Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Zwischending le Lun 12 Aoû 2013 - 21:13

Audace a écrit:@zwizwi, pour ce qui est des tirets, tu les utilises pour faire des apartés ? Je n'ai jamais essayé -ça à l'air pas mal ce truc- même si me connaissant, prise dans l'écriture, je continuerai d'être parenthèsophile, donc^^ Ah oui, pour les tirets, ça me fait penser à un post que j'ai lu hier où une personne donnait ce conseil : plutôt que d'écrire les majuscules pour mettre en relief un mot, y mettre un tiret à travers. Chose que j'ai tout de suite mis en application car, c'est peut-être bête, mais écrire en maj, même pour un seul mot, me donne l'impression de crier, ce qui n'est pas mon in-tention. Sinon, pour conclure, j'utilise les tirets de façon très scolaire.
Je me rends compte avec ta réponse que je ne sais justement pas comment j'utilise les tirets, tout du moins, quelles sont les fonctions que je leur assigne, par rapport aux parenthèses... C'est vraiment au feeling. Pour les tirets, ça peut aller d'une précision à un long développement (y compris à l'intérieur d'une parenthèse, comme on peut le voir quelques lignes plus bas)... une donnée qui vient modifier le sens global de la phrase, peut-être, qui se croise à cette dernière (propositions incidentes et subordonnées), tandis que les parenthèses fonctionnent plus sur le mode de la juxtaposition. Rho, ou c'est l'inverse... Twisted Evil (j'ai aussi une relation passionnelle avec les points de suspension - mais suspensiophile, ça claque moins que parenthèsophile je trouve - ) Jamais trop analysé mes phrases et comment j'écrivais, mais tiens, il faudrait tout de même que je sache quel est l'emploi traditionnel des tirets et parenthèses, à travers ce flou personnel...

Bon sang, j'en ai écrit une tartine, j'espère qu'elle ne sera pas trop indigeste. Et j'ai lu avec intérêt tes contributions sur le fil indiqué Smile

Je comptais écrire quelque chose quant au fameux zébro-test, mais impossible d'arriver à formuler quelque chose allant au-delà de la bafouille. Mes idées sont à la fois arrêtées (pas envie d'être mise dans une case, quelle qu'elle soit, peur bien sûr de ne pas franchir la fameuse ''barre'', scepticisme quant à la valeur de ces chiffres, des questions qui aboutissent à ce résultat chiffré) et très floues (oui quand même ça peut aider, ça fait partie d'un diagnostic posé dans son ensemble, etc). Hum, je suis fatiguée, d'où la floraison spontanée de parenthèses sauvages, et le côté brouillon de l'expression, donc je m'arrête là ! Mais... I'll be back Laughing 

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par sylveno le Lun 12 Aoû 2013 - 22:15

Bienvenue Audace,
Charmant pseudo.

J'étais en plein chamboulement émotionnel et intellectuel lorsque je suis arrivé ici. Il n'y pas si longtemps d'ailleurs. J'ai trouvé de la compréhension et de la communication ce qui ne m'arrive que rarement, excessivement rarement en virtuel ou en réel.

Suis-je surdoué ou pas, je n'en sais rien mais c'est la première fois que j'ose être, sans craintes, ce que je suis.

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Lun 12 Aoû 2013 - 22:46

Téléportation


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 9:24, édité 1 fois (Raison : mal-entendu ou mal-lu)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Mar 13 Aoû 2013 - 0:21

@Boiteachat, je viens de lire ta prez ainsi que l'intégralité de ton fil.
Je comprends mieux ce que tu dis par "vertige". Comme je n'ai lu aucun livre sur le sujet, je pense que le concept du vertige s'est trouvé atténué. J'en suis à la phase, que tu décris très bien d'ailleurs, "explication/compréhension/justification de mon passé". Je n'ai pas appris à compter avant les autres, mais je voulais lire, désespérément. Et ma mère de dire "quand tu sera en cp" et moi de dire, une fois la première journée de cp passée "l'école, c'est nul! On n'a même pas appris à lire". Je me souviens aussi clairement, toujours en cp de désespérer de cette lenteur d'apprendre (la lenteur des autres) et de me dire "alors c'est comme ça que ça se passe ? Il va falloir que j'attende que toute la classe comprenne que B et A ça fait BA pour avancer ?" et j'ai accepter cette réalité et je me suis mise au pas ! Je réalise que je me bride depuis tout ce temps. Et s'il n'y avait que ces souvenirs qui remontent!
Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis par rapport à l'échec. J'ai eu beaucoup d'échec dans ma vie, surtout aux examens. Il suffit que je me fixe un objectif pour le voir me filer entre les doigts à un cheveux, comme si je le faisais exprès.
Je repense aussi aux maths. J'adorais les maths au collège, j'aimais cette logique de déduction avec les si et seulement si, les soit pour aboutir à ce merveilleux résultat qui mettait tout le monde d'accord! Et puis je suis arrivée en seconde et bam! logarithme et bam! mais c'est quoi ? ça sert à quoi ? Et la prof de répondre "euh... il faut pas chercher à tout comprendre, il suffit d'appliquer !" et bam! 5 de moyenne, au revoir les maths...
Puis terminale, la philo. "Ouah, mais quelle fantastique notion qu'est l'inconscient !" Voilà ce que je me suis dit, et la prof de me dire "Peut-être, mais pour l'instant, tais-toi, arrête de réfléchir et écoute plutôt ce que les vrais penseurs avaient à dire. Apprends par cœur leur théorie, ce sera mieux". Le bac, un joli 9 pour mes belles théories, car bien sûr, je déteste le par cœur, donc j'ai détesté ces philosophes qui, sans le vouloir, m'obligeaient au par cœur. Alors, je n'ai même pas voulu les connaître. Et des exemples comme ça, y en a à la pelle.
Heureusement qu'il y a eu la fac de psycho, pas pour son contenu mais pour ma rencontre avec Freud (non, je ne lui ai pas serré la mina, hein ? :p). ça m'a redonné un regain de vie, de conviction, de certitude. Car oui, la théorie du refoulement que j'ai apprise en première année, je la connaissais déjà pour l'avoir "réfléchi" sans avoir ouvert un livre de psycho. C'est là que je me suis dis "bon, ma cocotte, t'es peut-être pas si bête que ça malgré ce que certains peuvent dire". Et voilà, la route était toute tracée pour faire de la recherche. Et malgré quelques péripétie avec ce fichu échec planant au dessus de ma tête, je suis quand même arrivée, jusqu'au bout. Et pour découvrir quoi ? Que la recherche comme je la voyais n'avais rien à voir avec la réalité... Effondrement total, mais il a bien fallu se relever... Heureusement qu'il me restait une dernière chose... une chose qui me suivait depuis le début, l'imagination et l'écriture. "Ok, vous le prenez comme ça, alors je ferai vivre mes théories dans mes histoires ! Et maintenant, grace à elle, gràce à ce personnage surdoué, je suis ici et j'écris ces mots en ce moment même... (ouah, je me suis bien enflammée pour le coup lol!).

J'imagine que rien n'arrive par hasard, ou du moins, dans mon cas, ce n'est pas arrivé par hasard. A mon insu, certes (à l'insu de mon conscient car mon inconscient sait tout), mais c'est bien arrivé. Alors voilà, merci de m'avoir fait découvrir ton fil de présentation, ça ne fait que me conforter dans ce que je n'ose exprimer. Fichtre, mais que c'est dur à dire !
Je vais m'arrêter là, pas que j'en ai envie mais parce que sinon, je vais me mettre à parler de mon moi et on n'a pas fini affraid 
Je ne vais pas non plus répondre aux autres messages car il est l'heure pour moi de me reposer, cependant, je le ferai demain, quand j'aurai un peu de temps à me consacrer.
En tout cas, je suis vraiment heureuse d'avoir eu l'audace de me présenter Like a Star @ heaven 

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Mar 13 Aoû 2013 - 9:36

Après une bonne nuit de sommeil, je continue continue mes réponses^^

@zwizwi, ok ok, je vois pour les tirets et les parenthèses^^ Si ça t'intéresse, je peux te dire très brièvement leur utilisation "scolaire". Concernant les points de suspensions (oui, ça fait mieux quand même parenthèsophile...) je m'y adonne aussi avec entrain \o/ Par contre, je ne me suis jamais renseignée sur leur règle de ponctuation, mais je m'en sers principalement pour marquer une pause, inviter à la réflexion, suite à une boutade (oui oui, il n'y a pas que le point d'exclamation après une boutade - le "ou pas..." en est un bon exemple ma foi-). Allez, moi aussi je vais faire ma tartine :lol!:mais j'adore aussi les guillements, une façon de ponctuer, de mettre en relief un mot, une expression. En fait, je réalise que j'adore la ponctuation, la virgule comprise ! Suis-je une ponctuationneuse ?
Et rassure-toi, ta tartine n'est pas indigeste, bien au contraire^^
Concernant le test, bien que tu me dises avoir eu du mal à mettre tout ça en mot, tu en dis cependant l'essentiel (et clairement, je trouve) et je te rejoins sur tous les points. Je partage autant le pour que le contre, car après tout, peut-on rentrer dans une case alors qu'on a passé notre vie à vouloir à en sortir (ou s'y mettre). Cependant, le savoir pourrait nous faire aller de l'avant (ou prendre le risque de faire un pas en arrière...). Dans tous les cas, si je passe ce test, ce ne sera pas avant un an. Déjà, financièrement parlant et ensuite, pour savoir si cela servira à quelque choses après un an de cheminement intérieur.

@sylveno, merci pour ton accueil. Décidément, il semblerait qu'un grand nombre de personnes franchissent le pas de l'inscription et de la présentation sur ce forum à cause de grands chamboulement intérieurs ! Qu'il est rassurant/soulageant de ne plus se sentir seuls^^. Pour mon cas, ce qui est vraiment libérateur, c'est de pouvoir m'exprimer sans barrière, librement, sans avoir à me dire "ah mais non, faut pas dire ça parce que bidule, truc et machin..."

@licorne à zébrures, enchantée tout autant^^
Alors, concernant l'entomologie, même si je soupçonne dans ton commentaire une certaine ironie (mais bon, je ne suis pas sûre car j'ai du mal à voir le second degré, à moins de connaître un minimum la personne), je vais y répondre sérieusement. Loin de moi l'idée de faire l'amalgame surdoués/insectes affraid. De plus, de par mon travail d'écriture, j'ai un besoin exacerbée de cohérence, d'où mes recherches diverses. Pour exemple, un autre de mes personnages est un inventeur en herbe qui s'est mis en tête de fabriquer une montre de gousset qui contiendrait une boussole, et qui, de surcroît, serait en vermeil. Après recherches sur le net et différentes lectures, je me suis retournée vers une communauté de scientifiques pour poser mes questions : résultat, j'ai pu explorer superficiellement le magnétisme, j'ai eu quelques précisions sur la physique quantique, j'ai pu me familiariser avec le fonctionnement d'une électrolyse et je me suis même renseigné sur les cours de l'or et de l'argent. Je pense aussi que j'irai poser mes questions sur un forum d'horlogers.
Merci pour ton commentaire concernant ma question "cela fait-il de moi un zèbre ?", enfin, plus la fin que le début hien ? :p Car oui, c'est ce que je suis en train de mettre en place à l'heure actuelle. Reprendre confiance, avoir confiance, me faire confiance^^
Et non, désolée, tu n'auras pas de sucette freudo-lacanienne pour la simple et bonne raison que ce sdeux auteurs, bine que je les respecte, avaient quand même de sérieux problèmes et ce sont plantés pour pas mal de chose. Et sinon, tu peux conspuer les psy si tu le veux, je ne me sens pas visée de toute façon, on trouve des cons partout hein ?
Merci de ton accueil détonnant bourré d'humour (je vais y arriver à le voir facilement, à force)

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Mar 13 Aoû 2013 - 11:02

Aurais-je l'"audace" de renchérir? Pas le temps de développer, mais dans les degrés il y a toujours un premier, un deuxième ... et plus si affinités! Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Harpo le Mar 13 Aoû 2013 - 11:22

C'est marrant cette histoire de tiret et de parenthèse. J'utilise beaucoup les tirets, mais pas depuis toujours. Je crois que c'est en lisant une lettre - plutôt un mail d'ailleurs - qui m'était adressé que j'ai intégré cette ponctuation. Je suis allé relire quelque uns de mes écrits pour essayer de comprendre leur utilisation - j'avoue qu'aujourd'hui leur choix est spontané Wink.

J'ai l'impression que si la parenthèse permet d'insérer une réflexion secondaire ou transverse dans une phrase, le tiret me permet de retourner ou préciser une idée servant à la phrase, ou de mettre en valeur l'idée secondaire ou transverse mieux que la parenthèse qui la met "à côté", ou "de côté". Je peux aussi utiliser le tiret à la place du point-virgule, car je n'aime pas ce dernier. Quasiment à chaque fois que je me retrouve dans le besoin d'un point-virgule, je m'arrange pour ne pas le mettre, soit avec un tiret de détournement, soit en écrivant une autre phrase.

J'aime la ponctuation ! C'est elle qui aère, qui précise, qui fait qu'un texte est musical, aisé à lire, léger. Les défauts de ponctuation me font mal aux yeux. Je ne suis jamais arrivé à finir un bouquin de Claude Simon Smile

Je rajouterai aussi que la parenthèse est un élément important de la logique - tous ceux qui ont un peu tâté du langage informatique le savent. Une parenthèse mal placée, et le résultat est différent. Une parenthèse mal fermée, et ça plante : erreur !

Entre parenthèses...:

Raymond Devos a écrit:Là, j'ouvre une parenthèse, je ne devrais pas, distrait comme je suis !
Chaque fois que j'ouvre une parenthèse, j'oublie de la fermer !
Oh! Je ne suis pas le seul,
Vous savez ce qui est arrivé au ministre de... de... tss...
Mais si, celui qui promet... Vous voyez qui je veux dire ?
Bon, enfin, toujours est-il qu'au cours d'un discours électoral,
il décide de faire quelques promesses,
Il ouvre une parenthèse et promet certaines choses...
Puis, jugeant qu'il avait assez promis comme ça,
il va pour fermer la parenthèse... Impossible !
Impossible de fermer la parenthèse, alors il continue à promettre.
Il promet toujours d'ailleurs,
Aux dernières nouvelles, il promettait même une récompense,
à celui qui l'aiderait à fermer sa parenthèse !
C'est comme ce leader de l'opposition, comment s'appelle-t-il?... Mais si,
enfin , bref,
Hier pendant un exposé de la situation, il ouvre une parenthèse.
A ce moment près, une jeune femme s'immisce dans la conversation.
Lui, pris par le sujet ne s'en aperçoit pas et ferme la parenthèse,
et la jeune femme est restée enfermée entre ses parenthèses,
jusqu'à la fin de l'exposé !
Il ne faut surtout pas confondre, les parenthèses avec les guillemets !
Exemple : On dit de quelqu'un qui à les jambes arquées,
qu'elles sont en "parenthèses", mais pour que l'on puisse dire,
qu'elles sont entre "guillemets", il faudrait y ajouter les bras !

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par procrastinator le Mar 13 Aoû 2013 - 12:04

Bienvenue bounce 

Je suis nouveau aussi, et également en plein doute. Pour faire court, je n'ai jamais pensé être HP. Jusqu'au 5 juillet 2013, lors de ma première visite à un psychiatre d'Aussonne pour "dépression" : il m'a catalogué en moins d'une heure. Depuis j'ai pas mal gambergé et lu, et je compte passer les tests, histoire de trancher une bonne fois pour toutes.

Je vous invite à lire le détail sur le blog Talent Différent de Cécile Bost, page Comment aider (cherchez "12 août 2013 at 13 h 36 min") (oui en tant que nouveau je n'ai pas le droit d'insérer un lien URL). Peut-être que cela résonnera avec votre propre expérience.

Donc bon séjour ici, et peut-être à un de ces jours lors d'une rencontre IRL, d'honorables membres de ce forum gravitent autour de la ville rose.

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Harpo le Mar 13 Aoû 2013 - 12:11

Très honorables en effet elephant 

Un petit coup de main aux nouveaux qui ne peuvent poster de liens :

Talents différents : comment aider ?

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par procrastinator le Mar 13 Aoû 2013 - 12:14

Merci Harpo, tes poches sont bien remplies.Very Happy

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par never mind le Mar 13 Aoû 2013 - 12:21

Bonjour Audace,
soit la bienvenue ici , parmi nous , avec ou contre selon tes humeurs ,
mais toujours avec respect et politesse ;
ce dont je ne doute pas un seul instant à ta lecture .
Ta prose est d'ailleurs très intéressante , en qualité et quantité ;
Les gros volumes ne nous font pas peur , perso j'affectionne les éditions de la Pléiade Laughing 
Pour le contenu , tu l'auras compris nous sommes nombreux à avoir ,
ou avoir eu , un vécu proche du tien ...
Peut-être es-tu un animal à rayure ? pourquoi pas ...
Passe le test ou les tests , ils t'éclairerons le chemin ,
mais n'en resteront que des tests , très imparfaits et partiaux ...
Il y a aussi , au-dessus ( au sens géographique , mais pas de supériorité ),
les Albatros ...
Moi ? Comme Harpo (que j'apprécie beaucoup),
j'aime la ponctuation , et tu l'aura noté , plus particulièrement les points de suspension ...
Pour le reste :
Ici , sois enfin toi-même !

Il me semble qu'il n'est Absolument pas anodin que tu aies choisi un héros (nous dirons) surdoué ...
Ce qui t'a amenée ici et à tes questionnements ...

never mind
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 252
Date d'inscription : 13/01/2013
Age : 55
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Mar 13 Aoû 2013 - 22:59

@licorne à zébrures, va déjà falloir que je sois en mesure de reconnaître le second du premier, et ensuite, les autres m'ouvriront la route, hein ? (et avec toutes les affinités qui iront avec, sans doute !)

@Harpo, mince alors, c'est fou cette relation que tu as avec le point virgule. Mais si je réfléchis à ce fameux point virgule, c'est vrai qu'on pourrait se dire que c'est un point qui ne s'assume pas, ou une virgule qui tente d'être plus que ce qu'elle n'est. Il est vrai que je ne l'utilise pas dans mes écrits, je ne me sens pas à l'aise avec, je préfère mettre ":" si la phrase le permet. Pour les tirets, je n'en ai pas du tout l'habitude, cependant, tu m'as convaincue et je pense m'en servir pour mettre plus efficacement en valeur une aparté.
Le texte que tu cites est une belle apologie de la ponctuation, bien qu'à certains endroits, j'aurai ou pas mis une virgule (oui, je suis un peu obsessionnelle des virgules, mais je me soigne. Quand je me relis -travail d'écriture oblige-, j'en enlève à la pelle car elles finissent par freiner la lecture, ces coquines lol!)

@procrastinator, je viens de lire ta prez (après étoffement semble-t-il) et je vois que nous sommes proche voisin. J'ai marqué Toulouse parce que je suis chauvine et que suis trop triste d'avoir migré dans le 82, mais je suis en fait à Verdun, la porte à côté, quoi. Après, je ne connais pas cette merveilleuse librairie dont tu ventes les mérites, mais je vais y aller faire un tour, à coup sûr !
Pour en revenir à nos moutons, euh zèbres -ou pas...- je me dis que tu as de la chance qu'un psy t'ai vu comme HP, y a pas à dire, la reconnaissance d'autrui, ça fait quand même du bien surtout quand on n'a pas confiance en soi. Pour ma part, je ne vais pas voir de psy (et ce n'est pas à cause de mes études, quoique...), mais ça me trotte en ce moment. J'ai tellement envie de parler (ah bon ?) que je pense que ça me ferai du bien, mais bon... Faut trouver le bon et ça, c'est une autre affaire...
Je viens de parcourir le blog en question et ce qui est certain, c'est que je vais acheter quelques livres sur le sujet. Il serait temps que je vois de quoi tout ça retourne.

@never mind, merci de ton message de bienvenue^^ Je vais tâcher de continuer l'introspection et je vais bien me garder de faire les tests à l'état actuel des choses, car bien que je sais parfaitement qu'ils ne restent que des tests, découvrir que je suis, je me cite "désespérément normale" m’effraie. Et je ne sais même pas pourquoi ça me fait autant peur d'avoir cette réponse là. Donc, je vais attendre un peu, cheminer et on verra bien. Pour le personnage qui m'a conduite ici, c'est exactement ce que je me suis dit "pourquoi avoir choisi justement une personne comme ça ?"

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Mer 14 Aoû 2013 - 0:41

.


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 9:21, édité 1 fois (Raison : equiproquo)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Harpo le Mer 14 Aoû 2013 - 1:19

Spoiler:
Juste pour info de géolocalisation, ma campagne toulousaine doit se trouver pile entre Aussonne et Verdun (sur Garonne bien sûr)  Wink

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par procrastinator le Mer 14 Aoû 2013 - 8:49

Audace a écrit:
Après, je ne connais pas cette merveilleuse librairie dont tu ventes les mérites, mais je vais y aller faire un tour, à coup sûr !
Elle est ouverte en août bounce 
Audace a écrit:
Pour en revenir à nos moutons, euh zèbres -ou pas...- je me dis que tu as de la chance qu'un psy t'ai vu comme HP, y a pas à dire, la reconnaissance d'autrui, ça fait quand même du bien surtout quand on n'a pas confiance en soi.
Tu n'imagines pas la surprise. Je m'attendais à tout sauf à ça. Je venais pour "dépression" et je n'ai même pas abordé le sujet...
Audace a écrit:
Pour ma part, je ne vais pas voir de psy (et ce n'est pas à cause de mes études, quoique...), mais ça me trotte en ce moment. J'ai tellement envie de parler (ah bon ?) que je pense que ça me ferai du bien, mais bon... Faut trouver le bon et ça, c'est une autre affaire...
Je n'ai vu le mien que deux fois, mais il me fait bonne impression pour l'instant. A voir sur la durée...
Audace a écrit:
Je viens de parcourir le blog en question et ce qui est certain, c'est que je vais acheter quelques livres sur le sujet. Il serait temps que je vois de quoi tout ça retourne.
Je te recommande les livres de Cécile Bost et de Monique de Kermadec, que tu peux commander à la librairie de Grenade (c'est ce que j'ai fait, les éditeurs jouent le jeu, délai d'une semaine ou moins). Celui de Jeanne Siaud-Facchin doit sortir en poche à la fin de l'année.

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Mer 14 Aoû 2013 - 16:29

@licorne à zébrures, merci de ton développement. C'est en effet pour ça que j'ai du mal à comprendre le second degré, car dans l'humour, il y a quand même un fond de vérité (ou du moins, un fondement vrai pour la personne qui fait cet humour) du coup, j'ai tendance à ne voir que ce qui fait échos chez la personne, oubliant du même coup que le second degré (et ses copains encore plus désinvoltes) sert à atténuer la chose, à la relativiser, à permettre la discussion plus facilement (du moins, donner un moyen de discussion, un outil). Bon, ce n'est peut-être pas très clair car c'est la première fois que j'y pense (et quand je dis ça, je le pense en même temps que je l'écris, donc pas de réflexion poussée ni de dissection, juste une réflexion "à chaud")
Allez, je vais faire les choses bien et proprement te citer, point par point (enfin, ceux qui m'interpellent) manière de rendre ce post d'une longueur certainement accablante (une marque de fabrique on dirait !)
licorne à zébrures a écrit:A Audace, Audace et demi.
Je suis d'accord, c'est beau d'être audacieux, mais avec tous les freins (inconfiance, ou trop de confiance va savoir, ça marche pour les deux), difficile de l'être pleinement. Des fois, je le suis, des fois, je marche sur des œufs (que j'ai moi même placés, semble-t-il). Et puis, avec toujours ce besoin d'être acceptée, reconnue et blablabla, le demi me semble bien à propos !
licorne à zébrures a écrit: je crains que tu ne portes un regard d'entomologiste disséquant des insectes
Alors, alors, que dire à part que c'est quelque chose que j'ai très souvent rencontrée dans mon parcours "la peur de dissection" mais pas pour ma démarche d'écriture, cependant. C'est quelque chose que je rencontre souvent quand je dis que j'ai fait des études de psycho. D'ailleurs, j'ai arrêté de le dire d'entrée de jeu, c'est plus simple. Maintenant, cette information, je ne la donne que quand je connais la personne. Donc, je te remercie de ta sollicitude, de ta crainte que je sois ou devienne une scientifique un peu folle, me baladant avec ma loupe et décryptant et analysant froidement les humains zébrés que vous êtes, afin de satisfaire mes propres questions et peut-être même conforter mes certitudes. Cependant, ce que je viens de te décrire, ce n'est pas moi. Mes valeurs, ma morale et mes convictions m'interdisent une telle approche (ce qui revient à dire que je m'interdis une telle approche dans la mesure où ce sont mes réflexions sur le monde et sur moi-même qui m'ont permis d'élaborer et de mettre en place ma morale/valeur/conviction). Après, je ne suis pas infaillible, il m'arrive de me mette à juger (dans le sens négatif du terme), que je devienne malgré moi ce scientifique un peu inhumain. Heureusement, ce n'est qu'un abandon passager, un peu comme une grosse colère qui passerait après une recentration/relativisation.
licorne à zébrures a écrit: La seule vraie façon, extrême, de l'éviter, c'est de plonger dedans. Se faire horloger, insecte, ou zèbre, ou immigré turc en Allemagne ou "technicienne de surface" en France (j'espère que tu devines les fines allusions? Smile)
Je ne cherche pas à éviter à être une entomologiste, pour les raisons que j'ai décrites avant, mais ta remarque me montre qu'il y a un malentendu concernant ma démarche actuelle. Je ne me suis pas inscrite ni présentée dans le but de mieux appréhender la douance, cette démarche, je l'ai faite avant de m"inscrire, par échange de mail avec un zébré. Si je suis ici, c'est pour des raisons personnelles, pour m'aider dans mon cheminement intérieur. Je n'ai donc plus le regard du scientifique (vision de loin, d'ensemble, détaché) car je suis dedans. Et quand bien même je serai capable de me "détacher" ce ne serait que pour porter un regard sur moi même et non sur les autres.
Ah oui, autre précision, c'est concernant ton allusion que je n'ai pas comprise. Pour moi, les allusions, c'est comme le second degré, c'est bourrée de tellement de choses que j'ai du mal à savoir de quoi il retourne. Mon esprit à tendance, face à tout ça, à partir au galop, me noyant dans un tourbillon de possibles qui m'éloignent de ce que la personne avait "sous-entendu". Je ne cherche donc plus à comprendre à moins que ça ma saute aux yeux (à l’esprit). Voilà pourquoi j'ai besoin de connaître la personne pour savoir où je vais de ce point de vue là. Je suis peut-être habile à "capter" les petites choses de l'inconscient, en revanche, j'ai beaucoup de mal à capter les sous-entendus conscient et maitrisés. Cela fait de moi, socialement parlant, une personne que l'on qualifie de crédule, naïve, qualificatifs qui ne me gênent pas mais qui sont cependant erronés.
licorne à zébrures a écrit:"Sans enquête, pas de droit à la parole." (De qui? J'adore jouer aux devinettes!).
Je suis d'accord avec cette citation. J'appelle ça de la rigueur scientifique. Après, quand je dis science, cela n'englobe pas uniquement les sciences telles que je grand public les entends (et pas que lui, d'ailleurs), les sciences dites "intelligentes". Quand je dis science, je parle de toutes les sciences telles que les diccos nous en donne la définition. Pour moi, la philosophie est une science, tout comme la psychologie. Ah oui, j'ai recherché avec mon bon ami google l'auteur de cette citation (c'est drôle, j'aurai plutôt vu un économiste ou un socialiste alors que ça remontait à très loin). Ah lala, ces cours de philo que j'ai délibérément refusés d'écouter par révolte, dommage, dommage !)
licorne à zébrures a écrit:La question suivante ("zèbre?"), comme j'ignore congénitalement la politesse (ça m'a posé, me pose et me posera encore beaucoup de problèmes en "société", m'en fous, je plane et "non, je ne serai jamais seul, avec ma solitude", fermé), c'est le genre que je réponds du tac au tac (et toujours 2 degrés minimum, remember?). Après, éventuellement, je nuance, par exemple s'il s'agit d'une petite psy toute menue et toute fragile :oops:Toi qui cherches la confiance ... merci Gaston!
Oui, j'avais cru comprendre que les codes sociaux n'étaient pas forcément ta tasse de thé. Pour ma part, j'ai vraiment cherché à boire de ce thé là, assez indigeste je dois le dire, mais je m'y suis habituée et c'est quand même plus facile pour moi, maintenant que j'en connais certains. Après, je ne suis quand même pas douée au jeu du "social", il faut toujours à un moment donné, que je mette allègrement les deux pieds dans le plat et de m'en retrouver gênée ou mal à l'aise. Après, je ne cache pas aimer quand même jeter un bon pavé dans la marre manière d'éclabousser tout le monde What a Face 
L'image de la petite psy que tu donnes est vraiment mignonne et je préfère qu'on me voit comme ça plutôt que comme la scientifique maso. Cependant, je ne suis pas autant fragile que décrit là, mais il est vrai que l'humour trop cassant me blesse (me zèbre ?), même si je m'en remets toujours. Alors voilà, le message est lancé "s'il vous plait, un peu d'égard pour la pauvre chenille que je suis (et la boucle des insectes est bouclée clown )
licorne à zébrures a écrit:Justement, les psy! "Conspuer", que c'est laid!
Je te rejoins, c'est laid, mais ce terme est un mini pavé jeté dans la mare en fait, choisir un terme qui fasse réagir plutôt que quelque chose de trop englobant (comme une serviette douce et moelleuse). Et au moins, me fais-tu l'honneur de me livrer le fond de ta pensée concernant les psy, ce dont je te remercie.
licorne à zébrures a écrit:sauf exceptions, ils n'y connaissent pas grand'chose. Que le peu qu'ils savent, ils l'ont appris à l'univ' et dans des livres. Un peu aussi en observant de l'extérieur des tordu(e)s :alien:comme nous (puis-je t'englober?)
Ah, la grande question de l'incompétence des psy. Les pauvres quand même, surtout pour ceux qui sont bons, justement. Alors, que dire à part, oui pour tout ce que tu dis, sauf pour le "sauf exeption", j'aurai plutôt dit "fréquemment, on en voit qui...". Si j'y réfléchis 2 secondes, j'ai bien envie de faire rentrer les étudiants de psycho (pour les premières années, j'entends) dans 3 genre de boites :
- je suis là car je sais pas où aller, ou on n'a pas voulu de moi ailleurs
- je suis là car je cherche des réponses
- je suis là car c'est facile, la psycho
Il est rare d'en rencontrer qui soient là pour être psy, à moins d'avoir déjà roulé leur bosse et d'avoir ouvert quelques livre de psycho. Pour les jeunes ignorants, ils entrent presque tous dans ces 3 groupes (pour info, j'étais dans le groupe 2 avant de faire ma rencontre avec Freud qui m'a propulsée dans le groupe peu prisé de "je suis là car je veux faire de la recherche").
Après, les études de psycho apportent quoi ? Pas à devenir psy, en tout cas. Un peu comme un prof qui a des connaissances théoriques sur son enseignement mais qui n'a jamais eu de cours poussés sur la psychologie des enfants ou ados, sur les groupes ou sur les méthodes de diffusion du savoir. Bref, la psycho est une discipline pourtant essentielle mais qui, malheureusement, est très mal enseignée. Ce n'est pas en nous faisant rentrer dans le crane que bidule à dit ça et que des années plus tard, machin a dit autre chose, que les étudiants nouvellement diplômés pourront se dépatouiller avec leur patient. D'où le nombre indécent de "mauvais psy", ou plutôt de pauvres personnes complètement perdues qui, parce qu'elles ont fait psycho, pensent ne plus avoir à se remettre en question. Assez révoltant, hein ?
Sinon, oui, tu peux m’englober dans votre joyeux groupe de tordus clown
licorne à zébrures a écrit:Les seuls qui peuvent en parler en connaissance de cause, c'est nous, qui avons étudié le sujet à fond de l'intérieur (voir supra)
Ou pas, car quand on est de dans, justement, il est difficile de prendre du recul, d'avoir du recul. Le nez dans le guidon, même pour de gros cerveau, reste quand même le nez dans le guidon. Une personne extérieur pourra voir des pistes qu'une personne dedans ne verra pas. Pourquoi ? Parce qu'elle n'aura pas cette dimension affective qui pourrait prendre ceux étant dedans. Ce détachement émotionnel et affectif peu aider à voir. Apr_s, ce n'est qu'une réflexion lancée en même temps que j'écris, sans véritable analyse. Peut-être que la population zébrée, de part ce qui la différencie, ne peut pas être "aidée" par un psy ? Mais là, j'en doute, car nous sommes des être humains.
licorne à zébrures a écrit:Et donc, c'est pas '"il y a des cons partout", sous-entendu les autres sont pas cons. Quand ils sortent de l'univ' ils sont tous naïfs et un peu cons. Après, il y en quelques uns a qui évoluent ... d'autres pas. (Et de toute façon, t'étais pas visée, t'es pas une "psy", si?)
Euh, je t'assure, il y en a des très cons sans même être sortis de l'univ et y en a qui deviennent moins cons au cours de leurs études. La connerie est l'art d'être très fermé, donc, on la rencontre à tous les niveaux de l'apprentissage et aussi après, non ? Après, c'est vrai qu'en dehors de ces cons, il n'y a pas que des compétents. Il y a tout le cortège de maladroit qui cherche à bien faire, ou ceux qui n'ont pas compris qu'ils n'étaient pas fait pour ça... Mais bon, globalement, les psy sont quand même bien aveugle.
Je ne me sentais pas visée mais j'ai pas pu m'empêcher de réagir. Et non, je ne suis pas psy bien que je pourrais l'être. Pas envie de l'être je dirais.

Voilà comme j'ai bien fait mes devoirs. ça m'a pris un temps fou pour répondre lol!
Allez, j'ai un peu d'humour quand même, mais je penche plutôt dans l’auto-dérision. Je trouve plus facile de me prendre pour cible que de cibler les autres, ça évite qu'on me cible, de devenir cible et de me sentir ciblée clown

@Harpo
Spoiler:
Merville ?

@procrastinator
Merci pour les précisions, je vais me renseigner sur les ouvrages en question, mais je pense que mon premier achat sera quand même celui que bon nombre ont lu ici
J'espère que ton psy continuera de te satisfaire, en tout cas^^

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Mer 14 Aoû 2013 - 16:59

Laughing


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 9:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par p2m le Mer 14 Aoû 2013 - 17:01

tu as l'air bien dans tes godasses
alors go, Audace!

oui:
c'était juste pour dire ça
je ne veux pas dénoncer:
mais je dois à la vérité de dire que c'est Castor qui m'a dit de venir écrire ça

p2m
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2428
Date d'inscription : 20/05/2011
Age : 43
Localisation : bxl

http://www.zebrascrossing.net/t2857-salut-salut-c-etait-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Mer 14 Aoû 2013 - 17:06

!


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 9:14, édité 2 fois (Raison : 3° vers)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Boitachat le Mer 14 Aoû 2013 - 21:55

@Audace. Une nouvelle fois, je me retrouve dans ce que tu dis. L'exemple de la philo est flagrant ! Jamais une note au-dessus de la moyenne parce que je croyais qu'il fallait... réfléchir. J'ai donc eu le droit à des "le problème est compris mais..." ou bien, le plus drôle, "Étrange réflexion...". Le jour du bac, j'ai fait un effort et cité un (mais un seul...) auteur. J'ai eu 12 Wink Idem en histoire, j'ai mis du temps à comprendre que réfléchir ne voulais pas dire "penser par soi-même" mais "organiser ses connaissances".... Mais, même en tant qu'enseignant aujourd'hui, je ne suis certain d'avoir réellement changé mon point de vue...

Et comme toi, je me suis réfugié dans les arts. Écriture et musique. Ne me croyant pas à la hauteur, et parce que c'est mieux d'avoir un vrai métier, j'ai suivi une autre voie...

J'imagine que rien n'arrive par hasard
C'est drôle ce que tu dis là. Au moment où je commençais à envisager de possibles rayures, j'ai entamé un livre qui, semble-t-il est arrivé entre mes mains presque par hasard (j'ai du laisser un mot à ce sujet dans un fil sur les lectures du moment). Il s'agit de "La longue terre" de Stephen Baxter et Terry Pratchett. J'ai eu du mal à croire ce que je lisais... La description du personnage principal est celle... d'un zèbre ! Troublant...

Boitachat
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1145
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 36
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Mer 14 Aoû 2013 - 23:27

@licorne à zébrure, merci pour les précisions et bonne nuit alors lol!-ou pas...-
Google m'a parlé de Socrate, si c'est bien de ça dont tu parles (ah lala, y arriverais-je un jour à comprendre les demi-mots ?)
Ou à deux pieds (c'est navrant, hein ?)

@p2m, merci de ta belle rime avec mon pseudo. Par contre, pour ton spoil, tu parles du Castor qui est membre ici ?(oui, j'ai fait une recherche, et il se trouve qu'un membre s’appelle Castor), sinon, je ne comprends, mais c'est pas grave, j'ai l'habitude lol! Merci de ton message en tout cas

@Boitachat, j'aurai bien aimé avoir un vrai métier, comme toi, mais je n'ai pas réussi dans cette entreprise. Mais je ne désespère pas, j'y arriverai, d'une manière ou d'une autre !
Pour les études, c'est vrai qu'il ne fallait pas réfléchir par soi même mais comprendre ce qu'attendait le prof de nous (enfin, sauf quand il fallait étudier par coeur, ce qui est pire). Quel gâchis -__-
Je vais me renseigner sur le livre dont tu parles^^
Oui, le hasard, c'est un concept ça ! Dans mon cas, j'ai commencé le questionnement un peu par hasard (enfin, hasard pour mon conscient ! J'ai bien l'impression que mon inconscient a judicieusement placé sur mon chemin un petit guide que j'ai choisi de suivre, par hasard... Bref, bref )

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Invité le Ven 16 Aoû 2013 - 10:17

psy-xyz)


Dernière édition par licorne à zébrures le Jeu 29 Aoû 2013 - 9:14, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Ven 16 Aoû 2013 - 11:06

Ah ah, je ne connaissais pas procrastination, mais maintenant que j'ai lu la définition, je peux te dire que je le suis tout autant, mais je me soigne. Après, je pense qu'on peut-être adepte de la procrastination et être aussi téméraire, l'un n’exclu pas l'autre, hein ?
La psychologie, une science inexacte ? Hum hum, c'est bien une réflexion de scientifique cartésien, ça -ou pas...-
Ce qui est drôle, c'est que beaucoup, dont tu sembles faire partie -sauf incompréhension de ma part- se rassurent en enfermant la psychologie (qui nous touche pourtant beaucoup plus que les autres sciences dans la mesure où nous sommes des êtres de psychologie) dans la boite de la non pertinence (et non pas de l'impertinence...) et de la non logique ou de la non crédibilité...  
Alors quoi, sciences exactes parce que 1+1=2 ? Parce que preuves à l'appuie ? Parce que l'expérimentation est la démonstration sans faille de la théorie ?
Je te pose donc une question, prenons la physique par exemple, considérée comme une science exacte, si je ne m'abuse, l'est-elle vraiment ?
Oui, dans l'absolu (et par extension, comme toutes sciences, psycho comprise), mais pour nous, pauvres humain, elle est loin de l'être. Ces modèles sont loin d'apporter toutes les réponses, sinon, nos chers chercheurs et scientifiques se donneraient enfin la main et arrêteraient de se chamailler sur tout et n'importe quoi.
Et me voilà encore partie sur de grandes réflexions post-ique (pas la peine de chercher la définition, je viens d'inventer ce mot @_@). Tout ça pour dire qu'il existe un savoir "universel" que les sciences tentent de trouver et de modéliser. La psychologie (notre fonctionnement interne, au delà de la biologie, cela va sans dire) aussi. On pourrait croire que c'est faux à cause de nos disparités, pourtant, nos cerveaux sont physiologiquement semblables, nous vivons dans le même monde. Peut-être que ce dénigrement de la psycho tient dans le fait que nous sommes exceptionnellement complexe -psychologiquement parlant-, sous-entendu, la sommes et le résultat d'un nombre incroyable de variables selon une diversité tout autant incroyable de domaines (génétique, apprentissage, physiologie, société, éducation, expérience, neurologie, chimie...). Notre psychologie est influencée (je n'aime pas ce terme, mais c'est le seul qui me vienne) par ces domaine, rends-toi compte de tous les possibles que cela peut donner. Peut-être même encore plus vaste que les possibilités de connexions de nos synapses (mais qu'est-ce que je raconte ? lol! )
Pour conclure, je me pense que (je viens tout juste d'en avoir l'idée) la psychologie commencera à mettre tout le monde d'accord quand nos chercheurs seront capables de modéliser ce nombre effarant de variables. Alors, pour l'heure, à moins que des zébrés se penchent sérieusement sur ce domaine (y a t-il dans la salle quelqu'un près à relever le défi ? Very Happy), il faudra atteindre un peu plus d'évolution de l'homme pour y parvenir (oui, oui, j'ai l'audace de le penser au risque d'en voir certains, enfin les quelques lecteurs qui liront ces mots, sortir l'artillerie lourde)

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Harpo le Ven 16 Aoû 2013 - 12:28

Le Z anti-psy est une sous-catégorie très forte sur ce forum Wink

Cela prend même parfois une violence assez  étonnante. A mon avis, c'est très lié à des mauvaises expériences avec des mauvais psy, ou des psys qui ne convenaient pas. Mais aussi sûrement à une peur très ancrée de la manipulation.

Cette histoire de science molle, ou inexacte, ce n'est pour moi que fadaises. Une défense automatique du mental, un réflexe de survie face a l'intrusion.

Bon, en même temps, vu que mes arguments sont psy, j'imagine qu'ils seront aisément rejetés par ceux qui la refuse. Smile

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Audace le Ven 16 Aoû 2013 - 13:01

Je plussoie, Harpo Smile

Et d'ailleurs, quand on rejette avec véhémence/violence quelque chose, en général, c'est parce que ça fait écho, un écho qui perturbe et qui a tendance à titiller nos certitudes (on se rejoint d'ailleurs pour l'explication de cette véhémence "Une défense automatique du mental, un réflexe de survie face a l'intrusion." Je ne l'aurai pas dit en ces termes, mais je trouve ton explication très parlante).

J'ai envie de citer un Z scientifique (et qui n'a pas pu s'empêcher, malgré tous ses vaillants efforts d'ouverture et de non jugement, de me mettre dans la petite boite de "littéraire" -à contrebalancer avec "scientifique", hein ?-) dont la phrase est très juste et très poétique, pour rebondir sur le terme de certitude "bon nombre de personnes sont ignorantes de l'étendue de leur ignorance". Je crois qu'il est là le problème avec la psycho, ça peut rapidement renverser pas mal de certitudes, et comme ça nous touche personnellement, c'est d'autant pire. Après tout, si une théorie issue d'une science dite "exacte", par exemple, s'avère erronée, on va se dire "bah, c'est mieux comme ça. C'est vrai que l'autre ne répondait pas à tout" (je sais pas pourquoi, mais je pense à la couleur d'une bulle de savon que les modèles de physique sur la propagation de l'onde lumineuse n'arrivaient pas à expliquer... jusqu'à ce que quelqu'un trouve et renverse les théories en place), on intègrera alors cette théorie et on passera à autre chose.
Par contre, la psycho, c'est le contraire. ça nous touche, je pourrais même dire qu'on baigne dedans (et le recul est assez difficile à prendre). Je suis sûre qu'on doit retrouver la même véhémence/violence dans les théories bancales de sciences dites "exactes", il doit y avoir le camp de ceux qui ne peuvent concevoir que les théories mises en place changent et ceux qui essaient de démolir ces théories et en perdent leur élémentaire courtoisie face au déferlement des vagues.

Pour conclure, je dirai que pour éviter de trop souffrir, je préfère ne pas avoir de certitudes (au delà de ce qui est évident comme "j'ai des mains, des pieds"... -pour caricaturer-), ou alors d'en avoir une seule : "la certitude de savoir que mes certitudes peuvent s'effondrer"

Audace
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 149
Date d'inscription : 11/08/2013
Age : 37
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou non zèbre ? Zèbre, apparemment...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum