Orage orange.

Page 1 sur 23 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant

Aller en bas

Orage orange.

Message par Boitachat le Dim 4 Aoû 2013 - 12:17

Bonjour,

J'ai lu « Je pense trop ». Il m'a intringué. Permet une entrée en matière pas trop brutale. Il m'a conduit à « trop intelligent pour être heureux » qui m'a interpellé. Puis « Différence et souffrance de l'adulte surdoué », qui m'a troublé. Et enfin les articles d'Arielle Adda qui m'ont convaincu que la question méritait d'être approfondie. Dimanche dernier, je vivais pépère avec mes angoisses ingénieusement intériorisées, mes habitudes rassurantes. C'est malin, tiens.

Je passe sur les problèmes relationnels, l'effet extra-terrestre, surtout lorsque l'on tente consciemment d'avoir l'air comme tout le monde (mais comment font ces gens pour paraître si naturels?). Il y en aurait beaucoup à dire. Et sur d'autres choses. Aussi frustrant que cela puisse être, je passe. Je suis coincé entre l'envie de tout raconter dans le détail au risque d'endormir le lecteur et l'impatience de publier cette présentation dans les plus brefs délais. Ce n'est que mon premier message sur ce forum, il ne faut pas exagérer, être patient et lire les autres. Je l'ai parcouru (le forum) un peu dans tous les sens. Ça l'air chouette ici, tout le monde est bien accueilli. Ça aide pour se lancer.

Peu importe où ma réflexion me mènera, il y a quelque chose qui s'est brisé. Un plomb qui a sauté. Une bouilloire qui a explosé.

Pour la première fois de ma vie, je suis mis en face des mes doutes, à moi-même. Je me suis toujours regardé en fermant les yeux. J'ai beau faire, j'ai des allumettes coincées entre les paupières pour garder les yeux ouverts. Si j'essaye de les enlever, tout le cerveau viendra avec. Occultons dans la joie et la bonne humeur. Ça a toujours marché. Aujourd'hui ça ne fonctionne plus. C'est le choc (c'est fou ce que ce mot est nul. Une poussière à côté de la montagne qui est en train de me tomber dessus).

Bref, tout un cheminement sans originalité, sans doute, et prétentieux, probablement, m'a conduit à m'interroger sur une éventuelle douance. Ça expliquerait tellement de choses. Ce n'est pas un peu facile, non ? Voilà un type qui erre plus ou moins depuis des années. Et qui, paf, comme par magie aurait enfin trouvé une clé pour comprendre. C'est gros, quand même.

Mais passons. Admettons que je ne trouve pas ma démarche ridicule, prétentieuse et anxiogène. (les ennuis commencent...)

Terreur presque indescriptible des résultats (le presque est probablement en trop parce que je ne parvient à trouver ce qu'il pourrait contenir).

Oui, je sais, je n'ai même pas pris rendez-vous pour le bilan. Et je suppose que le premier rendez-vous, avant le bilan lui-même me donnera déjà un certain nombre de réponses. Ou non. Mais quand même.

Si j'obtiens moins de 90, je serais presque rassuré. Tout est normal. Mon inadaptation, ce désespoir sans fin qui me ronge à chaque fois que je dois me mettre à une table pour réfléchir. Tant mieux. Exams, concours, parcours scolaire, vie professionnelle. Si j'avais fait mieux, ça n'aurait pas été beaucoup mieux. Ouf. Pas de regrets. Autour de 100. Bon, pas trop de regret non plus mais, mais ça veut dire que je suis un peu une feignasse. Je suis devenu professeur des écoles (un métier pour lequel j'ai une admiration sans fin, pour cause) ce n'est pas si mal, mais j'aurais eu la capacité de m'approcher un peu plus des mes rêves si je l'avais voulu. Pas la volonté (le courage, le temps, l'envie ?) d'apprendre à apprendre.

Je sais très bien quels commentaires risquent d'apparaître : le QI n'est qu'une indication, en soi il n'a pas de sens. J'en ai pleinement conscience. Les bouquins sont clairs la dessus. Mais sa signification a été clouée si profondément dans ma tête que j'ai peur de me faire mal en tentant de l'enlever avec la paire de tenailles.

Entre 110 et 130, le drame. Ça signifie simplement que je suis quelqu'un qui n'a jamais eu aucune volonté. Qui aurait pu faire bien mieux, mais qui a toujours préféré cette insatisfaction permanente au moindre effort. Et dans ce cas, je n'ose même pas imaginer ce qui doit ce passer dans la tête d'un surdoué. La raison dit : mais tu devrais être heureux. Tu es professeur des écoles, merde ! Ça vaut de l'or. Tu as vu le nombre de places au concours lorsque tu l'as passé ? Ce métier, magnifique, avec des gamins auxquels tu peux donner une chance. en non, tu l'es devenu avec peine. Parce que tu as souffert pour passer ce concours (mais qui n'est que l'écho de ta scolarité). D'années en années, tu as rouvert les livres, toujours les mêmes avec cette incroyable lassitude de relire tout le temps la même chose et d'arriver tout le temps au même résultat. Pourquoi je ne réussis pas ? Ça ne colle pas. Je devrais y arriver puisque je travaille. Au concours, j'obtenais à chaque fois des notes toujours limites. Pas si mal, remarquez, autour de la moyenne, mais pas assez élevées pour être admis. Alors un bon QI voudrait juste dire "peut (beaucoup) mieux faire"... Ça en dit long ...

C'est douloureux, mais je tranche un peu dans le vif. Ce n'est qu'une présentation. J'espère que ça reste compréhensible. Mais je n'arrive pas à trouver les mots pour décrire cette angoisse terrifiante. Je me vois déjà chuter du haut de la falaise. Tant de faux semblants. Cette honte qui me prends aux tripes quand tous ces gens me disent au boulot, à l'école : je fais ça, ça, ça. Et puis ils réussissent. Moi, je ne comprends pas. J'aimerais bien avoir la même volonté qu'eux. Comment parviennent-ils à apprendre, à relire, à trouver le courage de mettre le nez dans leurs notes ? Je pourrais continuer longtemps comme ça. Et puis, où ils trouvent le courage de faire ces trucs trucs qui ne servent strictement à rien pour notre boulot. Juste là pour faire plaisir à l'inspecteur. Je sombre parfois dans la douleur parce que c'est inutile, je le sais très bien. Je perds des heures et des heures. Je pourrais être en train de travailler sur ma flûte, ça c'est constructif, créer. Depuis combien de temps je n'ai pas composé de musique ?. Aller aux bouts de mes rêves, me réaliser. Mais non, je fais ce truc sans intérêt parce que les textes officiels disent que c'est bien.

Et encore, je parle de mon expérience récente. Mais ça dois dater du collège, tout ça. C'était nul le collège. Décevant. Mon père avait réussi à me faire rêver. Il a toujours eu les mots pour me faire rêver. La réalité m'a dégoûté. Allez comprendre. Heureusement, je ne m'en sortais pas trop mal. Mais je me suis toujours senti plus proche des élèves en difficulté que des BB, les intellos. Ceux qui réussiraient, qui feraient le métier dont j'ai toujours rêvé mais auquel je ne parviendrai jamais. Parce que moi, je le sais, je le sens que je n'arriverai pas. Je vois bien, c'est de plus en plus dur. J'ai une bonne moyenne, mais j'y arrive péniblement. Je déchantais paisiblement dans ma tête, l'air de rien.

Et puis l'hypothèse inconcevable. Le QI à 130 ou plus tentative désespérée pour pour comprendre ce qui ne colle pas (pas terrible, terrible, mais c'est tout ce que j'ai pour le rassurer. Autant dire que je m'accroche à une brindille à 500 mètres au-dessus du vide) Et espérer une porte de sortie. De savoir, que pour donner l'impulsion qui manque à mon existence, il ne faudra pas souffrir plus, mais faire d'une autre manière. Même (surtout?) si tout est à réapprendre. De savoir que c'est possible.

Mais ça ne colle pas. J'ai l'impression d'être au bout de mes ressources. Quand je ne fais pas, la culpabilité me ronge, quand je fais, l'énergie que je fournis à côté de la médiocrité des résultats que j'obtiens me désespère. Toute ma vie comme ça, non, je ne pourrai pas.

Sans compter le flou intellectuel. Comment font ces gens. En classe, même quand j'étais étudiant. Étude de texte en cours de français. Quoi ? C'est de ça qu'il parlait ? Maintenant que vous m'avez expliqué, je comprends. C'est ça que je ne comprends pas. C'était si évident.
J'aimerais vous comprendre, vous, qui parvenez à comprendre tout. Pourquoi moi, je n'y vois pas la même chose ? Pourquoi ce que j'ai à en dire est si idiot ? Alors je préfère oublier. Quand une idée apparaît, paf, la bulle de savon éclate. Comment vous faites pour être intelligents, les autres ?

J'ai l'impression d'être devenu instit sur un malentendu. Je dis que oui c'est bien, j'ai de la chance. Je le répète à tout le monde, c'est un beau métier. Je ne me plains pas. J'ai une belle situation. On dit qu'il faut savoir se contenter de ce que l'on a. Je suis tout à fait d'accord. Mais ça demande une énergie folle. Ça m'épuise. Mais quand ma journée est terminée même quand elle s'est bien déroulée ( ce qui arrive souvent), je hurle comme un sauvage, je pleure, je fais exploser ma rage. Mais je ne sais même pas pourquoi. Enfin si, maintenant je commence à comprendre. Mais c'est tellement impensable que, dès que je l'envisage comme une explication probable, une possibilité, Je trouve l'argument imparable qui démonte tout.

Finalement, qu'est-ce que j'obtiendrai avec des résultats du bilan ? Des excuses. Mais quand même.

Le plus affreux c'est cette boule au ventre. Qui grossit, qui grossit. Elle me demande de la gueule de qui je me moque. Tu vois très bien que tu ne peux pas y arriver, que ça ne peux pas être ça. Ça saute aux yeux. Tu vois bien le temps incroyable qu'il te faut pour lire, pour comprendre. Et puis ces test de QI sur internet. Tu as bien compris qu'il ne fallait surtout pas les tenter. TOUS les auteurs, ou presque, t'ont prévenus. Même pour jouer. Tu te connais en plus. Tu y mets tant d'enjeu, tant de pression. Tu joues avec le feu.

En effet, je n'ai pas pu m'en empêcher. Et pas de bol, je bloque sur certains dès la deuxième question. Cette lenteur, cette lenteur... Les problèmes mathématiques au concours d'instit, au collège, au lycée. J'y passais des heures, des heures... Et ces test de QI sont une torture. Intellectuelle. Je vois bien où est la réponse, elle est là, pas loin. Elle me regarde de son air sournois. Pourquoi je n'arrive pas à l'attraper ? Aucun raisonnement de me permet d'y arriver. Alors, je renonce en me disant que, de tout façon j'avais été prévenu. Alors je suis rassuré. Je n'ai pas eu à me confronter à un résultat, même si je sais que ça ne veux rien dire, sans l'appui d'un psychologue qui fait passer de vrais tests, pas juste des casses-têtes flatteurs pour faire croire aux gens qu'il sont intelligents (et plomber ceux qui ne le sont pas...). Les fois où je décide de sauter ces questions et d'aller jusqu'au bout, je suis déçu, forcément (moins de 90 pour l'exemple que j'ai en tête...) Alors que ce sont des tests destinés à tous les adultes. Le summum dans la connerie : répondre à une question issue du WAIS III. Trop tentant. Le choc. Elle était censé mettre en évidence la douance. Non seulement il me faut un temps infini pour y répondre et trouver une réponse on ne peut plus banale, mais en plus pour la première, je tombe complètement à côté. Mais quels détours, quelle lenteur pour arriver à une réponse normale ! Ma raison, me dit que bien sûr, il ne faut pas s'y fier, hors contexte ça n'a aucun sens. Mais la lourdeur dans ma poitrine me dit le contraire : une réponse fausse et deux autres où tu as péniblement atteint la normalité, tu sais très bien ce qu'il faut en déduire... Non seulement tu n'as aucune excuse et tu ne parviendras jamais à faire mieux, mais en plus, pour être et rester ce que tu es, il te faut dépenser une énergie phénoménale. Et pour gagner quoi ?

Et puis cette impression d'occulter ce qui me vient spontanément à l'esprit. Comme si je me censurais. Mais c'est tellement furtif que je me demande si je ne rêve pas, si ce n'est pas encore une nouvelle excuse pour me convaincre que si je n'y arrive pas, c'est la faute à l'inhibition intellectuelle. C'est petit. Je n'assume pas du tout. Je passe mon temps à me chercher des excuses.

Dès qu'il faut réfléchir en groupe c'est le même calvaire. Même aujourd'hui, lors des animations pédagogiques entre collègues. « On y réfléchit en groupe ? » Je me dire merde, il faut penser. Premier défis : comprendre la consigne. Souvent, ça va, parfois c'est flou. « Je comprends ce mot, pourtant, il y a quelque chose que ne va pas » Je demande au collègue qui m'explique. Quand le doute persiste, je n'ose plus. Faut pas pousser, je me suis déjà assez humilié. Ensuite je vais devoir tourner 50 fois la question dans ma tête pour trouver la réponse attendue, la même que mes collègues. Sinon on va encore me regarder avec un drôle d'air, celui qui dit « oui, bon, on s'en fout un peu, c'est pas super intéressant ce que tu proposes ». Ils ne le disent pas. Encore heureux. Mais ils ont raison. Quand ils ont expliqué leur point de vue à l'assemblée lors de la mise en commun, je les regarde, admiratif. C'est vrai que c'est pas con ce qu'ils racontent, là. Je n'y aurais jamais pensé. Je les envie parce qu'ils y ont pensé et pas moi. Ils sont forts, les gens. Vraiment, j'aimerais être aussi intelligent qu'eux. Alors je me tais, je laisse dire. C'est plus confortable. Mais ça passe lentement. Il est 9h20, j'ai déjà faim. Ça me donne faim d'attendre.

Et ces temps de réactions d'une lenteur, d'une lenteur. Hier soir, un type me parle de quelque chose, des considérations à propos de mon métier et tout. Il a raison, c'est évident. Et puis il a l'air si convaincu de ce qu'il raconte, avec ses airs de « j'ai raison, tu vois bien, mon argumentation est sans failles. » Et j’acquiesce. Forcément, je suis d'accord. Il m'aura fallu toute la nuit pour me rendre compte que je pensais totalement le contraire et que ce type racontait n'importe quoi. Je suis vraiment con. Si j'avais su ce que je pensais, tiens.

Il va falloir abréger parce que ce n'est définitivement qu'une présentation. Et puis si ça se trouve, tout ça, je suis en train de l'inventer. Ces impressions, ce ressenti. Je m'y perds.

Et je vous épargne le chapitre sur l'effet barnum. Ce glaive, que dis-je, ce marteau de guerre, cette masse d'arme, cette montagnes aux arêtes tranchantes au-dessus de la tête. Donc, j'occulte la question en espérant que la phrase précédente suffise à vous faire imaginer à quel point elle me ronge, cette expression...

Il est temps d'aller courir. Le footing du matin, c'est sacré, même s'il est déjà 12h01.

Merci infiniment à ceux, zèbres ou non, qui sont arrivés jusque là. Ça doit être très confus vu d'en haut. Moi, je ne sais pas, j'ai la tête toute retournée.


Dernière édition par Boitachat le Mer 3 Oct 2018 - 21:53, édité 15 fois (Raison : Retour aux sources)
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par UK09 le Dim 4 Aoû 2013 - 13:07

Welcome here.
tl; dr.
Bon courage à toi.
avatar
UK09
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 958
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 30
Localisation : La tête dans les nuages, les yeux dans un décolleté, de jolis yeux ou sur une paire de fesse, les pieds dans mes sandales, les mains sur un livre, du thé dans un thermos, sous un arbre quelque part dans Nantes. Ou entrain de faire l'imbécile avec mon fils.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Zwischending le Dim 4 Aoû 2013 - 13:07

Beaucoup de choses ont résonné avec mon propre parcours - notamment la question scolaire, celle des concours, le travail et l'intégration vis-à-vis d'un groupe, et ce sentiment de nullitude face aux capacités des autres à faire ce qui est demandé, à donner les sésames requis... - Bon, je ne suis pas testée (et pas envie pour le moment, déjà que l'idée de donner des notes à mes futurs élèves de collège ne m'enchante guère), mais je peux bien comprendre ce désir de trouver un point d'ancrage perçu comme ''objectif'', au milieu de tous ses propres ressentis auxquels on n'arrive pas à faire confiance.

Je suis en train de lire un livre de Daniel Tammet (assez médiatisé en tant que surdoué et Asperger), ''Embrasser le ciel immense'' : le sous-titre ''le cerveau des génies'' ne rend pas bien compte du contenu (du moins ce que j'ai pu en lire jusque là), car justement, Tammet essaye de démontrer que chaque cerveau, de par sa plasticité cérébrale, a des talents, différents ; le problème étant que certains talents sont recherchés par x société, et que d'autres sont jugés - j'emploie le terme à dessein -, comme n'ayant pas de valeur (ah cher capitalisme...Rolling Eyes )
Par ailleurs, là, j'ai commencé le chapitre qu'il consacre au QI et à cette fameuse question de la ''mesure'' de l'intelligence, sans oublier le grand débat entre inné et acquis. Pas encore fini, mais cela me semble rejoindre les constats dressés dans cet article (le lien avait été donné sur le forum).

A bientôt sur le forum ! Et bienvenue donc Smile
avatar
Zwischending
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Invité le Dim 4 Aoû 2013 - 14:38

Bienvenue Boitachat Smile



Boitachat a écrit: Dimanche dernier, je vivais pépère avec mes angoisses ingénieusement intériorisées, mes  habitudes rassurantes. C'est malin, tiens. .. Peu importe où ma réflexion me mènera, il y a quelque chose qui s'est brisé. Un plomb qui a sauté. Une bouilloire qui a explosé.

... C'est le choc (c'est fou ce que ce mot est nul. Une poussière à côté de la montagne qui est en train de me tomber dessus).

On est beaucoup à avoir connu ça, et moi la première. Le choc premier des livres... et le second du résultat du WAIS III. J'ai survécu.. et je vais mieux, bien mieux qu'avant de savoir d'ailleurs !

Boitachat a écrit:  Si j'obtiens moins de 90, je serais presque rassuré. Tout est normal. Mon inadaptation, ce désespoir sans fin qui me ronge à chaque fois que je dois me mettre à une table pour réfléchir.

...  

Entre 110 et 130, le drame. Ça signifie simplement que je suis quelqu'un qui n'a jamais eu aucune volonté. Qui aurait pu faire bien mieux, mais qui a toujours préféré cette insatisfaction permanente au moindre effort.

Le QI à 130 ou plus tentative désespérée pour pour comprendre ce qui ne colle pas (pas terrible, terrible, mais c'est tout ce que j'ai pour le rassurer. Autant dire que je m'accroche à une brindille à 500 mètres au-dessus du vide)  Et espérer une porte de sortie. De savoir, que pour donner l'impulsion qui manque à mon existence, il ne faudra pas souffrir plus, mais faire d'une autre manière. Même (surtout?) si tout est à réapprendre. De savoir que c'est possible..

Je me suis accrochée à cette brindille sans y croire. Et pourtant... c'était bien ça. And so what ? Et alors ? ben... rien ne change mais tout change.

Certes, je suis toujours la même, à mon même job où je m'ennuie, dans ma même vie et incomprise des autres. Mais tout a changé, car je revisite mon passé à cette nouvelle lumière, et bien des choses s'expliquent. Même moi, je m'explique à moi-même. Je comprends mieux les autres, dans leurs limitations sans exclure bien entendu tout leur potentiel de réussite (qui souvent est meilleur que le mien !) et surtout, je ne m'énerve plus lorsqu'ils ne me comprennent pas, car .. ils ne peuvent pas. Du coup, je me suis tournée vers les miens, ceux qui me comprennent si bien.

J'ai ce forum où je peux discuter avec des gens qui me comprennent, et mes amis zèbres (certains tout nouvellement arrivés dans ma vie) et je ne reviendrais pour rien en arrière (et même si le choc a été rude).

Bienvenue dans la savane Au galop !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Dim 4 Aoû 2013 - 21:32

Merci pour l'accueil, UK09  

Merci, Zwizwi pour les suggestions de lectures. J'ai commencé à lire les articles de Cécile Bost (enfin le premier). C'est prometteur, j'ai hâte de lire la suite. Quant aux livres de Daniel Temmet, je commence à en entendre parler de plus en plus dans mes lectures. J'ai ajouté "Je suis né un jour bleu" dans ma pile de livres à lire (qui à été un peu contrariée ces derniers jours...).

Merci pour ton accueil, Mary Poppins.

Certes, je suis toujours la même, à mon même job où je m'ennuie, dans ma même vie et incomprise des autres. Mais tout a changé, car je revisite mon passé à cette nouvelle lumière, et bien des choses s'expliquent. Même moi, je m'explique à moi-même. Je comprends mieux les autres, dans leurs limitations sans exclure bien entendu tout leur potentiel de réussite (qui souvent est meilleur que le mien !) et surtout, je ne m'énerve plus lorsqu'ils ne me comprennent pas, car .. ils ne peuvent pas. Du coup, je me suis tournée vers les miens, ceux qui me comprennent si bien.


En effet, c'est ça qui est vraiment étrange. Je commence également à me relire à travers l'hypothèse. C'est vraiment troublant. J'avance à pas de loup pour éviter de tout interpréter à cette lumière ou de me faire des idées qui pourraient être ravageuses. C'est un voyage intérieur vertigineux mais délicat. En tout cas ton message me rassure beaucoup. Il est très positif (à mon goût). Reste la barrière de l'incompréhension. C'est un terrain très épineux. Certains souvenirs qui ne m'avaient pas immédiatement sautés aux yeux me laissent perplexe au point que je ne les laisse pas trop traîner en surface de peur d'en biaiser l'interprétation. Je ne te parle même pas de ce qui pourrait ne pas être négatif. Là il y a carrément censure et/ou contre-argumentation immédiate. Va falloir tenir le coup jusqu'au bilan, mais je viendrai relire ton message pour me redonner un coup de fouet les jours où je serai convaincu d'être d'une bêtise affligeante (ce qui risque d'arriver souvent...)


Dernière édition par FelixBox le Dim 17 Nov 2013 - 10:01, édité 3 fois
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Invité le Dim 4 Aoû 2013 - 21:51

Boitachat a écrit: C'est un voyage intérieur vertigineux mais délicat. En tout cas ton message me rassure beaucoup.

...

Va falloir tenir le coup jusqu'au bilan, mais je viendrai relire ton message pour me redonner un coup de fouet les jours où je serai convaincu d'être d'une bêtise affligeante (ce qui risque d'arriver souvent...)

C'est vertigineux oui c'est ça... c'est ce que je ressentais : le vertige. Ce n'est pas possible... ce n'est pas possible que ce soit ça ! et pourtant si.

On est là pour toi si besoin.. et on te lira avec plaisir Approuve 

Au galop ! 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Kalimsha le Dim 4 Aoû 2013 - 22:36

Maiou Boitachat.
Soit le bienvenu ici, parmi nous.
Il y a quelques sujets autour de l'angoisse du test, tu pourras y voir que tu n'es pas le seul terrorisé par cette épreuve.

Pourquoi avoir renoncé à l'amour? A 33 ans, tu as encore le temps de te découvrir et de rencontrer plein de personnes, dont certaines sauront t'apprécier tel que tu es, comme ami ou plus.

Au plaisir
avatar
Kalimsha
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1542
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 40
Localisation : Entre deux zoos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par kikadissa le Dim 4 Aoû 2013 - 23:51

salut boitachat 

dis tu sais que ton pseudo m'intrigue beaucoup 

il me fait beaucoup penser a la theorie  du "chat schrodinger"

....... se leche la papate et retourne se lover sur sa chaise
cat cat cat cat cat cat
avatar
kikadissa
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 225
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par sylveno le Lun 5 Aoû 2013 - 0:05

Ben dis donc, il n'y a pas souvent eu une tartine comme ça en guise de présentation.

J'adore ! Bravo !
avatar
sylveno
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 55
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Lun 5 Aoû 2013 - 19:48

Merci, Mary Poppins !

Kalimsha. Merci pour ce message encourageant. Pour l'amour, on va juste dire que j'ai eu quelques déboires avec les signes non-verbaux. Cette fameuse limite entre l'amitié et l'au-delà...

Tout à fait, Kikadissa ! C'est une expérience de pensée qui me fascine. J'adore explorer les limites de l'intelligible en général. Et que les chercheurs eux-mêmes ne sachent pas s'ils étudient la réalité elle-même ou simplement la perception que l'on a de cette réalité, c'est en plein dedans, paf !

Merci Sylveno, ça me fait très plaisir :-) Comme pour beaucoup des personnes présentes sur ce forum (je suppose...), la tempête intellectuelle qui force à l'introspection est une bonne source d'inspiration.


Dernière édition par FelixBox le Dim 17 Nov 2013 - 10:01, édité 2 fois
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par kikadissa le Lun 5 Aoû 2013 - 19:58

itou boitacha

apres avoir lu ya ....hem.....quelques années "le hasard et la necessité " de monod (ou la theorie du minou de schrodinger est utilisée) j'ai bien du passer 3 jours a m'arracher les cheveux tellement son raisonnement est parfait .... et en totale contradiction avec mes convictions...... j'usqu'a il me devienne evident qu'a chaque theorie scientifique , peut correspondre tout autant son contraire, et c'est peut etre cela meme qui fait la magie de la science (et phylo)  tout a fait selon le schema du chat
(bien entendu je ne parle pas des sciences "fiables", mais celles qui tiennnent de la pure theorie)

tit poutou  Wink


Dernière édition par kikadissa le Jeu 8 Aoû 2013 - 19:05, édité 1 fois
avatar
kikadissa
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 225
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Lun 5 Aoû 2013 - 21:28

Oulà ! Je ne connais Monod que par son petit nom, je ne l'ai jamais lu, mais c'est plus qu’alléchant, cette affaire ! Je note immédiatement le titre du livre dans ma liste pour la prochaine commande que je ferai à mon libraire. L'intérêt de la la pure théorie c'est de laisser un océan entier à l'imagination pour s'ébattre. C'est limite si la vérification expérimentale n'est pas parfois décevante... M'enfin, avec la mécanique quantique, on est tranquille pour un moment.

Bonne soirée.
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par kikadissa le Lun 5 Aoû 2013 - 21:30

hehe   >>> itou va etre content mon libraire qd je vais lui donner ma liste : y va croire que c'est noel  ^^
avatar
kikadissa
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 225
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Lun 5 Aoû 2013 - 22:58

Chez le mien, c'est noël tous les mois ! Heureusement que je suis là pour qu'il puisse manger autre chose que des pâtes au sel.


Dernière édition par Boitachat le Mar 6 Aoû 2013 - 3:55, édité 1 fois (Raison : Trop invraissemblable...)
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par kikadissa le Mar 6 Aoû 2013 - 15:41

du coup ..... ce sont les bibi qui se retrouvent aux patosel    Rolling Eyes
avatar
kikadissa
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 225
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mar 6 Aoû 2013 - 17:32

Sois le bienvenu!
Quelle longue presenration, souvent au bout de 15 lignes je capitule, mais là c'est fluide et parlant.
Bon courage pour la suite et tes découvertes (qd tu en sauras plus sur les zebres je te parlerais des Tigres)

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
avatar
Darth Lord Tiger Kalthu
Rayures vénérables
Rayures vénérables

Messages : 19739
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 39
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Mar 6 Aoû 2013 - 22:15

Merci pour l'accueil, toutes mes plus basses courbettes ! Je serai ravi d'en apprendre plus sur les tigres.  Ça fait plaisir d'être compris ;-) J'aime beaucoup écrire, mais c'est bien la première fois que laisser glisser mes états d'âme comme ça, là, paf. Je me voyais mal en parler à mes amis, même les plus proches.

Le forum est passionnant à parcourir. Comme beaucoup, je garde encore mes distances, mais quand même, il y a un petit quelque chose de familier vraiment troublant ici...

Pour passer la porte du psy afin d'affronter le dragon et avoir l'esprit tranquille, il va falloir en écrabouiller, des trolls. La conviction que je me fais des idées n'est jamais très loin...Je suis issu d'un milieu d'artisans et de paysans dont je suis fier mais où certains réflexes culturels et éducatifs ont la vie dure. La prise de conscience est parfois rude...


Dernière édition par Boitachat le Mar 6 Aoû 2013 - 22:22, édité 2 fois
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Invité le Mar 6 Aoû 2013 - 22:20

Boitachat a écrit: La prise de conscience est parfois rude...

C'est au pied du mur, qu'on voit le mieux le mur lol! 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Mar 6 Aoû 2013 - 22:26

C'est au pied du mur, qu'on voit le mieux le mur lol!

Et qu'on aperçut le mieux les fissures... Comme l'a si bien dit Raoul le chat : "au royaume des fissures, les fêlés sont rois".
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Invité le Mer 7 Aoû 2013 - 6:37

Boitachat a écrit: "au royaume des fissures, les fêlés sont rois".

Ouep.. ça c'est au pays Lustucru lol!










Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Zarbitude le Mer 7 Aoû 2013 - 10:56

On dirait moi quand je pense trop intensivement Very Happy 
Chouette présentation!
J'ai aimé ce" je me cherche mais où suis-je ? " Tout en haut ou alors en bas, à droite, à gauche? Ca dépend des jours, même parfois des minutes.
Toujours se repositionner, à chaque pensée, c'est fatiguant.
Faut savoir dire stop!
Pour arrêter le manège de tourner, j'ai un petit truc, ca pourrait même t'intéresser...
Je me dis: ici et maintenant, ca va.
Tu sais, comme le type qui se jette par la fenêtre du dixième étage et qui, en passant devant la fenêtre du 9eme se dit: jusqu'ici, ca va. Pareil quand il passe devant le 8eme.....Very Happy 
Et c'est vrai que ca va, c'est pas une tromperie de l'esprit.
Non, ca fait vraiment des vacances pour les boyaux de la tête Very Happy 
C'est véritablement mettre son esprit en paix et alors là, il se passe souvent un truc génial, je me sens en paix.
C'est l'heure de la détente et cette détente, je me la suis octroyée à moi-même.
Merci moi Wink 
Au fond, je suis quelqu'un de gentil que j'me dis. Et crois-moi, c'est déjà beaucoup.
Du coup, je continue le processus et j'essaie de trouver encore d'autres qualités.
Je repense à tous les trucs chouettes que j'ai fait, que j'ai dit, que j'ai pensé, que j'ai ressentis.
Je me concentre là-dessus.
Bah, c'est juste un truc mais ca fait tellement de bien en comparaison avec tout le mal qu'on se fait en entretenant des pensées négatives...Ca équilibre un peu tout ce bazar!
Moi j'aime bien l'équilibre, l'harmonie aussi.
Mais si j'en mets pas dans ma vie, puis-je vraiment compter sur quelqu'un d'autre? Pas sûr...aléatoire...j'aime pas... Alors j'le fais.
Tiens ca ressemble à : mais au fond, je construis ma vie au lieu de la saboter.
Je l'ai sabotée si souvent...snifff.....
Allez hop, j'décide de plus le faire Very Happy 
avatar
Zarbitude
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 6117
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Mer 7 Aoû 2013 - 12:13

Merci, Zarbitude Smile 

Le tableau est sombre parce que le réveil est brutal et l'interrupteur bien caché.

Pour arrêter le manège de tourner, j'ai un petit truc, ca pourrait même t'intéresser...
Je me dis: ici et maintenant, ca va.

"Ici et maintenant, ça va". Oui, je connais. En boucle entre les deux oreilles. En large, en long, en travers.
C'est vrai que ça va. Faut juste le coller au bon endroit sur la frise.

Je ne veux pas arrêter le manège. Seulement la rouille s'est accumulée dans les rouages, le mécanisme commence à tomber en morceau.
Au contraire, je veux qu'il redémarre.

J'ai fait mon petit bonhomme de chemin en fermant les yeux et en bouchant les oreilles.
Jusqu'ici ça allait.

Sauf que j'étais à deux pas du précipice. Je ne m'en étais pas aperçu.
Arrêt net.
Je cherche la manivelle pour abaisser le pont-levis et continuer ma route dans le bon costume.
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Zarbitude le Mer 7 Aoû 2013 - 12:27

De rien , c'est d'bon cœur Very Happy 
Je crois quand même que pour redémarrer il faut d'abord arrêter, faire une pause salutaire, une vraie pause qui ressource, reprendre un peu de force, se mettre en vacances de ses problèmes ....
La prise de conscience que tu as vécue fait mal car c'est un constat décourageant mais ca fait aussi du bien, ca a le pouvoir de "réveiller", potentiellement.
Je le dis parce que j'ai vécu ca.
Un jour j'ai fait le terrible constat que je n'étais pas en vie, que j'étais juste une survivante.
Sensation Ooohh combien merdique mais tellement pourvoyeuse d'énergie car c'est affreux de conscientiser ce triste état. Et du coup qu'on en prend conscience, alors et seulement alors, on peut faire quelque chose pour changer, modifier, améliorer.
Et c'est ce que je te souhaite, de vraiment puiser dans cette nouvelle énergie pour reprendre ta vie en main, avec espoir et optimisme ( ca rend les choses plus faciles Wink )
Bises affectueuses
avatar
Zarbitude
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 6117
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Boitachat le Mer 7 Aoû 2013 - 20:47

Merci pour tes encouragements Very Happy
Je reviendrai jeter un coup d'œil sur celui-là aussi quand j'aurai le cerveau dans les chaussons.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, je suis globalement assez optimiste. J'ai juste peur de laisser remonter le positif à la surface. Si tu es passée par là, tu comprends pourquoi... Mais c'est hallucinant de voir tout ce qu'on peut entasser dans une si petite boîte en fer. Je n'en reviens pas. De voir tellement de mécanismes à la con à débloquer, de réflexes à bannir définitivement, ça me déroute.

J'ai pris de telles habitudes avec le sentiment d'échec que certaines défenses se mettent en place à une vitesse effroyable. Mais ça va venir. Ton discours et celui de bien d'autres sur ce forum sont là pour le montrer. Simplement, le fait de supposer que la petite loupiote qui vient de s'allumer tout au fond du tunnel puisse m'être destinée tient encore de l'inconcevable.

Je vois le bon dans tout ça, je vois où ça peut mener. Je suis impatient de pouvoir enfin regarder mon vrai moi dans les yeux pour lui dire : "mon vieux, tu me manquais !" Very Happy

Il faut juste me montrer par A+B que je ne suis pas en train de rêver... Se débarrasser de cette fichue conviction profonde de n'être qu'un faux-zèbre prétentieux qui est pourvu de toutes les caractéristiques de l'animal (mais vraiment toutes) SAUF, comme par hasard...

Toutes mes courbettes les plus sincères.
avatar
Boitachat
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1511
Date d'inscription : 31/07/2013
Age : 38
Localisation : Au fond du couloir, à gauche de l'infini.

http://www.defilmince.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orage orange.

Message par Invité le Mer 7 Aoû 2013 - 20:58

Laisse le chat sortir de sa boite, il est pas fait pour être en boite.
Par A+B, au fond de toi, tu le sais.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 23 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum