relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 15:39

Bonjour à tous ceux qui me liront ! Ange 
Nouvelle sur ZC, "dépistée" HP depuis 2 mois, je parcours vos toppics depuis qqes semaines, et c'est bon de voir qu'on est tout pleins ! Je me reconnais complètement dans certains de vos messages, on dirait bien que je ne sois pas la seule à ressentir tout ça...
Je me lance dans la bagarre, avec un sujet qui me tient tout particulièrement à coeur : les relations amicales.
Un problème depuis toute petite, le drame de ma vie (enfin, le + important Laughing ), moi qui m'intéresse tant aux gens, les connaître, les comprendre, les fréquenter, les soutenir, les écouter, leur parler, partager... ben c'est pas ça, ça fonctionne rarement, et puis ça se termine... et c'est troooop triste Triste 
Beaucoup de messages un peu cyniques/blasés/méprisants envers les non HP et même les zèbres, non je ne tomberai pas là-dedans !!!
Les relations, quand ça se passe bien, c'est le miel de la vie, ce qui lui donne son sens, ce qui me fait sentir vivante, heureuse, pétillante au + haut degré comme rien d'autre, aucun succès, aucune joie, ne le peut autant
Et pourtant, ça marche pas, j'y arrive, je rame pour en nouer de nouvelles (le début, c'est le + dur, passer de "connaissance" à amitié), ça se développe sur qqes mois, années parfois, puis ça se délite en qqes semaines (éloignement géographique, blessure de part ou d'autre, silence prolongé,...). Mais qu'est ce que je fais pas bien ?

Au fil de sites sur les zèbres, j'ai pu constater que je suis un peu concernée par Asperger, mais un peu seulement et beaucoup moins qu'avant (depuis 25 ans que je "bosse" sur ma timidité, le relationnel, les émotions, ça a (un peu) porté ses fruits, mais si peu par rapport aux efforts/défis/énergie fournis (quand tout le reste qui m'intéresse me demande bcp moins pour un progrès bcp + rapide et important, pfff))...

Y'en a qui vont peut-être répondre "tu t'en fiche des autres, fais ce que tu as à faire"
Ben non je m'en fiche pas, j'y arrive pas, et je suis intimement persuadée que c'est très important, pour moi comme pour nous tous zébrés
J'arrive pas à sentir qu'on m'aime, qu'on m'apprécie (mais est-ce le cas ?), je me braque sur des mots dits ou non dits, des non-réponses, des non-sollicitations, des mises à distance (ou des non-volontés de se rapprocher) ; je me sens souvent rejetée ou ignorée...
Bon, des fois, ça marche - un temps - ou longtemps, comme avec ma soeur ou mon meilleur pote qui habite loin, mes enfants, avec eux je me sens moi, avec d'autres qqes fois aussi, mais ça ne dure pas...

En amour j'ai beaucoup moins de mal, la proximité physique, le fait "établit" que cela consiste à se voir pls fois / semaine, ça m'aide

Avec mes parents ça se passe toujours moyen (quand même, à mon âge !), après 3 jours maxi j'ai envie de ma sauver. Enfant, c'était la cata : mère envahissante, humiliante, hyper-protectrice, ne s'occupant que des choses matérielles ; père (sans doute bcp HP ET bcp Asperger) froid, distant, absent ; tous deux ne donnaient ni chaleur, ni câlins, ni valorisation, ni réconfort, ni dialogue...
Moi j'étais si timide que je sortais presque pas du home : une potine à l'école, une potine voisine, et basta
Donc j'ai pas appris les "codes" (mais ce n'est pas faute d'avoir essayé) je le ressens surtout avec les filles, qui y sont plus sensibles ; bon, le "pack HQI" explique bien des choses, mais comment qu'on fait en vrai ?

Comment vous faites ?

Y'a 1 topic qui dit que à + de 30 d'écart type sur la fameuse courbe, le dialogue est très difficile... ça me laisse que 10% de la population, - les hommes avec qui c'est toujours ambigu, pu que 5, - les trop gros écarts d'âge... pfff, c'est encore plus démoralisant qu'avant !Dent pétée  
En ce moment je suis en vacances sans les enfants, j'ai plein de temps pour cogiter tout mon saoûl, alors j'ai envie d'oursifier un peu, me mettre à l'écart qqes jours...
Et peut-être que le virtuel, ici, c'est bien aussi !? Je vous ai trouvés !!!!!Yahoo ! 





Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par dessein le Mar 30 Juil 2013 - 16:09

salut et bienvenue

bon oursifiage a toi (et on ne mange pas que des cerales quand les enfants sont pas la...)

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 16:14

merci dessein Very Happy ;
et je mange même des tomates aussi

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 16:46

Swann-to-three a écrit:Et pourtant, ça marche pas, j'y arrive, je rame pour en nouer de nouvelles (le début, c'est le + dur, passer de "connaissance" à amitié), ça se développe sur qqes mois, années parfois

...


Avec mes parents ça se passe toujours moyen (quand même, à mon âge !), après 3 jours maxi j'ai envie de ma sauver.

Ben oui... pour moi aussi c'est très difficile, non pas le contact car j'ai bcp travaillé sur ça et je suis "super sympa" lol! mais sur la conservation de l'amitié. En fait, dès que l'éloignement intervient on dirait que les liens n'existent plus (si je me laissais faire, je n'appellerai que très, très rarement). Or, j'ai remarqué qu'il suffit que je revois les personnes pour que ce soit super comme si on s'était quittés la veille ! Loin des yeux, loin du coeur ? on dirait que ça s'applique à moi Embarassed 

Du coup, je fais aussi des efforts de ce côté-là : je me "force" à appeler (car c'est difficile pour moi de prendre mon téléphone et d'appeler quelqu'un, quel qu'il soit), ou alors je garde des contacts quasi quotidiens par email (j'envoie des trucs rigolos, et si on veut discuter on le fait.. ça garde un lien plus proche du coup et l'autre n'a pas le sentiment que je le délaisse).

Quand à passer quelques jours dans la famille ou les amis (proches ! car pas proches, c'est même pas la peine) : au 3ème jour, je pars en courant ! Overdosée.... Donc pour éviter les départs intempestifs que les autres ne peuvent pas comprendre (comme avant..) ou pire qu'ils se sentent responsables de quoi que ce soit, j'avertis " je reste pas longtemps parce que je dois....". Du coup, tout le monde sait que je reste jamais longtemps.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Kalimsha le Mar 30 Juil 2013 - 18:00

Quand à passer quelques jours dans la famille ou les amis (proches ! car pas proches, c'est même pas la peine) : au 3ème jour, je pars en courant

Pareil que vous.
L'autre jour, record, j'ai passé 10 jours chez ma mère. Ça s'est bien passé... elle était partie en vacances en me laissant ses clefs. Pété de rire 

Kalimsha
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1516
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 39
Localisation : Entre deux zoos

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par enzèbrée le Mar 30 Juil 2013 - 18:09

Salut Swann,
je vois très bien de quoi tu parles, je ressens ce même genre de difficultés. Je n'ai pas vraiment de réponse malheureusement. En fait il y a des femmes (zébrées uniquement, je parle des femmes car pas connu ça avec un homme pour l'instant) avec lesquels le courant passe tout de suite très vite. Après pour construire et garder une amitié sur le long moyen terme Very Happy , c'est vrai que c'est chaud. Je n'ai actuellement qu'une seule amie (depuis 2 ans et après quasi 10 ans sans amie) et ça se passe bien. J'ai la chance qu'elle m'ait dit qu'elle n'avait jamais eu une relation comme celle que nous avons. Ca m'a fait du bien mais ça m'a tellement surprise que je n'ai pas pu lui répondre. Embarassed Je me rattraperai. Il y a des moments où j'ai très peur que ça parte en vrille, car nos enfants se chamaillent parfois de façon virulente. Ca me met dans tous mes états. J'ai tellement peur de la perdre. C'est en général la discussion en face à face qui nous sauve. Tant que je reste dans la communication à distance, notamment par mail, j'ai l'impression qu'on n'y arrive pas. Je ressens de l'agacement, de l'énervement, du stress... Les relations à distance, ce n'est pas pour moi. J'ai déjà ressenti, comme Mary Poppins, avec d'anciennes relations, la sensation de s'être quittées la veille quand on se retrouve après une longue absence. Mais c'est très très rare.
Passer des week-ends avec des amis, je ne l'ai jamais fait. Je ne m'y suis jamais sentie prête. je n'ai jamais eu d'amis pour faire ça non plus. Wink 
Sinon, comment as-tu calculé le 10% de la population ? (pas envie de chercher Embarassed )
Bon courage ! I love you

enzèbrée
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 384
Date d'inscription : 31/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 18:19

Ben oui... pour moi aussi c'est très difficile, non pas le contact car j'ai bcp travaillé sur ça et je suis "super sympa" lol! mais sur la conservation de l'amitié.

merci Mary Poppins !
pareil, le contact de tous les jours, j'ai peaufiné et ça marche bien (presque tous sont surpris quand je leur parle de mes difficultés ou de timidité, à croire que ça ne se voit plus !), mais c'est après, aller plus loin, devenir proche, et garder...


En fait, dès que l'éloignement intervient on dirait que les liens n'existent plus (si je me laissais faire, je n'appellerai que très, très rarement).
...
Du coup, je fais aussi des efforts de ce côté-là : je me "force" à appeler (car c'est difficile pour moi de prendre mon téléphone et d'appeler quelqu'un, quel qu'il soit), ou alors je garde des contacts quasi quotidiens par email (j'envoie des trucs rigolos, et si on veut discuter on le fait.. ça garde un lien plus proche du coup et l'autre n'a pas le sentiment que je le délaisse).

Pareil, je dois toujours me "forcer" pour décrocher un téléphone , vivent les mails et les sms ! ça permet de garder le contact... qui du coup se conserve mieux "à distance" que pour les gens pas loin, contrairement à toi semble-t-il

Quand à passer quelques jours dans la famille ou les amis (proches ! car pas proches, c'est même pas la peine) : au 3ème jour, je pars en courant !

... au moins je vois que je suis pas la seule !Wink
Et toi quel mets-tu en place pour faire d'une 'connaissance' une amitié puis pour te rapprocher encore ?




[/quote]

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 18:22

[quote="Kalimsha"]

Pareil que vous.
L'autre jour, record, j'ai passé 10 jours chez ma mère. Ça s'est bien passé... elle était partie en vacances en me laissant ses clefs. Pété de rire 

Very Happy 
ouah, elle vous laisse ses clés ?
... moi toujours pas...

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 18:38

Swann-to-three a écrit:    pareil, le contact de tous les jours, j'ai peaufiné et ça marche bien presque tous sont surpris quand je leur parle de mes difficultés ou de timidité, à croire que ça ne se voit plus !

C'est ça : ils ne me croient pas d'ailleurs quand je dis que je suis une timide qui se soigne ! (d'ailleurs, lorsque j'arrive dans un nouveau service : ils prennent pour de la distance, de la froideur ce qui n'est que timidité et besoin d'aller très doucement).

Swann-to-three a écrit:   Et toi quel mets-tu en place pour faire d'une 'connaissance' une amitié puis pour te rapprocher encore ?

Ben.. le temps. Beaucoup de temps, des années. Sauf récemment : j'ai rencontré une zébrette et le contact est passé immédiatement ! Je l'ai immédiatement choisie comme amie, et la réciproque est vraie. On se sent tellement en phase aussi... Very Happy


Swann-to-three a écrit:
Kalimsha a écrit:

Pareil que vous. L'autre jour, record, j'ai passé 10 jours chez ma mère. Ça s'est bien passé... elle était partie en vacances en me laissant ses clefs. Pété de rire

Very Happy ouah, elle vous laisse ses clés ? ... moi toujours pas...

Non mais... MDR Pété de rire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par dessein le Mar 30 Juil 2013 - 18:41

facepalm  Pété de rire 

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 18:45

Salut Swann,
je vois très bien de quoi tu parles, je ressens ce même genre de difficultés.
on est au moins 2...

Je n'ai actuellement qu'une seule amie (depuis 2 ans et après quasi 10 ans sans amie) et ça se passe bien.
wou, et tu le vis comment ? C'est une amie super proche ? Je veux dire, tu peux tout lui dire, et elle aussi, délirer, cesser la 'vigilance' ?
Et 10 ans sans ! Mais comment est-ce possible ? Tu voyais des gens 'connaissances' pendant cette période ?

J'ai la chance qu'elle m'ait dit qu'elle n'avait jamais eu une relation comme celle que nous avons.
ça c'est trop beau ! Je trouve les gens très pudiques en général, c'est pas comme dans les films... ou c'est juste avec moi que ça n'arrive pas ?

Il y a des moments où j'ai très peur que ça parte en vrille, car nos enfants se chamaillent parfois de façon virulente. Ca me met dans tous mes états. J'ai tellement peur de la perdre. C'est en général la discussion en face à face qui nous sauve. Tant que je reste dans la communication à distance, notamment par mail, j'ai l'impression qu'on n'y arrive pas. Je ressens de l'agacement, de l'énervement, du stress...
oui, l'écrit c'est plus facile, et à la fois davantage source de quiproquos, malgré les smileys ; il paraît que le langage, les mots, c'est seulement 7% du "message" de communication en face à face... moi c'est l'inverse de toi, j'ai l'impression d'être plus comprise par écrit que en "vrai", c'est peut-être donc ma gestuelle,  mon attitude, le ton, la voix qui sont erronées chez moi ?
J'espère de tout coeur que tu vas garder cette amie I love you 
... et aussi que tu vas réussir à t'en faire d'autre(s), afin de moins te sentir 'dépendante'


Sinon, comment as-tu calculé le 10% de la population ? (pas envie de chercher Embarassed )
Bon courage ! I love you
Et bien, en gros j'ai enlevé la proportion <115, vu qu'il 'faudrait' un écart type de 30 pour que ce soit confortable, puis j'avais divisé par deux pour enlever la gente masculine car d'expérience, ça "prend" souvent mieux avec les hommes, mais ça finit toujours par une ambigüité, une demande "d'aller plus loin" (pardon messieurs, mais cela ne s'applique sans doute pas au virtuel Surprised ) )

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 18:50

hey, c'est quoi qui vous faire rire, dans le fait que mes chers petits parents ne me laissent pas leurs clés ? Surtout qu'ils ont 2 barraques, et qu'ils y vivent 6 mois / 6 mois... moi j'trouve pas ça drôle, mais ... affligeant
dessein c'était le sens de ton 1er smiley ?

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par dessein le Mar 30 Juil 2013 - 18:53

oui desolee ca m'a fait rire alors que ca t'est desagreable
je croyais que tu en rigolais (pour mettre de la distance)
desolee

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 18:54

Swann-to-three a écrit:hey, c'est quoi qui vous faire rire, dans le fait que mes chers petits parents ne me laissent pas leurs clés ? Surtout qu'ils ont 2 barraques, et qu'ils y vivent 6 mois / 6 mois... moi j'trouve pas ça drôle, mais ... affligeant
dessein c'était le sens de ton 1er smiley  ?

Excuse-moi, c'était ta façon de l'écrire, on aurait dit un sketch, pardon Courbette 

C'est ça en fait, c'est tellement affligeant que c'en est "ridicule" de méchanceté (pour nous), mais douloureux (pour toi).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par enzèbrée le Mar 30 Juil 2013 - 19:11

ok, merci pour l'explication Swann. En fait il suffisait de regarder la courbe de Gauss quoi. Razz  Wink 

10 ans sans ami(e), ben oui, c'est possible. Laughing J'avais un compagnon et oui, je voyais des connaissances à lui (peu souvent). Je n'étais pas cloîtrée chez moi. J'ai aussi eu des collègues mais sans plus. J'ai passé plusieurs années avec un faux-self avant et je n'en pouvais plus. Bref, je ne voulais plus de relations superficielles, je voulais trouver des amis sans avoir à me masquer. Ca n'a pas été facile. Laughing Je crois que je m'étais un peu résignée. Je devais être asociale ou tarée... jusqu'à la découverte de la zébritude. I love you 

Je ne peux pas dire que nous parlions de tout sans tabou (on parle pas sexe quoi Laughing ), mais de pas mal d'autres choses oui.
Merci pour tes paroles de soutien.
Je te souhaite aussi plein de belles amitiés ! sunny

enzèbrée
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 384
Date d'inscription : 31/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mar 30 Juil 2013 - 19:19

merci Enzèbrée !
ça fait combien de temps que tu as découvert tes rayures ?

... depuis 1 an ou 2 je fais comme toi, je fais le ménage des relations superficielles, ou ambigües, ou sans réciproque, ou quand je sers juste de 'déversoir' à parole à l'autre (ce que je fais très bien, intériorité + empathie + désir d'être agréable)...
et ça laisse pas beaucoup de monde, sniff
mais à quoi bon passer du temps dans des relations non nourrissantes ?
plutôt se concentrer sur les nourrissantes

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par enzèbrée le Mar 30 Juil 2013 - 19:23

Swann-to-three a écrit:merci Enzèbrée !
ça fait combien de temps que tu as découvert tes rayures ?
j'ai découvert ce monde il y a 3 ans par l'intermédiaire de mon fils qui a été testé à 6 ans. Wink 

Swann-to-three a écrit:... depuis 1 an ou 2 je fais comme toi, je fais le ménage des relations superficielles, ou ambigües, ou sans réciproque, ou quand je sers juste de 'déversoir' à parole à l'autre (ce que je fais très bien, intériorité + empathie + désir d'être agréable)...
et ça laisse pas beaucoup de monde, sniff
mais à quoi bon passer du temps dans des relations non nourrissantes ?
plutôt se concentrer sur les nourrissantes
oui si tu en as, tant qu'à faire, c'est mieux. Laughing Wink 

enzèbrée
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 384
Date d'inscription : 31/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Speedy le Mar 30 Juil 2013 - 19:27

Un joli soleil pour toi Swann :sunny   
Je comprends un peu ce que tu ressens. J'ai la chance d'avoir une amie merveilleuse depuis plus de 20 ans maintenant (depuis qu'on est toutes petites en fait) et avec elle je sais que c'est pour la vie. Mais à part elle...

Je n'ai pour l'instant pas été capable de garder des amitiés passé l'éloignement. En fait je me lie assez vite avec les gens, mais quand on est loin je n'appelle pas souvent... Et c'est un tord sans doute. Mais du coup les amitiés s'étiolent et disparaissent. Après je me dis que si ça s'est passé comme ça, c'est que eux non plus n'ont pas cherché à appeler souvent. donc qu'ils n'avaient pas forcément envie non plus que cette amitié dure. Ma meilleure amie, si j'ai le malheur de ne pas l'appeler pendant un certain temps, elle me rappelle à l'ordre ! Very Happy (et réciproquement!)
Tout ça pour dire que ce n'est pas forcément de ta faute, mais que les "tords" sont partagés. Pour un peu qu'on puisse appeler ça des tords. Je sais que c'est bateau, facile à dire et tout ça, mais au fond c'est un peu vrai. Les amitiés c'est vivant. Ca va, ça vient, ça nait et ça meurt. C'est triste, on peut/doit se battre pour que ça ne se termine pas, mais ce n'est pas forcément un tord fait que de ne pas y arriver.

Je n'ai pas vraiment de conseils à te donner à part des classiques. Continue à essayer de te lier d'amitié avec des gens, élargi tes possibilités, ne t'accroche pas à n'importe qui juste pour "avoir un ami". Après je suis consciente qu'il faut de la chance pour trouver une amitié qui dure dans le temps.

Bon courage dans tous les cas! Bisous

Speedy
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 100
Date d'inscription : 26/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 19:30

Kalimsha a écrit:


Pareil que vous.
L'autre jour, record, j'ai passé 10 jours chez ma mère. Ça s'est bien passé... elle était partie en vacances en me laissant ses clefs. Pété de rire 

Aïe, aïe, aïe... je commence à prendre goût au vent de cynisme qui flotte parfois sur ce forum.

Pété de rire Pété de rire Pété de rire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 19:33

Swann-to-three a écrit:J'arrive pas à sentir qu'on m'aime, qu'on m'apprécie (mais est-ce le cas ?), je me braque sur des mots dits ou non dits, des non-réponses, des non-sollicitations, des mises à distance (ou des non-volontés de se rapprocher) ; je me sens souvent rejetée ou ignorée...

C'est un point que je ressens aussi très fortement...
C'est assez douloureux, parfois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par sylveno le Mar 30 Juil 2013 - 20:09

Bonjour Swann-to-three

Je me reconnais en plein dans ces problèmes de relations. Je n'ai jamais eu, aussi loin que je me souvienne quelqu'un que je pourrais appeller un ami. Des connaissances oui mais ça n'a rien à voir. Je n'appelle pas au téléphone mais du coup, personne ne m'appelle. De toute façon, je ne sais jamais quoi dire, ça dure bien rarement plus d'une minute et encore quand on a un sujet.
Mais depuis quelques mois, j'ai envie de changer ça alors j'observe comment font les gens qui disent avoir des amis. J'ai l'impression qu'en fait, ils n'en ont rien à faire des autres, ils en ont juste besoin et quand tu dit
...ménage des relations superficielles, ou ambigües, ou sans réciproque, ou quand je sers juste de 'déversoir' à parole à l'autre... a écrit:
,ben c'est sûr qu'il y a certaines choses qu'il faut supporter pour en avoir en masse sinon... mais je ne sais pas si je suis près à le faire et puis toute façon, les gens me trouve trop bizarre pour avoir envie de me fréquenter alors je compte bien sur des lieux de rencontre "spécialisé" comme zebra crossing pour essayer autre chose.

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Amis véritables = Malentendus/Disputes possibles.

Message par Invité le Mar 30 Juil 2013 - 20:52

Salut Swann-to-three !

Dans ce que je lis, je me sens concerné pour avoir connu quelques personnes me faisant justement part de leurs relations amicales comme tu le fais. Je ne pense pas avoir vécu ou perçu les choses de la même manière (lorsque, par exemple pour des raisons professionnelles, je devais à nouveau me créer de nouvelles relations amicales et constater que malgré ma mobilité, certaines relations semblaient se périmer dans le temps). Mais je pense que le sujet que tu introduis concerne pas mal de monde pour ne pas dire tout le monde ici.

Le fait que tu disposes d’un haut potentiel (Donc différence) doit sûrement en dérouter pas mal jusqu’à un certain point effectif en ce sens mais je pense qu’entre amis, cela est plutôt normal au départ vu qu’il faut du temps pour bien connaitre quelqu’un. Ce qui m’interpelle davantage, ce ne sont pas les difficultés du départ vu que tu sembles te trouver/faire des connaissances amicales sans problème mais plutôt :

1- Le caractère expéditif/définitif qui ferait plutôt d’une mésentente/dispute une véritable rupture dans le temps si j’ai bien compris.
2- La difficulté voire l’impossibilité que tu ressens vis-à-vis de cette tournure de tes relations amicales, plus ou moins systématique (Une sorte de récurrence dans la façon dont ça évolue).
3- Le fait de ramer comme tu dis, exprimant bien toute la difficulté de sentir que tu as pu/peux établir une relation amicale de plus.

Il y a beaucoup de choses et les relations amicales sont aussi riches que des relations humaines. Relativiser et prendre de la distance par rapport à ce que tu éprouves dans tes relations amicales me semble une bonne piste même si tout ne dépend pas que du travail sur soi (L’autre existe et peut très bien avoir des difficultés lui aussi). Mais voilà tu es une hp alors je serais plutôt sensible à ce que tu fais et à quoi tu penses plutôt que comment tu le perçois/pense. Y’a-t-il un mode opératoire meilleur ou plus adapté pour se faire et entretenir des relations amicales par rapport à ton potentiel ? Sûrement, en creusant de ce côté…

J’ai quelque chose qui me dit que ta relation à l’autre t’empêcherait d’entretenir sereinement ta relation avec toi-même (basée sur l’amour, la confiance, le fait d’être vraiment soi… Etc...) s’il n’y pas un minimum d’amour ou de conditions/contextes qui te rassureraient ou te conforteraient dans ta satisfaction d’une relation amicale. Cela signifierait peut être que tu es plus exigeante que la moyenne par rapport à la qualité de tes relations même si je pense qu’en amitié, on doit bien sûr être exigeant avec les autres et soi-même. Mais nul besoin en principe de ramer pour cela, même si cela demande du temps pour une amitié véritable et qu’il est louable/respectable d’y apporter un soin propre à sa personnalité et à sa représentation de l’amitié. Je pense que l’autre (hp ou non) a dans tous les cas la capacité consciente ou inconsciente de sentir une amitié potentielle aussi intéressante que tu puisses proposer/vivre mais également tes faiblesses à ce niveau car dans une amitié sincère, on ne peut pas cacher ou dévoiler grand-chose de soi qui jouerait sur la relation au bout d’un moment.

Hors au départ, l’autre a besoin d’être rassuré aussi (J’imagine surtout s’il sait/sent ton intelligence, il pourra se dire/demander « Vais-je être à la hauteur ? » ou « est-ce qu’elle ne va pas m’ennuyer ? »). Je te conseillerais d’y aller le plus franco possible jusqu’au point où tu estimes que telle chose ne doit pas être dite ou dévoilée trop rapidement (voire jamais si c’est ton jardin secret à toi) afin de limiter la sensation de ramer. Dis-toi que si l’autre le prend mal en risquant de te le dire explicitement, c’est que malgré les apparences, il n’y a peut-être pas de réelle affinité. Et que le fait d’être explicite t’aura fait gagner du temps pour obtenir une clarté plus limpide à ce niveau pour les deux parties.

En fait, il est compréhensible et fort probable que des semblants d'amitiés sensibles à ta longue démarche ne le soient plus lorsque les soucis/problèmes d’entente éventuels arrivent (Il y en a forcément des désaccords ou divergences qui apparaissent clairement quand on est de véritables amis ou proches) vu que ton comportement change du coup plus rapidement dans ces urgences. Et s’il ne change pas je pense que ce ne serait pas mieux. Pourquoi ? Parce que cela arrive à tout le monde de se tromper. Essaies de voir si dans la phase initiale longue pour se connaître, tu n’aurais pas omis de montrer clairement/explicitement (Pas que dans une conversation) à tes ami(e)s ces problèmes de relations qui peuvent apparaître dès le moindre malentendu. C’est difficile pour tout le monde rassures-toi, surtout au début mais paradoxalement très constructif. Un peu comme quand on avoue une faiblesse avant que les ennuis commencent vu que l’autre pourra plus facilement gérer/accepter certaines surprises et se dire que l’amitié n’en est que plus manifeste puisque tu t'autorises à être toi même en sa présence.

Bien sûr il y aussi des ami(e)s potentiel(le)s qui te faciliteraient la tâche en cas de malentendu mais ils seraient certainement moins aptes ou volontaires à passer le cap d’une longue transition connaissances-ami(e)s. Je crois pour terminer sur ce point et afin d’éviter un trop long post que cette phase du début doit finalement être la plus courte possible afin qu’ils deviennent suffisamment amis pour qu’en cas de premiers déboires, cela ne tourne à une sorte de divorce amical.

Voilà pour ce premier jet, bien entendu pour ne rien enlever à l’ambigüité masculine, posté avec amour ! Smile 

Donc il possible que je revienne sur ce fil pour en lire comme en écrire davantage. bounce

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mer 31 Juil 2013 - 9:09

Merci Fabuliotte, c'est une chose que je n'avais jamais osé dire (peur de mettre un froid), ça fait du bien de ne pas être jugée, ou mal comprise ; et si en + on est plusieurs comme ça...
Et comment le gères-tu ?
Je pense qu'il faut lutter absolument contre l'envie de laisser tomber, contre le cynisme genre "tous des cons", contre l'isolement
Car + on fait, + on fait bien ; mais...
ça empêche pas de se ramasser Sad
plusieurs fois dans ma vie j'ai pensé avoir une "meilleure amie", or, depuis mes 15 ans, je n'ai pu que constater que pour elles je n'étais pas leur meilleure amie, mais une comme ça parmis d'autres... ça fait très mal

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Invité le Mer 31 Juil 2013 - 10:21

Je suis d'accord avec Fabuliotte, c'est sans aucun doute le plus décourageant de pouvoir penser qu'il aurait mieux valu ne pas s'investir du tout dans tel semblant ou début de relation...

Tout à fait il y a une notion à laquelle je n'avais pas pensé : l'expérience/progrès en persévérant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Swann le Mer 31 Juil 2013 - 11:17

Hey, j'avais pas vu la page 2 ! Bonjour spacepizza ! Merci pour ce long post super bien écrit et plein de bons conseils ! C'est trop bien ce site !!!  Smile Et en plus un hoooomme ! J'avais peur de vous avoir refroidis avec mes bêtises, merci à toi
Salut Swann-to-three !
Le fait que tu disposes d’un haut potentiel (Donc différence) doit sûrement en dérouter pas mal jusqu’à un certain point effectif
ça c'est tout nouveau pour moi, je n'ai pas encore eu assez le temps pour en sentir l'impact, mais j'ai commencé Smile
Je me suis toujours vue comme pas douée pour ça et c'est tout
Ce qui m’interpelle davantage, ce ne sont pas les difficultés du départ vu que tu sembles te trouver/faire des connaissances amicales sans problème mais plutôt :
1- Le caractère expéditif/définitif qui ferait plutôt d’une mésentente/dispute une véritable rupture dans le temps si j’ai bien compris.
2- La difficulté voire l’impossibilité que tu ressens vis-à-vis de cette tournure de tes relations amicales, plus ou moins systématique (Une sorte de récurrence dans la façon dont ça évolue).
3- Le fait de ramer comme tu dis, exprimant bien toute la difficulté de sentir que tu as pu/peux établir une relation amicale de plus.
oui au début, maintenant ça va, tant qu'il y a peu d'affectif en jeu. J'ai un gros problème avec l'affectif, c'est mon talon d'Achille : de gros besoins, un manque récurrent depuis toujours, un immense impact sur mon bien-être, la sensation d'être qqun de bien, d'avoir envie de vivre et de faire des choses... c'est dire si l'enjeu est fort, et donc le stress immense, et du coup ça facilite pas les choses...
Oui, c'est un problème ces ruptures marquées ; c'est comme si d'un coup tout ce que j'avais crû voir, comme avoir pensée être appréciée voire aimée Smile basculait et m'offrait un tout autre angle de vision, bcp plus sombre... sans doute trop rose dans le 1er cas, et trop noir dans le second... mais c'est si fort que même si intellectuellement je le perçois, je n'arrive pas à reprendre une position intermédiaire. Du coup je ne nourris plus la relation, et du coup elle s'étiole, l'autre ne cherchant pas à comprendre...
ça rejoint ce que tu dis là ci dessous
mais j'y arrive paaaas ! Very Happy 
Relativiser et prendre de la distance par rapport à ce que tu éprouves dans tes relations amicales me semble une bonne piste même si tout ne dépend pas que du travail sur soi (L’autre existe et peut très bien avoir des difficultés lui aussi).


Y’a-t-il un mode opératoire meilleur ou plus adapté pour se faire et entretenir des relations amicales par rapport à ton potentiel ? Sûrement, en creusant de ce côté…
des idées ?

J’ai quelque chose qui me dit que ta relation à l’autre t’empêcherait d’entretenir sereinement ta relation avec toi-même (basée sur l’amour, la confiance, le fait d’être vraiment soi… Etc...) s’il n’y pas un minimum d’amour ou de conditions/contextes qui te rassureraient ou te conforteraient dans ta satisfaction d’une relation amicale.

oui, exactement...
mais partout il est écrit l'inverse : s'aimer d'abord pour avoir de bonnes relations
mais moi j'ai besoin de me sentir aimée pour m'aimer...
Bon, c'est pas pour rien que j'entame une psychothérapie hein, mais va-t-elle pouvoir m'aider beaucoup ou juste un peu ? La psy qui m'a dépistée m'a dit que j'avais une estime de moi dramatiquement basse ; tellement en contradiction avec mon potentiel et ce que je dégageais[/quote]

Je pense que l’autre (hp ou non) a dans tous les cas la capacité consciente ou inconsciente de sentir une amitié potentielle aussi intéressante que tu puisses proposer/vivre mais également tes faiblesses à ce niveau car dans une amitié sincère, on ne peut pas cacher ou dévoiler grand-chose de soi qui jouerait sur la relation au bout d’un moment.
ha tu crois que ça se voit ? Que c'est ça qui gêne les gens ?
Hors au départ, l’autre a besoin d’être rassuré aussi (J’imagine surtout s’il sait/sent ton intelligence, il pourra se dire/demander « Vais-je être à la hauteur ? » ou « est-ce qu’elle ne va pas m’ennuyer ? »). Je te conseillerais d’y aller le plus franco possible jusqu’au point où tu estimes que telle chose ne doit pas être dite ou dévoilée trop rapidement (voire jamais si c’est ton jardin secret à toi) afin de limiter la sensation de ramer.

tu parles de quoi dans "y aller franco" ? Dire qui je suis ? Mes difficultés ? Parler des pbmes HP ?
J'ai parfois tenté de parler de mes difficultés relationnelles, mais ça a souvent fait + de mal que de bien genre, en "soirée" au milieu et devant les autres "ça va tu te sens bien ?" avec un ton que j'ai trouvé chaque fois... condescendant. Ce qui n'a rien arrangé à mon état, voir l'avoir fait basculé dans le côté obscur alors qu'il n'y était (ou plus, ou pas encore) !

Essaies de voir si dans la phase initiale longue pour se connaître, tu n’aurais pas omis de montrer clairement/explicitement (Pas que dans une conversation) à tes ami(e)s ces problèmes de relations qui peuvent apparaître dès le moindre malentendu. C’est difficile pour tout le monde rassures-toi, surtout au début mais paradoxalement très constructif. Un peu comme quand on avoue une faiblesse avant que les ennuis commencent vu que l’autre pourra plus facilement gérer/accepter certaines surprises et se dire que l’amitié n’en est que plus manifeste puisque tu t'autorises à être toi même en sa présence.
ouah, dire ça entre amis ? Mais ça va faire fuir tout le monde !?
J'ose ce genre de confidences en amour, et c'est pas forcément compris/bien pris/ni prit en compte, alors en amitié, où mon temps de parole est très limité...
Mais je vais essayer, promis
Mais que avec des déjà proches
et justement mon problème c'est l'intermédiaire, comme si + on me connaît, plus ça colle, mais le cap est très très rarement passé
Bien sûr il y aussi des ami(e)s potentiel(le)s qui te faciliteraient la tâche en cas de malentendu mais ils seraient certainement moins aptes ou volontaires à passer le cap d’une longue transition connaissances-ami(e)s. Je crois pour terminer sur ce point et afin d’éviter un trop long post que cette phase du début doit finalement être la plus courte possible afin qu’ils deviennent suffisamment amis pour qu’en cas de premiers déboires, cela ne tourne à une sorte de divorce amical.
très juste tout ça, ce que tu dis me permet de préciser, de rendre + net là où ça cloche
Ce passage un peu ami/vraiment ami et proches
à observer

Voilà pour ce premier jet, bien entendu pour ne rien enlever à l’ambigüité masculine, posté avec amour ! Smile 
Que c'est on ces gens qui comprennent et qui ont de l'humour ! Merci encore spacepizza !

Donc il possible que je revienne sur ce fil pour en lire comme en écrire davantage. bounce[/quote]

Swann
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 31
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 45
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: relations amicales... : pourquoi j'y arrive pas ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum