Une corne sûrement, des rayures peut être.

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 19 Aoû 2013 - 13:13

Chaque fois que nait un enfant dans ce monde, nait un Licorneau de l'autre coté du miroir. L'enfant et la Licorne grandissent ensemble, la Licorne protège l'enfant en éloignant de lui les craintes et les terreurs, l'enfant nourrit la Licorne au moyen de ses rêves. Petit à petit, l'enfant devient adulte, le Licorneau une Licorne adulte. Si l'adulte a gardé sa capacité à rêver, à s'émerveiller et à s'émouvoir, s'il a su garder sa sensibilité intacte, la Licorne reste à ses cotés. S'il a perdu tout cela, la Licorne meurt.
Dans cette "cousinade", je viens chercher le licorneau que j'ai abandonné. http://licorne.jmt.free.fr/licorne.html

Je ne demandais rien à personne, peut être étais je tranquille nulle part, mais on m'a fait naître un 5 juillet. Heureusement, c'est aussi le jour de mon anniversaire alors c'est moins grave que si c'était pire. Ce jour là, un bref instant, j'ai été le plus jeune bébé du monde et des environs. C'est la seule fois où j'ai été premier. Voici le film de mon errance en ce monde.
J'ai commencé à avoir une scolarité régulière en 9éme. Mon père ayant souvent travaillé à l'étranger, j'ai connu 17 déménagements jusqu'à mes 17 ans, 14 autres depuis. Dans ma scolarité, J'ai le souvenir de n'avoir eu que deux maîtres aimants, en 9° et en 8°. Chaque année, il y avait une remise de prix par matière, et par deux fois, j'ai eu le deuxième prix de chant. vive moa! En fin de primaire, le directeur de l'école avait prévenu ma mère de ses inquiétudes pour mon avenir: Très intelligent, mais fainéant et absolument pas organisé.

Le collège s'avère terrible. J'ai entre autres, le souvenir d'une remarque au sujet d'une rédaction "Ce n'est pas toi qui l'a faite" Zéro pointé. Je ne dis rien à mes parents. Je suis mauvais en dictée, mais, analyses logiques, grammaticales et rédactions me permette de naviguer entre la moyenne et la médiocrité. Finis aussi les exercice faciles de baignoire qui fuient et de train qui se rattrapent. Je redouble la sixième.
A dix sept ans, après une première année de BEP, et soixante trois heures de colle, je m'engage dans la marine nationale. mes parents acceptent contre la promesse que je reste au moins quinze ans pour avoir la pension de retraite. J'y resterai vingt cinq ans.

Suite aux différentes évaluations et psycho test, ON a décidé que je serai contrôleur aérien dans l'aéronavale. Mais Il faut bien apprendre un métier, une spécialité et je suis déçu de commencer l'aventure dans une école. J'obtiens tous juste la moyenne.

Après quelques affectations d'ennui, je découvre enfin l'immense plaisir de ce métier, au bout de sept ans. Entre temps, à la recherche d'une famille, Je me suis marié, à 21 ans, plus séduit par ma belle famille que par la mère de mes enfants. C'est terrible de l'écrire, et j'ai autant de mépris pour celui que j'ai été que pour la mère de mes enfant et ce qu'elle reste.

Pendant quelques années, dans des affectations réellement opérationnelles, je prends énormément de plaisir. Mais il y a un mais. Je suis très a mon aise avec un micro face à des évènements et surtout, sans être face à des personnes. Sega c'est plus fort que toi ? Même pas vrai ! Plus il y a de problèmes à résoudre, mieux c'est. Ce sont uniquement les autres qui sont plus fort que moi, à leur façon. Avec constance, je fait preuve d'un respect irrévérencieux envers mes supérieurs. Après tout, ils n'ont qu'à être meilleur que moi... Il m'est fréquemment confié des "missions" ou les autres se défilent : tester une nouvelle procédure ou un élève avant son éventuel renvoie, être au micro pour un jour de trafic exceptionnel etc etc., Maigres heures de gloire.

En 1985, après un mois de vacances avec une belle sœur border line, j'ai un ulcère de l'estomac. Durant l'hospitalisation, je fais un malaise. Les examens s'enchainent durant deux semaines, les symptômes sont ceux de l'épilepsie. Je passe deux électro encéphalogramme dont un après privation de sommeil. Résultat, hyperexcitabilité du lobe droit. Je pense alors avoir reçu un pet au casque. Je secoue la tête à la recherche d'un bruit, silence. Je garde ce terrible secret pour moi.

En 1991, fin du premier épisode de ma vie. C'est la rencontre du troisième type, un petit chef, un pervers. Je m'autodétruit, professionnellement et dans ma vie familiale. Dépression, violence physique au travail, séparation d'avec mon épouse pour de mauvaises raisons, retour après un an, pour d'aussi mauvaises raisons.
J'ai arrêté très vite de prendre les anti moi même, et Je ressort de cette épisode en me connaissant mieux. Surtout pas une plus grande confiance en moi, mais je me sais définitivement différent. La chance est affaire de rencontre, avec des gens, des idées ou des évènements.

En 1999, je quitte la marine, et suit une formation à l'AFPA, ACSI. Cette formation répond à un besoin de connaissances et de reconnaissances, elle me donne le niveau II . Mais les définitions d'Analyste, de Concepteur et de Système d'Information décrivent à elles seules mes aspirations profondes . Est ce un sens caché, qui m'a fait choisir cette formation, en plus des motivations que je pressentais, en plus de celles que j'inventais quand je justifiait de cette formation auprès des autres. Lors des tests d'admission, le pshycho me dit: " finalement, vous n'êtes pas aussi rigide que ça". Merci monsieur ,infiniment, sincèrement merci. Cette formation ACSI me révèle un mode d'emploi du monde et bouleverse ma façon de penser. LE MACROSCOPE explique simplement la complexité, L'ART DE LA GUERRE intitule les chapitres de ma vie, toutes ces pages que j'ai tourné trop vite sans les lire. C'est un vrai choc, le petit robert qui me tombe sur la tête. Durant les cours de communication, je pratique des exercices de découverte d' empathie avec Michelle. 100% de réussite et réciprocité. A t'elle des rayures?

Je m'intéresse aux Plans de Déplacement d'entreprise, Je suis curieux de tout, de pas grand chose, et même plus. A l'issue de la formation, je trouve un emploi de responsable d'agence en Corse, dans le transport de fond. Au bout de 18 mois, je démissionne. Veni, vidi, plenus rectum.

Je prends alors en gérance une jolie presse dans un centre commercial. Le plaisir est là durant trois mois, le temps d'organiser le travail. Quand la mère de mes enfants viens travailler avec moi, je divorce au bout de 6 mois. Quand j'annonce la nouvelle à mes enfants, la cadette, 12 ans, commente: "il était temps".

Pour la suite, j'essaie de faire court, sinon, je ne finirai pas cette présentation.

Je suis effrayé à l'idée que ma liberté est bridée par mon passé, par l'inné et par l'acquis. Je veux continuer de devenir... et la systémique me rassure dans l'approche de la complexité, dans l'exacte incertitude du constat, de l'évolution de toutes choses. Si on me pose une question, je réponds. Si on me demande une réponse précise, alors je réponds la vérité: " Pour être précis, je dirai que c'est essentiellement variable", l'effet est assuré. Je navigue en permanence entre références absolues et référenceS relatives, je me sais " pas fiable", et surtout pas homme d'un parti. J'adopte une manière de vivre, "ne pas rechercher la plus grande satisfaction, mais la moindre insatisfaction". En résumé, je ne repasse plus mes chaussettes mais il y aura encore des mais.

Après le divorce, je suis condamné et punis par l'incompréhension de mes enfants emprisonnés dans un conflit de loyauté. Je me contente alors de les aimer de loin.

En 2007 je rencontre un 2° Pervers. Encore une fois, c'est la fuite, la déprime, un déménagement et un autre nouveau départ. Je reviens en Bretagne.
2008 3° pervers, dans le domaine professionnel. S'en suivent: accident de travail, un arrêt durant 18 mois, psycho bobo, déprime, licenciement pour inaptitude le 24 décembre 2010. Joyeux Noël!
Je rédige alors un compte rendu de l'activité professionnel qui m'a amené à cet accident de travail. Le 24 janvier, je remet le résultat à L'avocat qui me défendra aux prud'hommes. Il me dit que c'est un travail d'orfèvre. Deux jours après, j'ai un AVC .

Même pas mal, même pas peur, et surtout , rien voulu voir. Ma mère dit que j'ai du courage, mais c'est ma mère. Mes chances se nomment frustration, peur, impatience, orgueil. Je découvre aussi la plasticité neuronale, le plaisir d'évoluer même si c'est dans la rééducation. Au bout de quelques semaines, j'attache mon téléphone sur mon pied pour mesurer mes progrès avec l'enregistrement des données de l'accéléromètre. J'avance à la vitesse d'une fourmi au galop, 6 minutes au cent mètre avec une canne tripode. Durant cette hospitalisation, la bienveillance du personnel m'offre une des plus belles périodes de ma vie. Aujourd'hui, je garde une coquetterie dans la démarche, invisible au non initié. J'ai la main gauche maladroite et la main droite un peu gauche, mais je pense et je sais que je pense bien. Je reste tellement droit que j'en suis tordu aux yeux de tous, et surtout des autres.

2012 rencontre du 4° Pervers, narcissique. C'est la fille de celle qui est mon amoureuse depuis quatre ans. L'aberration de la nature décide de revenir chez sa mère à 24 ans, interdisant nos projets. Le mot toujours, longtemps effrayant mais alors apprivoisé, ce mot s'évanouie. Encore une fuite etc etc, c'était il y a un an. Post cogitum, huma triste, licorneau fracassum.

Nouveau déménagement, nouvelle déprime et une décision définitive, revenir dans le village de mon enfance, et finir tout doucement, entouré de mes madeleines.

J'ai un faux ami de longue date, Sam. Vous le connaissez peut être. Stakanoviste de la première heure, s'il pouvait être aussi celui des dernières et repousser l'échéance définitive, pour une fois, il me ravirai.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous présente Sam Gave. Sa spécialité, la Procrastination. Il ne chuchote pas, il hurle . Je le soupçonne d'avoir même réussi à me faire naître après terme. Depuis lors, il me poursuit, et quelques-fois fait des tresses avec la mèche que j'ai dans la main. Je ne sais pas résister à ce tyran alors souvent, là ou c'est trop profond, je laisse un peu mesurer les autres. Il y a quinze jours, j'ai découvert un site internet traitant de ce sujet terrible, la différence par la sur douance. Je ne sais pas si j'y crois ou si je l'espère, mais Je m'inscrit rapidement à ce forum en faisant un bras d'honneur à Sam. Je ne dit pas ma stupéfaction a la lecture de ces articles, de ces livres. c'est l'éclairage de mon passé...

Maintenant, Je veux un mode d'emploi, même simplifié, de la méthode pour ne plus chercher les mines en tapant du pied. J'ai appartenu à des meutes, en faisant plus que les autres dans la prédation, ou en favorisant le regroupement des "différents" dans l'évitement ou la fuite. Je ne veux donc pas d'un clan.

Retraité et pensionné, je suis libéré des contraintes de survie. Je ne suis plus acculé au bord du précipice par un mur. J'inventais souvent ce mur, j'allais vers lui, je l'amenais à m'obliger, je veux abattre ce mur. je veux aujourd'hui, prendre de l'élan pour franchir ces précipices qui ne sont peut être que pas à pas. Un seul regard extérieur compte, celui de mes enfants, de mes petits enfants.

Sans drapeau ni bannière, seulement me poser sous un voile de pudeur, et demain, peut être, oser, tutoyer l'horizon, chuchoter le nom des étoiles avec le cœur.
Aujourd'hui, il fait beau, il fait chaud, je retourne à mes plantes vertes, elles ont besoin d'un sauveur.

Hennissement enrayé d'un cousin licorneau.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par nikoku74 le Lun 19 Aoû 2013 - 13:19

belle présentation en tous cas. Je dirais que tu arrives à un moment de ta vie qui peut être le meilleur car tu seras le plus libre possible, et c'est souvent la liberté qui permet aux zèbres de se trouver. Donc si j'avais un conseil à te donner c'est de te dégager encore plus de la norme (surtout si tu n'as plus à gagner ta vie pour bouffer) tout en gardant un aspect social qui ne te bouffe pas (type club de sport ou autre) afin d'avoir une vie sociale épanouie sans s'engager.

nikoku74
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1041
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 41
Localisation : Haute-Savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 19 Aoû 2013 - 13:48

Woah ! Présentation magnifique.
Pardon si cela paraît insensible. J'ai bien lu toutes les difficultés de ton parcours de vie...
Mais tes mots roulent comme une rivière au courant très puissant.
Je reprends ma respiration pour te souhaiter... Je ne sais que te souhaiter sinon ce que tu te souhaites.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Ainaelin le Lun 19 Aoû 2013 - 14:20

Alors, déjà, je pense que ton grand frère, ou un cousin pas si éloigné viendra sans doute bientôt te passer le salut, il se fait appeler Licorne à zébrures, je suis sûr qu'il se reconnaîtra. Laughing

Ensuite, et désolé pour mon malélevisme (oui, c'est plus rapide à écrire que "ma mauvaise éducation" ou autre paraphrase maladroite), bonjour, et sois le bienvenu, Licorneau. Courbette

Enfin, et pour arriver aux choses qui fâchent, ce fameux mode d'emploi... Tu devrais trouver des pistes ici ou là, mais chacun se construit le sien en fait, et plus ou moins rapidement, de cahots en chaos, de joies en larmes de soulagement, de tristesses en sourires, de rencontres en dialogues. Bref, j'espère que tu trouveras ce que tu désires en tout cas. Je le répète, mais tu es le bienvenu dans le troupeau. Wink

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 19 Aoû 2013 - 15:46

Et d'abord, je te reconnais pas! Et t'avise pas de me faire un procès en reconnaissance de paternité, t'es perdu d'avance! C'est bien simple, quand tu es né, j'étais précoce mais pas à ce point-là.
Bon, bin, maintenant que t'es là, t'es là. Un licorneau non désiré en quelque sorte. Quand-même, jusqu'à présent je proclamais que j'étais le dernier, le seul, l'unique. Un sacré coup de vieux que ça donne Papy
Va falloir que je te prenne par ton petit sabot et que je t'apprenne tout. Première leçon : chez nous c'est pas de rayures, ça c'est pour le commun des zèbres; chez nous, c'est des zébrures. Les rayures, c'es banal mais les zébrures (traces de coups de forme allongée, les coups du sort, quoi) la vie seule peut en donner. Je vois que tu as déjà eu ta part. Plus que ta part, beaucoup plus que ta part. Mais qu'est-ce que t'as fichu, Licorneau? Où as-tu été te fourrer?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par kikadissa le Lun 19 Aoû 2013 - 16:19

Je suis effrayé à l'idée que ma liberté est bridée par mon passé, par l'inné et par l'acquis. Je veux continuer de devenir...
alors vas, vis, et demeure


j'allais itou faire une blague vaseuse a propos de licorne ....mais il sait tres bien se debrouiller tout seul pour s'enfoncer (dans la vase)


et pi de toutes facons ta presentation m'a coupé la chique de raconter des conneries (rassurez vous ce n'est que temporaire), parce que c'est l'une des plus touchante que j'ai lu jusqu'a present (oui je sais ca fait qu'1 mois que je suis la)


alors pour la bienvenue ca sera :   alien   sunny  et  Bisous 

kikadissa
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 20/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 19 Aoû 2013 - 16:29

J'ajoute mes deux sesterces au mot de bienvenue de kikadissa.


Ta présentation, Licorneau, est la plus puissante que j'aie lu jusqu'à présent...

Bienvenue à toi et belle renaissance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mer 21 Aoû 2013 - 11:13

Des nouvelles du front et de ce qu'il y a derrière, entre les oreilles.
Merci à tous pour vos réponses, c'est bien de trouver une auberge espagnole.
Je viens de lire Dabrowski sur le wiki, et même en diagonale, je pense avoir trouvé une piste.
J'approfondis et remercie les PN du passé, ils m'ont fait gagné du temps. Finalement, c'est une chance d'en avoir rencontré. Merci donc aussi aux "sans âme".
En avant, calme et droit (maxime du cadre noir de Saumur).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Kalimsha le Mer 21 Aoû 2013 - 11:50

Soit le bienvenu licorneau.

Comme le disais Ainaelin, j'espère que tu trouveras des pistes pour écrire ton mode d'emploi à toi, pour toi.
Nous nous croiserons peut être en Brocéliande à l'occasion.
Ton témoignage est riche, intense, touchant.

Long hug Long hug Long hug 

Kalimsha
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1516
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 39
Localisation : Entre deux zoos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 27 Aoû 2013 - 10:33

L'idée de passer les tests fait son chemin, mais toutes proportions gardées, c'est un peu la route Napoléon, et si c'est vrai, les cent jours? et après ? Un aller pour St Hélène ? En ce moment, je fais de la tachycardie cérébrale et cette nuit, j'ai eu un mal de fou à m'endormir la tête. Ce matin, j'ai donc téléphoné à un psy pour un premier contact. J'ai déjà passé des tests, et des electro encéphalos, le but était autre bien évidemment. Vous savez ce qu'on peut ressentir. Et si? et si, ? ? ? ? ? ?
L'écriture de mes pensées canalise, mais toujours, il me faut revenir et corriger, avant d'appuyer sur "envoyer". La tendance est là de m'entourer avec du moi même, tellement que je m'y perds.
L'évocation du passé, et voilà que je prends la main de l'enfant que j'ai été jusqu'à demain. L'écriture des voyages et je mélange les genres, la géographie et l'histoire. Me dévoiler, et je donne à interpréter, je peux blesser aussi.
ici, en ce moment, je m'interroge les autres. La lecture de différents sujets me ramène toujours au mien. J'ai le nombril qui enfle et des chevilles de mongol fier. Mais tant pis, je continue. Je m'efforce à dire ma recherche de découvertes, quand bien même la platitude du propos lasserait, quand bien même je parle jusqu'à ce que j'ai quelque chose à dire. Je préfère aujourd'hui être sur le fil, plutôt que de risquer la blessure de l'autre.
Toi le visiteur, si tu lis ceci, tu n'est pas Z'obligé de le ramener à toi. A me relire, je m'y retrouverai. Si tu y prends du plaisir, Bingo.
C'est ce que j'ai fait tout récemment en pensant faire du bien. J'ai ressorti une bafouille commise il y a huit ans, après un virage salvateur, après avoir décidé seul d'un divorce. Alors accusé de me choisir, de partir pour personne, j'osais l'affront inévitable. J'en étais et j'en reste coupable.

Ici, je me rassure, j'ai mes garde fou. C'est un copier coller

J'ai fait ce que je devais et bien souvent ce que j'ai pu.
Si un dieu a commis l'homme, il est diablement cynique de tant de maux et d'expériences. Alors, je vais choisir, alors je vais faire et vivre mon paradis.
Une tuile me tombe dessus ? Je râle, mais ne serait ce pas la première pièce pour construire un toit? Quand je reçois un piano noir, n'y a t'il pas matière à composer en couleur ?
Mes enfants, ma famille, mes amis ? Même éloignés, c'est le même soleil qui nous réchauffe.
Je ne dois plus être en recherche d'une reconnaissance. Seul compte le regard de mes enfants. Le monde est trop grand et beau pour perdre mon temps. Mes principales limites? Mes valeurs, ma loyauté, et mes goûts. Je suis le résultat de mon sang, de mon passé, mais pas que.
Je suis libre de me faire et de faire du bien. Je veux et je peux vivre ce que j'aime. Mon plaisir est aussi le désir qui l'annonce. C'est si bon de le penser profondément, intensément, que je le vis déjà. Un seul impératif, je dois accorder sa place au temps...
Ce que j'aime :
l’île vierge et Plouguerneau . Trouver un raccourci, une clairière, quand je me suis trompé. Découvrir une ville qui s'éveille. Mes enfants qui sourient, qui rient. Marcher sur une grève, dans la brume. le crachin. Ramasser châtaignes et champignons.La matière de Bretagne, l'imaginaire. La muse Loreena mckennitt. La tape dans la main qui vaut contrat. Aller voir derrière la colline. Me coucher dans de vieux draps. La notion d'équipage. Le rouge, le chaud. Choisir et faire. Le grenier de ma marraine. Le macroscope. La féminine intelligence et l'intelligente féminité. Fourchette et sac à dos. Qu'on ne m'emmerde pas. Le ronronnement d'un chat. Les bonbons Haribo. l’apaisement, la sérénité. Comprendre et être compris. L'harmonieux contraste. La soie sur la peau d'une âme belle. « la construction de soi » et « Le métier d'homme » d'Alexandre Jollien . Le Campotile en Corse. L'amer qui désigne la douceur de l'abri. Un visage qui s'étonne et sourit. L'idéal du Conseil National de la Résistance. Qu'un homme sache pleurer. La différence et l'improbable rencontre. Partir et revenir. Chercher je ne sais quoi et le reconnaître. La sensualité partagée. Les fractales. Les avions. Deux mains qui se tiennent. Amélie Poulain qui continue. Imaginer, rien que. Le murmure de la pluie. Donner discrètement, égoïstement mais discrètement et sans retour. Me coucher à pas d'heure. Découvrir le monde doucement. Rester sous la couette. Les épices. Voir l'horizon. L'amour, et la loyauté. Mes souvenirs, d'hier, d'aujourd'hui, de demain. Faire rire et rire. Le savoir, l'éducation, la construction. Penser que je changerai encore. Un plaisir chaque jour. Libre, je veux vivre pleinement ce que j'aime ce que je suis et ce que j'aimerai. Mes désirs d'aujourd'hui sont mes plaisirs de demain, mes besoins d'ensuite. Je le sais.
Auto allumage, auto motivation, auto moto sur tf1.





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 10 Sep 2013 - 23:13

Pendant longtemps, je n'ai pas eu d'autre choix que d'accepter les coups du sort. J'ai cherché et accepté des justifications, me suis humilié en trompant la vérité.
Des raisons, surtout  mauvaises leurraient mon égo, mais il survivait. Elles  assuraient le  présent et permettaient le demain. Je n'avais d'autres choix. C'était ma survie au prix d'un moi-même. J'abandonnais en changeant.
Longtemps après la fuite, parfois très longtemps, le  sens vrai s'imposait, par delà l'histoire officielle.
Jollien le dit si bien, le méchant est ainsi pour moins souffrir. Alors tous ces maux qui avaient imposé la violence, ces paroles qui avaient masqué le malsain du dessein, les poses répétées qui avaient trompé, tout ceci me poussais à ne pas oublier. Alors, je couchais les noirs épisodes sur le blanc du papier. Je renvoyais l'assassin face à sa laideur, la douleur choisissait  mes mots. Je trempais ma plume dans le sang versé de mon âme.
Avec le temps passé, l'écriture explosait de lucidité. Mais de victime, pouvais je devenir le juge et le bourreau? Non. Mes névroses crachées ne tueraient pas.  
L'expérience aidant, la clairvoyance s'est imposé avec plus de vivacité. Le besoin de corriger sur place a chassé la soumission et l'envie de punir plus tard. Mais la parole trahi la pensée et le machiavélique est tout puissant, encore. Seule la fuite est salutaire pour qui s'aime la vérité. Le souvent deviendrait il toujours ?
Aujourd'hui, le temps éloignant, je ne puis même plus changer la chose. Mais je ne peux non plus abandonner, je ne peux pas m'adonner au repos avant que d'avoir prévenu ceux qui restent, tous ceux qui risquent.
Au moins, que tout ceci ait un sens, mais quelle aveu d'impuissance face aux PN, aux sans âme, aux maîtres chanteurs de l'amour .
Ici, tout juste puis je dire la douleur d'aimer vivre la vérité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Sam 14 Sep 2013 - 17:45

Comment être sûr de ce que je perçois ?
Comment ne pas traduire en fausse vérité ?
Comment répondre sans masquer, sans effrayer ?
Comment échanger sans le verbe, l'instruction ?
Comment dire que mes certitudes sont autant d'indécisions ?


Ne pas regarder ? Je m'interdis d'aimer.
Ne pas en parler ? me voilà isolé.
Ne  pas rendre. Égoïsme ou  générosité ?
Prendre sans offrir ? la réponse est donnée.
L' âge m'obligerait au docte? Mais je ne sais rien.


Ici, Je vois du beau, du bon et ça me fait du bien.
Encore  beaucoup de je, mais peu d'ego je crois.
J'y vais d'un monologue, mais qui voudra lira.
Qu'importe le concept, c'est un cœur qui prendra.
Au moins de l'avoir dit, la trace restera.


Dernière édition par licorneau le Lun 16 Sep 2013 - 23:04, édité 1 fois (Raison : Palud breton sur le clavier ?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Boitachat le Dim 15 Sep 2013 - 9:26

Licorneau a écrit:Encore  beaucoup de je, mais peu d'ego je crois.
J'y vais d'un monologue, mais qui voudra lira.
Qu'importe le concept, c'est un cœur qui prendra.
Au moins de l'avoir dit, la trace restera.
Quand on s'est interdit d'être soi durant toute une vie, c'est un moindre mal.
C'est ton fil, ton humeur, ton toi.
Je sommes toi, je sommes tous égo.


Dernière édition par Boitachat le Dim 15 Sep 2013 - 10:22, édité 1 fois (Raison : Glissure mavriélesque)

Boitachat
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1145
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 36
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Dim 15 Sep 2013 - 10:10

Bonjour Licorneau,

Je viens de lire ta présentation. Elle est magnifique... Smile 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 16 Sep 2013 - 23:14

Depuis mon inscription à Zc, je furette sur les fil, je me fais une idée doucement. J'assimile plus que je n'apprends. Je me favorise l'installation d'un état d'esprit auquel tout  prédispose. Mon passé m'a amené à continuer de devenir.
Participer ? Je ne veux pas dégurgiter un savoir, car alors , je resterai au lieu d'aller. Et surtout, quel savoir ? et comment ? Je ne sais pas démontrer ! Je n'aurai jamais une démarche scientifique, même si je comprends son utilité, mais dans certains cas seulement.
Difficile alors de contribuer pleinement, d'échanger même ici, et d'aller avec l'idée de comprendre ou d'apporter. Non, je ne peux que m'épancher chez moi, sinon je perds. Face à la démarche savante, je ne suis plus.  Mais un jour peut être.
Je laisse vivre mon ressenti. C'est ainsi, Je suis inculte, mais réfléchir mes intuitions me sauve. Mon écologie est ce chemin, car le monde n'est que systèmes. j'y ai ma place, je la cherche, tout autours, et tout dedans.
Dabrowski m'a rassuré, mais aujourd'hui, je n'approfondie pas. Il sera toujours temps d'y revenir si le besoin exige.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par gwennhadu le Jeu 26 Sep 2013 - 11:41

Belle présentation effectivement!

Haaa !!!! foutu loi du karma naitre au pays pagan, tes ancètres étaient des échoueurs et toi tu t'es échoué plusieurs fois dans ta vie. Mais je me rappel le plaisir de mes lectures de jeunesse sur toutes ces histoires de marins semi pirates qui echouaient sur des iles déserte et en faisaient des paradis loin de la vilaine civilisation.

Prend ton temps pour découvrir que tu n'es pas fou et que si la MASSE ne te comprend pas ce n'est pas parceque tu es con c'est au contraire eux qui n'y comprenent rien. Moi l'etude des differentes pensée religio philosophique orientale m'a fait un grand bien.

Et bien souvent pour me consoler du sort que me font les "vilains" je me dit dans ma tete cette citation d'un certain jésus (sans etre trop sur que ce soit bien de lui) "Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu'ils font." (et je ne suis pourtant pas spécialement chretianophile ((vive les néologisme)) ).

gwennhadu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 102
Date d'inscription : 09/10/2012
Age : 33
Localisation : Brest meum'

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 7 Oct 2013 - 11:32

Demain, je rencontre une chiatre qui écrit des livres sur notre sujet. Dans deux heures, je prends la route vers Paris.
Prochainement,j e vais rencontrer également une autre personne, très décriée sur ce ce forum. Mais différents angles de vue me sont indispensables. Je dois me faire une idée plus précise, me connaitre, lever le doute d'une pathologie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Lun 7 Oct 2013 - 21:14

licorneau a écrit:Demain, je rencontre une chiatre qui écrit des livres sur notre sujet. Dans deux heures, je prends la route vers Paris.
Prochainement,j e vais rencontrer également une autre personne, très décriée sur ce ce forum. Mais différents angles de vue me sont indispensables. Je dois me faire une idée plus précise, me connaitre, lever le doute d'une pathologie.
Pour ce que ça vaut, mon point de vue?
Il est clair que toi et moi nous sommes pathologiques, je dirais même plus, pas trop logiques. Nous sommes bien trop différents même de ces zèbres hyper-intelligents et extrasensibles. Précisément parce que, à part nos dons innés, la vie nous a gratifiés de bien plus que notre part de zébrures. Sur nos blancs manteaux d'origine, ça fait désordre. Donc nous sommes pathologiques. CQFD. Il m'a fallu le temps (beaucoup), mais je m'y suis fait. Enfin, plus ou moins. Enfin, ça dépend des jours. Considère ceci comme mon testament. Licorne

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 8 Oct 2013 - 21:48

Heureux de te savoir incognito, très. Une déception quand même, il n'y a pas de chiffres dans ton testament, alors je continue de rêver. Very Happy 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 8 Oct 2013 - 21:54

licorneau a écrit:Heureux de te savoir incognito, très. Une déception quand même, il n'y a pas de chiffres dans ton testament, alors je continue de rêver. Very Happy 
Hé! l'orphelin, comment s'est passée ta rencontre avec la iatre qui écrit sur vous? Sinon, pas besoin de chiffres, tu es mon seul héritier. Je te laisse tout, ailes, corne, sabots et mon joli manteau blanc avec toutes ses zébrures.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 8 Oct 2013 - 22:07

Je vais aller en voir une autre, mais je vais faire le test. En fait, je n'ai rien appris que je ne savais déjà.
Je ne veux pas de la corne. Une, ça va, mais deux ... OUPS

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 8 Oct 2013 - 22:38

licorneau a écrit:Je vais aller en voir une autre, mais je vais faire le test.  En fait, je n'ai rien appris que je ne savais déjà.
Je ne veux pas de la corne. Une, ça va, mais deux ... OUPS
Va donc faire le test, si tu as besoin d'(in)certitudes.
La corne? Je ne t'avais pas dit où tu devais la mettre. Mais tu peux la vendre aux Chinois, 1 kg d'or le gramme!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mar 8 Oct 2013 - 23:29

Je n'ai lu que ta présentation...Pour l'instant !
Quel beau cadeau à lire tu nous offres ici...Merci !Pour Toi 
Ta vie riche ,et ta façon de la dévoiler  si intensément m'ont fait voyager autant dans le mouvement que dans la pause et le silence !
Je suis ravie d'avoir trainé encore un peu au feeling sur ZC et pris le temps de te découvrir !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mer 9 Oct 2013 - 0:31

Merci Estelle, j'espère ne pas abuser de pathos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Invité le Mer 9 Oct 2013 - 4:57

licorneau a écrit:Merci Estelle, j'espère ne pas abuser de pathos.
Ah bon? Moi j'en avais vu à pleine pelletées. Peut-être chez un autre orphelin?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une corne sûrement, des rayures peut être.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum