Enième cycle végétatif du Fusain

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par cyranolecho le Mer 29 Juin 2016 - 0:36

Toute ta révolte, ta colère, ta mauvaise humeur et tes pleurnichements, ça fait du bien à lire quand on est dans un cas similaire même si différent, et si les raisons ne sont pas les mêmes, elles sont certainement semblables.

C'est bon d'entendre crier quand on n'a plus de voix.


cyranolecho
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1615
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 43
Localisation : plus haut que mon QI vers les 50 mais en Fahrenheit

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Mer 29 Juin 2016 - 10:05

"On est fin juin, vous êtes tous en fin de saison de terrain vu que vous êtes tous naturalistes, vous dormez 4h par nuit depuis trois mois, certains d'entre vous bossent la nuit pour compter les chauves-souris. Du coup on a pensé que c'était un super-bon moment pour vous faire faire 200 km pour une réunion d'une journée entière consacrée à une synthèse de retours sur les retours de retours d'expérience consistant en formulaires d'un demi-A4 que vous avez rempli il y a trois mois, ça vous dit ? ça va être top, non ? Merci par ailleurs de confirmer votre inscription au repas qui coûtera 25 euros, à vos frais naturellement."

Mais.
Allez.
Vous.
Faire.
E...

Se tape la tête cont Se tape la tête cont Se tape la tête cont

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par fleur_bleue le Mer 29 Juin 2016 - 11:30

Ça m'a pas l'air très écologique en plus s'il faut faire 200 km de trajet... scratch

Courage Fusain. N'hésite pas à utiliser ce fil pour gueuler, ça fait du bien parfois de le faire.

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Mer 29 Juin 2016 - 15:04

ça se produit tous les ans à cette époque, s'pas ?
Si j'allais voir le doc, il me filerait un arrêt, aucun doute: tension, douleurs çà et là, sommeil en vrac (je dois faire des siestes de ci, de là dans la journée), coeur qui cogne, maux de tête: très pratique d'être efficace dans ces conditions, s'pas ? Mais si je fais ça, mon employeur me fera remarquer que ça se produit presque tous les ans, que les autres en font autant sans tant de chichis, et il sera fondé à me licencier sur place, sans indemnités, pour inaptitude. L'arrêt maladie récurrent peut être considéré comme abandon de poste. Même si ce n'est qu'un tous les 18 mois, 2 ans...

Je sature, je sature par tous les pores, juste envie qu'on me foute la paix pendant quelques jours et ça irait déjà mieux.
S'ajoute à ça la rumination sur le fait d'avoir très-bientôt 40 ans (bien entendu je m'interdis, comme d'habitude, de "fêter mon anniversaire": je n'ai jamais compris l'intérêt de cette tradition. Et puis j'ai peur qu'il n'y ait personne et que ce "test de popularité", cet appel à avoir des amis autour de soi, échoue et que ce soit pire que tout... Alors je ne dérangerai personne et ne ferai rien...) Mais c'est un cap, quoi, un cap déprimant.

Notre vie est sous pression. Nous bossons comme des fous sans arriver à gagner tout à fait notre vie. La qualité de vie dans le quartier est en chute libre: densification, transports saturés, bruit, pollution, foule... Impression d'être dans une centrifugeuse depuis deux ans.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par david50 le Mer 29 Juin 2016 - 15:08

Salut,

Le licenciement pour arrêt maladie n'est pas si évident à justifier, vois si tu penses être dans ce cadre :

http://www.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail-article.aspx?secteur=PME&id_art=1625&titre=Licenciement+pour+absences+maladie+prolong%C3%A9es+ou+r%C3%A9p%C3%A9t%C3%A9es+%3A+soyez+prudent

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Mer 29 Juin 2016 - 15:20

Je ne sais pas. Depuis que je suis dans la boîte, et à part une année - il y a déjà quelque temps - où j'ai eu deux petits arrêts en raison de graves problèmes de dos, très douloureux, qui ont disparu depuis, je me retrouve en arrêt en fin de saison de terrain (juin) en moyenne un an sur deux, et pour une durée d'une semaine maximum.
L'an dernier, j'ai eu aussi un arrêt à l'automne, également pour épuisement, mais là, il avait carrément fallu, alors que j'étais au bureau, trouver un toubib tout proche à consulter en urgence - heureusement on en a trouvé un dans la rue d'à côté sinon c'était le coup de fil au 18.
Donc en moyenne je suis en arrêt une semaine par an, voire un peu moins. Passer la saison de terrain sans arrêt est mon objectif, mon combat, et là elle est quasi finie, mais je suis dans un tel état qu'objectivement je n'arrive pas à travailler correctement. Je suis d'une lenteur déplorable dans mes analyses, je dois prendre garde à ne pas oublier de trucs, je fais des coquilles quand j'écris.
Seulement, par exemple, demain et lundi j'ai des réunions. Imaginons que j'aille voir le toubib ce soir. Il m'arrêterait, obligé, je tiens à peine debout. Ben mon employeur pourrait très bien considérer que rater ces réunions perturbe et désorganise le travail.
Mes collègues ont 25 ans, moi 40 et j'ai déjà fait un burn-out. En outre, je prends l'engagement écologique tellement à coeur que l'actu me met à cran 18h/24. Je défends la cause écologique dans plein de réseaux hors boulot. Et visiblement je m'en suis trop mis sur le dos. Mais que faire ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par david50 le Mer 29 Juin 2016 - 15:25

Et visiblement je m'en suis trop mis sur le dos.

C'est évident.

Déjà il serait bon que tu déculpabilises et que tu en laisse en peu. Il vaut mieux que tu puisses te consacrer à ta cause encore plusieurs décennies que de te cramer en quelques années, c'est mieux pour toi et surement également pour l'écologie.
Toi aussi tu es une ressource, je te l'ai déjà dit, gère toi comme tel! Ne t'exploite pas au delà de tes limites.

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Mer 29 Juin 2016 - 18:26

Arrêter n'est pas simple, la crise écologique est omniprésente et massive, tout y ramène.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Ven 1 Juil 2016 - 11:53

"Asthénie intense". Tiens, le "intense" je l'avais encore jamais eu.

Bon, ben repos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par david50 le Ven 1 Juil 2016 - 11:58

Ressource toi bien Fusain Wink

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Revz le Ven 1 Juil 2016 - 12:08

Bon repos fusain, on a besoin de toi ici Wink

Revz
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4621
Date d'inscription : 29/12/2015
Age : 34
Localisation : Lyon 2

http://revz-life.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Lun 4 Juil 2016 - 16:19

Repos forcé, mais difficile de s'en octroyer ne serait-ce qu'une journée sur les six officielles.
Tout le corps crie, le cerveau sature, mais l'esprit rappelle qu'on n'a pas le temps de se permettre de longues pauses. En réalité, ce n'est pas d'une semaine d'arrêt que j'aurais eu besoin mais d'un mois. Seulement...

L'avenir appartient à ceux qui sauront être salariés neuf heures par jour (dont six ou sept seulement rémunérées) puis, le soir, auto-entrepreneurs deux à trois heures. Bien sûr, ils ne vivront pas très longtemps, mais eux seuls gagneront assez pour payer un loyer.
C'est là ce que nous préparent les "indispensables réformes". Il ne suffira pas de produire, il faudra aussi inventer sans cesse de nouvelles manières de vendre tout ce qui peut l'être; il faudra faire de notre vie entière, de chaque minute de notre temps éveillé, un produit qui puisse être vendu.

Au moins, c'est cohérent avec mon propre ressenti qui, à part pour une brève pause d'une paire d'heures, n'arrive plus à trouver judicieux de faire quelque chose rien que pour soi-même. Une lecture, une balade, si ça ne me sert pas à produire une note de blog, un article, je ne sais quoi d'une production, généralement invendable, mais au moins donnable, je n'arrive pas à m'y mettre, j'ai peur du temps ainsi perdu pour le travail. Ainsi, je me crée moi-même le cauchemar contre lequel je lutte parce que je ne veux pas qu'il nous concerne tous: celui d'un monde où nous serions sans cesse au travail sans jamais en retirer plus que le fait d'être en vie le lendemain pour continuer. Une vie qui n'aurait, du coup, aucun autre sens que de durer quelque temps, de se perpétuer quelques décennies, de nous transporter jusqu'à la mort.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Lun 4 Juil 2016 - 16:30

Mais faire quelque chose à mon propre et unique bénéfice c'est exactement le même circuit fermé: si ma vie consistait uniquement à gagner de l'argent pour habiter une belle maison et bien manger et retourner le lendemain travailler pour gagner de quoi faire un bon repas le soir etc etc, c'est pareil, c'est vide de sens.
Etre son propre but ou ne pas en avoir d'autre qu'être là pendant l'intervalle de temps d'une vie c'est pareil, c'est zéro.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Pieyre le Lun 4 Juil 2016 - 17:29

Je ne comprends pas comment tu peux relier de façon aussi cruciale ces deux aspects : la production utile pour la société et l'emploi salarié. Certes tu as choisi un emploi où tu peux aller dans le sens de tes convictions plutôt que travailler juste pour le salaire. Mais, pour le reste, tu pourrais l'accomplir y compris si tu n'avais pas d'emploi, non ?

De mon côté j'ai enseigné durant une dizaine d'années, le plus souvent à temps partiel, où j'ai eu l'impression d'être utile. Depuis des années je n'ai plus d'activité rémunérée, puisque cela m'est devenu de plus en plus difficile, et puis parce qu'on vit à une époque où l'on peut se le permettre, grâce aux allocations diverses. Et j'ai encore l'impression d'être utile, même si c'est d'une autre façon.
Eh bien je n'ai jamais modifié mon train de vie. Certes je paie un loyer à Paris, mais toutes mes autres dépenses sont négligeables comparées à celle-là. Et mon budget s'équilibre sans peine.

Alors un jour peut-être retrouverons-nous un phénomène de paupérisation tel que l'a connu le XIXe siècle. Mais actuellement nous en sommes très loin, et cela continuera sans doute encore durant des années. Ce n'est pas une raison pour baisser les bras, en léguant une situation pire aux générations futures. Mais je ne crois pas que les gens qui bénéficient de droits soient au seuil de la misère.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15268
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Lun 4 Juil 2016 - 17:48

C'est peut-être que je n'ai pas été clair, mais tu prends là le problème à l'envers. Il n'y a pas de manque d'utilité dans mon activité, dans ma vie, plutôt un excès d'utilitarisme: chaque minute doit être productive d'une manière ou d'une autre.

Je relie cela au fait que nous sommes en train d'évoluer très rapidement vers une société où, le travail salarié devenant de plus en plus mal rémunéré et le statut d'indépendant fortement valorisé (ce qu'on appelle uberisation: tous indépendants, du moins en théorie, tous sommés d'inventer nous-mêmes notre produit, notre clientèle, et d'assurer toute la filière), nous devrons cumuler ces deux statuts et travailler un total de 12 à 14 heures par jour pour obtenir l'équivalent d'un actuel smic. Car il est évident que plus il sera "facile" de s'improviser auto-entrepreneur, chauffeur Uber, livreur cycliste, pendant ses heures non salariées, plus les salaires diminueront pour tenir compte du fait que le salarié a aussi cette activité d'appoint : tablant dessus, il acceptera un salaire plus bas. Un phénomène analogue, si tu veux, au fait que l'allocation logement ne sert concrètement à rien puisque les loyers ont immédiatement augmenté d'un montant rigoureusement égal.
Si demain un employeur apprend qu'une activité indépendante d'appoint rapporte à son salarié, disons, 100 euros par mois, fort de l'article de la loi travail qui l'autorise à "moduler les salaires", il est évident qu'il abaissera immédiatement le salaire de l'intéressé de 100 euros avec l'imparable argument que ça ne baisse pas son revenu puisqu'il gagne ces 100 euros par ailleurs, "et en plus ça augmentera la compétitivité de notre entreprise". Par ce procédé, nous devrons produire toujours plus à revenu, au mieux, égal, mais avec une part croissante sous pression permanente, devant sans cesse inventer un nouveau brimborion stupide à vendre, n'importe quoi, notre chambre à coucher en airBnB et nous-mêmes dormant à la cave, nos enfants comme larbins, etc etc. N'importe quoi, mais qui se vende. Ainsi, nous n'aurons même plus la possibilité physique de penser à autre chose. Ce sera encore plus fort que le temps où l'ouvrier était rivé à sa machine.

Mais à la limite laissons de côté ces sombres perspectives. Pourquoi ne plus croire aux loisirs, si j'ose dire ? Je n'en prends pratiquement plus, sauf quand je n'ai plus la force de faire quelque chose "d'utile", et j'ai l'impression d'être fermé au fruit qui pourrait en être tiré.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Pieyre le Lun 4 Juil 2016 - 19:32

Je n'ai pas voulu dire qu'il y avait un manque d'utilité dans ton activité; il y en a sans doute davantage que dans la mienne.
Quant aux loisirs, j'en ai pris certaines années mais, tant que je vis seul, cela ne m'intéresse pas tellement. Moi aussi tout me ramène à un travail (même s'il n'est pas aussi déterminé que le tien), parce que j'aspire qu'à donner tout ce que je peux.

Non, pour le dire brutalement, je pense que, si tu t'investis autant dans ton travail au point de t'y aliéner, c'est parce que tu le veux bien. Si tu imposais à ton employeur de travailler conformément à la durée et aux conditions légales de ton travail, serais-tu moins utile à la société ? À peine. Te mettait-on au placard ? Sans doute pas, si tu es nécessaire. Serais-tu viré ? Non plus, s'il était difficile de te remplacer. Et, quand bien même, ce serait je crois une chance pour toi, parce que tu trouverais une autre activité, où tu serais plus libre de gérer ton temps, en te ménageant des plages de détente, juste ce qu'il faut pour reprendre le collier avec davantage d'entrain. J'ai eu un emploi dans l'informatique. Le travail de m'intéressait pas; j'étais défaillant; on m'a proposé de démissionner dans de bonnes conditions; j'ai accepté, et cela m'a relancé dans la vie. Et j'ai eu une activité indépendante, moi aussi, qui était beaucoup plus satisfaisante sur tous les plans. Selon moi, une personne qui a quelque chose dans la tête, soit elle est capable, dans l'exercice d'un emploi, de diriger, soit elle a vocation à s'investir dans une activité indépendante. Sinon, elle va sans doute être en porte-à-faux.


Dernière édition par Pieyre le Mar 5 Juil 2016 - 11:29, édité 1 fois (Raison : oubli d'un mot)

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15268
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Lun 4 Juil 2016 - 21:03

Je crois qu'il y a un gros malentendu, voire un quiproquo.
Ce n'est pas parce que je consacre beaucoup (trop) de mon temps à un thème général (l'écologie) que je consacre du temps à mon travail (salarié), à mon employeur ! Bien sûr je m'investis dans mon emploi (on va utiliser le terme emploi pour désigner la part de travail qui relève de mon contrat salarié), mais à côté, je ne fais presque pas de bénévolat pour l'association qui m'emploie; tout ce que je fais dans l'écologie en-dehors de mon emploi, c'est vraiment en-dehors, d'une manière différente, sur des thèmes différentes, mon employeur n'a rien à y voir et il n'est d'ailleurs pas au courant ! Surprised
A l'heure actuelle, pour mon employeur, je fais des horaires conformes à la loi, ce que je peux faire en plus, c'est en effet parce que je le veux bien et ça concerne de tout petits volumes horaires.
Ce n'est donc pas du tout de ça que je parle, il y a grosse maldonne !

En effet, dans mon activité "libre", mais dont le thème d'engagement est parallèle à celui de mon emploi, je ne sais pas me ménager de plages de détente, et j'ai tendance à vouloir que tout mon temps libre soit dirigé vers une forme d'efficience, d'utilitarisme forcené, à ne plus oser me consacrer à quelque chose qui ne soit que pour mon plaisir ou mon épanouissement personnel sans arrière-pensées... mais mon employeur n'a foutre rien à y voir, il n'est pas au courant ou si peu (si, un minimum, parce que dans certains cas, j'avais l'obligation légale de l'avertir de certaines choses) et je me fiche complètement de ce qu'il peut en penser, dès lors qu'il ne m'interdit rien.
A partir de là, tu peux me dire que ça ne change rien, au contraire même, et que si j'en suis là, c'est parce que je le "veux bien". Oui et non, puisque je cherche une manière de tempérer, autre qu'avec l'argument "il faut bien se reposer de temps en temps". Là, je suis en train de le faire, n'ayant plus le choix. Il est plus juste de dire que je n'arrive pas ou n'ose pas m'en empêcher. Mais là, tu me dis:

Quant aux loisirs, j'en ai pris certaines années mais, tant que je vis seul, cela ne m'intéresse pas tellement. Moi aussi tout me ramène à un travail (même s'il n'est pas aussi déterminé que le tien), parce que j'aspire qu'à donner tout ce que je peux.

ça tendrait à supposer que tu as le même problème que moi et n'as pas plus que moi trouvé la solution.
Là, j'aspire à faire autre chose que donner au monde des engagements écologiques, déjà parce que je suis marié, et que des loisirs, des vrais, quelque chose qui contribue réellement à augmenter un peu mon bien-être au quotidien, ça ne serait pas de refus, car j'éprouve un manque, une espèce de fringale, mais à force de ne pas oser, je ne sais plus faire. Par exemple, si je lis un livre de pure détente, fût-ce un classique que je n'ai jamais lu "parce que quand même, par curiosité, je voudrais le connaître", plutôt qu'un livre d'actu sur la situation écologique/économique/sociale et politique, je ressens une tension et la crainte de perdre du temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Pieyre le Mar 5 Juil 2016 - 9:59

Je crois qu'il y a un gros malentendu, voire un quiproquo.
Oui, excuse-moi, j'avais bien compris que c'était l'ensemble de tes activités qui était en jeu, mais j'avais cru comprendre que tu étais davantage sous pression sur le plan professionnel.
En fait, c'est de façon plus générale que j'étais en désaccord, quand tu prévois une augmentation de la durée du travail dans les années à venir. Je n'en suis pas convaincu, parce que, si je suis assez pessimiste quant à l'évolution de l'emploi, c'est plutôt du côté des salaires. Je pense qu'il y aura de moins en moins besoin de main d'œuvre; aussi qu'il sera de plus en plus facile de quitter un emploi trop contraignant, notamment si l'on instaure un revenu universel.

ça tendrait à supposer que tu as le même problème que moi et n'as pas plus que moi trouvé la solution.
Ce n'est pas tout à fait pareil, parce que, si parfois je me mets dans le rouge, ce n'est que par manque d'organisation de ma journée, cela parce que je suis d'une productivité lamentable déjà en général et puis que, si j'apprécie les plaisirs simples, il m'est ensuite très difficile de retrouver un semblant de motivation.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15268
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Mar 5 Juil 2016 - 10:43

En fait, c'est de façon plus générale que j'étais en désaccord, quand tu prévois une augmentation de la durée du travail dans les années à venir. Je n'en suis pas convaincu, parce que, si je suis assez pessimiste quant à l'évolution de l'emploi, c'est plutôt du côté des salaires.

Ce n'est pas antinomique. Il y aura une baisse des salaires qu'il faudra compenser par une activité indépendante; sachant que dans les grandes villes, pas seulement dans les cités, un nombre croissant de jeunes a déjà "un business à côté du boulot, évidemment" (en un mot comme en cent, le cannabis; sitôt qu'elle sera légalisée, elle achèvera de jouer le même rôle que le soma chez Huxley, avec cette différence que le commerce en sera uberisé)
Quant au revenu universel, s'il est parachuté dans le système économique tel que nous le connaissons, il provoquera l'effet-allocations-logement: les principaux prix augmenteront brutalement, de manière à ce que le titulaire du seul R.U. ne puisse pas en vivre et soit contraint de travailler à côté en reperdant immédiatement cette allocation, et tout sera comme si elle n'existait pas. Et quand bien même cela n'arriverait pas, je ne suis pas sûr que se faire ravaler au rang de cette plèbe romaine à qui l'on distribuait du pain soit une bonne idée question dignité. Une économie de production sobre et localisée, adaptée à la fin des ressources qui commence à se faire sentir, ne nécessitant plus d'inventer sans cesse des gadgets exigeant des ressources stratégiques venues du bout du monde et extraite par des serfs, serait beaucoup plus intéressante.

Sinon, pour en revenir au sujet de base, "les plaisirs simples", voilà ce dont je ne sais plus profiter. Ou alors ils ne me sont pas accessibles. Quoi de plus simple que de carper dans un pré en regardant passer les Milans ? Sauf qu'il faut, pour cela, faire 80 km. La population de notre ville explose, ce qui rend les quelques parcs publics complètement saturés, insupportables: en cinq ans, j'ai vu celui d'à côté passer de relativement peu fréquenté à digne d'une plage en août au premier rayon de soleil. Il faut dire que dans chaque rue, actuellement, il y a au moins deux chantiers remplaçant une maison individuelle par un petit immeuble d'au moins 12 logements...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par fleur_bleue le Jeu 7 Juil 2016 - 15:00

En parlant de milans - quels oiseaux prédateurs sont le plus susceptibles de vivre près voire dans une ville? J'ai vu tout à l'heure un oiseau planer et tourner à proximité de chez moi (au-dessus d'une colline avec une forêt dans le centre-ville d'une ville de 300 000 habitants), avec des ailes droites et plus claires au bout, et j'imagine que c'est un prédateur. Mais je n'y connais pas grand-chose donc aucune idée de ce que ça pourrait être.

Pour ce qui est des loisirs: peut-être qu'il faudrait que tu commences par prévoir des périodes très courtes? Tu dis que tu as l'impression de perdre ton temps vu l'urgence de la situation, mais si tu "perds" 10 ou 15 minutes par jour, est-ce que le monde va s'écrouler plus vite pour autant? Je ne le pense pas, franchement. Alors peut-être pourrais-tu quand même te permettre 15 minutes par jour pour faire quelque chose qui ne soit pas en rapport avec l'écologie? Et quand ça ira, tu pourras étendre un peu ce temps, peut-être arriver à 30 minutes au bout d'un moment, c'est pas mal comme durée. Tu peux même le fractionner.

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 15:16

Milan noir ou buse variable.

Sinon, en 15 minutes, on n'a pas le temps de faire grand-chose, pas même de déconnecter.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Pieyre le Jeu 7 Juil 2016 - 15:20

À mon avis, quand on est à ce point mobilisé par une exigence intérieure, et qu'on cherche à se ménager un temps de détente, il vaut mieux qu'il soit contraint par une autre exigence plutôt que ce soit juste un temps libéré. Fleur bleue, ce que tu dis peut marcher, certes, mais cela peut aussi être grignoté, voire annulé par l'exigence première qui reprend le dessus.

Un temps contraint de détente, c'est par exemple celui d'une activité physique régulière. Dans mon cas c'est courir une heure le matin, juste après le lever, pour ne pas avoir à se poser de questions. Mais cela peut-être aussi s'inscrire dans un club, où il y a des plages précises qu'on est incité à respecter, notamment si des partenaires comptent sur nous, ou tout simplement si l'on a payé pour et qu'on est chiche de son argent.


Dernière édition par Pieyre le Jeu 7 Juil 2016 - 17:18, édité 1 fois (Raison : orthographe)

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15268
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par fleur_bleue le Jeu 7 Juil 2016 - 17:08

Fusain a écrit:Milan noir ou buse variable.

Sinon, en 15 minutes, on n'a pas le temps de faire grand-chose, pas même de déconnecter.

Merci, du coup je regarderai pour mieux l'identifier la prochaine fois. Smile

Bah tu vois, 15 minutes, ce n'est pas grand-chose, donc ce n'est rien si tu les "perds". Wink En fait, je ne sais pas si ça marcherait, hein, mais j'ai l'impression qu'il faudrait que tu déculpabilises un peu sur cette question de prendre du temps seulement pour toi, et je me disais que commencer par une période courte serait un moyen de "t'habituer" en douceur. Mais je suis d'accord avec Pieyre qu'il faudra prévoir une activité (du luth? du suédois? une lecture hors écologie? à toi de voir).
Sinon, la variante de Pieyre effectivement de t'imposer une séance de sport ou de luth ou d'autre chose. Ou planifier des activités détente communes avec ta femme (une partie d'un jeu de société que vous aimez peut-être?), histoire que si tu "oublies", elle te le rappelle. Wink

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 19:29

ça pourrait être une idée... mais j'ai tellement "envie de rien" que je n'arriverai pas à organiser un truc pareil.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par fleur_bleue le Ven 8 Juil 2016 - 11:49

C'est la difficulté du truc en effet... Je connais ça. Déjà là essaie quand même de te reposer, peut-être que ça ira mieux dans 2-3 jours. Parles-en peut-être à ta femme?

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enième cycle végétatif du Fusain

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:51


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum