dosée et ils se grillent tout seul

Moi ma partie de chasse est littéralement indéfectible car ça fait plus de 20 ans que je la pratique lol


Soren
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 582
Date d'inscription : 14/02/2014
Age : 39
Localisation : Dans un monde absurde

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Cleore le Mar 18 Fév 2014 - 12:18

J'aime les soirées festives à condition que je n'y passe pas ma vie. C'est une distraction ponctuelle, ça ne doit pas devenir une fin en soi (je connais des gens pour qui ça l'est). Tout dépend des gens avec qui je suis, de l'ambiance, de l'esprit de la fête.

Dernièrement j'ai passé une excellente soirée avec des quasi-inconnus de ma génération, j'ai été agréablement surprise. Tout le monde était détendu, sympa, l'ambiance était bonne enfant et on s'est beaucoup amusés. J'ai prévenu dès le départ que je ne suis pas très bavarde dans ce genre d'ambiance. Ce n'est pas fait pour échanger sur des sujets sérieux, a priori.

Je ne suis pas forcément non plus une grande déconneuse qui plaisante à qui mieux-mieux. La musique est si envahissante qu'elle empêche toute conversation suivie. Alors j'aime me poser dans un coin et observer ce qui se passe, tranquillement. Regarder les autres vivre leur vie et s'amuser m'a toujours intéressée. Certains ont l'impression que je m'ennuie et s'en inquiètent, mais ce n'est pas le cas la plupart du temps !

J'ai aussi une grande chance : j'adore danser ! Plus jeune j'ai adoré l'univers des boîtes de nuit, danser toute la nuit était mon grand plaisir dans l'existence. La musique a toujours beaucoup compté dans ma vie. A présent je me lasse plus vite, je vais me coucher plus tôt mais j'aime toujours autant m'éclater sur une piste de danse. C'est sans prétention, mais ça fait du bien de s'amuser, ça permet de se détendre et ça rafraîchit les neurones.

Du coup je passe pour quelqu'un de gai avec qui on parle facilement, même si je crois que j'impressionne beaucoup aussi (surtout les hommes, allez savoir pourquoi, ils sont souvent assez timides avec moi). J'évite seulement de trop boire, les cuites ce n'est pas agréable. J'en ai connu beaucoup par le passé, entraînée par mes amis d'alors, les lendemains sont difficiles et on ne profite pas tant que ça de la fête. Je préfère maintenant rester raisonnable mais j'apprécie mon verre de vin, il n'est pas question de rester à l'eau.

Cela dit c'est vrai que les gens s'étonnent généralement de ma tendance à rester observatrice, ça a toujours été comme ça, j'ai beaucoup de mal à faire partie d'un groupe, à danser en duo, mon petit côté indépendant me suit partout. ça fait un peu masculin, je crois. On attend d'une femme qu'elle soit accompagnée, au moins par une copine. Plus jeune je l'étais, j'ai eu beaucoup d'amies filles, à présent, j'assume le fait d'être seule, qui me permet justement de rester totalement ouverte à tout ce qui se présente, sans influence extérieure. J'aime mon âge pour cette maturité-là, cette force-là.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Senna le Mer 19 Fév 2014 - 1:08

Quel topic intéressant, je me reconnais également dans beaucoup de descriptions...Les histoires de cigarette m'ont bien fait rire, j'ai arrêté de fumer il y a plusieurs années, et je n'aime plus du tout ça, pourtant à chaque soirée je refume pour aller faire un tour...J'ai un annif de prévu samedi, y'aura plein de monde, je prévois déjà d'aller m'acheter un paquet de clopes, voire 2, on sait jamais...

L'alcool heureusement (ou malheureusement?) me permet de bien m'amuser dans ce genre de soirée ; une fois que j'ai bu quelques verres je me déshinibe totalement et je m'amuse vraiment à faire "la conne" et à parler à tout le monde de tout et de rien, c'est triste mais je me sens proche des gens que quand j'ai bu...Sur le moment, à chaque fois je me dis, mais en fait c'est si facile de s'intégrer, d'avoir toujours quelque chose à dire même sur des sujets inintéressants, je me dis si mon cerveau y arrive dans ces moments-là, pourquoi pas tous les jours??? Et dans ces moments-là je me sens bien, et danser toute la nuit en boîte de nuit j'adore, parce que ce sont les seuls moments où il ne faut pas spécialement parler et que je me sens en "harmonie" avec les gens qui m'entourent (l'alcool me fait aimer tout le monde).

Et le lendemain gros sentiment de malaise, je me sens ridicule à chaque fois, je me dis mais pauvre fille tu n'es pas adaptée et en plus t'as besoin de te souler pour avoir seulement l'impression d'avoir une vie sociale correcte...Quelle misère...

J'ai fait mon baptême à l'unif ya quelques années, et je ne le regrette pas (car tout de même, toutes ces soirées un peu folles, de laisser-aller (presque)total, ça laisse de bons souvenirs), pourtant j'ai l'impression de m'être perdue (encore plus) au cours de cette période car je suis sortie toutes les semaines, toujours avec les mêmes têtes, et pourtant en fin d'année il n'y avait pas une seule de ces personnes que je considérais comme véritable ami. Du coup gros sentiment de vide...

Pourtant je continue à sortir encore, je pense qu'il ne serait pas bon de ne plus sortir, je me sens déjà assez seule comme ça, j'ai besoin de décompresser de temps en temps, même si c'est en (grande) partie surfait et que je n'en tire rien de très enrichissant sur le long terme...Sur le moment, ça fait du bien!

Senna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 86
Date d'inscription : 19/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Mar 25 Fév 2014 - 0:18

[quote="Soren"même si je m efforce de me coucher moins bête tout les soirs et me cultive comme je peut, j'ai compris que les X ( code pour désigner les gens normaux que j' emploi souvent) détestent discuter avec les intellos car la communication de ces derniers est verticale et teintée de condescendance mal dosée et ils se grillent tout seu

[/quote]

Tu lkes appelles les X moi c'est les beufs, tout court .

J'ai appris grâce à ton post que je suis complètement allergique à la relation verticale, une fois quand j'étais petite cela m'a même donné envie de me tuer. Au travail c'est horrible, mais dans les endroits où l'on s'amuse les gens parlent effectivement comme cela, en se mettant au(dessus des autres.

Connais tu un vaccin contre la relation verticale car malheureusement c'est mon problème, je ne vois pas venir et je me fâche rouge ou bien je zappe tout ce qu'on me dit ce qui est finalement la meilleure défense...

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Zufall (Milune) le Mar 25 Fév 2014 - 13:39

Le bruit et l'agitation.
Huhu.
Quelle torture.
J'avais lu "saturation sensorielle", pour désigner ce supplice, quelque part sur le forum.

Enfin.
Je ne sors pas. Ne pense pas qu'il faille s'y forcer. S'infliger un brouhaha si vulgaire. Ou plutôt, je pense qu'il faut trouver des manières différentes de s'amuser; ce qui est toujours possible, avec un peu d'imagination et de réactivité, dans cette même fête honnie. Même s'il est parfois... dur de refuser, techniquement parlant, lors d'une fête de famille, notamment.

Je refuse de différentes manières, d'être confronté à cette... peau étriquée que constitue l'apparat festif, à ce costume conformiste dans lequel on étouffe.
.... Ou j'y vais avec un livre. Ou j'y vais juste pour faire acte de présence et je me balade autour du lieu de la dite fête. Ou je... me cloître dans les WC.
Oh, et se cloîtrer au WC avec un ebook, c'est une idée excellente, à réutiliser. (Dans quel post ai-je lu cela...)
Et j'adore comme Soren envisage les fêtes. Cela donne... de l'inspiration, pour la suite.
C'est tellement plus engageant, d'appliquer sa... "technique de chasse" *w*, plutôt que de subir la foule brouillon. Cela donne un certaine utilité, une raison suffisante à la fête. Cela offre une bien meilleure distraction. Ou une distraction tout court, mais qui, au demeurant, est délicieuse.

Quelqu'un (je lis les post sans regarder les pseudos) a parlé d'une crise d'angoisse qu'il avait eu dans un contexte festif. ... Je comprends. La "jauge", comme j'ai pu lire, de malaise ne cesse d'augmenter proportionnellement à l'avancée et expansion de la fête; arrivant parfois à un point... insurmontable.

... Les X ou les beufs.  Smile
Je ris.
Dans ma tête.
... Je n'ai pas assez dormi pour rire ouvertement.


Il suffit de manipuler notre chaire pour la faire se mouvoir... ''correctement'', je suppose. Mais cette idée ne sert à rien... n'est pas amusante sans un but précis, qui soit lui même distrayant.
... D'où mon intérêt pour ce qu'exposait Soren.
Mais je ne sais pas si je surmonterais assez mon dégoût, ma peur panique, pour parvenir à... créer de l'utile, à partir de ce genre d'événements.

Zufall (Milune)
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 215
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 18
Localisation : 3M.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Lyhan le Mar 25 Fév 2014 - 17:55

Neutral


Dernière édition par Lucas le Mer 23 Avr 2014 - 3:13, édité 1 fois

Lyhan
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 314
Date d'inscription : 15/08/2013
Age : 28
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Zufall (Milune) le Mar 25 Fév 2014 - 20:42

Lucas a écrit:
Inhibition latente
Déficit d'inhibition latente

Peut-être. Probablement

... Intéressant, vraiment fascinant.

Zufall (Milune)
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 215
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 18
Localisation : 3M.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Mar 25 Fév 2014 - 22:22

L'apparat festif, voila quelque chose qui me parle.
Quand j'étais petite, je pensais que c'était obligatoire, et que, passé trente berge, si tu n'avais pas ta permanente, on te mettait en prison...
J'avais des astuces pour ne pas me laisser habiller en meringue, du mal de pieds , à la maligneté suprême, de toute façon, je ne le mettrai jamais après.
Cela ne m'a pas passé avec l'âge, j'ai toujours horreur de ça donc je me dis que si quelqu'un est habillé comme moi il y aura peut etre des points communs

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par fantomas le Jeu 27 Fév 2014 - 21:26

Damned !! Dire que je me croyais unique et supporte les réflexions sur l'être asocial que je suis... Pas de recette miracle si ce n'est d'ignorer, si possible, les autres. L'alcool et les drogues amplifient mes perceptions; donc à fuir au plus vite.

fantomas
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 166
Date d'inscription : 27/02/2014
Age : 52
Localisation : GRENOBLE

http://alainstollproduction.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par iiihou le Sam 8 Mar 2014 - 16:39

Lophophora a écrit:Je lis régulièrement des témoignages de zèbres qui rencontrent des difficultés de relation avec les autres en général, dans lesquelles je me reconnais souvent.
Mais il y a une situation en particulier dans laquelle ce sentiment d'être différent et la souffrance qui en résulte sont, chez moi, exacerbés dans des proportions très importantes : les soirées "festives" (discothèques, anniversaires avec plein de gens, grosses réunions de famille ou d'amis, mariages, soirées dansantes etc.)
Je ressens aussi un curieux  mélange de sentiments contradictoires concernant les évènements décrits. Par contre j'essaye de leur donner un sens positif, car après tout c'est une bonne occasion de s'auto-analyser dans notre rejet de ces joyeuses parodies, de contempler "la majorité" comme si on lirait un livre sur une autre civilisation.

Arrivé à la fac, à 18 ans, juste avant l'ère internet, je manifestais spontanément l'initiative de rassembler les collègues qui me paraissaient les plus intelligents de l’année, et les soirs (à ne pas confondre avec "soirées), en trouvant une chambre de résidence étudiante libre, de débattre à 6-10 autour des sujets philosophiques. (une sorte de forum de discussions d'aujourd'hui) Même si j'en réussi pas mal de rassemblements, j'en fus rapidement déçu par les certitudes que les collègues, quand même parmi les plus brillants, dès un âge assez jeune, arboraient. Moi qui pensais apprendre des raisonnements super fins, de la flexibilité de la pensée, des nouvelles idées, j'ai cru d'abord que c'est moi qui ne comprenais pas bien ce que les autres affirmaient.

Quand les collègues, à leur tour, m'ont invité à des "soirées festives", moi qui n’avais aucune expérience mais un appétit normal de socialisation et découverte, y fut.
Donc découverte d'une "fête" : non, ce n'est pas possible, c'est un théâtre ou quoi ??

Le comportement des connaissances n'était plus le même que pendant la journée. Je veux dire qu’il ne me semblait pas cohérent avec leur existence à des heures différentes. Agglutinés dans des espaces devenus étroits, au milieu d'un brouhaha intense, de la fumée, ils avaient l'air de s'amuser en ingurgitant des boissons à l'éthanol, et de se frotter les uns aux autres sur le rythme de la musique assourdissante. Niveau de conversation : nul. Je m'en frottais les yeux : non, ils n’étaient pas là sous menace, non, ils étaient de leur plein grès.
Stupeur, qu'es que ne vas pas chez moi, pourquoi cette scène me parait bizarre ? Avoir la chance d'être jeune, en bonne santé, les besoins fondamentaux assurés, se préparer pour un métier complexe, avoir des cadres didactiques plus que fascinants et entrainants, apprendre, voir comment les plus belles réalisations de ce monde sollicitent des Défis Des Apparences, et se ... défoncer à l'alcool et se fondre dans les jeux des apparences sociales.

Les discothèques me paraissent des antres d'instinctualité (se frotter à des inconnus ou à des connaissances sans attraction d'esprit particulière, tout cela en publique ... pourquoi ?)
Les mariages, peut être le feu d'artifice du jeu d'apparences : je ne peux accepter le concept, pourquoi un couple devrait-il fêter et exhiber une question personnelle, intime ? Pour moi c'est un cirque. Quand je vois toute la préparation autour de ce grand évènement …
Les réunions de famille : gardant encore une certaine connotation sacré/sérieux, celles que j'ai pu contempler n'avaient aucune valeur ajoutée. Des récits on ne peut plus communs, des écoutes on ne peut plus superficielles, quelques joies instinctuelles de revoir ses proches et c'est tout. Rien qu’on bon et rapide contact basé sur les technologies modernes de communication n’empêcherait.

Bref, deux décades après, je ne trouve toujours pas où est la plus-value des tels stéréotypes sociaux.
Bien sûr que la solitude qui en résulte n'est pas une joie non plus, mais l'alternative n'existe pas.

D'ailleurs comme je disais, cela me parait bien intéressant d’aller au-delà du rejet instinctuel de telle ou telle chose. D'étudier les coutumes des masses, s'expliquer des choses, comprendre la nature humaine. Je fais parfois des sorties "soft" tout en restant discrètement à l'écart juste pour plonger dans un film. Tout est intéressant, on apprend beaucoup.

Je n'ai jamais compris pourquoi dans un monde libre, on s'acharne à s'enchainer autour des activités répétitives, anticipables, sans plus-value, et ensuite s'en plaindre comme quoi c'est pénible (même phénomène pour les discussions autour des partenaires). À ce que j'ai pu lire, mon style se rapproche le plus de celui de Cyril THQI, dont je cite
Cyril THQI a écrit:La présentation que la plupart d'entre vous, faites de ce genre de situation m'étonne. Vous vous présentez comme des personnes ayant des difficultés à vous adapter à ce milieu. Mais pourquoi diable vouloir s'y adapter ?

Personnellement, je considère ces réunions comme hautement pathogènes pour tout un tas de raisons. En vertu de cela, j'évite d'y participer. Tout simplement. S'il m'arrive d'y être tout de même confronté, soit je reste et j'explique ce que je pense du comportement des gens autour de moi. Ca plombe l'ambiance, mais cela ne me dérange pas outre mesure. Je préfère être assertif que de supporter en silence. Soit, je pars rapidement. La prochaine fois, essayez de partir. Vous verrez que vous vous sentirez grandis.

Ainsi, je suis bien dans mes baskets, je n'ai pas besoin de me remettre inutilement en cause et je n'essaie pas de supporter quelque chose qui m'incommode. Il me semble que c'est un comportement plutôt "adolescent" de chercher à faire bonne figure dans un groupe dans lequel on se sent pas bien. L'adulte assume ce qu'il pense et ce qu'il ressent. Il évite les situations qui ne lui conviennent pas et assume pleinement sa différence de pensée et de ressenti en l'exprimant lorsque c'est nécessaire.

iiihou
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 452
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 40
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 9 Mar 2014 - 2:05

Je me reconnais dans certaines choses qui sont dites, et pas dans d'autres. J'ai toujours aimé m'amuser, quel que soit l'endroit, en mêe temps j'ai toujours détesté le protocole, le déguisement en meringue et autres choucroutes sur la tête, et je m'aperçois que j'ai un porivilège de ne jamais avoie eu de meilleur(ê) ami(e) et de devoir par conséquent aller à ce type de soirée d'anniversaire.
j'avais un ami chez qui j'allais à son anniversaire, cela me plaisait bien d'aller à cette soirée, mais cet été tout s'est gâché bêtement car je l'ai invité en vacances et cela s'est terminé en coucherie sans lendemain. Cela en dit long sur le genre de personne que c'est et le genre de "fpete" qu'il organise, maintenant je vois qui dans l'anniversaire pouvait devenir ce genre de "plan B"...
J'aurais juste aimé avoir des amis du style des amis de mes parents chez qui j'ai passé à peu près tous mes weekends, pendant mon adolescence, je pensais que ma propre vie alllait être dans cette continuité. Malheureusement il y a eu la "crise", les années *80 où les gens ont commencé à vouloir se la raconter, les amusement c'est devenu un truc ringard, on a commencé à se la jouer riche, et tout est parti en sucette, mais comme je suis zèbre je n'ai as été acceptée là-dedans et cela m'a fait flipper, finalement je n'ai rien perdu car ma fllle vient d'une soirée o^on lui a lancé des piques, et juste avant, elle s'est contrariée parce que l'amie chez qui elle allait a demandé comme cadeau un décapsuleur.

Cela ne m'aurais pas déranger de jouer aux cartes, de raconter des histoires d'horaires de train, de danser avec un électrophone (mais àa c'est quand mes parents étaient jeunes, il fallait aussi passer en dessous un balai et un ami de mon père, qui en tenait une bonne, avait envoyé un coup de pied dans le sapin de NoeL?

Pourquoi c'est devenu comme cela, hypocrite et ennuyeux ? Cela existait mais on pouvait aussi faire autrement. Quand je suis devenue adulte, j'ai essayé d'avoir le "simulacre" car je pensais que cela était mieux que rien, je me dis que c'est bien mais quand cela vire à l'organisation, cela est le signe qu'il y a un malaise...




Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Safran le Ven 14 Mar 2014 - 13:47

Lophophora a écrit:Je lis régulièrement des témoignages de zèbres qui rencontrent des difficultés de relation avec les autres en général, dans lesquelles je me reconnais souvent.

Mais il y a une situation en particulier dans laquelle ce sentiment d'être différent et la souffrance qui en résulte sont, chez moi, exacerbés dans des proportions très importantes : les soirées "festives" (discothèques, anniversaires avec plein de gens, grosses réunions de famille ou d'amis, mariages, soirées dansantes etc.)

Toute ma vie j'ai fui ce genre d'événement à chaque fois que c'était possible, mais parfois on ne peut pas décemment se défiler, et l'on veut aussi faire plaisir à ses proches
........

Y a-t-il d'autres zèbres qui se reconnaissent dans mon profil ? Je sais bien qu'il n'y a pas de solution miracle, mais partager ses souffrances fait souvent du bien.

Merci... Merci Lophophora d'avoir si bien décrit ce malaise.
Oui, je me reconnais dans ce que tu exprimes. Dans presque tout.
J'évite ces soirées festives autant que possibles
j'en suis même arrivée comme j'ai lu chez certains à être au lit aux 12 coups de minuit, voire à passer Noel seule chez moi.

C'est terrible de se sentir aussi décalée. L'alcool semble aider, jusqu'à l'abus, le trop bu. Expérimenté, Danger !

Mais... avec le temps, j'ai trouvé des soirées festives qui me ravissent. Certes elles sont décalées et souvent sans mots... mais surtout centrées sur une co-création du groupe. Alors là, ca "passe". Cela peut même être délicieux.
Mais pour que cela opère, il faut que le groupe soit centré sur une co creation...et non sur une redéfinition infiniment indéfinie de la place de chacun par rapport aux autres.

comme quoi...

Safran
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 45
Date d'inscription : 13/03/2014
Age : 52
Localisation : Yvelines

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Ven 14 Mar 2014 - 19:35

Je vais à un anniversaire le 13 avreil prochain.
C'est un anniversaire spécial car c'est pour les 30 ans d'un ancien élève de mon cours d'arts plastiques du centre éducatif.
A mère est médecin, son père travaille au ministère des finances, son fr'ère est architecte et lui est artiste mais a un handicap. Je suis invitée car j'ai bgeaucoup compté dans sa vie et j'y compte encore.
Nous serons déguisés sur le thème des arts. je vais me déguiser en Joconde de Salvator Dali avec des moustaches.

Je suis très à l'aise mais il y a cinq ans ils m'avaient invités à passer un weekend en Auvergne et je n'ai pas pu y aller car j'avais peur qu'il arrive quelque chose.

Dans mon cas personnel, je peux expliquer par un évènement qui m'est arrivé mon horreur du monde : mon ex détestait des amis, il leur mettait "la honte" quand ils venaient à la maison ou lorsque nous sortions, donc j'ai pris l'habitude de ne plus me faire d'amis de peur d'avoir à recevoir à mon tour ou risquer d'être invitée.
Avant cela je n'aimais pas les tenues habillées traditionnelles de nana, j'ai mis du temps à trouver mon style et j'avoue que s'il se passe quelque chose maintenant j'assume mais avant je ne pouvais pas l'assumer....
Maintenant tant pis si on me dit un truc qui ne me plait pas et que cela part en vrille, avant je me sentais extremement coupable comme soi la sortie était le moment où on pouvait encore plus me faire une remarque stupide ou ne pas danser avec moi donc me montrer que je n'étais pas "dans le moule" comme à ces bals ou j'allais sans mec ou sans copine.

Maintenant je n'ai plus ce sentiment mais je l'ai eu au point de me perdre en route pour aller à l'anniversaire.

A l'epoque je me disais "les autres vont pouvoir s'amuser, moi pas ce sera comme d'habitudeLà je me dis pour la première fois que cela peut payer d'être différent mais il m'a fallu des années de méfiance, puis sortir de ma "bulle" de protection suite à l'histoire avec mon ex.


Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Kodiak le Sam 15 Mar 2014 - 15:34

Lophophora a écrit:Je lis régulièrement des témoignages de zèbres qui rencontrent des difficultés de relation avec les autres en général, dans lesquelles je me reconnais souvent.

Mais il y a une situation en particulier dans laquelle ce sentiment d'être différent et la souffrance qui en résulte sont, chez moi, exacerbés dans des proportions très importantes : les soirées "festives" (discothèques, anniversaires avec plein de gens, grosses réunions de famille ou d'amis, mariages, soirées dansantes etc.)


Je partage entièrement la phobie de ce type d’événements, qui ont le don de mettre mes sens et mon cerveau au supplice

Toute ma vie j'ai fui ce genre d'événement à chaque fois que c'était possible, mais parfois on ne peut pas décemment se défiler, et l'on veut aussi faire plaisir à ses proches. Dans ce cas c'est pour moi un véritable petit supplice, sans répit depuis les premières secondes jusqu'à la fin. Le moment où l'on arrive est l'un des pires pour moi, lorsqu'il faut se donner une contenance... et plus les autres ont l'air d'être à l'aise dans cet exercice, plus je me sens gêné. Lorsque je repère d'autres personnes gênées, cela n'a que pour effet de me renvoyer une image de médiocrité qui m’incommode et provoque en moi un désir de fuite immédiate...

L'un des pires scénarii pour moi : tomber dans une soirée très arrosée ou les gens se lâchent totalement et s'adonnent à des comportements de "bêtes", dans le genre : chansons paillardes, blagues bien graveleuses et pas drôles, concours de trucs vulgaires et/ou dégoûtants...

Déjà que sobres ces regroupements grégaires bruyants sont d'une médiocrité, d'une banalité et d'une futilité désespérantes, alors éméchés ils deviennent carrément insupportables; une fois que l'alcool a aboli le peu de retenue dont ils faisaient preuve, et que leur comportement désinhibé apparaît sans fard, dans sa crue et hideuse nudité


Et je ne parle pas du redoutable moment ou l'on se met à danser, car j'ai un véritable blocage avec la danse (objet d'un autre sujet ici). J'ai déjà essayé d'altérer mon hypersensibilité en buvant beaucoup d'alcool, mais cela ne donne rien car je n'aime pas spécialement ça, et l'alcool n'a que très peu d'emprise sur moi : à haute dose je ne ressens que les effets purement physiques (troubles de la vue, difficultés motrices, vomissements) mais à aucun moment ma conscience n'est altérée, je reste désespérément maître de mes pensées et esclave de mes inhibitions. J'ai même essayé quelques drogues plus ou moins dures mais c'est exactement pareil : je n'ai que les effets physiques, dans mon esprit il n'y a pas de véritable changement, pas de lâcher-prise, pas de magie... aucun intérêt, donc.

Échappatoires similaires tentés, tout aussi vainement que pour toi, et pour les mêmes raisons! Et j'ajouterais même double peine, l'après cuite du lendemain ayant la désagréable faculté de remémorer ladite soirée!!



Ma seule bouée de sauvetage dans ce genre de situation : parvenir à trouver quelqu'un d'un peu plus calme que les autres, et disposé à engager une conversation en face-à-face sur des sujets pas trop superficiels. Mais même dans ce cas, cela reste souvent difficile car je ne peux jamais tout révéler sur moi et je rentre très vite dans un jeu ou je me crée un personnage en fonction de ce que j'imagine pour essayer de plaire à mon interlocuteur. D'autre part, j'ai un véritable problème de compréhension des paroles en milieu bruyant : là ou les autres semblent s’accommoder sans trop de difficultés du bruit environnant, je perd parfois totalement le fil de la conversation et j'ai une grosse difficulté à comprendre les mots, qui me parviennent noyés dans un énorme magma de sons mélangés. De la même façon que les sons m'agressent, j'ai du mal à supporter l'odeur de "ménagerie humaine" qui ne manque pas de s'installer rapidement dans la salle, ainsi que les contacts physiques trop familiers (tapes sur l'épaule, bousculades etc.)

L'hyperesthésie commune à de nombreux HP, ainsi qu'une répugnance certaine aux familiarités déplacées, ont le don de rendre ces moments insupportables pour moi également

Avec le temps et l'âge, j'arrive à fuir ou à anticiper ce genre de situation

Avec le temps et l'âge, j'arrive à fuir ou à anticiper ce genre de situation

, et ma femme qui connait depuis peu ma particularité est plus tolérante avec mes difficultés. Elle ne me pose plus de questions insistantes quand je sors m'isoler pour prendre l'air de longues minutes, et que je lui fais part de mon souhait de partir, elle en tient compte. Je lui suis reconnaissant pour cela car c'est aussi un sacrifice pour elle, qui n'a pas de difficulté particulière à s'intégrer à des groupes de tous genres et tous milieux.

Y a-t-il d'autres zèbres qui se reconnaissent dans mon profil ? Je sais bien qu'il n'y a pas de solution miracle, mais partager ses souffrances fait souvent du bien.

Je partage totalement ton aversion pour ces moments durant lesquels la bêtise et la vulgarité se multiplient, pendant que l'intelligence et l'élégance se divisent, au prorata de la taille de l'attroupement et du degré d'imprégnation éthylique!!

Pour résoudre ces nuisances, j'ai avec le temps fait le choix de l'évitement systématique, facilité par mon existence d'ermite...





Kodiak
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1772
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 53
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Sam 15 Mar 2014 - 16:04

Beaucoup de gens se défoncent car ils ont une mauvaise image d'eux et pensent que dans cet état ils sont mieux.
A 17 ans j'avais des copains qui, avec un join dans la bouche se pàrenaient pour Led Zeppelin ou Stevie Wonder !!! En vrai ils ressemblaient à la pub de "t'as vu quand t'a bu" mais quand je leur ai dit, bien sûr c'est moi qui ne savais pas rigoler ni "délirer" qu'ils appellent cela.

je préfère ne pas savoir et n'avoir jamais appris, cela m'a doucement fait rigoler.
Mais le problème est que j'ai mis du temps à imuter ces idées à ma zébritude car je pensais que mes rayures n'existaient qu'à l'école et non dans la société.

Il a fallu que je ponde un oeuf qui me ressemble pour admettre cela...

Permettez moi d'étaler ma culture sociologique et anthropologique.
Les fêtes et autres rassemblement dans lesquels ont lieu des consommations quelconques sont l'occasion de rites dans lesquelles en quelques sortes les tendances d'un groupe ou d'une société sont exacerbées, donc à mon avis un bon terrain pour s'étudier soi-même et découvrir comment on réagit.

Donc j'y vois une excellente raison pour laquelle certains d'entre nous peuvent "tester" leur résistance à ce milieu malgré mleur réticence à s'y adapter.

Cela peut être aussi l'endroit où on découvre certains malaises enfouis d'habitude (puisqu'ils sont exacerbés). D'où l'attitude de certains qui ne peuvent plus y mettre les pieds tellement la confrontation avec la "différence" est difficile.

Ce que je trouve monstrueux dans certaines fêtes mais toutes ne sont pas comme cela c'est justement l'idée de devenir "quelqu'"un d'autre", c'est ce que dans certaines société on pratique sous forme de carnaval,
et, bien que j'adore me déguiser cette ambiance "carnaval" qu'on retrouve souvent dans des domaines non festifs d'ailleurs me dérange, je n'arrive pas à expliquer pourquoi.

Lorsque j'étais enfant, les grosses têtes du carnaval étaient rangées dans le grenier de chez moi vu que nous étions logés par la commune et je sur très tôt qu'il y avait cet "autre monde" à côté, menaçant et épouvantable.
J'étais surprise quand ils ont sorti ces têtes de voir un monsieur que je connaissais dedans et cela m'a fait peur.
Cet espèce d'ennivrement, de tourbillon de la fête m'a inquiétée car j'avais l'imprtession qu'il pouvait se passer n'importe quoi.
Cependant j'avoue aimer les états de transe et les pratiquer régulièrement par la pratique de l'écriture, de l'écriture, entre autres mais sous forme festive cela me fait bizarre, je pense que les gens non zèbres ne peuvent accéder à ces états que sous cette forme (collective, terre à terre, basse) donc j'arrive à leur signifier qu'ils n'ont pas à franchir mes limites et à partir si ça craint (un jour j'ai embarqué tous les copains que j'avais amenés à un fest noz et une amie qui était restée m'a dit que je sentais bien les choses car 5 mn après il y a eu une bagarre générale).
J'ai réagi pareil quand j'étais allée à la nuit des musées et qu'il y avait eu un attentat contre Tibéri '10 mn après mon départ, car je trouvais qu'il n'y avait "pas d'ambiance").

Pour ma part j'aime les rassemblements et la vie publique, le monde car sinon je ne sais pas si je pouvais éprouver de choses fortes , car je n'aime pas le monde trop doux, feutré qu'on veut nous donner( ni les choses extrêmes comme le sexe pou les jeux pour nous faire vivre des trucs forts), donc d'être fourrée dans du monde c'est un moyen parmi tant d'autres d'en trouver, mais j'en ai un emploi complètement décalé des autres gens , je n'y singe pas ce qu'ils essaient d'en faire comme pour beaucoup d'autres choses.

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Kodiak le Dim 16 Mar 2014 - 17:05

Belletegeuse a écrit:Beaucoup de gens se défoncent car ils ont une mauvaise image d'eux et pensent que dans cet état ils sont mieux....



Les fêtes et autres rassemblement dans lesquels ont lieu des consommations quelconques sont l'occasion de rites dans lesquelles en quelques sortes les tendances d'un groupe ou d'une société sont exacerbées, donc à mon avis un bon terrain pour s'étudier soi-même et découvrir comment on réagit...

Cela peut être aussi l'endroit où on découvre certains malaises enfouis d'habitude (puisqu'ils sont exacerbés). D'où l'attitude de certains qui ne peuvent plus y mettre les pieds tellement la confrontation avec la "différence" est difficile.


Je partage de nombreux points de ton dernier post (ceux que je cite en particulier). Pèle Mêle:

- la prise de psychotropes pour se donner un faux self et tenter d'entrer en phase avec l'atmosphère de la "fête" et ses participants. Ado et post-ado, cela m'est arrivé parfois, avec une grande frustration à chaque fois, du fait que mon état de conscience modifié, loin de me rapprocher d'autrui, amplifiait mon malaise devant le décalage comportemental existant entre les "moldus" et moi. Puis j'ai peu à peu accepté la nature structurelle de ce décalage, et j'en ai tiré la conclusion que celui ci provenant d'un "plus" que je possédais, il était inutile que je persiste dans la fréquentation de ces événements (exacerbation du malaise),

- l'effet loupe des travers sociétaux que l'effet de groupe, combiné à la désinhibition alcoolique, éclaire au grand jour (qu'il s'agisse d'une soirée de Jour de l'An, d'un repas de service, d'une virée en discothèque, etc...). Le sans-gêne, l'irrespect, la bêtise crasse et vulgaire qui s'y étalent, ont tendance à me mettre sur la défensive, puis à devenir agressif. Je fais tout de même une petite exception pour quelques mariages auxquels j'ai pu assister, durant lesquels la joie sincère des tourtereaux et de leurs proches ont permis à l'atmosphère de rester conviviale et festive.

Kodiak
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1772
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 53
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 16 Mar 2014 - 17:43

Kodiak a écrit:
Belletegeuse a écrit:Beaucoup de gens se défoncent car ils ont une mauvaise image d'eux et pensent que dans cet état ils sont mieux....



Les fêtes et autres rassemblement dans lesquels ont lieu des consommations quelconques sont l'occasion de rites dans lesquelles en quelques sortes les tendances d'un groupe ou d'une société sont exacerbées, donc à mon avis un bon terrain pour s'étudier soi-même et découvrir comment on réagit...

Cela peut être aussi l'endroit où on découvre certains malaises enfouis d'habitude (puisqu'ils sont exacerbés). D'où l'attitude de certains qui ne peuvent plus y mettre les pieds tellement la confrontation avec la "différence" est difficile.



- l'effet loupe des travers sociétaux que l'effet de groupe, combiné à la désinhibition alcoolique, éclaire au grand jour (qu'il s'agisse d'une soirée de Jour de l'An, d'un repas de service, d'une virée en discothèque, etc...). Le sans-gêne, l'irrespect, la bêtise crasse et vulgaire qui s'y étalent, ont tendance à me mettre sur la défensive, puis à devenir agressif. .

Je me souviens d'un truc affreux qui m'est arrivé, un mec qui voulait me draguer m'avait invitée dans un réveillon de 31 décembre et tendu le traquenard suivant : il avait prévu que je dorme chez lui et avait invité son meilleur ami,
mais j'ai réussi à retourner la situation et il a été obligé de dormir avec son pote car j'ai menacé de rentrer à pied dans la neige.

Moralité, ce gars m'invite, essaie de me bourrer la gueule et de coucher avec moi, bonne et heureuse année....

Mais comme tu le soulignes on peut aussi trouver des fêtes sincères, dans ce cas ce sont les bons aspect qui sont soulignés...






Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Kodiak le Dim 16 Mar 2014 - 17:50

Belletegeuse a écrit:

Je me souviens d'un truc affreux qui m'est arrivé, un mec qui voulait me draguer m'avait invitée dans un réveillon de 31 décembre et tendu le traquenard suivant : il avait prévu que je dorme chez lui et avait invité son meilleur ami,
mais j'ai réussi à retourner la situation et il a été obligé de dormir avec son pote car j'ai menacé de rentrer à pied dans la neige.

Moralité, ce gars m'invite, essaie de me bourrer la gueule et de coucher avec moi, bonne et heureuse année....

Mais comme tu le soulignes on peut aussi trouver des fêtes sincères, dans ce cas ce sont les bons aspect qui sont soulignés...



Entre ceux qui tentent ce genre de plans faisandés, et ceux qui ont le culot de draguer les femmes qui viennent accompagnées (chose qui me fait réagir en primate basique Twisted Evil  si la cible de leur concupiscence est mon accompagnatrice!!), j'ai parfois honte d'être cariotypé XY  Embarassed 

Kodiak
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1772
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 53
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 16 Mar 2014 - 18:05

Super l'expression de plan faisandé, je ne connaissais pas.  Laughing  Laughing 
Cela m'est arrivé aussi qu'on me drague alors que j'étais accompagnée, j'ai foutu une paire de baffe à l'intéressé en pleine "danse du tapis" dans la discothèque ! Shocked  Shocked 

Les XY ne sont pas tous comme cela, mais en existe-t-il de libres qui ne le sont pas et dans quel endroit les rencontrer ? C'est la question que je me pose.

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Kaimetsu le Dim 16 Mar 2014 - 18:25

Etant ado, j'étais aussi très mal à l'aise en soirée, et mon malaise était proportionnel au nombre de personnes présentes.
Jusqu'au jour où j'en ai eu marre d'être la seule à ne pas m'amuser, donc j'ai fait semblant ET j'ai changé de fréquentations. les 2 combinés m'ont permis de passer de meilleures soirées.
D'une part car dans mes nouvelles fréquentations je pense qu'il y a un certain nombre de Z, d'autre part parce qu'avec une passion en commun (le métal en l'occurrence), les soirées sont plus agréables, que les interlocuteurs soient Z ou non, et enfin parce qu'à force d'imiter ceux qui s'amusent on finit par se prendre au jeu... et s'amuser aussi...

En revanche, cela ne fonctionne qu'avec les gens que je connais. Si je suis invitée à une soirée où je ne connais quasiment personne, soit je me défile parce que je sais qu'il y aura trop de monde que je ne connais pas (à partir de 5-6 c'est chaud), soit il faut que la soirée soit en nombre restreint...

Kaimetsu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 32
Localisation : Entre Rouen et Evreux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 16 Mar 2014 - 20:48

J'utilise moi aussi ce truc qui consiste sinon à faire semblant, du moins à imiter les autres, mais c'est difficile si on ne comprend pas ce qu'ils font....

J'ai eu aussi cette expérience de changer mes fréquentations, lorsque j'ai repris mes études et que je suis passée des sciences humaines à l'art.
Des relations beaucoup plus vraies, même s'il y eut quelque s "embrouilles", même si les gens étaient globalement plus jeunes que moi.

L'un de mes profs a raconté un truc à propos d'une soirée, quand il étaent étudiants ils avaient été invités chez une dame qui avait un chien, ce chien mangeait à table. Comme mon prof est grand, et que c'était un grand chien, on l'a mis à côté du chien. Le chien faisait bdu bruit en mangeant. J'ai rigolé quand il a raconté cela, il racontait cela avec un flegme pas possible, j'imagine qu'il a dû tout encaisser sans rien dire, donc le malaise en soirée, on peut raconter cela dans une autre soirée sympa cela fait des anecdotes marrantes quand cela n'est pas triop "glauque"...

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 16 Mar 2014 - 20:52

Souvenir qui le revient d'une soirée con passée avec des gens de ce groupe.
Il y en a une qui m'avait invitée, j'étais la personne "fun", "à la mode", le lendemain je ne sais pas ce qui s'est passé dans la soirée mais la fille ne m'a plus parlé....
J'ai été triste un certain temps, qu'est-ce donc qui n'a pas été ? Donc on m'invite pour ce que je suis, puis tout à coup, je n'ai pas perdu ma personnalité et je lme trouve "évitée"...
"Ai-je dit une inconguité", c'est ce que je suppose....
A moins qu'on ne pélange pas les torchons propres avec les serviettes sales, cela doit être quelque chose comme cela...

Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Kaimetsu le Dim 16 Mar 2014 - 20:59

D'où l'importance de bien choisir les gens avec qui on fait des soirées...

L'autre jour j'ai passé une soirée avec des amis (petit nombre) et on a passé une bonne partie de la soirée à parler du fait que dans certains paradigmes mathématiques les parallèles peuvent se croiser et les perpendiculaires ne pas se croiser, c'était très drôle et impossible d'avoir ce genre de délires si on ne connait pas TRES BIEN les personnes à qui on s'adresse...

Pareil avec d'autres copines où on parlera plutôt de zébritude, de spiritualité, de divination...

Il faut juste apprendre avec qui on peut parler de quoi, et pouvoir avoir des amis dans un peu tous les sujets qui nous intéressent Smile

Kaimetsu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 01/02/2014
Age : 32
Localisation : Entre Rouen et Evreux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Belletegeuse le Dim 16 Mar 2014 - 21:30

Kaimetsu a écrit:D'où l'importance de bien choisir les gens avec qui on fait des soirées...

L'autre jour j'ai passé une soirée avec des amis (petit nombre) et on a passé une bonne partie de la soirée à parler du fait que dans certains paradigmes mathématiques les parallèles peuvent se croiser et les perpendiculaires ne pas se croiser, c'était très drôle et impossible d'avoir ce genre de délires si on ne connait pas TRES BIEN les personnes à qui on s'adresse...

Pareil avec d'autres copines où on parlera plutôt de zébritude, de spiritualité, de divination...

Il faut juste apprendre avec qui on peut parler de quoi, et pouvoir avoir des amis dans un peu tous les sujets qui nous intéressent Smile

9a c'est sûr, et rappelons nous le célèbre film "diner de cons", il y a des personnes qui peuvent avoir des jeux bizarres.
Quoiqu'il en soit on peut aussi partir au milieu de la soirée si un truc ne nous plait pas, cela m'est arrivé à un anniversaire où les gens rigolaient de ma façon de danser...(une soirée de la fac là aussi.)

En tous cas c'est super de pouvoir parler de certains sujets en soirée, cela veut bien dire que si on est avec des gens avec qui on a des affinités cela ne peut que bien se passer, en revanche si on est dans u groupe on peut se retrouver dans une situation surréaliste, comme le coup du chien. j'imagine mon pauvre prof qui est très timide et très distingué en tête à tête avec le dogue allemand qui ne devait pas avoir grand chose à dire lui non plus, j'en connais qui auraient crisé.

Pour la fille qui ne m'a plus parlé, j'ai pensé que je n'avais pas plu à ses autres amis, j'ai dû faire "tache", en général j'ai du mal avec les plus de 35 ans, femmes des fois je ne comprends pas tout, d"où l'imprortance d'avoir des affinités vraiment à partir d'un certain âge car avec certaines personnes ou certaines ambiances cela peut dérâper...

j'ai mis du temps quand même avant de comprendre comment cela fonctionnait, comme les gens faisaient des choses que je n'auraient pas imaginé, censuraient mes conversations et aussi le fait de ne pas avoir eu le droit de sortir lorsque j'étais ado, ni jeune mariée( ni vielle mariée non plus car mon deuxième ex ne supportait personne d'autre que sa mère et l'un de ses amis...) je m'imaginais qu'il y avait une "astuce". Toutes ces expériences de soirées plus ou moins réussies m'ont montré à plus de 40 balais qu'il n'y avait pas d'astuce, que c'était aussi simple que ce que tu as dit.


Belletegeuse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 690
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 55
Localisation : Région parisienne et Saone et Loire

http://www.danielle.artblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Cleore le Lun 17 Mar 2014 - 11:15

Tout à fait, on peut fort bien s'amuser beaucoup en compagnie de gens avec lesquels le courant passe. Sans forcément tomber dans les excès, la beuverie, les blagues grivoises etc. Samedi soir j'étais avec un petit groupe de gens gentils comme tout, on a mangé de la pizza et bu un verre de vin avant d'aller danser, on a parlé un peu de cuisine, un peu de musique, on a répété une choré qu'on devait faire sur la piste, c'est resté très convivial, personne n'a raconté de bêtises même si on a bien ri par instants, personne n'était saoûl et tout le monde avait envie de passer un bon moment. ça m'a redonné la pêche après une semaine difficile et ce matin encore j'ai une énergie que je n'avais pas il y a encore quelques jours. J'en suis la première étonnée. ça m'a rappelé les bringues de mes 20 ans avec une dimension plus mature, plus généreuse, je ne sais pas trop comment expliquer ça. Et ça fait vraiment du bien parfois de s'amuser et de rencontrer des gens, même pour moi qui suis une grande solitaire vivant dans sa bulle.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Excessivement mal à l'aise en soirée "festive"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum