Faut-il parler de ses rayures?

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faut-il parler de ses rayures?

Message par fraisedesbois le Ven 6 Sep 2013 - 14:41

Bonjour à tous,

J'aimerais avoir votre avis et/où vos expériences. Ça fait 3 ans environ que j'ai été diagnostiqué (pas testée, pas encore trouvé le courage) et je n'en ai parlé qu'à une seule personne. Je trouve ça pesant et j'aurais parfois envie d'en parler avec les gens proches qui m'entourent en me disant que je serais peut-être mieux comprise mais en même temps ça me fait peur.

Qu'en pensez-vous? Vos amis sont-ils au courant? Faut-il garder cela pour soi de peur d'être jugé, regardé différemment voire même rejeté?

fraisedesbois
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 38
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Invité le Ven 6 Sep 2013 - 16:34

Ben... au vu du flop généralisé que ça a fait pour certains que je connais (dont moi).. ça ne sert à rien du tout. Si ce n'est à te rendre encore plus compte du gouffre qui nous sépare.

Tiens, pour rire un peu, voici ma dernière tentative (avec une amie) que j'avais postée chez Hazuki  :

J'ai mon amie au téléphone, on discute et je lui explique ce qui s'est passé depuis mars dernier (découverte de ma zébritude, test, mal être, forum de zèbres, rencontres zèbres, et psy qui connaît la douance).

Ce qu'elle me répond :

- ah tu es surdouée ? ok... ben je vois parce que mon neveu l'est, il a raté toutes ses études et raté sa vie amoureuse ! ça vaut pas l'coup d'être surdouée, moi je préfère pas l'être, c'est clair !!
- si je comprends bien : tu cherches à te regrouper avec les surdoués, entre vous, et ne plus voir les cons que nous sommes ?
- mais un psy... c'est pour les dingues ! T'es pas dingue enfin !! tu es surdouée et tu comprends pas que ta psy, elle sert à rien et qu'elle te prend ton fric pour rigoler et partir en vacances avec ? Ou alors tu sais pas quoi faire de ton argent, c'est ça ?

Hum... comment dire .... ? Assomme 

Voilà... du coup, on va dire que j'arrête là lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Bobslug le Ven 6 Sep 2013 - 16:46

Personnellement j'en ai parlé à quelques uns de mes proches, mais je me suis rendu compte que c'était plus par envie de me justifier, de pouvoir dire "Vous voyez, je ne suis pas folle après tout!".
Les réactions à l'"annonce" vont de l'indifférence/la non compréhension à l'approbation. Je n'ai heureusement pas encore eu de réaction négative, mais je pense que c'est parce que j'ai choisi très soigneusement les 3-4 personnes à qui j'en ai parlé.

Mais je ne pense pas évoquer le sujet avec d'autres. J'ai l'impression que cela n'apporte rien. Si la discussion se porte naturellement là-dessus, alors peut-être. Mais je me rends compte que que je le dise ou pas ne change pas grand chose à ma relation avec les autres ni à ma relation avec moi-même.

Bobslug
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 18
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Wayne le Ven 6 Sep 2013 - 21:32

J'en ai parlé à quatre personnes avec pour résultat, quatre réactions différentes.

Quand j'ai découvert que je l'étais (du pur hasard), j'ai tout de suite fait le rapprochement avec ma meilleure amie. Et comme je savais qu'elle était en souffrance, et qu'il me semblait plus qu'évident que cette souffrance était liée à ses rayures, je me suis senti obligé de lui en parler. Quand je lui ai expliqué que je l'étais, et ce que ça voulait dire, sa réaction a ressemblé à quelque chose comme « Mec, t'étais à peu près le seul à ne pas savoir que tu es surdoué ! » (ça a pris un peu de temps pour qu'elle se rende à l'évidence qu'elle aussi était concernée).

Fort de ce succès, j'ai voulu en parler à mon plus vieil ami. Mauvaise pioche. Peut-être que je n'ai pas choisi les bons mots, ou que j'ai fait preuve de maladresse, ou que c'était lui qui n'était pas prêt à l'entendre, mais il est resté totalement indifférent (« Bah c'est bien, qu'est-ce que tu veux que je te dise... »).

Après, il y a eu mon instructeur en arts martiaux (un proche, qui a toujours été là dans les moments où j'allais mal). Avec lui, ça a été la fête de l'incompréhension. Il n'a pas cherché à comprendre ce que j'essayais de lui dire, a changé de sujet immédiatement, et m'a envoyé bouler quand j'ai essayé de remettre ça sur le tapis. Je pense qu'il a ressenti le mot surdoué comme une attaque envers lui. J'ai essayé de lui expliquer que j'étais plus que, lui a compris qu'il était moins que moi. Sur le moment, il n'a rien trouvé de mieux à me lancer que « Moi aussi je suis intelligent. ».

Enfin, ça a été le tour de mon associé, à qui je l'ai balancé sans prendre de gants après qu'il m'ait saoulé pendant un quart d'heure pour que je lui explique les causes de mes insomnies, et pourquoi je refusais de prendre des somnifères alors que je dormais à peine 4 heures tous les trois jours. J'ai grave bloqué quand, du tac-au-tac, il m'a répondu « Sérieux, toi aussi t'es zèbre ? ».

Je ne veux pas aborder ce sujet avec le reste de mes proches, même si je serai probablement obligé de le faire un jour.

Je sais que si j'en parle à ma mère, elle se sentira coupable (de ne pas avoir pu m'aider, de ne jamais avoir remarqué à quel point j'allais mal, et plein d'autres choses encore). Si j'en parle à mon père... Non, inenvisageable. Lui et moi n'avons jamais échangé un mot qui ne soit en rapport avec la pêche, la météo, ou le cinéma. La cadette de mes sœurs et le cadet de mes frères se sentiront exclus, et « moins que ».

L’aînée de mes sœurs, ses deux (très jeunes) fils, ainsi que l'aîné de mes frères le sont. Je sème des petits cailloux de temps en temps, pour les mettre sur la piste sans les brusquer. Peut-être qu'un jour je serai forcé de leur dire les choses clairement, mais pour l'instant, je reste tiraillé entre la peur de me dévoiler, et celle qu'il leur arrive de mauvaises choses parce que je ne les aurai pas prévenus à temps.

Wayne
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 268
Date d'inscription : 26/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Invité le Ven 6 Sep 2013 - 21:40

Non, il ne faut pas.
Allez, aux très, très, très proches, et encore.

Entre mon expérience, celle de Madame, de quelques autres, et ce que j'ai pu lire ici, je crois pouvoir affirmer qu'une réaction positive, à moins que la personne ne soit elle-même surdouée et consciente de l'être, est encore plus rare qu'un but de l'équipe de France de Didier Deschamps. En revanche, les réactions agressives, malveillantes, méprisantes, haineuses, ou juste d'indifférence blessante ou de "gné" stupides, qui sont la grande majorité, sont si destructrices que je pense vraiment inutile de prendre le risque.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Lilou le Ven 6 Sep 2013 - 21:58

Mary Poppins a écrit:

Ce qu'elle me répond :

- ah tu es surdouée ? ok... ben je vois parce que mon neveu l'est, il a raté toutes ses études et raté sa vie amoureuse ! ça vaut pas l'coup d'être surdouée, moi je préfère pas l'être, c'est clair !!
- si je comprends bien : tu cherches à te regrouper avec les surdoués, entre vous, et ne plus voir les cons que nous sommes ?
- mais un psy... c'est pour les dingues ! T'es pas dingue enfin !! tu es surdouée et tu comprends pas que ta psy, elle sert à rien et qu'elle te prend ton fric pour rigoler et partir en vacances avec ? Ou alors tu sais pas quoi faire de ton argent, c'est ça ?
Oh misère... Horreur non Terreur Triste pale (oui, à peu près tout ça Razz )

Lilou
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 593
Date d'inscription : 25/07/2009
Age : 36
Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Vendetta le Ven 6 Sep 2013 - 22:03

Bah...dire aux autres qu'ils ont probablement un QI inférieur, et que cela les empêcherait de vous comprendre, parce que vous êtes plus sensibles, plus gentils, plus intelligents etc... non parce que la même chose passerait sans doute difficilement ici, nop?

Vendetta
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 202
Date d'inscription : 17/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Coyote le Ven 6 Sep 2013 - 22:13


salut! je pense qu'il faut parler de ses zebrures pour qu'on nous accepte dans notre diferences, il faut que les autres comprene que nous avons un fonctionement diferent pour qu'ils nous reconforte. le probleme cest que certain en profite pour abuser de notre faiblesse, comme les PN, il faut eviter de se faire dominer. Jen ai baver par le passe et jai eu recour a la violence physique et moral, cest triste den arriver la, mais parfois on a malheureusement pas le choix. La peur permet souvent dentretenir les amities, cest mon point de vue de la vie.

Coyote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 117
Date d'inscription : 06/09/2013
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Vendetta le Ven 6 Sep 2013 - 22:16

Laughing ouai

Vendetta
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 202
Date d'inscription : 17/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par fraisedesbois le Ven 6 Sep 2013 - 22:43

Merci pour vos réponses qui ont confirmé ce que je pensais...
A plusieurs reprises, lors de discussions diverses et variées l'occasion m'a été donné de pouvoir dévier le sujet vers la douance, l'histoire de tâter le terrain, j'ai toujours eu l'impression que soit les gens n'y comprenaient rien, soit ils se sentaient en danger.
A l'époque où je venais de faire tester mon fils, comme il ne s'agissait pas de moi il m'était plus facile d'en parler et j'en avais besoin mais au final les réactions étaient toujours hostiles. Sans être réellement verbalisé les attitudes étaient du genre "mais pour qui elle se prend celle-là, son fils n'est pas plus intelligent que le mien".


Je trouve ça vraiment pesant! Ne pas pouvoir en parler, de ne pas pouvoir mettre de mots sur le pourquoi on me trouve bizarre, compliquée et bien d'autres qualificatifs... Déjà que le syndrome de l'imposteur est bien vivace au quotidien...

fraisedesbois
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 38
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Bouclette le Ven 6 Sep 2013 - 22:47

"Si ce n'est à te rendre encore plus compte du gouffre qui nous sépare." pinaise, j'l'ai vu le gouffre le moment où j'ai su pour mon pote zèbre... c'est que après que je me suis remise de mes émotions que je me suis dit qu'après tout, il est pareil que les autres, n'a pas 2nez sur le visage ou 3yeux, bon bref, j'ai cogité sur la réaction que j'ai eu à l'instant où j'ai appris ça...
Wayne : Le dernier il est épic avec le "Sérieux, toi aussi t'es zèbre ?" !!!! Pété de rire 

Sinon : ouiiiiii il faut le dire !!! Tout le monde s'aime, on est tous égaux, on se fait tous des câlins c'est le pays des bisounouuuuuuurs !!!! Long hug  Hourra ! flower Non sérieux, c'est la merde et c'est dommage... mouais

Bouclette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 65
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Vendetta le Ven 6 Sep 2013 - 22:50

@fraisedesbois
Tu peux aussi assumer d'être "bizarre", ça revient au même, sauf que tu ne tentes pas de justifier ça socialement par une "supériorité", mais juste en acceptant d'être perçue comme étant différente.
D'ailleurs ce n'est même pas dit qu'ils jugent cette différence comme étant négative si tu ne cherches pas à te fondre dans un moule pré-établi.
Imposteur de quoi?

Vendetta
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 202
Date d'inscription : 17/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Coyote le Ven 6 Sep 2013 - 22:51

Et de toute facon, de quoi avoir peur quand on a rien a se reprocher??

Coyote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 117
Date d'inscription : 06/09/2013
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Bouclette le Ven 6 Sep 2013 - 22:52

Et bizarre en quoi, surtout... jamais réussis à comprendre ça ? Perplexe Crazy

Bouclette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 65
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Invité le Ven 6 Sep 2013 - 22:58

Je l'ai dit à une copine, qui m'a répondu "de toutes façons j'ai toujours su que t'avais un grain "Very Happy 
2 de mes ex s'en sont rendus compte tous seuls. Ca n'a pas changé grand chose.
Sinon les autres, je sais pas, j'ai jamais osé le dire, mais ça c'est rapport avec mon histoire perso (ma mère s'est servie de ça pour me faire trimer: vaisselle, ménage, garder mes frere et soeur, faire le secrétariat de mon père et d'autres trucs... donc du coup je suis un peu parano je me dis que ça ne peut que se retourner contre moi...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par fraisedesbois le Ven 6 Sep 2013 - 23:39

@pervers narcissique,
En effet, je tente de me fondre dans le moule pour moins me sentir seule, c'est presque pire...
Et imposteur car j'ai sans cesse la sensation de jouer un rôle; quand je m'ennuie mais fait mine de m'éclater, quand je participe à des discussions qui m'apparaissent comme futiles, sans intérêt et que je me retiens de bailler, etc...
J'assume mon statut de "bizarre", néanmoins je passe mon temps à être diplomate, conciliante, compréhensive, à l'écoute et je reste frustrée que personne ne soit en mesure de se comporter de la même façon avec moi.



fraisedesbois
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 38
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas

non faut pas se jeter à l'eau bêtement

Message par femmehonnete le Ven 6 Sep 2013 - 23:52

je pense que non, que des déboires MAIS
penser à soi et venir ici ou sites et rencontres avec pareils ET
être disponible pour ceux qui s'ignorent et nous parle de leur souffrance, les consoler, les rassurer et les guider jusqu'ici ou autres sites idem, où ils peuvent se sentir "en famille" et se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls.

femmehonnete
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 1
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 59
Localisation : tarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Vendetta le Ven 6 Sep 2013 - 23:52

@fraisedesbois
J'imagine bien que ça doit être pire, c'est le meilleur moyen de t'isoler, parce que pour le coup ce n'est pas "toi" qui est en interraction avec les autres (c'est un peu étrange dit comme ça).
Si tu tentes de te caser dans des normes qui ne sont pas les tiennes, ce n'est pas toi qui sera appréciée ou détestée, par contre ça te fera peut être jouir d'une bonne image sociale. Mais bon... l'image ce n'est sans doute pas ce qui compte le plus.
Pour les discussions, avec internet tu as moyen de te satisfaire un peu, tu peux discuter sur tous les sujets, et ça peu même te permettre de rencontrer des personnes avec qui tu auras plus d'affinités, donc pas la peine de faire semblant, de jouer un rôle, la toile est grande.

Et sinon, pour ce qui est de prendre sur toi (être conciliante etc), si tu sens que ça t'épuise, à mon avis c'est que quelque chose bug. Ca ne doit pas aller que dans un sens, alors soit tu peux réussir à exprimer tes besoins, soit tu dois trouver des personnes plus à même d'avoir une relation "équilibrée" (ou un mix des deux, je ne sais pas).
Après ça vaut ce que ça vaut, je suis loin d'être une experte en relations sociales, mais ce serait quand même dommage de t'épuiser juste pour paraître quelque chose (en étant toujours seule) alors que tu peux vraisemblablement avoir des relations plus épanouissantes.

Pour ça tu n'as pas besoin de prouver aux autres que tu as une supériorité sur ce domaine (à moins que tu sois dans une relation de confiance, sans trop de tensions), à la limite tu vas les blesser dans leur égo, et recevoir de la violence en retour (car c'est tout de même un peu violent de dire aux autres "je suis plus intelligent" quelque part).

Et en fait j'ai tendance à penser que quelqu'un qui assume ses spécificités, ses excentricités, de façon "naturelle" ça en jette pas mal en général Wink 

Vendetta
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 202
Date d'inscription : 17/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par adcvh le Sam 7 Sep 2013 - 7:34

En fait, tu peux en parler... Convenablement.

Plutôt que de dire "je suis surdoué", qui en fait n'est juste qu'une classification de psys et peut-être une "mode", tu peux dire des choses plus concrètes.

Etre surdoué, c'est un concept très très abstrait. La preuve est ce forum. Si chacun d'entre-nous ici est vraiment surdoué, alors la variété des individus montre bien que, peut-être est-on en "marge" de la majorité, mais dire que nous sommes "sembables" et que être surdoué revêt donc un concept précis et concret me parait être un raccourci très hasardeux.

Donc plutôt que de parler de ça, tu devrais peut-être parler directement des "effets" de ton état. A savoir parler de tes idées, de tes ressentis... En gardant à l'esprit que si on ne te comprend pas très vite, c'est pas si grave. Personne n'a exactement le même background, normal qu'il faille du temps pour se comprendre.

Quant aux gens qui te sont insupportables par leur comportement... Il y a ceux dont tu n'as rien à foutre et que tu préfères certainement ne pas fréquenter : ne les fréquentes pas. Et il y a peut-être certains de tes proches ou amis qui parfois ont des comportements qui t'énervent. En fait, c'est comme ça pour tout le monde. On ne peut pas être d'accord en permanence avec tout le monde. Là tu as le choix de leur donner ton opinion, mais il faut garder à l'esprit qu'il s'agit là de leur vie et que tu dois respecter ça.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Zigzag le Sam 7 Sep 2013 - 10:58

Perso, j'ai juste abordé le sujet avec 2/3 personnes en leur donnant une description, sans leur dire de quoi il s'agissait.
j'ai pas forcement l'impression d'avoir ete compris. mais je trouve que c'est un bon compromis.
Et si un jour une personne fait le lien entre ma description et hqi, c'est qu'elle est deja au courant...

Zigzag
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 54
Date d'inscription : 20/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par fraisedesbois le Sam 7 Sep 2013 - 20:53

@ adcvh, Je suis entièrement d'accord avec toi, c'est d'ailleurs de cette façon que je me comporte, malheureusement quand on aborde des "symptômes" sans les placer dans un concept les gens n'y sont pas réceptifs, tout le monde à besoin de classer, de mettre dans des cases sinon ça apparaît encore plus abstrait que le concept en lui-même...


@Perverse narcissique, Je trouve ça dommage que la douance puisse être perçue systématiquement comme une supériorité car, dans mon cas, je n'ai rien fait dans ma vie d'extraordinaire qui puisse me placer à ce rang. Oui j'ai des capacités mais inexploitées donc à quoi bon, pour le moment je tente d'avancer sur le chemin de la découverte pour y remédier. Je suis juste différente comme tout un chacun mais cette différence est tabou. Le problème est que, comme l'expliquait Wayne dans une de ses expériences, ce n'est pas d'être à proprement parlé supérieur mais surtout que la plupart du temps les gens la perçoivent comme une infériorité d'eux même...

Néanmoins, ça ne me dérange pas d'être toujours conciliante, empathique, etc... (j'ai fait mon deuil depuis quelques temps!Wink  ) J'ai cette aptitude et j'aime en faire profiter, je suis passionnée par les sciences humaines, la psychanalyse plus exactement, j'adore avoir la capacité de comprendre, de cerner rapidement une personne, une situation. Ma frustration vient du fait que j'aimerai bien rencontrer quelqu'un comme moi ( C'est un petit peu présomptueux!) Bien sûr, il y a ZC mais ça reste virtuel, bien sûr, il y a ma psy mais elle je la paye!tongue 

fraisedesbois
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 08/10/2010
Age : 38
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par L'ange le Mar 22 Avr 2014 - 22:59

Bonsoir à tous,

Pour éviter de créer un doublon, je relance ce sujet, tout d'abord pour vous faire part de mon expérience d'aujourd'hui, d'autre part pour avoir des conseils sur la façon d'en parler.

Je vis en colocation avec un mec, surement mon meilleur ami, ou une simple connaissance. En fait je n'en sais rien, je ne le cerne plus. Nous avions d'énormes délires ensemble et là, c'est le calme plat.

Cet après-midi, je lui ai parlé de mes découvertes, mon envie de passer un test, le fait que je sois sur le forum, que j'ai lus mes livres, etc...

Sa réaction était assez étrange. Il est pourtant très intelligent, surement plus que moi, mais là, j'avais l'impression qu'il ne comprenait rien de ce que je disais.
La seule chose que j'ai compris de son discours pour le moins condescendant, dénigrant ma découverte, c'est que je ne dois pas utiliser le fait d'être possiblement surdoué comme une excuse à mes problèmes.

Ce que je lui ai répondu bien entendu, est que je ne me suis absolument jamais déresponsabilisé, que ce n'était pas le but de ma démarche, mais que la conscience de soi et la connaissance de ce que l'on est, de savoir que l'on est pas seul, aide à se comprendre et à s'améliorer, à vivre mieux.

Il m'a répondu que ça ne servait à rien que je fasse un test, que mes problèmes psychologique que j'ai décelés, qu'ils soient liés ou non à la surdouance, je les ai décelés. Donc que la réponse au test n'était pas utile pour poursuivre ma quête d'amélioration de moi même et d'acceptation.
C'est un raisonnement juste, tout à fait logique. Mais absolument déplacée, inutile, inappropriée.
Lorsque même, je lui expliquais sommairement ce qui me permettais de me sentir surdoué, avec des mots simples, il me disait que ces critères sont adaptables à tout type de personne et que ça ne veut rien dire.

J'ai trouvé sa réaction assez sévère, assez agressive. Et surtout, même si son raisonnement n'est pas mauvais, pourquoi me dire ça ?! Le but de la conversation n'était pas du tout là. Je voulais simplement lui faire partager ma découverte qui me tiens à cœur...

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Invité le Mar 22 Avr 2014 - 23:56

Tu attendais un soutien, une confortation. Je comprends assez bien le point de vue de ton coloc.

Ces tests sont sympa:
ww.nicologic.fr/?cat=9
ww.mensa-france.org/fr/page/test-pr%C3%A9liminaire
iqtest.dk/main.swf

(il faut ajouter un w au début des deux premières adresses, j'ai pas le droit de poster des liens)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Plurebati le Jeu 24 Avr 2014 - 18:16

"il me disait que ces critères sont adaptables à tout type de personne et que ça ne veut rien dire. "

Oui, c'est ce que j'ai pensé en lisant JSF , mais ma psy (c'est elle qui me l'a proposé de le lire) m'a dit que pas du tout, elle a bien développé et à peu près convaincue. Donc je ne sais pas si je suis HQI (il faut que je passe le test pour en être certaine) mais les ressentis correspondent à une réalité. Peut-être que lui aussi est un zèbre qui s'ignore, et qu'il pense comme je le faisais il y a peu que les personnes de son entourage sont comme lui, donc qu'il est "normal"... et toi aussi.

Plurebati
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 173
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par L'ange le Jeu 24 Avr 2014 - 18:44

Plurebati a écrit:"il me disait que ces critères sont adaptables à tout type de personne et que ça ne veut rien dire. "

Oui, c'est ce que j'ai pensé en lisant JSF , mais ma psy (c'est elle qui me l'a proposé de le lire) m'a dit que pas du tout, elle a bien développé et à peu près convaincue. Donc je ne sais pas si je suis HQI (il faut que je passe le test pour en être certaine) mais les ressentis correspondent à une réalité. Peut-être que lui aussi est un zèbre qui s'ignore, et qu'il pense comme je le faisais il y a peu que les personnes de son entourage sont comme lui, donc qu'il est "normal"... et toi aussi.

Pour lui, je ne sais pas du tout. C'est ce que j'ai longtemps pensé, le considérant comme foncièrement supérieur à moi sur beaucoup d'aspect, et puis il m'avait dit avoir 142 de QI.

Maintenant, après avoir vécu près d'un an avec lui, je n'ai relevé que très peu de signe d'un aspect zèbre. Alors qu'avec ma meilleure amie, en une soirée, j'étais persuadé qu'elle était comme moi, avec lui, en un an je ne vois rien.
Il est très bien intégré dans plusieurs groupes sociaux, n'a jamais eu aucun problème scolaire, m'a soutenu pouvoir très aisément "arrêter de penser", faire le vide. Il ne comprend même pas quand je lui dit que ça m'est impossible. Je lui ai parlé de la pensée en arborescence, tout ça... A part une excellente mémoire, je n'ai rien vu d'autre en lui. Et des raisonnements plus que logiques, mais toujours expliqués de manière simple, sans "âme" si je puis dire, sans complexité.
Je me suis dis que c'était peut-être ça, un zèbre heureux et épanoui, mais il a eu une vie presque aussi compliquée que la mienne, si ce n'est plus.

Alors je me dis que soit s'en est pas un, soit il a réussi là où j'ai échoué, aller bien malgré une vie des plus misérables. Bien entendu, je ne peux prendre comme exemple que mon propre cas, et je n'ai pas la prétention d'avoir la faculté de repérer un HP. Je ne suis pas psychologue, même si les zèbres ont toujours cette proportion élevé à être empathique, à comprendre, analyser, etc... Mais je n'ai fait aucune étude dans ce domaine, je ne me risquerais jamais à faire autre chose que des hypothèses.

Donc soit il est très intelligent mais n'a aucune zèbrure, soit elles sont vraiment très bien cachées et malgré mes explications sur le sujet avec mes nombreux exemples, il ne s'en rend pas compte lui-même. (ce qui m'étonnerait un peu, mais je n'en sais rien.)

Je reste modeste sur le sujet, je n'aime pas me prononcer. Je ne fais donc que des suppositions.

Merci également Pom pour les liens. Par contre, ta réponse manquait un peu d'argumentaire pour être compris plus en profondeur. ^^
Cela ne me dérange pas, si tu ne veux pas argumenter. Mais si ça te tente, je serais content de lire ton avis sur la question. Comprendre l'avis de mon coloc peut signifier, au sens propre, le comprendre, ce que je fais aussi. Mais il peut aussi vouloir dire, être de son avis, ce qui est totalement différent.
Avais-je tort de vouloir du soutien et d'être conforter par la personne la plus proche de moi actuellement ?

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faut-il parler de ses rayures?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum