Bonjour, je suis une m...

Page 14 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Kass le Mar 13 Mai 2014 - 14:09

tu me fais penser à un ami qui a un peu les mêmes problèmes...
un jour il a adopté un chat. et un jour ce chat a disparu, donc mon ami est sorti de chez lui (un exploit !) pour le chercher, soufflant comme une cheminée, suant à grosses gouttes dans la forêt. il l'a pas retrouvé (le chat est revenu tout seul quand il l'a décidé), mais il avait aimé sentir les arbres, sentir craquer la neige sous ses pas, apprécier que son corps qu'il maltraitait depuis pourtant des années lui servait encore à avancer, prenant même la douleur de l'effort avec gratitude.
depuis, petit à petit, il sort marcher, seul, histoire de respirer; et plus il marche, moins il a envie de faire du mal à son corps. y'a des rechutes et pas de miracle, mais y'a un truc qui s'est mis en marche - et ça se voit.

alors je sais pas mais j'ai envie de te dire de sortir... que les énergies de la nature, les éléments soufflent un peu sur cette flamme vitale dont tu admets l'existence... en plus quand on marche (je parle de déambulation pas de randonnée), on "pense plus droit", comme si activer ces muscles occupait une partie du cerveau qui en temps normal mouline à vide.

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4682
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Zwischending le Mar 13 Mai 2014 - 15:10

Kass a écrit:
alors je sais pas mais j'ai envie de te dire de sortir... que les énergies de la nature, les éléments soufflent un peu sur cette flamme vitale dont tu admets l'existence... en plus quand on marche (je parle de déambulation pas de randonnée), on "pense plus droit", comme si activer ces muscles occupait une partie du cerveau qui en temps normal mouline à vide.

+1 (voire, même, +42 !)

 Like a Star @ heaven 

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Joe Dalton le Mar 13 Mai 2014 - 19:11

+1 Kass

Joe Dalton
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6760
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 45
Localisation : J'entre en ...Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014 - 19:46

Arrête de te mettre la pression. Tu passes ton temps à te flageller, à te critiquer, mais qu'as tu fait pour mériter ça ? Qui c'est d'ailleurs ce moulin à critiques ? De qui tu attends de la reconnaissance ?
Fais lui fermer sa grande gueule ! Envoie le balader, t'en as vraiment pas besoin !
Jamais je ne t'ai vu critiquer qui que ce soit ici, donc traite toi comme tu me traiterais. Tu vaux au moins ça.
Faudrait que tu travailles sur ces pensées critiques et que tu les dégages, que tu les transformes en encouragements, comme si c'était à quelqu'un d'autre que tu t'adressais...Ca aide pour ça la TCC.
Si ta crainte c'est de devenir mégalo, c'est bon t'as de la marge encore, tu traiteras la mégalomanie quand tu y seras.  Wink 

Nul besoin de trouver la paix intérieure pour vivre.
Vivre pour trouver la paix intérieure.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014 - 20:34

Est-ce que c'est de la mégalomanie, ou juste de la solitude, du manque de liens ? Des aspirations qui ne trouvent pas comment s'exprimer. Le regard des autres est essentiel, vivre sans regard n'est pas possible, c'est une douleur indicible, on en crève. Peut-être que ce que tu appelles mégalomanie compense cette absence de regard, mais aussi de parole. Par regard, je veux dire quelqu'un qui te regarde, pas seulement qui te voit en apparence, en surface.

J'aime bien l'histoire du chat. Sont vraiment intelligentes et connectées ces petites bêtes, elles en savent plus sur toi que toi-même (bon pas tous, mais il y en a des surdoués).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Mar 13 Mai 2014 - 21:39

Mouais, je ne sais plus trop quoi penser.

Ça allait pas si mal, enfin un léger regain de lumière depuis deux jours.
Et forcément aujourd'hui la situation sociale qui me revient dans la gueule.
Rendez-vous horrible avec mon assistante sociale et ma mère, aucune solution de dégagée.
Dans un mois et demi je suis sensé déménager c'est totalement surréaliste.
Je ne sais absolument pas quoi faire, je suis tétanisé et en dehors de toute considération concrète.

Dialogue vaguement renoué avec ma mère cependant, plutôt positif dans l'ensemble mais tellement tard par rapport à l'urgence.
Même en imaginant une prise de conscience réelle c'est déjà mort pour une solution, c'est un putain de vertige.
Je sais pas où je vais finir mais de toute façon ce sera pire, parce que malgré le malaise mental,
mon appartement actuel était une pure merveille à tous niveaux qui me rassurait énormément.
C'est probablement cette certitude qui est le plus puissant frein inconsciemment.
Même avec la meilleure des chances, qui serait déjà un miracle, ce sera pourtant un enfer en comparaison de ce que j'ai actuellement.

Et même avec tout ça devant les yeux... je réalise toujours pas vraiment en fait, je suis pas vraiment là.

Je vais voir s'il y a du nouveau dans les jours qui viennent, je vais essayer de faire quelque chose mais je sais pas trop quoi.
De toute façon dans un mois il se passera nécessairement quelque chose, et ce sera forcément extrême dans ces conditions.
Je suis terrorisé en fait, c'est "juste" ça.

Faut que j’arrête aussi de poster des trucs ici pendant toute ma vie brûle, mais merci pour vos messages encore une fois.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mar 13 Mai 2014 - 23:40

Ultraterrestre a écrit:
Faut que j’arrête aussi de poster des trucs ici pendant toute ma vie brûle, mais merci pour vos messages encore une fois.

Ca, ça ressemble à une grosse connerie. Si tu postes ici, c'est parce-que tu penses à nous. On a besoin de suivre un le feuilleton. Et j'imagine que ça te permet de prendre un peu de recul. Tant que ça ne prend pas d’énergie sur autre chose.

On attend la suite !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Joe Dalton le Mer 14 Mai 2014 - 10:15

stauk a raison, UT! Tu lis régulièrement les messages sur ton fil et ailleurs, tu postes même de temps en temps. Continue UT, ne laisse pas tomber  Console 

Joe Dalton
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6760
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 45
Localisation : J'entre en ...Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par ZeBrebis le Mer 14 Mai 2014 - 12:43

Ultraterrestre a écrit:
Cette demi-mesure que j'écarte d'un revers de main est au contraire le but à atteindre.
Il faut que tout ça se calme, dans un sens comme dans l'autre, il faut revenir à l'essentiel.

Je fais mine de contrôler cette mégalomanie alors qu'elle me ronge par tous les pores.
Si personne n'a jamais vu, lu, entendu, ressenti, compris ce que j'ai créé, c'est juste parce que personne n'y a plus accès.
Parce que ça tourne en rond autour de mon nombril dans une profonde stérilité.
Et parce que globalement c'est pas le sujet principal tant que je n'aurais pas réappris à me tourner vers les autres.
Je pense être passée par là, et avec le recul je pense que ce n'est pas de la mégalomanie.
C'est du perfectionnisme...un vrai perturbateur de l'ego, dont on ne se méfie pas assez (sans doute qu'avoir des standards très hauts semble plutôt une bonne idée à la base).
Au lieu de se voir soi, de voir l'humain, on se compare à une barre placée haut, on a envie de la sauter et sans grande perche (punaise, merci l'image sexuelle, j'ai l'esprit mal tourné). Est-ce mégalomaniaque de se dire qu'on aspire à ce qu'il y a de plus haut pour nous ? Non, décidément je ne pense pas...Et au contraire on a dans le sillage du perfectionnisme la mésestime de soi car on ne sera jamais au niveau.
On voudrait réussir de grandes choses, du premier coup, sans chute, sans erreur, comme si c'était tout naturel.

Quoi de mieux pour baisser les bras que de ne pas voir l'humain avec ses faiblesses qui elles sont bien naturelles, et les respecter ?
A vouloir suivre une ligne de conduite artificielle et "idéale", on n'arrive qu'à se brutaliser soi-même, se culpabiliser (car évidemment on n'y arrivera jamais), avoir un ego malmené mais qui prend tout notre champ de vision parce qu'on est en lutte avec soi-même.
Du coup, on ne voit pas les autres, on est à l'écart, on ne comprend pas et on se sent incompris...on méprise parfois aussi.
Mépris de l'autre qui semble se satisfaire de peu, qui saute au mépris de soi qui n'arrive pas à vivre correctement.

C'est normal de ne pas abattre un travail monstrueux et de ne pas produire du génial à longueur de temps. C'est normal d'avoir besoin de repos, d'avoir besoin des autres, de demander de l'aide pour accomplir des choses. C'est normal de compenser avec la nourriture, ou autre, c'est normal de se replier sur soi quand on va mal.

Tu es certainement bien moins bizarre que tu ne le penses...et la vie des autres coule aussi moins naturellement que tu ne l'imagines je crois.
Je me suis sauvée en me disant que j'étais normale, enfin que j'avais les capacités pour vivre de manière stable...essaie peut-être de te parler comme cela...?

Je te fais encore un bisou si jamais cela ne t'insupporte pas  What a Face

ZeBrebis
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1257
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Mer 14 Mai 2014 - 14:20

Merci bien.

Mais là c'est même plus le sujet, je suis désespéré.
Je viens de voir ma mère, mais entre mes problèmes de communication et tout le reste accumulé...
Elle est en mode "abandon", enfin c'est pas vraiment ça, disons une espèce de nonchalance bizarre face à la situation.
C'est un peu genre de toute manière elle en a déjà trop fait donc maintenant peu importe si je finis à la rue.
Elle m'aide un peu, mais c'est d'une façon étrange par rapport à la situation réelle.
Un mois et demi alors que tout est chaos à tous niveaux.

En fait elle ne m'aime plus, c'est incroyable comme sensation.
Pourquoi elle ne remue pas ciel et terre, pourquoi son amour n'exprime plus aucune inquiétude, pourquoi elle m'abandonne à ce point-là ?
Et puis ce n'est pas qu'elle, mon père aussi évidemment (mais ça c'est la routine), mais mon frère, mon ancien ange gardien, pas plus.
Mes potes d'enfance qui n'en sont plus, que je ne vois plus.
Je suis un boulet et une énigme insupportable pour tout le monde, même l'assistante sociale, même les psys... n'importe qui.
Je n'ai plus d'entourage, je n'ai plus rien.
Tous ces gens qui pourtant vont crever de désespoir quand je vais sauter de ma fenêtre, pourquoi ils ne voient plus rien ?
Tous ces gens qui se contentent de quelques petites phrases les rares fois où je les vois : tu devrais, il faut, bouge-toi...
Mais eux putain, est-ce qu'ils bougent vraiment plus que moi dans cette situation insensée ??!
Ces petites phrases ne démontrent jamais que du mépris, un désintérêt total, une incompréhension abyssale, un désamour flagrant.
Je suis poignardé de tous côtés, ils m'aiment mais de manière lointaine, sans y croire, comme si c'était juste un écho du passé, un automatisme poussiéreux.
Il n'y a plus que le suicide pour me rappeler à leur mémoire, pour qu'ils ressentent enfin une dernière fois de manière concrète à quel point c'est avant tout à eux-mêmes qu'ils se mentent.

Si j'arrive encore à trouver un restant de force vitale, je vais être obligé par la force des choses de l'utiliser pour un ultime et désastreux sursaut.
Appeler au secours ici tant que j'ai le net, tout quitter avec un sac et espérer que quelqu'un sur cette putain de planète croit encore aux miracles et accepte de m'ouvrir une porte.
Ça va finir comme ça, en étant dans le meilleur des cas forcé de tirer un trait sur toute ma misérable vie.
Tout abandonner comme un dernier recours désespéré, comme un dernier pari avant de définitivement n'avoir plus aucune raison d'exister.
Je n'arrive même pas à réaliser ce que j'écris, à penser que mon destin soit réellement dans une telle extrémité.
Ce gâchis dépasse l'entendement, et les solutions sont pourtant tellement simples.

Ce n'est pas un appel stricto sensu.
Il reste un mois et demi.
Mais je suis déjà tellement dégoûté de tout que je commence à haïr de plus en plus les autres solutions.
Je n'en peux plus de cette mollesse autour de moi, de cet entourage qui s’évertue à perdre son sens, de cette vie qui ne veut strictement rien dire du début à la fin.
Si ça se trouve il y a des gens bien plus intéressants qui m'attendent ailleurs, qui sont capables de regard neuf et habités d'un réel altruisme.

Je ne sais pas.
Comme d'habitude quoi.
Je ne saurais probablement que lorsqu'il n'y aura plus de choix.
Tout ça est tellement insensé, tellement abstrait par l'implacable folie qui s'en dégage.
Et toujours cette question éternelle : pourquoi, mais pourquoi je suis comme ça, pourquoi c'est à ce point-là d'inadaptation et d'incapacité ?
Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?
Qu'est-ce que j'ai fait pour que jamais jusque-là la moindre chose n'ait été en mesure de freiner l'inexorable chute ?
Je suis maudit par la vie, elle me déteste et me crache dessus depuis toujours.
Et ce n'est pas la cage dorée qu'elle m'a si longtemps accordée qui changera ce constat, bien au contraire.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 14:28

Hé là mon grand !
Tu veux que je vienne te botter les fesses c'est ca ?  Twisted Evil 
Tu vas relever la tête et te regarder droit dans les yeux

S'apitoyer sur soi c'est comme le rocking chair, ca fait passer le temps mais ca ne fait pas avancer

Alors tu vas accrocher tes couilles en bandouilière et te battre ok ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 14:41

Ultraterrestre a écrit:
Appeler au secours ici tant que j'ai le net

Ton appel a été entendu !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Kass le Mer 14 Mai 2014 - 15:02

Ultraterrestre a écrit:Ces petites phrases ne démontrent jamais que du mépris, un désintérêt total, une incompréhension abyssale, un désamour flagrant.
Je suis poignardé de tous côtés, ils m'aiment mais de manière lointaine, sans y croire, comme si c'était juste un écho du passé, un automatisme poussiéreux.
Il n'y a plus que le suicide pour me rappeler à leur mémoire, pour qu'ils ressentent enfin une dernière fois de manière concrète à quel point c'est avant tout à eux-mêmes qu'ils se mentent.

j'imagine qu'ils ont peut-être fini par se sentir impuissants, dépassés, inutiles.
ou terrorisés des questions dérangeantes que, consciemment ou non, tu soulevais par écho chez eux de par ton mal-être.
je sais pas hein, je projette d'après ce que j'ai observé/déduit dans une situation quasi similaire.

est-ce que tu sais comment voudrais-tu être aidé ? (si on enlève l'hypothèse d'une apparition miraculeuse d'ange gardien)
tu dis " il y a des gens bien plus intéressants qui m'attendent ailleurs, qui sont capables de regard neuf et habités d'un réel altruisme", bin y'en a déjà ici, je crois que tu le sais...
mais concrètement ?

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4682
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par L'ange le Mer 14 Mai 2014 - 15:33

Honnêtement Ultra, tout ce que tu viens d'écrire, j'aurais pu l'écrire moi-même et l'ai pensé un nombre incalculable de fois.

La mère qui ne semble plus aimer et se fou de son gosse, les frères et sœur qui semblaient, jadis, être nos anges gardien qui ne bougent plus le petit doigt...

Je vais te faire un petit résumé, pour que tu te rendes compte à quel point je suis proche de ton point de vue.

Quand j'étais enfant et que je montais à cheval, j'étais le chouchou de la famille, car ma mère pouvait allègrement se venter d'avoir un fils prodige en équitation. Elle se pavanait au centre équestre et faisait n'importe quoi. Quand j'ai arrêté par sa faute, j'ai été déchu, complètement. J'ai fini par terminer mes études et j'ai finalement travaillé à l'usine.
Là, j'ai pris un appartement.
Mon grand frère et ma grande sœur ont été super avec moi, ils m'ont aidé à déménager, m'ont donné des meubles, etc... Un mois après mon emménagement, je ne voyais plus personne. M'a famille m'avait abandonné. J'étais fâché avec ma mère et quand on se croisait dans la rue, on ne se disait pas bonjour. Mes frères et sœur m'ont abandonnés complètement.
J'ai fini par devenir dealer de drogue dans un appartement en ruines totales avec pour seul pote, un dealer qui me faisait vendre pour lui contre quelques euros et me frappait quand je ne vendais pas assez.
Finalement, ma sœur s'est pointée un jour et m'a vu dans cet état, ayant perdu dix kilos, vivant dans un taudis, amorphe, sans vie.
Elle m'a dit de rentrer chez ma mère, l'a appelé immédiatement et ma mère a acceptée de me reprendre chez elle.
De là, j'ai passé trois ans devant un écran, soit en jouant sur console soit sur l'ordinateur. Je bossais de temps en temps, rien d’extraordinaire.
Un jour ma mère me sort "Nous on déménage, pas toi."
Cela voulait tout dire. En gros, j'étais à la rue.
Elle ma prêté une tente, elle est gentille ma maman.  Laughing 
Mon grand frère, cet ange gardien qui vit dans un château a accepté généreusement de me prêter un hangars miteux derrière chez lui pour que j'y mette la tente. C'est pas comme s'il avait un étage entier du château qui n'était pas habité. Smile
Et on m'a laissé là, six mois.
Les quelques premières semaines, ma mère m'apportait même des œufs ! Comme je l'ai dit, trop gentille ma maman ! Very Happy
Au passage, ma sœur également habitait dans un château.
Et la maison que ma mère avait prise comportait quatre chambres et un énorme cellier.
Chaque membre de ma famille avait au minimum deux chambres chacun, libres. Mais je vivais dans une tente dans un hangars bourré d'humidité où chaque nuit, je croyais mourir en suffoquant. Je vivais avec les rats qui venaient manger les quelques céréales ou autres conneries que je mangeais et que je posais à côté de ma tête, les araignées qui parcouraient mon lit toute la nuit, les cafards et autres nuisibles. Mes draps étaient moisies, mon matelas sentait des odeurs que je n'aurais jamais imaginé... Et tout le monde se portait très bien, dans leurs draps de soie.

Je ne vais pas te faire le détail de comment je m'en suis sorti.
Mais actuellement, deux ans plus tard, je suis là, dans une maison de cent mètres carré que je loue en colocation, avec un jardin, un chat, quatre chambres, et un projet de voyage génial. (on n'y est pas encore, la vie est difficile.)
Mais comme tu peux le voir, même si maintenant la vie me pose d'autres colles, ça s'est réellement arrangé. Je me plains maintenant, mais comparativement, ça va franchement bien.
(Mais au final, dans ma tente, je n'avais aucun problème autre que ma santé. Plus personne à qui rendre des compte, j'étais libre, sans aucune obligation. La vie était presque belle une fois que j'avais accepté ça. J'ai vraiment eu du mal à revivre normalement. La première fois que j'ai dormi dans une grande chambre, j'ai fait une crise.)

Mais comme tu peux le voir, baisser les bras ne sert à rien. Perde la vie ? Et après ? Bha y'a rien.
Mais quand tu vis, quand tu gardes espoirs, tu laisses la vie te surprendre. Tu auras plein d'autres problèmes dans ta vie, elle n'est pas simple. Mais tu vivras beaucoup de belles expériences que tu rateras si tu mets fin à tes jours.
Apprends à gérer tes problèmes, règle les. Combat la vie pour qu'elle te donne ce que tu désires, car c'est la seule chose qui t'apportera quelque chose. Mais n'abandonne pas, car cela ne t'apportera rien.
A toi de choisir, vivre de mauvaises choses et de très belles, ou ne rien vivre du tout.
Rien, jamais, n'est plus précieux que ta vie. Il n'y a aucune autre chose qui compte. Tes problèmes ne sont que dérisoire face au bonheur de vivre.
Quand bien même tu vivrais dans une tente comme moi, ou dans un caniveau, ou dans une forêt, seul, sans rien du tout... Tu auras toujours ta vie, et c'est ça qui compte.

Tant que tu vis, tu laisses la possibilité de vivre quelque chose de grand.

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Ely le Mer 14 Mai 2014 - 15:51

Je ne suis jamais passé avant, j'en profite donc pour te faire un petit coucou Wink

Je suis nouveau ici, donc je n'ai pas eu le temps de vraiment te connaître, mais on va tâcher d'arranger ça Smile

Je suis sidéré...Tu parles d'incapacité ? Quand je te lis, je suis émerveillé par ce dont tu serais capable si seulement tu étais épanoui.
Et qu'est ce qui t'en empêche à par toi-même ?
Arrête de te regarder à travers le miroir déformant qu'est ton esprit, arrête de regarder vers le passé. Regarde devant, lève toi et marche. Prend une béquille, fais quelques pas, mais ne retourne pas en arrière. Accélère, petit à petit. Arrivera le moment où tu seras en train de courir, alors cours de toute tes forces, jusqu'au bout du monde. Et quand tu seras arrivé, alors saute et envole-toi, parce c'est tout ce que tu mérite.

Ely
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 21
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 16:17

Kass a écrit:j'imagine qu'ils ont peut-être fini par se sentir impuissants, dépassés, inutiles.
ou terrorisés des questions dérangeantes que, consciemment ou non, tu soulevais par écho chez eux de par ton mal-être.
je sais pas hein, je projette d'après ce que j'ai observé/déduit dans une situation quasi similaire.
Exact. Il faut bien comprendre ça et ne plus rendre les autres tributaires de ton malheur. Quand on a soi-même du mal a comprendre ses maux, on ne peut pas en vouloir à d'autres de ne pas faire les efforts nécessaire pour nous extirper de notre condition. C'est un réel cercle vicieux car une personne qui n'a jamais été sujette à la dépression ne comprendra que très rarement tes appels à l'aide et en te déversant sur elles tu les repousses de plus en plus. Je ne sais pas comme on sort de la dépression mais je crois que le sursaut se fait surtout intérieurement.

Courage.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Zwischending le Mer 14 Mai 2014 - 16:47

Je n'ai pas tout lu, au niveau des diverses interventions qui ont suivi ton dernier post, mais :

bien des choses peuvent changer en un mois et demi de temps. 100% vécu.

 Un ange

Zwischending
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 888
Date d'inscription : 27/05/2013
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 18:13

L4nge a écrit: Honnêtement Ultra, tout ce que tu viens d'écrire, j'aurais pu l'écrire moi-même et l'ai pensé un nombre incalculable de fois.

La mère qui ne semble plus aimer et se fou de son gosse, les frères et sœur qui semblaient, jadis, être nos anges gardien qui ne bougent plus le petit doigt...

Je vais te faire un petit résumé, pour que tu te rendes compte à quel point je suis proche de ton point de vue.

Wow... L4nge... je n'ai pas cité l'intégralité de ton récit, mais il est poignant. Je suis moi aussi passé par des périodes très difficiles, à la rue aussi à 18 ans et démerde-toi ! Arrêtez de m'aimer hein..  What a Face Je te remercie de ce partage d'expérience de vie douloureuse mais qui comporte l'élément essentiel d'une forme de résurrection. Tu parais tel le phœnix ressuscité, et c'est bien cela la chose à retenir : on s'en sort de ce merdier monumental ! Moi aussi, je m'en suis sortie (avec des hauts et des bas.. comme tout le monde car rien n'est simple).

UT ce n'est pas une leçon de vie ces témoignages mais juste un soutien que l'on te porte tous avec nos maux/mots. J'ai toujours considéré qu'il fallait que je touche le fond pour remonter, et c'est vrai.. alors certes, quand j'étais en train de sombrer dans les abîmes insondables de mon désespoir, je devais pas être "fréquentable" avec des mots, des phrases dures mais je les pensais honnêtement. J'imagine que pour l'entourage (enfin, quand il en avait un..) ce devait être "trop", "exagéré" mais non juste mon ressenti. Et oui, combien de fois n'ai-je dit aussi que la vie comme ça ne valait pas la peine d'être vécue ? et je ne vais pas te dire "comme je regrette de l'avoir dit car la vie est belle!" non. La vie PEUT être belle mais pas tout le temps, pas toujours et même plutôt rarement. Mais ce sont comme des galets sur lesquels on marche pour traverser le gué. Malgré tout, je ne regrette pas de l'avoir emprunté ce chemin de croix.

Bon et puis.. je te virtualbise  Bisous Un ange

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par L'ange le Mer 14 Mai 2014 - 18:20

Kaori Makimura a écrit:
Wow... L4nge... je n'ai pas cité l'intégralité de ton récit, mais il est poignant. Je suis moi aussi passé par des périodes très difficiles, à la rue aussi à 18 ans et démerde-toi ! Arrêtez de m'aimer hein..  What a Face Je te remercie de ce partage d'expérience de vie douloureuse mais qui comporte l'élément essentiel d'une forme de résurrection. Tu parais tel le phœnix ressuscité, et c'est bien cela la chose à retenir : on s'en sort de ce merdier monumental ! Moi aussi, je m'en suis sortie (avec des hauts et des bas.. comme tout le monde car rien n'est simple).


Il n'y a pas à me remercier, je ne fais que raconter un morceau de ma vie pour donner de l'espoir, et je le fais aux yeux de tous car cela peut aider d'autres personnes que Ultra, en espérant que ça l'aide au moins lui.

L'ange
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2691
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 27
Localisation : Rochefort

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 18:40

Courbette Bravo ! 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Arizona782 le Mer 14 Mai 2014 - 18:48

Ultra tu n'es pas une merde, j'espère qu'un jour tu prendras conscience de l'être exceptionnel que tu es. Wink

Arizona782
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2472
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 24
Localisation : Demande à la NSA

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Joe Dalton le Mer 14 Mai 2014 - 19:57

+1 zoziau  Bravo ! 

Joe Dalton
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6760
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 45
Localisation : J'entre en ...Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Mer 14 Mai 2014 - 19:58

Ultraterrestre : à ce point de l'histoire, il va falloir séparer deux choses, et parer au plus urgent. Séparer ce qui se passe avec ta famille, tes anciens amis, et ce qui se passe concrètement : les problèmes de logement. Tu ne peux pas tout traiter en même temps, une chose après l'autre.

D'abord, la situation concrète. Si tu veux discuter de la situation, des solutions possibles ou non, des recours possibles ou non, tu peux le faire en MP ou ici. Peut-être que certains d'entre nous auront des pistes, ou que simplement d'en parler t'aidera à réfléchir et à savoir quoi faire.

Et c'est bien parce que tout est lié qu'il faut faire un pas après l'autre pour débrouiller les fils.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Mer 14 Mai 2014 - 20:16

MERCI à tous encore une fois.

Bon je le répète souvent mais ça n'en devient jamais faux pour autant.

Ça doit être lourdingue de supporter ce genre de messages à la longue, sans que rien ne bouge jamais.
Au moins ça vous permet d'être un peu confrontés par écrans interposés au désarroi généralisé de cette histoire !



<<<  Avertissement : ce message va être lourdingue, long et narcissique ; vous entrez à vos risques et périls !  >>>



L4nge ton parcours est incroyable et bien raconté il faut l'avouer, merci de l'avoir partagé.
C'est sûr que ça fait relativiser certaines choses, et que ça redonne un peu de lumière dans la pénombre.
Néanmoins ne pas vouloir faire le détail de comment tu t'en es sorti (même si tu as tes raisons pas de souci) rend quelque peu difficile la compréhension globale.
Parce qu'en fait je comprends parfaitement les conclusions que tu décris à la fin, c'est ça le pire.
Je les sens, je sais qu'elles sont justes, qu'elles ne sont pas loin de moi.
Mais c'est toujours le pont pour traverser la rive qui manque.

Je pense d'ailleurs qu'on se trompe assez souvent sur l'appréhension du suicide.
Bien sûr pour une bonne partie ce sont des gens purement désespérés, aucun doute là-dessus.
Mais on sous-estime surement le nombre de personne qui passent à l'acte simplement pour que tout s'arrête, alors même qu'elles croient encore en la vie par ailleurs.
Juste pour qu'enfin ça s'arrête, mais tout en sachant pertinemment que ce n'est pas la solution.
C'est ça qui me guette et qui me fait de l’œil depuis longtemps, qui tourne dans ma tête chaque jour.
Que ça s'arrête, parce que même si c'est terriblement faux ça a au moins le mérite de proposer à l'âme une alternative quand on ne sait plus où regarder.
Le désarroi, le simple désarroi, peut pousser au suicide s'il est extrême et ancestral. Pas besoin d'être définitivement désespéré dans l'absolu.



Sinon vous l'aurez peut-être compris de vous-mêmes, le message précédent était surtout une espèce de crise, un déversement à chaud de larmes textuelles.
Ça c'est vraiment l'une des caractéristiques de la personnalité bordeline, je m'en rends mieux compte depuis que quelqu'un a mis un mot dessus.
Les différents états par lesquels je peux passer au cours d'une journée est parfois hallucinant, c'est vraiment la petite sœur de la schizophrénie cette connerie ! What a Face 
Là ça va un peu mieux donc, parce que la crise est passée, et parce que vos admirables messages agissent comme une pommade existentielle de secours.
Mais ça n'est que passager, ça reviendra de toute façon très vite, ça ne peut que revenir inlassablement tant que je ne trouverais pas une forme d'apaisement.

Je n'ai pas envie de mourir.

J'en reviens aux explications un peu plus haut pour saisir la nuance.
La beauté de la vie je n'en ai jamais douté un seul instant finalement.
Rien n'est plus palpable que le sentiment d'amour universel qui m'habite.
Mais la société et la situation sont ce qu'elles sont, et mon errance n'y est pas compatible en l'état.

J'ai été dur avec mon entourage "historique" dans mon message.
En fait ils m'attendent tous les bras ouverts bien sûr, c'est l'évidence même.
Simplement ils ne comprennent pas plus que je ne les comprends les tenants et les aboutissants de tout ce bordel.
Ils attendent et espèrent, en silence et loin de moi, que je revienne vers eux.
Ce faisant ils n'en saisissent pas le paradoxe intrinsèque, mais comment leur en vouloir ?
Moi même en passant les trois quarts de ma life à chercher le sens de tout ça je n'aboutis à rien de concret...
Et je suis strictement incapable de communiquer tant que je ne vais pas mieux.
C'est un cercle vicieux perpétuel, nourricier et auto-réalisateur.



Il y a tout de même au moins une chose que j'ai dépassée : je ne pense pas que je sois handicapé psychiquement.
C'est par le temps, et en entrevoyant les solutions proposées, que je me suis rendu compte que quelque chose clochait.
Le truc c'est que je voulais tellement rentrer dans une case par la simplicité d'explication que ça apportait que je me suis oublié en route.
Je suis à la frontière des deux mondes et le resterait c'est sûr, ça fait profondément partie de moi et de ma personnalité.
Mais handicapé non, c'est à la fois plus simple et plus ingérable quand on voit le résultat.

Je suis un gars très vaguement normal (borderline, zèbre foireux, dépressif... et beaucoup d'autres trucs inavouables) à la base.
Mais terriblement mal construit, avec une plaie saignante à la place de l'âme, et un nœud labyrinthique à la place de l'estomac.
Notamment parce que j'ai un putain de démon dans le bide, qui me ronge avec une férocité peu commune.
Je ne sais pas ce que c'est, je ne sais pas ce qu'il représente.
Mais il a presque toujours eu le contrôle c'est évident, et je suis devenu son esclave au fil du temps.
Si je l'ai laissé gagner, c'est surtout que je n'ai jamais compris où il était vraiment.
Ce faisant je n'ai toujours tapé que sur les multiples masques d'illusionniste qu'il laisse derrière lui, jamais au bon endroit.


Ceci nous amène à l'excellente réflexion de Patricia ( Razz ) :

Kass a écrit:est-ce que tu sais comment voudrais-tu être aidé ? (si on enlève l'hypothèse d'une apparition miraculeuse d'ange gardien)
tu dis " il y a des gens bien plus intéressants qui m'attendent ailleurs, qui sont capables de regard neuf et habités d'un réel altruisme", bin y'en a déjà ici, je crois que tu le sais...
mais concrètement ?
Pour faire court : non, définitivement non.
Justement je ne sais pas, je ne comprends pas.

C'est l'une des principales raisons qui font que je n'arrive pas à prendre la moindre décision.
Je ne sais pas contre quoi je me bats, c'est comme si j'étais encerclé par l'ennemi sans jamais l'entrevoir.
Cette sensation me terrifie et me tétanise sur place.
Je suis dans l'incompréhension la plus totale, je suis incapable de discerner les solutions.

C'est pourquoi l'apparition miraculeuse d'un ange gardien est si appropriée.
Parce que ce que je suis est comparable à une graine en attente de germination.
Qui hurlerait du fond de sa coque : « Mais je t'en supplie donne-moi de la terre, donne-moi de l'eau ! »
Je suis incompétent pour trouver moi-même les solutions, ça fait 15 ans que je les cherche comme un mendiant.
Rien ni personne n'a jusqu'ici voulu, tenté, ou trouvé, le pot adéquat.

Mais pour être tout à fait honnête, mon fantasme le plus ultime en ce bas-monde est à la fois ridicule et poignant.
Ce serait que quelqu'un croit assez en moi pour me dire en substance :
« Ok laisse-moi un an et je vais faire de toi un Homme. Tu vas souffrir, physiquement et moralement, mais ce sera bienveillant. »

Ouais c'est nul et impudique, tellement basique et misérable au fond.
Et là tout le monde aura nécessairement une pensée émue pour mon père.
Personne n'a jamais voulu faire de moi un homme donc, et n'ayant pas les armes nécessaires pour outrepasser le manque comme d'autres, je suis devenu une merde.
Je ne suis devenu qu'émotivité et souffrance.
Mes aptitudes naturelles, potentiellement fécondes et constructives, se sont transformées en poignards de démence en l'absence de structure.
Je lacère inlassablement l'image de mon reflet parce que personne n'y a donné un sens.


Enfin... c'était juste les pensées du soir.
Nul doute que tout cela soit particulièrement embrouillé pour ceux qui auront eu le courage d'aller jusqu'ici.
Je n'ai pas de solution à toute cette merde.
J'attends encore de la providence un signe qui me laisse à penser qu'elle ne m'a pas oubliée.
C'est immature, c'est dangereux, c'est minable... mais je suis construit comme ça jusque dans chaque parcelle de mon corps et de mon âme.
Je n'ai d'autre défense que l'attente, et c'est bien pour ça que c'est si compliqué.
Je sais que c'est la plut pitoyable des réponses, mais je ne sais définitivement pas quoi faire d'autre.


Quoiqu'il en soit merci infiniment encore une fois pour toutes vos pensées, pour votre amitié et pour votre générosité. @+

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par ZeBrebis le Mer 14 Mai 2014 - 20:21

Tigrou a écrit:
Kass a écrit:j'imagine qu'ils ont peut-être fini par se sentir impuissants, dépassés, inutiles.
ou terrorisés des questions dérangeantes que, consciemment ou non, tu soulevais par écho chez eux de par ton mal-être.
je sais pas hein, je projette d'après ce que j'ai observé/déduit dans une situation quasi similaire.
Exact. Il faut bien comprendre ça et ne plus rendre les autres tributaires de ton malheur. Quand on a soi-même du mal a comprendre ses maux, on ne peut pas en vouloir à d'autres de ne pas faire les efforts nécessaire pour nous extirper de notre condition. C'est un réel cercle vicieux car une personne qui n'a jamais été sujette à la dépression ne comprendra que très rarement tes appels à l'aide et en te déversant sur elles tu les repousses de plus en plus. Je ne sais pas comme on sort de la dépression mais je crois que le sursaut se fait surtout intérieurement.

Courage.
La même chose, je plussoie Tigrou (et en fait je rejoins le courant général).

Ma mère m'a conseillé de faire du sport, face à mes crises de larmes, mes TCAs, mon inactivité généralisée...Et selon elle j'étais dans cet état à cause de mon désoeuvrement. Je dois dire que cette réponse était psychologiquement très mauvaise, faisant penser que c'était un manque de (bonne) volonté de ma part et non un blocage que je subissais. Moi qui culpabilisais déjà de ne pas réussir à vivre, c'était en remettre une couche  Rolling Eyes 

Les proches peuvent être très maladroits, et ce sans doute d'autant plus que :

1) ils n'ont rien vécu d'approchant
2) les manifestations auxquelles ils assistent les impressionnent (surtout qu'ils ne comprennent pas les causes, l'état d'esprit qui les produit, et ce qu'on ne comprend pas est ce qui effraie le plus)
3) ils sont face à un proche qui attend beaucoup d'eux et ressentent cette pression...Tu attends une réponse, ils tentent un truc en aveugle pour ne pas te laisser en suspend, ne se rendant pas compte que répondre à côté est pire que tout.

Je plussoie aussi Gallinago : je suis sûre que bien des gens sont prêts à te donner de leur expérience, de l'aide matérielle, si tu donnes les éléments pour qu'ils le puissent. Dis leur de quoi tu as besoin, ta situation, pour que ce soit possible.
J'ai mis du temps à me rendre compte que les autres ne devinaient rien, ne pouvaient rien deviner. Qu'il fallait absolument communiquer et leur présenter les choses d'une manière compréhensible par eux (s'adapter à l'interlocuteur, sans pour autant mentir...juste adopter ton problème sous l'angle qu'ils peuvent percevoir).

ZeBrebis
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1257
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:53


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 14 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum