Le haïku

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Dim 10 Mar 2013 - 21:18

Par deux fois
Contre mon pied
J'en ris beaucoup

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par noir le Dim 10 Mar 2013 - 22:06

merci Zzitaratatouille pour tous ces apports Smile . Je réponds et apporte qq petits compléments du jour.


Zzitaratatouille a écrit:
À vrai dire, pour les syllabes à double voyelle, les deux manières de prononcer sont admises en prosodie. Suivant le nombre de pieds qui doit être respecté, on pourra lire bru-i-sse-ment ou bien brui-sse-ment.
C'est très utilisé chez Hugo ou Racine, ces astuces.


En fait, peut être pas exactement il me semble. Il s'agit là de diérèse et pour être plus précis, ce que j'avais écrit devrait bien être lu bru / i / sse / ment / d'air, cela en prosodie classique (la pure et dure Twisted Evil ).

L'écriture et prononciation brui / sse / ment / d'air ne serait pas acceptée en prosodie classique mais en néo-classique (un peu moins tendue du string... si l'on m'accepte cette métaphore. pig ) et qui tolère le non respect des diérèses.

Il est vrai aussi que mes pieds (pas ceux avec 6 orteils pour chaque.. rabbit ) se construisent à mon oreille et diction, donc cela donne fréquemment du neoclassique.


Il m'a été aussi « marrant » de lire la suite, et que jusqu'au 16ème siècle, la séquence « ier » était monosyllabique et que cela valut d'étonnantes discordances entre auteurs de l'époque, montrant aussi que rien n'est ou n'a été si figé que rien n'est nécessairement « absolu »:

Spoiler:

de http://fr.wikipedia.org/wiki/Di%C3%A9r%C3%A8se


« Cependant, jusqu'au XVIe siècle, le suffixe -ier était monosyllabique même en pareil cas ; Ronsard dans son Ode contre les bûcherons de la forêt de Gastine s'écrie encore :

Sacrilège meurtrier, si l'on pend un voleur
Pour piller un butin de bien peu de valeur…

et La Fontaine n'hésite pas à écrire un siècle plus tard :

Mais beaux et bons sangliers, daims et cerfs bons et beaux

L'Académie, d'ailleurs, dans ses Sentiments sur le Cid fait ce reproche à Corneille :

Ce mot de meurtrier qu'il répète souvent le faisant de trois syllabes n'est que de deux
et c'est peut-être la raison pour laquelle, dans Andromaque, Racine n'emploie pas une seule fois le mot[réf. nécessaire] que le sujet appellerait, semble-t-il, de lui-même : il fallait ne choquer ni les pédants ni les oreilles. On ne le rencontre qu'à la fin de son œuvre, où une des filles du chœur ose dire, dans Athalie :

Les glaives meurtriers, les lances homicides, »



Zzitaratatouille a écrit :

« L'idée est donc de parvenir à observer le réel, à saisir l'instant, sans le décrire, mais en notant des impressions fugitives. Ce sont en principes les règles du haïkus : on ne décrit pas, le registre est celui du subjectif, une référence doit être faite à la nature ou à une des quatres saisons (c'est la règle du kigo) »


En fait, c'est vrai en grande partie mais loin d'être exclusif, et je m'en suis rendu compte ce matin (rencontre « haikus » en bord de lac) avec pas mal de bouquins et haikus.
Ainsi, dans l'un des haikus les plus connus et cité (j'ai une variante de traduction) est :


Dans la vieille mare,
une grenouille saute,
le bruit de l'eau.


Il y a une réelle description et action.
C'est presque « violent » pour un haiku ! affraid Car comme tu l'as dit, et l'on s'en est rendu compte ce matin, cela se situe bcp dans une approche assez « méditative » et calme. Il y a très peu de mouvements, tout au plus le parcours du soleil dans la journée ou éléments de cet ordre... mais c'est pas violent ! Cela pour dire qu'il y a aussi de multiples formes d'écriture et structures et sujets et façons et que cela me semble difficile à résumer en qq mots.



J'ai entendu celui cité, c'est celui qui m'a le + marqué:

Rq: je ne suis pas sur que c'était l'écriture traduite que j'ai entendu ???, les points d'exclamation, le « Non » mais j'en ai entendu bcp et c'était bien celui-là:


« Une fleur tombée
remonte à sa branche !
Non ! c'était un papillon. »



Comme vient de l'écrire SoleilSombre: « le tout est d'avoir du plaisir à écrire dans ce style » alors j'en mets un en parfait rapport (et qui n'est pas celui d'un petit japonais qui sommeillerait en moi...) écrit ce matin Smile :




« Les branches sont nues
Je me couvre de feuilles,
Plaisir d'écrire »





et une petite REMARQUE / QUESTION Question :

L'on retrouve souvent les mêmes objets, sujets « classiques »: le cerisier, la montagne, la mer, la Lune, l'eau, le saule (et oui moins attendu pour moi), qq autres certainement, mais aussi et surtout LES MOUSTIQUES !

Quelqu'un en a-t-il une explication de la présence de ces moustiques dans de nombreux haikus japonais ?

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 930
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Dim 10 Mar 2013 - 22:09

Les moustiques
Ca pique
J'en sais rien Laughing

(Je vais faire des recherches)

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Helen M. le Dim 10 Mar 2013 - 22:17

Si ça pique pas ?
Fais comm' même très attention
Ça gratt'au réveil

Helen M.
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 233
Date d'inscription : 02/03/2013
Age : 40
Localisation : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Helen M. le Dim 10 Mar 2013 - 22:18

Ou bien c'est des puces
Puces ou moustiques faut choisir
Mais qui pique le plus?

Helen M.
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 233
Date d'inscription : 02/03/2013
Age : 40
Localisation : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Invité le Dim 10 Mar 2013 - 22:19

Le moustique qui te pique
Ma moustache aussi
Jamais contente, chérie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Dim 10 Mar 2013 - 22:23

Le moustique
Le côté éphémère
Haiku traduit l'évanescence

(Supposition personnelle - la durée de vie du moustique est idéale pour traduire un instant fugitif)

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Invité le Dim 10 Mar 2013 - 22:25

une saison aussi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par noir le Dim 10 Mar 2013 - 22:31

Je vous laisse réfléchir et écrire,

Cela me rappelle à ne pas oublier encore de me raser demain: Smile

Gimli a écrit:Le moustique qui te pique
Ma moustache aussi
Jamais contente, chérie

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 930
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Dim 10 Mar 2013 - 22:31

Tu veux dire que le moustique permet de contourner l'interdit de dire la saison ?

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Invité le Dim 10 Mar 2013 - 22:43

on l'évoque, on ne la dit
comme l'être aimé
il ne faut le dévoiler


Dernière édition par Gimli le Dim 10 Mar 2013 - 22:48, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Dim 10 Mar 2013 - 22:47

L'omniprésence sans l'être
Très subtiles les jap
Forme incroyable, pure

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Zzita le Lun 11 Mar 2013 - 9:57


En fait le moustique n'est pas vraiment là pour la philosophie, dans les haïkus. Simplement qu'au Japon, le moustique est vraiment un fléau. Il est là dès que la température remonte, vers fin mars, hyperactif durant les 4 mois suivants, et il y en a moins seulement en novembre. Et cela est valable du Nord au Sud du Japon ^^
En gros, d'avril à octobre, il est impossible de mettre le nez dehors plus de 10 minutes sans récolter ses 2 ou 3 piqûres.

L'omniprésence du moustique dans les haïku est d'autant plus compréhensible qu'ils ont pour la plupart été composés en pleine nature, avec, donc, moustiques envahissants tout autour Wink



Zzita
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 496
Date d'inscription : 09/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Zzita le Lun 11 Mar 2013 - 9:59

Et puis c'est pratique le moustique, au milieu de toute ce classicisme, ça produit un détachement humoristique toujours très apprécié.

"Mono no aware", l'impermanence des choses, ou comment rire de tout ...

Zzita
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 496
Date d'inscription : 09/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Invité le Lun 11 Mar 2013 - 12:16

J'irai en décembre m'offrir
aux seuls valeureux
moustiques encore éveillés

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Carla de Miltraize III le Lun 11 Mar 2013 - 13:43

Merci Zzita pour ces précisions !
Merci à tous pour vos interventions!

Débutant dans cet Art, j'aimerai etre au plus près de l'original de l'haïku, je dois etre puriste en fait Very Happy (j'espère ne pas finir psycho-rigide Laughing )
J'avoue que n'étant pas formée en littérature ou poésie, je galère un peu pour le comptage des syllabes, et ne suis pas toujours très sûre de moi à ce niveau...

J'ai trouvé ceci :

Compter les syllabes d’un vers


On ne compte pas les syllabes d’un vers comme on compte les syllabes d’une phrase normale, c’est-à-dire en prose (pensez aux phrases que l’on prononce tous les jours).

Si le vers qui suit était de la prose, on compterait les syllabes ainsi :

Une/ Gre/nouille/ vit/ un/ Bœuf (six syllabes)

Or, dans la poésie, on ne compte pas les syllabes de la même manière que dans la prose :

U/ne/ Gre/nou/ille/ vit/ un/ Bœuf (huit syllabes)

Il y a donc certaines règles qu’il faut connaître pour trouver le nombre de syllabes d’un vers (ce qu’on appelle le mètre).

1° Placer la coupe

Chaque syllabe est séparée de l’autre par une barre oblique appelée la coupe :

Tout/ mar/quis/ veut/ a/voir/ des/ pages

Il n’y a pas de difficultés à compter les syllabes d’un vers pas plus que dans une phrase en prose, tant qu’un mot ne se termine pas par un « e » (1).

2° Le « e »

Le « e » à la fin d’un mot est dit muet, car il se prononce parfois et parfois il ne se prononce pas. On a donc deux possibilités.

a) Soit le « e » à la fin d’un mot est suivi d’une consonne :

di/tes/-moi/

Le « e » de « dites » (2) est devant une consonne. Il compte pour une syllabe supplémentaire. On met donc une coupe immédiatement après.

b) Soit le « e » est devant une voyelle

Est/-ce a/ssez

Le « e » de « ce » est devant une voyelle ( le « a » de « assez »). Il ne compte donc pas, et on ne met pas de coupe juste après ce « e », mais après la voyelle qui suit (le « a »).
En effet, le « e » s’élide (il y a élision) exactement comme dans les exemples ci-dessous :

le arbre ➝ l’arbre
je aime ➝ j’aime

Attention ! le « e » à la fin d’un vers ne compte jamais :

Qui/ lui/ sem/bla/ de/ be/lle/ taille

Notes :

1 - 1 Le « e » de « pages » ne compte pas. Ce mot ne fait qu’une syllabe. De toute façon, on le verra, un « e » à la fin d’un vers ne compte jamais.
2 - 2 Le « s » de « dites » ne compte pas, car on ne l’entend pas.

http://www.ralentirtravaux.com/lettres/sequences/sixieme/sequence_2/versification.php

Et concernant le fait que le haïku soit une forme de méditation je dois dire que je trouve à cet exercice un apaisement, un dérivatif à mon angoisse latente, et une belle façon de renforcer ma confiance en mes capacités créatrices.



Promesses liesses
Ether d'or au goût de miel
Acacias en fleurs





Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Carla de Miltraize III le Lun 11 Mar 2013 - 16:00

Soubresauts nocturnes
Silencieux cris lumineux
Un chat prend la fuite




Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Carla de Miltraize III le Lun 11 Mar 2013 - 19:37

Les clochettes sonnent
Un "requiem for sweet snow"
Dansent les bourdons



Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par noir le Lun 11 Mar 2013 - 19:47

Carla de Miltraize a écrit:Et concernant le fait que le haïku soit une forme de méditation je dois dire que je trouve à cet exercice un apaisement, un dérivatif à mon angoisse latente, et une belle façon de renforcer ma confiance en mes capacités créatrices.


Un plaisir que de lire tes créations et tu peux avoir confiance en tes capacités créatrices (et naturelles j'ai l'impression). drunken



Sur le comptage, ce que tu as posté est une bonne base et suffisante dans l'ensemble.

De mon côté, je me suis rendu compte que la diérèse (les 2 voyelles) n'était pas vraiment maitrisée ! Suspect

Sur le comptage de mon « bruissement d'air » il est bien en 5, vérifié, mais c'est presque un coup de chance ! car il s'agit d'une des exceptions dans les séquences « ui » où en général on ne coupe pas...

Pour dire que cette partie (pour les puristes) est assez complexe et soumise à de multiples exceptions sans que n'en ressorte nécessairement une logique énorme.

Pour ceux ou celles qui souhaitent approfondir, le comptage et la prosodie, je mets un lien sur un traité (une référence) que l'on peut télécharger gratuitement : http://www.sorgel.com/pages/traite_prosodie.htm suffit juste de s'enregistrer.



Et merci à ceux qui ont cherché sur le moustique avec aussi de belles réponses. Smile

Zzitaratatouille, le côté « fléau » du moustique ainsi que le décalage d'expression me semblent tout à fait correspondre. Merci Smile


Bonnes écritures

noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 930
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Lun 11 Mar 2013 - 20:29

Murmure a soufflé
Tension de regard muet
Rester suspendue

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Lun 11 Mar 2013 - 20:42

Le flocon tardif
Petite plume voletant
Transparence rieuse

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Carla de Miltraize III le Lun 11 Mar 2013 - 21:00


Embarassed Merci Noir ! Smile
Pour le compliment déjà et ensuite pour le lien !!!




***

A reine des près
La révérence champêtre
Du coléoptère



Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par SoleilSombre le Lun 11 Mar 2013 - 23:59

Ainsi feu follet
Que l'eau rigole sillon
Calme tempête

SoleilSombre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3757
Date d'inscription : 19/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Carla de Miltraize III le Mar 12 Mar 2013 - 13:54

Au ciel, coeur de vent
Attache à la frêle enfant
Bel amour poète


Mon inspiration pour ce petit haïku :




Avec l'aimable autorisation de l'artiste Smile
Je vous invite à visiter sa page :

https://www.facebook.com/LesCreationsdePistachette


Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par noir le Mar 12 Mar 2013 - 18:18


Des bulles des gouttes,
Une vibration du sol,
Et l'onde se tait.


noir
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 930
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 39
Localisation : Asperland, sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le haïku

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum