Techniques de survie en milieu hostile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Sam 20 Juil 2013 - 21:43

A tous les vétérans de Zebra et de Navarre, concrètement quelles sont vos stratégie de survie quand vous êtes confrontés à un gusse qui vous fait passer les pires messages possibles derrière un discours qui se veut, en apparence, "aidant" ? Sans vouloir soulever à nouveau la psychose sur les pervers narcissiques, quelle est votre botte secrète pour annihiler l'influence de ces parasites ? Parce que bon, les virer c'est assez simple en pratique, mais le plus compliqué reste d'effacer l'ardoise des idées malsaines qu'ils vous injectent mine de rien.

Question subsidiaire: c'est normal que des prototypes du genre parviennent à se planquer dans les professions du médical, paramédical et social ? Autant dire que c'est un peu l'angoisse quand on y pense. Un peu comme ça.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par the buru le Dim 21 Juil 2013 - 1:14

quelle est votre botte secrète pour annihiler l'influence de ces parasites ?
Partant du principe que RIEN ne m'oblige à traiter avec eux, je cesse de traiter avec eux.
Parfois traiter avec est le prix à payer pour obtneir autre chose que je souhaite.
C'est à moi de savoir si le prix vaut le coup.
C'est la différence, comme on dit dans ma méthode de thérapie, entre le prix, la valeur et le cout.

Parce que bon, les virer c'est assez simple en pratique, mais le plus compliqué reste d'effacer l'ardoise des idées malsaines qu'ils vous injectent mine de rien.
Ils ne nous injectent rien du tout.
C'est nous qui ne faisons payer une deuxième fois les choses.
Et ca c'est une sacrée prise de conscience, parfois difficile mais tres libératrice.

Question subsidiaire: c'est normal que des prototypes du genre parviennent à se planquer dans les professions du médical, paramédical et social ?
Les soignants restent des etres humains avec leur pathos, leurs traumas etc.
D'ou l'importance de bien choisir qui nous suit et de ne pas s'abandonner à qui que ce soit de l’extérieur sans que cela ai été validé par notre adulte intérieur (ce qui ne veut pas dire ne pas faire confiance et ne pas s'abandonner)

Autant dire que c'est un peu l'angoisse quand on y pense. Un peu comme ça.
Angoisser à ce sujet c'est te le faire payer une deuxieme fois...C'est aussi probablement une forme d'amour pour toi qui souhaite le meilleur pour ton enfant intérieur...Et ca c'est une bonne nouvelle : tu t'aimes Smile

the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Ainaelin le Dim 21 Juil 2013 - 19:26

Je suis assez d'accord avec the Buru, même si c'est plus difficile à admettre quand on est confronté à une telle situation qu'à dire de l'extérieur. En particulier cette partie-là :
The buru a écrit:Ils ne nous injectent rien du tout.
C'est nous qui ne faisons payer une deuxième fois les choses.
Et ca c'est une sacrée prise de conscience, parfois difficile mais tres libératrice.

J'ai été en colocation 3 moi avec un mec très néfaste, vulgaire, manipulateur, provocateur, et qui était einterne en hôpital. Pendant ces trois mois, il m'a dit quelques trucs pas cool, il en a dit quelques-uns bien plus vaches à ma coloc' qu'il n'aimait pas du tout. Il n'y a qu'un seul truc que j'ai accepté de tout ce qu'il m'a dit, parce que je le savais déjà au fond de moi et que je ne l'acceptais pas, c'est que j'étais en dépression. Il l'a dit pour m'enfoncer, mais c'était vrai. Le reste a coulé autour de moi sans me toucher, et pareil pour ma coloc'. Il a été surpris et finalement, on l'a fait partir avec main courante à la police et conseils d'avocats parce qu'il voulait imposer sa loi. Mais ce que je veux dire, c'est que même si on a eu de la chance car il manquait de subtilité, il avait déjà réussi ainsi par le passé avec d'autres personnes à imposer la personnalité néfaste. Sa copine était complètement subjuguée.
Et je connais d'autres personnes (c'est marrant comme depuis que je suis sur le forum, des souvenirs enfouis ou jusqu'ici considérés comme peu importants resurgissent) comme ça. Très peu m'ont influencé à partir du moment où je les ai notées comme peu dignes de confiance. Dès ce moment, je ne les laisse plus me toucher, ni elles, ni leurs paroles. Pour moi, c'est du vent, et je le leur fais comprendre très vite.

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Kalimsha le Dim 21 Juil 2013 - 20:02

quelle est votre botte secrète pour annihiler l'influence de ces parasites ?

Il faut se rappeler que quel que soit la pertinence de leur discours ou la valeur de leurs arguments, tu as toujours le droit de leur dire merde.
Et si c'est un médecin qui te dit ce genre de conneries, par exemple te conseiller une opération qui te parait correspondre à ses croyances et non à une démarches thérapeutique, même réaction, tu as le droit d'aller consulter ailleurs.

Kalimsha
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1516
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 38
Localisation : Entre deux zoos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Dim 21 Juil 2013 - 20:06

Je les tue ! Flingue

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7726
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 21:41

the buru a écrit:
quelle est votre botte secrète pour annihiler l'influence de ces parasites ?
Partant du principe que RIEN ne m'oblige à traiter avec eux, je cesse de traiter avec eux.
Parfois traiter avec est le prix à payer pour obtneir autre chose que je souhaite.
C'est à moi de savoir si le prix vaut le coup.
C'est la différence, comme on dit dans ma méthode de thérapie, entre le prix, la valeur et le cout.

Le coût c'est que tu te coupes d'un proche qui t'apporte d'autres choses. Le problème c'est quand on aborde les individus d'une façon non monolithique, en ne le réduisant pas à un comportement x à un instant t. A contrario désigner le pervers narcissique par exemple est un outil pratique qui va faciliter l'affranchissement de la victime. Au détriment de l'objectivité peut être mais dans son cas la fin justifiera les moyens.

Mais tant qu'une relation ne dépasse pas un certain degré de nuisance - bien qu'elle soit réelle - on est plutôt amené à trier le bon grain de l'ivraie. Et c'est une négociation qui n'en finit jamais, car l'interaction est complexe en plus de varier dans le temps. Je ne suis pas rancunière à cause de ça, c'est à dire cette incapacité à réduire quelqu'un ou une relation aux souvenirs que j'en ai formés. Du coup il faudra plusieurs piqûres de rappel pour qu'il y ait un début de défense immunitaire.

Ce serait plus simple si le monde était binaire, mais il en serait diablement appauvri aussi.

Ils ne nous injectent rien du tout.
C'est nous qui ne faisons payer une deuxième fois les choses.
Et ca c'est une sacrée prise de conscience, parfois difficile mais tres libératrice.

Certes, mais "ils " (insérer musique des envahisseurs) attendent souvent le moment où on sera le plus perméable au venin (situation de faiblesse) pour agir en fourbe.
Alors ne pas se le faire payer une deuxième fois n'est pas aisé quand d'une certaine façon c'est le subconscient qui va retenir en ôtage les propos malheureux qu'ils nous ont balancés pour nous les ressortir aux moments opportuns (sous forme de ruminations par ex).


Les soignants restent des etres humains avec leur pathos, leurs traumas etc.
D'ou l'importance de bien choisir qui nous suit et de ne pas s'abandonner à qui que ce soit de l’extérieur sans que cela ai été validé par notre adulte intérieur (ce qui ne veut pas dire ne pas faire confiance et ne pas s'abandonner)

Fort heureusement, je n'ai jamais eu ce genre de mésaventures mais "j'en connais qui..." et j'ai eu le loisir d'observer aussi. Et des gens qui s'en remettent en dernière instance à des professionnels de la santé (donc en général dans une période où l'adulte intérieur est affaibli puisqu'en recherche d'une autorité qui prenne en charge l'individu (d'ailleurs c'est un des rôles du thérapeute d'aider le patient à s'autonomiser)) n'ont pas à subir des comportements pervers ou déplacés. C'est pourtant fou le nombre de "nuisibles" qui se retrouvent dans ces professions, ce qui les rend doublement nuisibles.


Angoisser à ce sujet c'est te le faire payer une deuxieme fois...C'est aussi probablement une forme d'amour pour toi qui souhaite le meilleur pour ton enfant intérieur...Et ca c'est une bonne nouvelle : tu t'aimes Smile

Pas toujours facile à gérer l'enfant intérieur...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 21:56

Ainaelin a écrit:Je suis assez d'accord avec the Buru, même si c'est plus difficile à admettre quand on est confronté à une telle situation qu'à dire de l'extérieur. En particulier cette partie-là :
The buru a écrit:Ils ne nous injectent rien du tout.
C'est nous qui ne faisons payer une deuxième fois les choses.
Et ca c'est une sacrée prise de conscience, parfois difficile mais tres libératrice.

J'ai été en colocation 3 moi avec un mec très néfaste, vulgaire, manipulateur, provocateur, et qui était einterne en hôpital. Pendant ces trois mois, il m'a dit quelques trucs pas cool, il en a dit quelques-uns bien plus vaches à ma coloc' qu'il n'aimait pas du tout. Il n'y a qu'un seul truc que j'ai accepté de tout ce qu'il m'a dit, parce que je le savais déjà au fond de moi et que je ne l'acceptais pas, c'est que j'étais en dépression. Il l'a dit pour m'enfoncer, mais c'était vrai. Le reste a coulé autour de moi sans me toucher, et pareil pour ma coloc'. Il a été surpris et finalement, on l'a fait partir avec main courante à la police et conseils d'avocats parce qu'il voulait imposer sa loi. Mais ce que je veux dire, c'est que même si on a eu de la chance car il manquait de subtilité, il avait déjà réussi ainsi par le passé avec d'autres personnes à imposer la personnalité néfaste. Sa copine était complètement subjuguée.
Et je connais d'autres personnes (c'est marrant comme depuis que je suis sur le forum, des souvenirs enfouis ou jusqu'ici considérés comme peu importants resurgissent) comme ça. Très peu m'ont influencé à partir du moment où je les ai notées comme peu dignes de confiance. Dès ce moment, je ne les laisse plus me toucher, ni elles, ni leurs paroles. Pour moi, c'est du vent, et je le leur fais comprendre très vite.

Le troufion rustre c'est une chose, mais la personne qui sait/attend que tu lui accordes du crédit et qui en profite à mauvais escient, il faut une sacrée force d'esprit pour contrer toutes ses attaques.
C'est aussi pour ça que j'ai tendance à fuir l'intimité par ex, je suis souvent tombée sur des personnes qui une fois qu'elles ont "intuité" tes failles, là où toi tu prendrais deux fois plus de pincettes, elles vont pour leur part toujours piquer ton talon d'Achille "pour voir". Comme s'il y avait toujours ce besoin de tester les gens pour voir jusqu'où on peut aller trop loin (pour reprendre l'expression consacrée). Besoin qui doit s'apparenter à une lutte nécessaire de "territoire symbolique" chez beaucoup visiblement. Et toi, et bien comment dire... tu dois apprendre à "t'affirmer" qu'on te dit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 21:58

Kalimsha a écrit:

Il faut se rappeler que quel que soit la pertinence de leur discours ou la valeur de leurs arguments, tu as toujours le droit de leur dire merde.
Et si c'est un médecin qui te dit ce genre de conneries, par exemple te conseiller une opération qui te parait correspondre à ses croyances et non à une démarches thérapeutique, même réaction, tu as le droit d'aller consulter ailleurs.

Je renvoie à ce que j'ai répondu plus haut, ton subconscient lui ne dit pas toujours merde, et malheureusement tu ne t'en aperçois pas toujours sur le moment, quand bien même tu aurais formellement dit merde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 22:01

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Je les tue ! Flingue

Ce qui au vu des conséquences serait payer le prix une troisième fois !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par the buru le Dim 21 Juil 2013 - 22:06

Le coût c'est que tu te coupes d'un proche qui t'apporte d'autres choses.
Reste à savoir si le cout en vaut la chandelle...Visiblement non.

Le problème c'est quand on aborde les individus d'une façon non monolithique, en ne le réduisant pas à un comportement x à un instant t.
Il n'est pas question de réduire à un comportement, il est question de reconnaitre que le comportement X à un moment T est la seule chose que ne savons réellement de l'autre...Cad que l'on sait que c'est du reductionnisme...Mais c'est aussi tout ce que nous avons...
Alors si ca va ca va...Si ca le fait pas ca le fait pas...C'est pas plus compliqué...
C'est juste qu'apres l’espoir et la dépendance à l'endorphine et à l’ocytocine viens complexifier la chose...Mais ca se gere...Ou pas.

A contrario désigner le pervers narcissique par exemple est un outil pratique qui va faciliter l'affranchissement de la victime. Au détriment de l'objectivité peut être mais dans son cas la fin justifiera les moyens.
bhen si la fin justifie les moyens alors...Neutral 
Surtout quand d'autres moyens plus propres permettent la meme fin...( re Neutral )

Mais tant qu'une relation ne dépasse pas un certain degré de nuisance - bien qu'elle soit réelle - on est plutôt amené à trier le bon grain de l'ivraie. Et c'est une négociation qui n'en finit jamais, car l'interaction est complexe en plus de varier dans le temps.
Ouaip...Le passé ne garantit ni le présent ni l'avenir...

Je ne suis pas rancunière à cause de ça, c'est à dire cette incapacité à réduire quelqu'un ou une relation aux souvenirs que j'en ai formés. Du coup il faudra plusieurs piqûres de rappel pour qu'il y ait un début de défense immunitaire.
Je ne vois pas le lien de cause à effet...

Certes, mais "ils " (insérer musique des envahisseurs) attendent souvent le moment où on sera le plus perméable au venin (situation de faiblesse) pour agir en fourbe.
C'est déja preter des intentions à autrui...Disons plus pragmatiquement que la plupart des gens ne vous traitent pas mieux que vous ne vous traitez vous même.

Alors ne pas se le faire payer une deuxième fois n'est pas aisé
Ha je le sait bien, c'est pas simple...S'aimer assez pour ne pas se refaire payer qqchose une deuxième fois c'est chouette déja.

quand d'une certaine façon c'est le subconscient qui va retenir en ôtage les propos malheureux qu'ils nous ont balancés pour nous les ressortir aux moments opportuns (sous forme de ruminations par ex).
Si on rumine c'est qu'on a une bonne raison de ruminer...Souvent c'est de l'amour de soi derrière (on veut pas que ca recommence, on veut se faire respecter etc...).
Si on vit l'amour, souvent la rumination s’arrête.Mais virer la rumination et ne rien mettre à la place...:s L'inconscient a horreur du vide Wink

Fort heureusement, je n'ai jamais eu ce genre de mésaventures mais "j'en connais qui..." et j'ai eu le loisir d'observer aussi. Et des gens qui s'en remettent en dernière instance à des professionnels de la santé (donc en général dans une période où l'adulte intérieur est affaibli puisqu'en recherche d'une autorité qui prenne en charge l'individu (d'ailleurs c'est un des rôles du thérapeute d'aider le patient à s'autonomiser)) n'ont pas à subir des comportements pervers ou déplacés. C'est pourtant fou le nombre de "nuisibles" qui se retrouvent dans ces professions, ce qui les rend doublement nuisibles.
Ouaip, ce qui, si on y réfléchit, n'est pas illogique.

Pas toujours facile à gérer l'enfant intérieur...
A coup de bisous, de câlins et d’accueil...Je connait pas d'autres recettes...


the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 23:01

the buru a écrit:Reste à savoir si le cout en vaut la chandelle...Visiblement non.

Le coût est variable.

Il n'est pas question de réduire à un comportement, il est question de reconnaitre que le comportement X à un moment T est la seule chose que ne savons réellement de l'autre...Cad que l'on sait que c'est du reductionnisme...Mais c'est aussi tout ce que nous avons...
Alors si ca va ca va...Si ca le fait pas ca le fait pas...C'est pas plus compliqué...
C'est juste qu'apres l’espoir et la dépendance à l'endorphine et à l’ocytocine viens complexifier la chose...Mais ca se gere...Ou pas.


Si ça va pas Lundi, ça peut très bien aller Jeudi, entre temps je pourrais avoir oublié les "griefs". Et pourtant les dommages ont été faits.
Le plus frappant étant dans les relations familiales.


bhen si la fin justifie les moyens alors...Neutral 
Surtout quand d'autres moyens plus propres permettent la meme fin...( re Neutral )


La fin c'est que la victime puisse s'extraire définitivement de sa relation malsaine sans chercher de circonstances atténuantes pour excuser son bourreau. Pour ça elle aura besoin de s'appuyer sur l'idée que la personne est "toxique", de façon irrémédiable, sans espoir, sans nuance. Dans un premier temps l'enjeu n'est pas tant la vérité que la restauration psychique de la personne. J'ai pas dit qu'il fallait conduire le désigné "coupable" en place de Grève pour parachever l'oeuvre thérapeutique non plus, n'exagérons rien.


Je ne suis pas rancunière à cause de ça, c'est à dire cette incapacité à réduire quelqu'un ou une relation aux souvenirs que j'en ai formés. Du coup il faudra plusieurs piqûres de rappel pour qu'il y ait un début de défense immunitaire.
Je ne vois pas le lien de cause à effet...

La rancune naît du souvenir des offenses passées et du besoin de réparation. Si on ne phagocyte pas la personne dans ses attitudes passées alors comment nourrir de la rancune ?

C'est déja preter des intentions à autrui...Disons plus pragmatiquement que la plupart des gens ne vous traitent pas mieux que vous ne vous traitez vous même.

Je pense que tout le monde a plus ou moins conscience de cela. N'empêche que l'on peut toujours trouver regrettable que celui qui se prend pour un paillasson donne implicitement aux gens la permission de s'essuyer les pieds dessus. Comme s'il fallait absolument user de cette permission. Mais ce n'est pas pragmatique comme point de vue, effectivement.


Ha je le sait bien, c'est pas simple...S'aimer assez pour ne pas se refaire payer qqchose une deuxième fois c'est chouette déja.

Si on rumine c'est qu'on a une bonne raison de ruminer...Souvent c'est de l'amour de soi derrière (on veut pas que ca recommence, on veut se faire respecter etc...).
Si on vit l'amour, souvent la rumination s’arrête.Mais virer la rumination et ne rien mettre à la place...:s L'inconscient a horreur du vide Wink

Merci pour cette réflexion


Dernière édition par Luna Lunedda le Dim 21 Juil 2013 - 23:06, édité 1 fois (Raison : ça commence à me plaire cette histoire de quotes)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par the buru le Dim 21 Juil 2013 - 23:27


Le coût est variable.
Si ça va pas Lundi, ça peut très bien aller Jeudi, entre temps je pourrais avoir oublié les "griefs". Et pourtant les dommages ont été faits.
Le plus frappant étant dans les relations familiales.

Visiblement tu perçoit l'autre dans la durée, pas dans l'instant...

La fin c'est que la victime puisse s'extraire définitivement de sa relation malsaine sans chercher de circonstances atténuantes pour excuser son bourreau. Pour ça elle aura besoin de s'appuyer sur l'idée que la personne est "toxique", de façon irrémédiable, sans espoir, sans nuance.
Non, il suffit de réaliser que la relation l'est.

Dans un premier temps l'enjeu n'est pas tant la vérité que la restauration psychique de la personne
La vérité : c'Est la restauration psychique de la personne.

J'ai pas dit qu'il fallait conduire le désigné "coupable" en place de Grève pour parachever l'oeuvre thérapeutique non plus, n'exagérons rien.
j'entend bien...Il y a juste un tout petit reste de la notion...Mais tout pitit hein Wink

La rancune naît du souvenir des offenses passées et du besoin de réparation. Si on ne phagocyte pas la personne dans ses attitudes passées alors comment nourrir de la rancune ?
Pinaise, je comprend pas ta deuxième phrase, ca me fait bugger (et donc ca m’intéresse !)

Je pense que tout le monde a plus ou moins conscience de cela. N'empêche que l'on peut toujours trouver regrettable que celui qui se prend pour un paillasson donne implicitement aux gens la permission de s'essuyer les pieds dessus. Comme s'il fallait absolument user de cette permission. Mais ce n'est pas pragmatique comme point de vue, effectivement.
C'est ca, à chacun d'entres nous de voir comment il se comporte face aux paillassons vivants...On passe de la morale à l'éthique...Et je ne trouve pas ca facile tous les jours personnellement (mais j'avance à pas de géant Smile )




the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 23:31

Luna Lunedda a écrit:
Question subsidiaire: c'est normal que des prototypes du genre parviennent à se planquer dans les professions du médical, paramédical et social ? Autant dire que c'est un peu l'angoisse quand on y pense. Un peu comme ça.

Ta question subsidiaire est une question principale. J'ai eut un véritable choc culturel lorsque j'ai commencé à travailler à l'hôpital.  Je parle d'un véritable choc. Traumatisant tellement cela allait à l'encontre du respect humain. J'ai vu de près ce qu'est la perversion a tous les étages de la hiérarchie. Les dégâts sont majeurs sur les professionnels et les patients.

Alors comment tenir à distance ce type de personnalité ? C'est très difficile lorsque c'est dans une organisation. C'est très difficile pour moi.

Mais ce que j'observe autour de moi, c'est que certaines personnes s'en protègent un peu mieux. Je remarque qu'elles enveloppent un peu (beaucoup) ces personnes de douceur.
- Elles sourient
- Parlent gentiment
- Et savent se tenir à distance

Ce que je pense, c'est : QUI MANIPULE, EST MANIPULé

L'agression déclenchent l'agressivité de ces personnes. Et une fois  déclenchée c'est difficile de ne pas les laisser entrer dans la faille.

Je pense que ces personnalités sont fragiles sur le plan narcissique. C'est pour cela que la moindre faille chez l'autre les déstabilisent. Le sourire les leurre, en tout cas pour un certain nombre.


Dernière édition par ASPERGE le Dim 21 Juil 2013 - 23:46, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par the buru le Dim 21 Juil 2013 - 23:35

Ce que je pense, c'est : QUI MANIPULE, EST MANIPULé
Oui...D'ou la bétise de chercher des "responsables" voir des "salauds"...
Ce sont des systemes que l'on traite, les relations entres les individus, les dynamiques sociales...
Les gens ont tendances à sur estimer ce qui relève des gens par rapport à ce qui relève des situations...

je te souhaite bien du courage en tous cas...


the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de survie en milieu hostile

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum