Qu'est-ce que je viens f... ici?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Lun 26 Aoû 2013 - 23:52

Après coup, je m'aperçois que lors de ma première présentation il manquait quelque chose d'essentiel. Je m'étonne que parmi tous ces zèbres et autres animaux de foire, personne ne l'ait remarqué. Ou alors n'a rien dit par délicatesse. Qu'est-ce que je viens foutre ici?
Je frimais à mort et les yeux fermés, le coeur battant, j'ai plongé les quatre fers en avant. Je ne m'étais pas trop posé la question.
Par après, j'ai vaguement bafouillé "envie ou besoin de reconnaissance".
C'était plutôt nébuleux. Mais avec mes nouvelles lunettes "spéciales licornes" (j'en ai changé depuis une semaine), je commence à y voir un peu plus clair. En fait, c'est de fréquenter depuis une éternité (quarante-quatre jours!) (une petite partie de) ce forum qui m’éclaircit la vue petit à petit.
La première chose que j'ai rencontré, c'est la chaleur animale. Quand on a vécu presque toute sa chienne de vie dans une solitude glaciale, putain! qu'est-ce ça réchauffe! Je l'ignorais, mais c'est pour ça que je suis venu.
L'animal une fois réchauffé, il a faim. Et soif. De vérité et de justice Laughing . En attendant, il n’y a qu’à se baisser. Discussions philosophiques, psychologiques, mathématiques, sociologiques et même théologiques.  Aussi plaisanteries joyeuses et humour cynique, calembours et jeux de mots plus ou moins vaseux. Une fois l’animal repu, dans mon pays d’origine, les hommes font un petit somme (et les femmes la vaisselle), prennent une petite douche froide et un petit café serré. Après, les chançards partent pour une deuxième journée de travail. Les autres se retrouvent sur le pas de la porte ou dans les bars (équivalent local des « cafés » et des « pubs») à s’offrir mutuellement des petits cafés serrés et refaire le monde. Moi, après ma crise d’adolescence tardive (15-17 ans, grosse déprime, suicide joué à pile ou face, le monde n’était pas bon et je ne pouvais rien y changer), refaire le monde, j’avais déjà donné. Je n’en avais plus le loisir, mon père malade, huit bouches à nourrir, mon bel et inutile diplôme de technicien chimiste en poche, me voilà parti en usine dans le petit royaume d’à côté.
Chapitre 2. (Déjà publié chez deux amies)
A l'époque lointaine où je travaillais en usine, c'est 48 heures/semaine qu'on se tapait (donc, samedi inclus). C'était une petite boîte où on exploitait des jeunes de 17 à 20 ans pour la plupart et d'une dizaine de nationalités différentes sur une cinquantaine de personnes au total (ça se passait dans les années 1966-1969 à Liège, Belgique). Fraîchement débarqué de ma Sicile inhospitalière, j'étais heureux au départ de me faire exploiter. Puis de moins en moins. Pour finir, j'ai monté avec 2-3 autres une cellule syndicale clandestine et ayant "mobilisé" presque tous les autres, avec quelques heures de grève, nous avons obtenu la reconnaissance d'une délégation et des améliorations (quelques francs belges et le droit aux douches pour tous, par exemple). Le règlement bureaucratique du syndicat ne me permettant pas d'être délégué et donc légalement protégé, en butte aux menues mesquines persécutions des kapos, le patron n'osant pourtant pas me licencier par crainte d'une grève, ne me sentant plus très utile puisqu'il y avait un délégué élu et en descente déprime (contrecoup des efforts déployés les mois précédents et déception parce que bureaucratie, voir plus haut), j'ai négocié un licenciement soft qui me permettrait de ne pas perdre le droit aux alloc' chômage. Exit "l'agitateur", tout allait redevenir comme avant, croyaient-"ils". Mais "ces gens-là" ne comprendront jamais que ce ne sont pas les individus qui font les mouvements, mais les groupes. Si j'ai joué un rôle de leader, c'est que les vaguelettes en provenance de la grande onde de choc de Mai '68 étaient parvenues jusqu'aux petites usines perdues dans la banlieue liégeoise et que j'ai cristallisé une révolte diffuse, grâce notamment à ma disponibilité du moment et à ma qualité "d'intello" de la bande. Contre "leur" attente, le délégué élu a pris du poil de la bête et le mouvement de revendications s'est poursuivi. C'était pas la révolution et on a attendu vainement les media.


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 16:14, édité 9 fois (Raison : suite)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Ainaelin le Lun 26 Aoû 2013 - 23:58

Pourquoi tu ne viendrais pas foutre ici, d'abord ?

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mar 27 Aoû 2013 - 0:00

Ainaelin a écrit:Pourquoi tu ne viendrais pas foutre ici, d'abord ?
Où, là? Y a-t-il des fontaines de miel et 77 zebrelles vierges?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mar 27 Aoû 2013 - 0:31

licorne à zébrures a écrit:Après coup, je m'aperçois que lors de ma première présentation il manquait quelque chose d'essentiel. Je m'étonne que parmi tous ces zèbres et autres animaux de foire, personne ne l'ait remarqué. Ou alors n'a rien dit par délicatesse. Qu'est-ce que je viens foutre ici?
Je frimais à mort et les yeux fermés, le coeur battant, j'ai plongé les quatre fers en avant. Je ne m'étais pas trop posé la question.
Par après, j'ai vaguement bafouillé "envie ou besoin de reconnaissance".
C'était plutôt nébuleux. Mais avec mes nouvelles lunettes "spéciales licornes" (j'en ai changé depuis une semaine), je commence à y voir un peu plus clair. En fait, c'est de fréquenter depuis une éternité (quarante-et-un jour!) (une petite partie de) ce forum qui m’éclaircit la vue petit à petit.
La première chose qui m'est apparue, c'est la chaleur animale. Quand on a vécu presque tout sa putain de vie dans une solitude glaciale, merde! qu'est-ce ça réchauffe! Je le savais sans le savoir, c'est pour ça que je suis venu.
L'animal une fois réchauffé, il a faim.
Cher ami,
Tu es juste venu nous chatouiller de ta poésie...Wink 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 27 Aoû 2013 - 4:32

licorne à zébrures a écrit:
Ainaelin a écrit:Pourquoi tu ne viendrais pas foutre ici, d'abord ?
Où, là? Y a-t-il des fontaines de miel et 77 zebrelles vierges?
pour le miel, j'en suis sure, pour les vierges beaucoup moins... mais tu peux toujours verifier, qui ne risque rien n'a rien.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mar 27 Aoû 2013 - 19:53

ASPERGE a écrit:
Cher ami,
Tu es juste venu nous chatouiller de ta poésie...Wink 
Gare à toi, Asperge. Ne dit-on pas "toute flatteuse ... attend d'être flattée en retour!"
Déjà une fois tu as essayé de me mener en bateau ...
"Salut à toi ! Je me demande si le navire ira assez vite pour toi !!"
Après quoi, tu as voulu m'entraîner à la patinoire :
"Tu ne patines pas dans les émotions ?"
Peut-être suis-je venu vous chatouiller etc. (quoique).
Toi, chère amie, c'est ta farouche détermination qui m'impressionne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mar 27 Aoû 2013 - 19:57

Encre Sombre a écrit:
licorne à zébrures a écrit:
Ainaelin a écrit:Pourquoi tu ne viendrais pas foutre ici, d'abord ?
Où, là? Y a-t-il des fontaines de miel et 77 zebrelles vierges?
pour le miel, j'en suis sure, pour les vierges beaucoup moins... mais tu peux toujours verifier, qui ne risque rien n'a rien.
Tu sais, en fait, les zebrelles vierges ou pas, je frime. Je fais plus que les mater (ah! les femen!)
Salut à toi, Encre Sombre et Idées Claires

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 27 Aoû 2013 - 20:15

Courbette  mes respects

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Zwischending le Mar 27 Aoû 2013 - 23:17

Les licornes dans le temps ça se faisait caresser et attraper par des jeunes demoiselles vierges, ouep... logiquement, si on ajoute des rayures et à la licorne et à la jeune vierge, ça doit pouvoir se faire (bon je dis ça mais je suis du signe de la balance, et j'ai pas de zébrelles vierges à te livrer, che peccato Wink )


Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mer 28 Aoû 2013 - 0:14

zwizwi a écrit:Les licornes dans le temps ça se faisait caresser et attraper par des jeunes demoiselles vierges, ouep... logiquement, si on ajoute des rayures et à la licorne et à la jeune vierge, ça doit pouvoir se faire (bon je dis ça mais je suis du signe de la balance, et j'ai pas de zébrelles vierges à te livrer, che peccato Wink)

Che peccato! Davvero. Ma neanche una magari mezza vergine, non l'avresti? (pour les anglo-américains, largement majoritaires sur ce forum, trad. sur dem.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Zwischending le Mer 28 Aoû 2013 - 0:29

Ti propongo una mezza melanzana fritta in olio vergine di olive, che ne pensi ? - non era tu che cercavi una friterie ? Wink

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Mer 28 Aoû 2013 - 0:33

zwizwi a écrit:Ti propongo una mezza melanzana fritta in olio vergine di olive, che ne pensi ? - non eri tu che cercavi una friterie ? Wink
Le melanzane fritte in olio d'oliva le ho mangiate oggi (con salsa basilico e parmigiano, si chiamano melanzane alla parmigiana). La friggitoria, era uno scherzo per risollevare il morale di NelseM. Ma tu di che ti impicci?
(pour les anglo-américains, largement majoritaires sur ce forum, trad. sur dem.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Zwischending le Mer 28 Aoû 2013 - 0:52

ahah, non conoscevo questa locuzione Smile boh, è solo che mi piacciono molto le patatine fritte, specialmente quando sono belghe... nothing more
(è molto gradevole scrivere in italiano, non ho molte occasioni di farlo, ma forse sarebbe meglio privatamente)

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Jeu 29 Aoû 2013 - 22:03

Résumé des chapitres précédents. Naissance, enfance, adolescence, débarquement dans une petite usine du royaume d'à côté, révolution dans un bocal sans les media.
Question : Qu'est-ce que je viens foutre ici?
Je ne suis pas Belge, ni Français, encore moins Suisse Vaudois ou Québecois. Le français n'est pas ma langue maternelle. Je construis laborieusement mes phrase à l'aide de mon Petit Robert et de ma Bescherelle.
Après quelques mois de chômage-déprime, en attendant les réponses à mes inscriptions dans plusieurs grosses boîtes, engagé chez un "marchand de sueur", c'est comme ça qu'on les appelait à l'époque, aujourd'hui, ce sont de respectables sociétés d'intérim, genre Manpower. Qui m'envoie dans une usine à moitié en ruines, on récupère ce qu'on peut, la nouvelle fonctionne déjà quelques kilomètres plus loin. Les intérimaires sont affectés dans des coins isolés à manipuler des boues contenant des résidus de zinc, de plomb et d'arsenic ou à respirer les vapeurs d'anhydride sulfureux (dioxyde de soufre SO2) sur la tour qui produit encore vaille que vaille de l'acide sulfurique. Vidé après une petite discussion avec le contremaître (il affirmait que c'était bon pour les poumons) et surtout avec l'ingénieur chimiste (!) qui a osé continuer à me regarder en face après avoir soutenu qu'il n'y avait aucun danger. Pour la petite histoire, agitateur professionnel, il a fallu que j'agite. La nuit du Nouvel An, par moins quinze, une énorme cuve de bichromate de potassium, pour qu'il ne gèle pas. J'oubliais : à l’extérieur, bien sûr.
Encore quelques semaines de chômage-déprime, puis le miracle. Grâce à ma bonne forme physique et ma très bonne vue (c'étaient les critères) j'entre au paradis terrestre des ouvriers: Cockerill! Le rêve de tout ouvrier liégeois. Aujourd’hui ça s’appelle Arcelor-Mittal et c'est devenu un cauchemar.
Je ne cache rien, seulement, derrière la bio officielle, j’ai des vies parallèles comme nous tous. D’abord, ma maniaco-dépression. Ce n’est pas une tare, je sais. Il paraît que c’est même une bénédiction pour certains artistes (entre deux déprimes). Auto diagnostiqué cyclothyme à quinze ans, grosses déprimes, je n’en sortais qu’en fin d’année scolaire juste pour montrer à tous que le plus intelligent, c’était encore moi. Je n’ai pas été premier qu’une fois, à cause de la prof’ de physique à qui je montrais qu’elle se trompait, en quoi et comment. Comme tous les nuls, elle était susceptible. Elle a failli avoir ma peau. Ma première grosse crise maniaque je l’ai faite à dix-huit ans. En fin d’études, on avait une première session d’examens avec nos profs. Un mois après, c’était les examens d’Etat, avec un jury extérieur. Mon objectif, c’était de réussir avec le maximum, pour avoir une chance de postuler en ordre utile pour une place. J’ai réussi les premiers les deux doigts dans le nez et les mains derrière le dos. Mais un mois, trente longs jours à se demander comment seront les profs « étrangers », à revoir et re-revoir les matières d’examen, avec des nuits d’insomnie. Bref, j’ai pété les plombs et grimpé aux murs. J’ai constaté que parfois dans la vie quelqu’un vous tend une main secourable. Ce fut mon prof’ de littérature de l’année précédente. Nous avions sympathisé parce que j’étais capable de réciter des chants de la Divine Comédie (on étudiait les grands classiques de la littérature, en technique, ça existe encore ?). Il m’a reçu plusieurs fois chez lui (même une fois un dimanche à sept heures) et a réussi à me calmer un peu. Je suis quand-même arrivé aux fameux examens comme un zombie qui aurait des attaques d’épilepsie. Grâce à ma légendaire intelligence et à mon non moins légendaire self control, tout se passait assez bien. Mais il a fallu que je tombe sur la sosie de la prof’ de physique. Examen de technologie chimique industrielle. Comme d’habitude, j’étais allé fouiner dans les bibliothèques et j’en savais presque autant que le prof’. A l’examen « interne » j’avais eu la plus haute note. Elle commence à me poser des questions élémentaires. Je souris. Pourquoi tu ris ? Réponds. Mais c’est trop facile, Madame. Posez-moi de vraies questions. Réponds d’abord à celles-là. Cercle vicieux. Heureusement mon prof’ intervient et tempère. De toute façon ça se passe mal, nous étions tous deux de plus en plus hystériques, elle et moi. Grâce à mon prof’ j’ai quand-même eu l’indispensable 6/10.
Je m’étais cassé le cul et la santé pour l’avoir ce fameux diplôme et avec une moyenne plus qu’honorable (mais premier ex aequo, la honte !). Mais de place, point. Un seul a trouvé une place assez rapidement, avec un piston. Parmi les autres, ceux qui pouvaient se le permettre sont entrés à l’Univ’, certains ont pris n’importe quel job, genre représentant de commerce, d’autres se sont enfoncés dans un farniente qui n’avait rien de dolce et d’autres se sont expatriés jusqu’en Australie. Comme aujourd’hui, toute une génération perdue.


Dernière édition par licorne à zébrures le Ven 30 Aoû 2013 - 11:11, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Jeu 29 Aoû 2013 - 22:41

J'aime bien ta petite histoire.Smile 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Jeu 29 Aoû 2013 - 22:57

ASPERGE a écrit:J'aime bien ta petite histoire.Smile 
Ouf! Enfin quelqu'un qui me lit. Merci Asperge! Tu es un Ange 
Je ne suis pas obligé de me lire et relire moi-même. Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Ven 30 Aoû 2013 - 17:08

Le paradis sur terre des ouvriers. Cockerill. C’est à peine s’ils n’avaient pas des cuvettes de chiottes en or. Ils avaient bien sûr les plus hauts salaires de la région, toutes sortes d’avantages mais les cadences infernales n’étaient pas pour eux. Fallait voir avec quelle nonchalance ils se déplaçaient d’un atelier à l’autre. Je ne remarque plus ça que chez les ouvriers communaux des grosses communes. Faut dire qu’ils étaient environ vingt-cinq mille dans le bassin liégeois. Cockerill inondait le monde entier de ses produits en acier. Mais quand un délégué syndical bougeait le petit doigt, les patrons en attrapaient des torticolis. J’étais machiniste de pont roulant, d’où la nécessité d’une très bonne vue. Restant dans ma cabine, parfois à dix ou quinze mètres du sol, sur demande, je devais aller chercher des pièces en manipulant un crochet (comme une grue) pour les déposer ailleurs. Cool. Je n’ai jamais autant dormi ni autant lu de livres. Au point que comme j’avais toujours une réaction de retard, pour m’appeler on criait : « Vitesse ! ». Humour ouvrier.
Ma troisième parallèle. Ressac de Mai ’68 également, des intellectuels (des vrais, pas comme moi) avaient fait leur apparition dans les usines. Le mythe de la pureté révolutionnaire des ouvriers vierges de toute contamination capitaliste et à la rencontre desquels il fallait aller. C’est ainsi que dans la petite boîte (voir plus haut) avaient débarqué deux instits et un étudiant universitaire. Les deux instits étaient partis assez tôt, dépités. La révolution n'était pas assez rapide pour eux. L’universitaire (un Portugais pour la petite histoire chère à Asperge), m'a secondé jusqu'au bout. Après le bout, les deux instits m'ont recontacté pour créer ensemble un mouvement qui allait faire la révolution en Belgique, en Europe et dans le monde. Nous étions cinq.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Zwischending le Ven 30 Aoû 2013 - 20:21

Ah, petit malin, tu adoptes le format feuilleton, pour mieux nous tenir en haleine !
bounce 
une bise en attendant !

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Ven 30 Aoû 2013 - 22:57

zwizwi a écrit:Ah, petit malin, tu adoptes le format feuilleton, pour mieux nous tenir en haleine !
bounce 
une bise en attendant !
SHIT! (c'est drôle, ça fait chic, et si on dit "merde!", ça fait choc), shit, donc, me v'là démasqué! Suspect 
zwizwi a écrit:une bise en attendant !
Gare! Achtung! Attenti! Il y a peut-être un écureuil rital qui rôde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Ven 30 Aoû 2013 - 23:25

vivement la suite... ou la précédente...Smile Smile 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Sam 31 Aoû 2013 - 10:17

Chère licorne sicilienne au regard de braise, moi aussi j'attends la suite. Ce n'est pas souvent qu'on nous raconte des histoires du monde ouvrier. J'aime beaucoup le passage (entre autres, j'aime tous les passages) où les intellectuels débarquent à la rencontre des ouvriers. J'ai retrouvé ça dans le film d'Olivier Assayas, "Après mai". Toute cette agitation intellectuelle, ces interrogations, les débats, les gauchos contre les fachos. J'étais petite, mais je me souviens un peu de cette ambiance qui a duré jusqu'au début des années 80. On a oublié tout ça, après.

Il y a un bouquin de Chritian Corouge et Michel Pialoux, "Résister à la chaîne", ça me donne envie d'y plonger.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Sam 31 Aoû 2013 - 10:34

Merci, Bécassine Impériale! (en fait, tu démens l'image courante de ce joli volatile).
Je passe aux aveux. C'est ma mère qui aurait pu se promener dans les rue de Tunis sans être reconnue (et d'ailleurs elle l'a fait, ma soeur ainée et détestée vit là-bas). Quant à mon père, un sien cousin s'amusait à dire qu'ils descendaient des Normands. Pour moi, ils ont fait un mix et mes yeux sont de braise mais verts.
Qu'on apprécie, ça me fait vraiment plaisir (c'était le but). Juste que ce n'est pas "des histoires" ou "une petite" histoire". C'est ma vie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par krapopithèque le Sam 31 Aoû 2013 - 10:55

Sympa ce 2ème opus , (je passe au large') http://www.youtube.com/watch?v=onwhhn85tR4&feature=player_detailpage

                                         Trèfle 



                                               Trinquons                                               


Chaleur et F..... l'odeur de l'écurie !!

Je suis dehors  Au galop ! 

krapopithèque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2080
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 65
Localisation : sud

http://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Sam 31 Aoû 2013 - 11:13

Sorry, Crapaud (je vais finir par ne plus te détester Laughing ). Je crois t'avoir déjà signalé que mon matos est presque aussi vieux âgé que moi et j'espère que nous irons ensemble jusqu'au bout (amen). Donc, j'ai pas la télé ni la radio. (et je m'en f...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Invité le Sam 31 Aoû 2013 - 11:23

licorne à zébrures a écrit:Merci, Bécassine Impériale! (en fait, tu démens l'image courante de ce joli volatile).
C'est gentil à toi. Je démens, jusqu'à la démence.

Juste que ce n'est pas "des histoires" ou "une petite" histoire". C'est ma vie.
Oui. Je reformule : j'aime lire l'histoire de ta vie, qui nous parle de toi. J'exprime ça peut-être très mal.

Sensibilité à la mémoire, à ce que sont les vies de chacun dans le monde tel qu'il est, tel qu'il a été, tel qu'il vit et se transforme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que je viens f... ici?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum