Bonjour, je suis une m...

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Ven 19 Juil 2013 - 16:07

Bonjour à tous.

Désolé par avance pour la longueur de ce post.

Voilà, mon problème est simple dans l'énoncé : je n'arrive pas à vivre.

Depuis presque toujours je me sens en décalage.
Bien sûr enfant ça ne se pose pas en ces termes, tout va bien en apparence, mais quand je regarde
les choses de façon globale avec le recul, on peut déjà y déceler des germes propices à la suite.
À partir de l'entrée au collège tout n'est qu'une lente et inexorable dégradation.

J'ai l'impression d'être psychologiquement handicapé, atteint d'un mal inhérent à ma personne.
Mais, et c'est bien le problème, difficilement explicable et totalement invisible en apparence.

Je suis en décalage complet avec la réalité, je n'arrive pas à "être" dans la vie.
C'est comme si j'étais à l'extérieur de moi-même, enfermé dans une prison mentale.

En analysant un peu mon parcours, je me suis aperçu que tout mouvement quel
qu'il soit dans mon existence a toujours été initié ou accompagné par un tiers,
je suis strictement incapable d'autonomie et de prise de contrôle réelle sur ma vie.

Pendant très longtemps j'ai eu l'espoir d'une lueur amoureuse qui serait à même de changer la donne.
Cette illusion a été à double tranchant. D'un côté elle m'a aidé pendant des années à trouver
une raison de vivre, mais de l'autre elle m'a maintenu dans le mensonge sur les vrais problèmes.
La perte de cette illusion à travers une relation a été d'une telle violence intérieure que je suis incapable de m'en
relever depuis, ayant en quelque sorte perdu le dernier barreau de l'échelle à laquelle j'étais pendu à bout de bras.

Ma situation sociale est désastreuse, je suis en train de devenir un cas social au vrai sens du terme.
Je n'ai pas le bac, pas le permis, pas de tunes (RSA), pas de boulot, pas de projet, physiquement minable.
Je n'ai presque jamais bossé de ma vie, je suis comme pétrifié socialement, sans le moindre mouvement.

Je suis incapable de me créer de nouvelles connaissances, et je m'éloigne de plus en plus de mes amis
d'enfance par la force des choses, que ce soit par le décalage de nos situations, la honte ou le dépit.

J'ai un appart' uniquement parce que mes parents se sont occupés de la plupart des démarches.
Mais un rappel de EDF vient de foutre mon misérable équilibre financier en morceaux.
Je suis à 1500€ de découvert, je vais être interdit bancaire et n'ai aucune idée de l'avenir.
Je ne sais pas quoi faire.
Même une situation aussi grave je m'en fous complètement au fond, ça ne me parle pas.

Mais voilà où le bât blesse.
Si je n'étais que ça, ce serait certainement beaucoup plus simple à cerner.
Or je cumule cette infinie médiocrité avec une certaine richesse totalement paradoxale.

J'ai une sensibilité artistique particulièrement développée et à fleur de peau.
Mes capacités de jugement et d'analyses sont louées depuis mon plus jeune âge.
Et les résultats objectifs de mon parcours scolaire désastreux depuis le collège
sont une hérésie totale en comparaison de mes aptitudes mentales réelles.

Ces capacités potentielles ont depuis toujours détourné le regard de mon entourage sur la gravité de la situation réelle,
comme si tout ça n'était que le résultat d'une fainéantise, d'un manque de volonté, qu'au fond ça m'arrangeait bien,
que je manipulais les gens, que je gâchais tout en quelque sorte... et que ça allait nécessairement se régler un jour.

J'ai l'impression d'être une aberration de la nature, un extra-terrestre.
Je ne comprends rien à la vie.
Rien ne me parait logique ou allant de soi.
Je suis immobile, éternellement immobile, attendant simplement que les secondes passent.
Ma vie n'a pas le moindre sens.

Je sais qu'il faudrait que je me mette un coup de pied au cul.
Que je sorte pour trouver une solution, que je rencontre au moins des gens.
Je sais tout ça, je l'entends depuis 15 ans sous une forme ou une autre.

Mais j'y arrive pas.
Je suis incapable de bouger seul.
Je ne sais pas quoi faire ni où aller.
Si personne ne me tend la main je me laisse mourir sur place.

Souvent je n'ai qu'une seule envie : qu'on m'enferme dans un HP.
Que je n'ai plus à m'occuper de rien d'autre que de créer des trucs.
Qu'on arrête de me parler de règles auxquelles je suis incapable de me conformer.
Que mon esprit puisse enfin se concentrer sur la seule et unique chose pour laquelle il est construit.

Parce qu'en dehors de ça, la vie ne m'apparait que comme un brouhaha incompréhensible.
Ce bruit permanent, ces codes qu'on somme de suivre, ces conditions qu'on impose.
Toutes ces choses j'en ai strictement rien à battre, je comprends pas comment ça marche de toute façon.
Ça ne m'intéresse pas, ça m'agresse de la façon la plus totale.

Mais j'ai pas de solution.
Ma seule réaction est de me refermer encore et toujours plus dans une bulle mortifère.
J'attends que quelque chose se passe.
Je sais pas quoi, peu importe, je n'ai pas de prise dessus.
Je suis simplement une feuille morte qui attend un coup de vent.

Je suis ici parce que j'ai l'impression que c'est ici que je comprends les gens.
En tous cas certains parcours, certaines visions.
Mais au fond j'en sais rien, je ne suis pas non plus un génie.
Si c'était le cas au moins le problème serait réglé.

Non, en l'état je suis juste un éclat de rien, une ombre passagère, une contrefaçon d'humain.

Je ne sais pas comment arriver à vivre.
Je ne suis pas fait pour vivre, c'est aussi terrible qu'aberrant comme constat.
Et pourtant tout, absolument tout dans ma vie en est la preuve flagrante.


Dernière édition par Ultraterrestre le Mer 29 Jan 2014 - 11:18, édité 1 fois

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Ven 19 Juil 2013 - 18:14

Bonjour Ultraterrestre!
Ce que tu écris, et la façon dont tu l'écris prouvent le contraire du titre de ton fil!
Juste un petit smiley de réconfort, si tu le permets Long hug

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Bonjour, être comme tout le monde...

Message par Arkange le Ven 19 Juil 2013 - 18:37

Bienvenue.

Arkange
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 734
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 41
Localisation : Orléans

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Lucilou Sauvage le Ven 19 Juil 2013 - 18:42

Salut Ultraterrestre!
Ton texte, bien écrit, parle d'inadaptation sociale et je ne suis pas étrangère à ce thème. Je trouve bien que tu écrives et t'encourage vivement. Peut-être au fond, que ce manque d'autonomie que tu déplores provient du fait que tu es désorienté. Tu ne sais pas quoi faire de toi-même, ni pourquoi tu es fait, alors tu cherches à te faire guider.
En tout cas pour quelqu'un qui n'a pas le bac, tu écris très correctement et ça en est même poétique. En fait, vu que tu n'as pas de travail, ni d'obligations sociales par ailleurs tu as le temps. Et je me demandais, si j'étais à ta place, libre de mon temps, ce que j'aimerais faire. As-tu des centres d'intérêts, des passions, un sport de prédilection?
Bises!

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Segva le Ven 19 Juil 2013 - 18:42

Bonjour Ultra ! J'aime ton pseudo.
Je suis d'accord avec rain and tears et la seule chose que j'ajoute est de te permettre de continuer à chercher 'quelque chose' même si tu ne sais pas c'est quoi.
Comme en venant sur ce forum.
C'est le mouvement qui importe pas la destination non?
Et si ton mouvement est au ralenti, stoppé,décalé ou déficient je suis assurée qu'il n'en sera pas ainsi tout le temps...
Ce n'est aucune solution j'en conviens, mais c'est un geste pour te dire que je crois pouvoir bien comprendre... en partie du moins.

sunny 

Segva
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 345
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 41
Localisation : Dans le coin du cercle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Segva le Ven 19 Juil 2013 - 18:43

(Au moment où j'écrivais on ne lisais que rain and tears!)

Segva
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 345
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 41
Localisation : Dans le coin du cercle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Ven 19 Juil 2013 - 20:11

Ombres passagères. Nous le sommes tous ; toi, au moins, tu le sais.

Apparemment tu es artiste, et tu aimes créer des trucs. Pourquoi ne pas te concentrer là-dessus ? Et trouver de l'aide (de confiance) pour ce qui est incompréhensible, les papiers, l'argent, les démarches. Peut-être as-tu surtout besoin de créer, c'est ton autonomie et ta compréhension du monde.

Bienvenue Like a Star @ heaven 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Ven 19 Juil 2013 - 20:12

Bonjour à tous, merci beaucoup pour vos messages.


Segva a écrit:C'est le mouvement qui importe pas la destination non?
Oui, c'est une belle phrase, et tu as tout-à-fait raison. Smile 
Malheureusement c'est aussi là que je bloque, vous l'aurez compris.



Astro Fugace a écrit:Salut Ultraterrestre!
Ton texte, bien écrit, parle d'inadaptation sociale et je ne suis pas étrangère à ce thème. Je trouve bien que tu écrives et t'encourage vivement. Peut-être au fond, que ce manque d'autonomie que tu déplores provient du fait que tu es désorienté. Tu ne sais pas quoi faire de toi-même, ni pourquoi tu es fait, alors tu cherches à te faire guider.
En tout cas pour quelqu'un qui n'a pas le bac, tu écris très correctement et ça en est même poétique. En fait, vu que tu n'as pas de travail, ni d'obligations sociales par ailleurs tu as le temps. Et je me demandais, si j'étais à ta place, libre de mon temps, ce que j'aimerais faire. As-tu des centres d'intérêts, des passions, un sport de prédilection?
Bises!
Oui c'est bien ça, je suis désorienté.
Mais très fortement quoi, de manière existentielle si on peut dire.

Il est certain que j'ai les capacités, dans l'absolu, d'avoir le bac (et au-delà).
Mon parcours scolaire n'est de toute façon fait que d'incompréhensions et de paradoxes.
Les réactions des profs ont pu être très diverses, mais globalement tous ou presque s'accordaient sur le fait que c'était un grand gâchis.

Plus généralement, c'est juste l'histoire de ma vie.
Un mélange aberrant de richesse et de médiocrité, totalement imperméable aux grilles de lecture habituelles.
Apparemment personne n'a jamais pensé à la piste de la douance jusque-là.
Il a fallu que j'attende 30 ans et que je me débrouille seul pour enfin arriver à découvrir une zone de l'espèce humaine qui semble me ressembler.
Mieux vaut tard que jamais, c'est surement encore pire pour certains.

Quoiqu'il en soit, j'ai des passions oui.
Enfin plutôt un univers artistique assez riche et profond, mais peu développé concrètement.
J'ai du mal à me concentrer, à me fixer des objectifs, à trouver le temps (alors que je ne fais rien par ailleurs...)
C'est bizarre. Mais c'est malgré tout la seule chose qui ait un peu de sens chez moi à n'en pas douter !

Merci encore.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Ven 19 Juil 2013 - 20:15

Pardon, on a dû posté ensemble, j'ai loupé ton message.

Gallinago Imperialis a écrit:Peut-être as-tu surtout besoin de créer, c'est ton autonomie et ta compréhension du monde.
Oui c'est exactement ça.
C'est mon oxygène, ma raison d'être.
Je crois n'être fait que pour ça.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Ven 19 Juil 2013 - 23:36

Ultraterrestre,

Ce que tu écris est parfaitement sublime.
Comme une perfection du verbe. C'est beau. Très beau.

Je perçois bien ton infinie souffrance, pourtant si atténuée dans tes jolis mots.

Tu te décris tellement bien, relis toi, tu as tout dit. Installes-toi donc par ici. Et racontes nous comment ton art s'installe en toi ou t'échappe.

Merci d'être par là.





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par 16dims le Ven 19 Juil 2013 - 23:59

Ultraterrestre a écrit:J'ai l'impression d'être une aberration de la nature, un extra-terrestre.

C'est bon signe, ça veut dire que t'es encore humain et vivant.

Ultraterrestre a écrit:Je ne comprends rien à la vie.

C'est normal, elle est actuellement profondément contraires à tout bon sens. Aussi, je t'épargne le pire, tu le découvrira bien assez tôt.

Ultraterrestre a écrit:Rien ne me parait logique ou allant de soi.

C'est le problème quand quelqu'un qui marche sur les jambes arrive dans un monde où tout le monde marche sur la tête.

Ultraterrestre a écrit:Je suis immobile, éternellement immobile, attendant simplement que les secondes passent.

A titre de témoignage personnel, je suis dans une situation similaire depuis environ 1 ans. Il semble que ce soit du à des choses hors de notre maîtrise et de notre entendement.

Ultraterrestre a écrit:Ma vie n'a pas le moindre sens.

Actuellement c'est difficile d'en trouver un effectivement. Tiens bon.. C'est assez difficile pour plein de monde en ce moment... Je ne dis pas ça pour dire "te plains pas", mais pour te signifier que ton état (et notamment état d'âme) n'est peut-être, précisément, pas uniquement le résultat de ta seule "impuissance".

Intéréssant comme nom ça "ultraterrestre"... c'est encore plus loin que les "extraterrestres", c'est ça ? Wink


16dims
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1218
Date d'inscription : 20/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Yet Another Crazy Koala le Sam 20 Juil 2013 - 9:12

Salut Ultraterrestre,

Je ne suis pas le seul à trouver ton expression écrite très bonne, même les paragraphes sont aérés, presque comme des strophes.

J'ai du mal à me concentrer, à me fixer des objectifs, à trouver le temps (alors que je ne fais rien par ailleurs...)

Je me mobilise beaucoup si le temps me contraint à agir vite, autrement je laisse trop le temps passer.

J'ai un appart' uniquement parce que mes parents se sont occupés de la plupart des démarches.
Mais un rappel de EDF vient de foutre mon misérable équilibre financier en morceaux.
Je suis à 1500€ de découvert, je vais être interdit bancaire et n'ai aucune idée de l'avenir.
Je ne sais pas quoi faire.
Même une situation aussi grave je m'en fous complètement au fond, ça ne me parle pas.

Mes parents m'ont déniché un logement aussi.

Je pense que si cette situation te laisse indifférent, c'est parce qu'au fond, ce que tu désires c'est exprimer ta créativité, le côté passionné des zèbres y est pour beaucoup.

Si tu ne parviens pas à te projeter dans l'avenir, cela pourrait venir d'un blocage, vois si tes relations avec tes parents / famille ne sont pas à l'origine du problème.

Bon courage à toi Smile

Yet Another Crazy Koala
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 696
Date d'inscription : 14/04/2011
Age : 32
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par mrs doubtfull le Sam 20 Juil 2013 - 9:13

Oh oui! Reste avec nous!
Ta présentation me rappelle étrangement quelqu'un de proche, un jeune homme de 25 ans, immobile depuis tant de temps. La famille fait tout pour l'enfoncer d'avantage en le taxant de paresse...
Je lui ai offert le livre TIPEH en espérant semer une petite graine d'espoir.

Oui, reste avec nous, tu parais riche de plein de choses à nous faire partager...

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Pas de problème, la vie est assez longue pour se relire soi-même.

Message par Invité le Sam 20 Juil 2013 - 9:17

Pas de problème pour la longueur du poste en ce qui me concerne, je l’ai même lu une deuxième fois pour répondre sur chacune de tes observations. Pas pour une recette toute faite, une solution complète ou certaine mais plutôt comme des pistes (Vécues ou conçues dans cette situation).

En te lisant, je comprends que tu n’arrives pas à vivre plus par rapport à ton être qu’à ton avoir. Tu sais le décalage n’est mauvais que si l’on s’en aperçoit et qu’on sait le gérer. Essaies de voir comment tu peux gérer (ou limiter la cata dans un premier temps) ça d’après ta position actuelle certes mais surtout d’après ton ou tes élans intérieurs en rapport. Je pense que tu pourrais y arriver car le fait que tu sois lucide sur ta situation personnelle ne m’invite pas à penser que tu aurais peur ou que tu ne serais pas prêt de t’inspecter en quelque sorte au niveau de ce blocage. Mais bon c’est à toi de voir puisque de l’autre côté j’ai l’impression que le fait que tu indiques que tu n’en est pas capable me laisse à penser que tu ne souhaites pas vraiment y regarder de plus près à ce niveau d’introspection éventuelle.

Enfant déjà en alerte quelque part et confirmé avec le recul ou l’âge, ça me conforte dans l’idée que ce ne serait pourtant pas d’hier. Et pourtant je n’ai pas l’impression que tu te sois toujours considéré comme l’ultra-terrestre d’aujourd’hui. Donc je pense quand même que quelque chose a changé ou s’est précisé dans ta façon de te voir toi-même ce qui n’est pas anodin. Tout ça pour dire que s’il y a eu changement dans ta propre représentation vers ce constat de situation merdique non souhaité, je me dis quand même qu’il n’y a pas de raison que l’inverse souhaité ne soit pas possible à un moment donné.

Effectivement, la période ado est un passage incontournable pour la plupart d’entre nous en termes de déboires nouveaux ou de mauvaises surprises qu’on n’avait pas vu arriver.

Psychologiquement handicapé ? Ce n’est pas l’impression que j’ai quand je te lis. Je ressens un malaise de l’auteur c’est certain mais le fait qu’il soit inhérent à ta personne ne coule pas de source. Par contre, pour moi tu expliques très bien le problème et pour l’instant la clarté l’emporte sur l’invisibilité…

Par une distance volontaire ou non (ici décalage) peut-être te protèges-tu pour limiter les dégâts à propos de cette réalité devenue insupportable ou insaisissable au présent quotidien. J’imagine qu’on peut facilement se sentir enfermé dans une sorte de prison mentale si on n’a aucune idée de comment on peut faire tandis qu’on souhaite trouver ne serait-ce qu’un semblant de soluce. Ou alors si une idée nous vient et puis hop on s’aperçoit que d’après notre situation ce n’est pas possible en terme de solution alors en vient une autre et puis celle-là aussi c’est mort, …, comme si on tournait en rond dans un pur état extérieur d’observation donc impuissant à trouver ou réaliser quoi que ce soit pour s’en sortir.

Pour l’analyse de ton parcours, ce n’est pas si personnel dans la mesure où on est, qui que l’on soit, forcé de constater que les points clefs considérés comme déterminant par la majorité sont justement conditionnés donc suivis par la société (Société d’assistanat mais j’aime pas ce terme car ça vient en justifications de revendications refusées ou non et en rapport avec des droits que l’on a reconnu comme suffisamment légitime pour les intégrer dans le code public). Essaie de voir si tu trouves que le système ou le fonctionnement de tout mouvement de ton existence est trop con par rapport à ta situation présente ou à tes situations passées ou si cela te semble inadapté par rapport à tes capacités d’autonomie probables qui ont été et qui restent encore en quelque sorte non suffisamment exploitées (ou pas du tout) à ta convenance personnelle. Essaies aussi de voir si tu penses que cette incapacité d’autonomie est due à une habitude systématique depuis le passé ou si ce sont des aides systématiques qui t’ont permis de gagner du temps. C’est pour l’aspect extérieur (social, familial, amical…). Pour l’aspect intérieur essaies de voir s’il n’y aurait pas d’autres points te concernant en relation voire plus importants avec le fait que tu te sentes vraiment pas en capacité de ceci/cela et par extension en autonomie. En bref, pour avancer et ne pas te sentir prisonnier ou dérouté, je pense que tu peux avancer sur le chemin de ta connaissance personnelle à partir du moment où tu t’interroges sur toi-même. Et de ce fait, tu pourrais en principe trouver des éléments certes plus indirects voire sans rapport te conduisant non pas à la résolution toute faite mais plutôt à la constatation d’autres chose te concernant (en tant qu’ultra ou non) et te donnant le sentiment d’avancer, histoire de se dire qu’au moins tu ne restes pas bloqué, ou du moins uniquement dans ton idée de toi d’incapable ou impuissant à piloter ta vie comme tu l’entends. Si tu n’as pas de soucis avec le fait même d’être aidé/assisté ou si tu peux encore supporter ceci dans le cadre de ton questionnement, le meilleur à faire serait de choisir un psychologue qui te conviendrait pour un moment suffisant afin de travailler sur les éléments déterminant.

L'espoir d'une lueur amoureuse ? La mauvaise nouvelle c’est qu’aucune lueur amoureuse  ne peut être la vraie solution à nos problèmes personnels. C’est de l’ordre du couple. La bonne c’est qu’il n’y a pas d’incompatibilité même s’il peut facilement y avoir des interactions/répercussions sur le couple et surtout qu’à présent célibataire, tu n’as pas besoin de cette lueur pour résoudre tes soucis actuels. Laisses la donc partir si ce n’est qu’une illusion. Je sais que ce n’est pas facile mais vois le comme un barreau devenu trop lourd à porter au point que puisses en négliger le poids des autres chaines qui elles sont encore dans ta vie présente.

Ta situation sociale est désastreuse pour la société, les autres c’est un fait. Non tu n’es pas un cas social selon moi, même si tu es plus bas de l’échelle sociale. Et en plus, il y a des cas sociaux au plus haut de l’échelle sociale mais bon cela n’intéresse personne. C’est l’image suggérée en un cliché trop facile puisque la majorité aime le sensationnel soit pour se rassurer, soit pour se rendre intéressante, qui est un cas social, pas toi !

Franchement le bac ce n’est plus ce que c’était. Le permis n’est plus déterminant pour l’embauche hormis sur des métiers où tu vas uniquement conduire ou sur des jobs où on va manifestement faire des économies sur ton dos. En plus au RSA, tu vas certainement t’épargner les frais d’entretien du véhicule, de l’assurance et du carburant toujours plus chers, crois-moi. Le boulot est capital pour tout changer au niveau extérieur de ton autonomie certes mais je ne suis pas persuadé que tu sois plus matérialiste que le contraire en te lisant. Donc je pense que l’aspect temps (que j’ai lu quelque part dans les réactions) me semble un bienfait pour te consacrer pleinement à toi-même et pourquoi pas choisir ton boulot après l’élaboration d’un  projet qui te motiverait toi et pas un tiers proche ou professionnel trop soucieux de son résultat. Rassures-toi pour le physique, c’est comme pour le mental : on peut disposer d’un potentiel nous convenant en le travaillant (ou alors se laisser aller suivant la période, l’âge, le stress ou autre).


Tu n'as presque jamais bossé de ta vie ? C’est plutôt le presque jamais qui est important que le bossé. Un peu comme la tendance qu’on a tous à s’inquiéter quand on est sur la touche la première fois. Bien sûr, ce n’est pas souhaitable de ne pas y porter attention du tout mais si on a le choix, va-t-on s’empêcher de vivre un peu à côté en attendant ? Si la situation perdurerait, ce serait une difficulté supplémentaire à encaisser.

Je dirais plutôt que les connaissances se font d’elles-mêmes vu qu’on n’est pas tout seul à pouvoir choisir ses amis et s’éloigner de ses amis montre déjà qu’on a cette liberté appréciable même si cela serait plus fréquent en sens inverse d’après ce que je comprends. Si c’est par la force des choses, alors dis-toi bien que ces amitiés qui concernent une très grande majorité de la population toutes catégories sociales confondues étaient plus fragiles ou intéressées qu’autre chose. Si la merde c’est toi alors eux c’est la puanteur ! Je ne vais pas les juger mais franchement tu n’y es pour rien s’ils t’ont quitté par la force des choses ou s’ils ont trouvé la bonne excuse au bon moment. Je me rappelle d’un truc justement à ce sujet : « Ah merde t’es au RSA ! Je comprends ! ». « Tu comprends quoi ? ». « Ben que ça va pas être possible ! ». « Ah oui c’est clair ça va pas être possible à ce niveau de compréhension… Bonne soirée quand même ! »

Il n’y a vraiment pas de quoi avoir honte concernant l’aide de tes parents quand on sait que la première chose exigée par un bailleur à un client (Je ne dis pas locataire volontairement) c’est non seulement l’argent mais ta position sociale. C’est justifiée et compréhensible puisqu’ils n’ont pas à assumer quoi que ce soit et préfèrent choisir. Par contre, personne ne les obligent à mal le prendre ou à se sentir mal à l’aise quand on essaie de négocier le fait qu’avec une garantie de l’état telle que le FSL c’est justement une garantie homologue à la confortable représentation que l’on se fait du fonctionnariat dans ces cas frileux de crise. Alors remercie tes parents de n’avoir justement pas eu à supporter cela (intelligence d’avoir pris les devants en tant que garants crédibles) et fais une demande de logement social dès à présent, juste histoire de remplir un formulaire par toi-même si tu l’oses et de constater que cela a été inutile. C’est important de le faire symboliquement. Si tu veux le faire sérieusement, renseigne-toi par Internet un peu avant et va voir plutôt une assistante sociale. Tout passe par une assistante sociale puisque tu n’es rien aux yeux des autres. Par contre, les gens connaissent leur métier, savent ce qu’ils font et arrivent toujours à convaincre une fois bien convaincu de ta situation. Il ne s’agit pas de penser que tu vas vivre tranquillement aux frais de la société comme cela se faisait il y a bien longtemps mais qu’aujourd’hui pour faire valoir ses droits c’est plus dur (Mais plus intéressant de s’approcher de la réalité) que d’accomplir ses devoirs. En t’approchant de la réalité, tu vas avoir en quelque sorte moins à la redouter même si tu pourrais bien être surpris. Parle lui aussi de tes frais et dettes donc fais bien le calcul (il est impératif et c’est logique de bien évaluer ses soucis si on veut arriver à convaincre de l’utilité de l’aide correspondante). Ce n’est pas évident et pour l’aspect dettes je ne sais pas comment ça se passe vu que j’ai toujours su gérer et contrôler mes finances à temps (Et que j’ai coupé EDF direct en pesant le pour et le contre avec un abonnement clef 3G à l’époque et booster mes économies pour garder la possibilité de rouler tranquille à l’époque). Fais un max d’économie pour toi et tes parents sans te retrouver dans une situation non supportable. Demande un max d’aide. Si on te demande si t’as besoin d’aide, la réponse doit en principe commencer par « oui », quel que soit le résultat de ce que cela donnera et même si c’est dur à dire. Si tu demandes une aide psychologique, il y a de fortes chances qu’on t’envoie plutôt chez le psychiatre. Mais n’hésites pas et vois par toi-même si le peu qu’on te propose te convient plutôt que de rien bénéficier du tout sans savoir. Pour ma part, je n’ai pas exploré cette piste très longtemps mais j’ai vraiment su que me concernant, la psychiatrie ne m’a pas donné satisfaction.


Je ne pense pas que ce soit une médiocrité même si ce n’est pas l’idéal et que c’est une épreuve souhaitable pour personne. Oui c’est une richesse humaine et non pas une ressource humaine.

L’art pourrait bien te libérer que ce soit en loisir ou en pro si tu souhaites t’investir en ce sens. Tes capacités du jugement et d’analyses sont une chose mais les résultats sont l’analyse chiffrée de ce que tes profs ont bien pu y trouver. Quand bien même n’aurais-tu que des mentions, ce n’est pas cela qui change le résultat de ta propre perception de toi-même en principe (Même si le contraire aurait été bien plus gratifiant que la cata du collège).

Il est fort possible qu’à l’adolescence on ait comme on dit d’autres priorités par rapport aux souhaits de l’entourage. Mais aussi fort souhaitable me semble-t-il… Maintenant que cela ait pris le pas sur ton propre cheminement ne signifie que ton cheminement est terminé. Tu as la trentaine et pas la soixantaine. Et pour la majorité d’entre nous, même à 60 on devrait en principe ne pas être dépendant de notre âge.

Se régler un jour est possible mais je pense que, aidé ou pas, ce sera toi qui règlera tes soucis et sauf exception personne d’autre. C’est donc à toi de décider si ce sera le cas, quand, avec qui.. Etc.

Effectivement rien ne va de soi dans l’absolu. Si c’est ce que tu penses alors tu peux déduire sans culpabilité ni erreur que tu peux toujours trouver quelque chose sur lequel t’accrocher quand tu diminues autant qu’il le faut l’importance de l’emprise correspondante.
Une aberration, ET c’est rare j’en conviens. Mais outre cette rareté tu ne dois pas être le premier ni le dernier. Existe-t-il dans ce cas des personnes qui ont résolu les mêmes soucis sur ce site ou ailleurs ? Je pense que oui même si tout le monde a son propre parcours. Tu sais la grande majorité des personnes ici comme ailleurs disposent de capacités à en échouer de façon illogique dans tels ou tels domaines d’après ce que j’ai compris alors ladite aberration ne peut être qu’acceptable selon moi.
Ne t’inquiète pas pour les secondes qui passent, elles passaient avant ta naissance et continueront après ta mort donc à quoi bon les attendre ?
Est-ce quelqu’un ici ou ailleurs peut prétendre n’avoir jamais été bloqué ou avoir le sentiment d’être bloqué ou impuissant face à un problème personnel ? Est-ce que quelqu’un peut prétendre avoir compris tous les sens de la vie c’est-à-dire la vérité absolue ? C’est cela qui me paraîtrait insensé.

Si t’as entendu pendant 15 ans qu’il faut te mettre un coup de pied au cul, ou quelque chose comme ça, évites quand même ce qui fait trop mal. Ou plutôt devrais-je écrire évite le trouduc ou le coccyx, ce n’est pas le nec plus ultra pour se sortir d’une situation sensible. Que tu sortes ? Pour aller où ? Que tu rencontres du monde ? Pour voir tes amis qui t’ont lâché ? Fais le si tu en éprouves l’envie et non pas forcément la nécessité. Dans tous les cas ne le fais pas si tu n’en n’a pas le plaisir ou l’intérêt par rapport à ton problème (Je dis intérêt car tu dois dans ce cas penser à toi au sens prioritaire bien entendu et pas au sens égoïste).

Tu es incapable de bouger seul maintenant mais tu peux te concentrer la dessus.
Par exemple, tu peux déjà commencer à faire un tour gratos autour de chez toi ou ailleurs. Oui comme un con mais t’auras eu le temps même en quelques minutes de penser ailleurs que chez toi, quelle que soit la pensée. Et ce sera déjà un micro début symbolique (Tiens j’ai réussi à faire un tour seul autour du lotissement ! Pourquoi est-ce que je ne serais pas capable de faire un autre tour demain, même quelques minutes en pleine autonomie, père tranquille gratos, sans augmenter mes dettes et même en essayant un peu plus que d’éviter la bouche d’égout habituelle près de mon entrée, regarder autre chose que le minimum pour végéter, histoire de sentir que je suis capable, ne serait-ce que quelques secondes à me connecter à la réalité du monde).

Qu’on t’enferme dans un HP et tu t’apercevrais que tu étais déjà bien assez enfermé avant et que cela n’a rien à voir avec ta situation actuelle ou ton passé.
Si tu veux créer des trucs, tu dois accepter que ce soit à partir de quelque chose donc selon moi il n’y aura pas de la pure création au sens absolu. Mais si tel est ton désir, n’hésites pas essayer de créer quelque chose à partir de ce que tu as et non de ce que tu
Aurais. Peut-être que ce sera comme un jeu pour toi te permettant de faire une espèce de break ou rupture par moment.
Effectivement, les règles auxquelles tu es incapables de te conformer, c’est vraiment toi au final qui peut les trouver/connaitre. Et c’est un bon début pour envisager son autonomie, c’est ce que je pense.
Ton esprit peut pourtant se concentrer sur maintes choses, sois en convaincu bien que tu puisses effectivement te focaliser sur l’aspect qui te convient le mieux. Dans tous les cas à la seule condition de vivre et de continuer à vivre… et donc t’occuper dès que tu seras prêt aux aspects incontournables de la réalité de ta vis présente (Et par la suite future).

Si toutefois cela restait un brouhaha compréhensible, je te souhaite quand même d’avoir envie de t’épargner un jour, même si tu n’y croyais plus trop. Parce que tu n’as surement pas toujours éprouvé cela, et que cela t’emmerde. C’est con mais c’est juste pour cette raison.

C’est vrai que les solutions toutes faites ne sont pas des plus crédibles.
Mais tu vois, il y a pas mal de gens ici qui posent soit des questions trop flous, soit des questions trop ciblées et ces personnes apportent certainement plus aux fora que celles qui peuvent se poser des questions plus pertinentes et qui n’en post pas du tout.
Donc tu fais bien de te refermer si ça te soulage ou te fais des vacances mais je suis d’accord que cela ne résoudra pas le ou les soucis qui te bloquent actuellement. Mortifère ? Je ne sais pas. Je dirais plutôt sans libération particulière par rapport à ton blocage/emprisonnement actuel. Mortifère serait pour moi le cas où justement tu ne poses même pas la question ou que tu ne te rendes pas comptes de ta dépendance par rapport à autrui.
T’es plus qu’une feuille morte. Tu peux bouger avec tes jambes si le vent est trop fort pour aller te réfugier chez toi mais pas seulement. S’il y a une tempête, tu peux avoir à devoir sauver ta peau via un bâtiment plus proche par exemple. Autorises-toi de l’aide ou si tu n’es pas encore prêt, bouges quand même au moins un peu. Même si tu ne sais pas où aller ce n’est pas le plus grave même si c’est chiant. Vaut mieux bouger n’importe où qu’être paralysé, à moins de ne pas être sincèrement gêné par l’immobilisme ou aimer le malheur prolongé.

Si tu comprends les gens c’est super malgré tout ce qui t’arrive.
C’est clair que tu peux arriver à te comprendre par ce biais même s’il te faudra par la suite te lancer comme on dit dans une tentative d’autonomie. Même partielle au départ, ce sera déjà ça. Des génies comme des non génies sont passés par ce site ou d’autres avec le sentiment qui se comprenaient mieux depuis. Pourquoi pas toi ?

Aussi petitement te considères-tu je te le répète : Tu n’es pas contrefait, tu n’es pas une merde.

Difficile pour tout le monde de savoir comment vivre dans ces moments-là !
Alors oui c’est difficile et aberrant bien que ce soit le début de la solution que de commencer à se regarder sans complaisance. Là c’est démesuré soit au vu de ta sensibilité, soit au vu du fait que cela dure depuis longtemps déjà mais peu importe, tu l’as réalisé. Je pense donc que tu peux commencer à vraiment envisager progressivement ton autonomie dès cet instant vu que tu l’as constaté et que ça te déranges vraiment de le constater encore à ce jour.
Ta vie en est peut-être la preuve flagrante mais elle ne pourra jamais justifier le fait de te rendre malheureux car quel que soit le problème ou le contexte, tel n’est pas son but et tu n’es pas un diplôme, ni un numéro et encore moins une merde. Ultra ou pas tu es un être biologiquement vivant pouvant être parfois malheureux mais aussi heureux quand tu y penses.

Bienvenue !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Invité le Sam 20 Juil 2013 - 9:50

Bon je peux te le dire maintenant, Ultraterrestre, le titre de ton post m'a fait rire avant que je ne le lise, et il me fait toujours rire à lui tout seul. Je le ressens comme un chef-d'oeuvre d'auto-dérision. D'autant plus que tu n'en es pas une.

Le décalage n'existe que tant qu'on n'a pas trouvé les moyens de vivre selon ses propres aspirations, y compris dans une société qui ne les favorisent pas. Mais c'est possible, le premier pas étant de renoncer à faire comme les autres (ou de désespérer de ne pas y arriver), ou de faire plaisir. Ensuite, trouver des ceux qui nous ressemblent, ou pas, mais qui nous inspirent, avec qui la parole est un échange et non un faux-semblant ou une lutte de pouvoir. Et même, on peut avoir des liens forts avec des personnes qui sont bien plus intégrées que nous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par droledezebre07 le Sam 20 Juil 2013 - 10:43

sommes nous vraiment décalés ou bien est-le monde qui dérive imperceptiblement (à part pour nous) dans une réalité à laquelle nous ne pouvons plus nous adapter?

le monde EST aberration.

nous SOMMES des extraterrestres.

j'entends si souvent que j'ai tant de dons, de talents, de compétences de possibilités bla bla bla ... je ne le ressens pas ainsi et j'ignore quoi en faire. Oui je dessine, j’écris, je peins, je crée etc. mais ce n'est pour moi qu'un moyen de m'exprimer, de me libérer de mes tourments je ne crée pas pour l’œuvre mais pour l'action de créer.

Oui je me trouve nulle, parce que incapable de canaliser mon énergie, de mener à terme un projet, je me sens perdue, errante, sans fil conducteur.

mais j'ai au moins une consolation, ce que je te lis et te comprends.

dans quoi est-tu enfermé? n'as tu rien trouvé dans ce vaste chaos qui te fasse un moindre peu vibrer, frémir, te sentir vivant? en faisant abstraction du regard des autres, des convenances et de tes peurs, trouve une folie dans laquelle tu te sens exister.
ne te désespère pas dans des questionnements au sujet de la vie, la société et du monde, connecte toi à toi même et fais la paix avec toi.

sois le bienvenue et si tu le désire tu peux m'écrire en MP.


droledezebre07
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 76
Date d'inscription : 01/04/2013

http://plumeetlumieres.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Sam 20 Juil 2013 - 15:09

Les amis, je ne sais même pas quoi répondre.

Je suis subjugué par votre capacité à comprendre et à analyser de façon si pertinente.

Je veux dire, ça fait 30 ans que je hurle intérieurement, que ma lumière intérieure est sclérosée par la haine et l'incompréhension.
Personne n'a jamais été foutu de poser un diagnostic approprié sur ce que je ressentais réellement.
Aucun proche, aucun prof, aucun psy.
Tout le monde s'est laissé berner par la subtilité terrifiante de cette construction psychologique.
Ne se battant pas avec les armes adaptées ils m'ont tous fait du mal, bien plus qu'ils ne peuvent l'imaginer.
Leurs conseils condescendants n'ont jamais été que des coups de poignards plantés dans mon hypersensibilité.

Mais nul ne sert de leurs en vouloir évidemment.
Il n'y a pas de coupables ici, il n'y a que des victimes.
Tous victimes de l'incompréhension.
Tous victimes du paradoxe qu'induit cette façon d'être et de penser.

Il aura fallu tant d'années pour que j'aperçoive enfin la clé qui ouvre cette putain de porte.
Je ne dois rien à personne, je suis le seul à avoir trouvé la réponse.
C'est déjà en soi une manière de me réapproprier ma vie, mon parcours.

En réalité, il y a déjà de nombreux mois que j'ai fait cette découverte essentielle.
Ce qui s'est alors passé est indescriptible.
J'ai senti pour la première fois ces "ailes" dont certains parlent.
J'ai senti leur puissance, leur grandeur, mais aussi l'extrême difficulté d'en avoir le plein contrôle.

Je suis rentré dans une transe ce soir-là. Littéralement.
Je n'ai rien compris à ce qui m'arrivait sur le moment.
Cette découverte a envahi mon être de la manière la plus totale.
Une libération existentielle.
Dur à expliquer mais je n'ai jamais rien vécu de tel, c'était profondément unique.

Aussi fou que cela puisse paraitre, la psychologue que je voyais à l'époque a réussi à me re-détourner de cette piste !
Elle n'y croyait visiblement pas, me prenait sans le dire clairement pour un loser qui s'invente une vie.
Encore cette idée de manipulation, de bonne excuse pour cacher ma fainéantise crasse et mes bas instincts.
Même si son mépris était furtif, doux et masqué, elle a tout de même fini par me convaincre que je me trompais.

Retour à la case départ.
Retour dans ma bulle, et arrêt de ces consultations qui m'ont toujours fait plus de mal que de bien.
Je suis donc une anomalie, il n'y a rien à faire.
Idées suicidaires qui reviennent... les seules qui semblent à même de régler le problème, une bonne fois pour toutes.

Et puis quelques mois qui passent, quelques discussions, quelques forums... passons les détails.
Parce que l'important n'est pas là.
Cette fois je suis sûr de moi, et peu importe si c'est le monde entier qui se trompe.
Je ne me laisserais plus démonter par leur connerie, par leur jugement en forme de crachat.
Leur difficulté à comprendre ne sera plus mon problème mais le leur à partir d'aujourd'hui.

Je ne peux pas répondre à vos messages dans le détail mais je vous en remercie infiniment.
Ils me font tous un bien immense.

Rien n'est réglé, tout reste à faire bien sûr.
Mais enfin, enfin !
Enfin l'horizon prend une forme cohérente.
Enfin certains humains m'apparaissent comme des semblables.
Enfin cette force créatrice va peut-être trouver une raison d'être, une raison de couler dans mes veines.

Je crois j'ai trouvé ma planète.

Merci infiniment.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par mrs doubtfull le Sam 20 Juil 2013 - 15:24

sunny
 Amis
 Long hug

Après tant de tergiversions, ça fait du bien de se dire que ce n'est peut être pas nous qui sommes toujours les cons...
Oui je sais, c'est simpliste, mais c'est bon de se le dire au moins une fois ( entre deux remises en questions!)

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Lucilou Sauvage le Sam 20 Juil 2013 - 16:10

Oui je me reconnais un peu dans tes interrogations. On m'a dit une fois: "tu es une merde". Je me rappelle m'être écroulée en pleurant. C'est triste, non, d'en arriver là?
Mais... il y a dans le monde pas mal de gens inactifs qui n'ont pas de boulot, de permis, pas de thunes. Je pense que certains par idéalisme s'y refuse même! C'est pas pour autant que tu n'as rien à partager avec ton semblable. Dans une société individualiste où on met en avant la performance, c'est sûr que nous nous confrontons à un manque de compréhension énorme. L'art de ne rien faire, pourquoi pas? Pourquoi pas être accepté en tant que oisif heureux... Je pense que l'important dans les relations humaines, c'est d'être heureux et sympathique. Pour ce qui est de la famille, des parents, c'est une autre histoire, ce n'est pas la nôtre d'ailleurs, c'est celle des projections de désir qu'ils ont échafaudé à notre sujet. Après, leur déception n'est pas la nôtre.

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Sam 20 Juil 2013 - 16:32

Astro Fugace a écrit:Je pense que l'important dans les relations humaines, c'est d'être heureux et sympathique.
Cette phrase est d'une platitude certaine en apparence  

Et pourtant, la simplicité est souvent d'une pertinence étonnante, et un combat plus dur qu'on ne l'aurait cru.

Mais tu as indéniablement raison Smile 

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Lucilou Sauvage le Sam 20 Juil 2013 - 19:40

Oui, ici, sur Zébras Crossing, c'est pas vraiment ça. Mais dans le vie de tous les jours, pour se faire des amis, vaut mieux être heureux et sympathique Very Happy

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Tout à fait Astro fugace

Message par Invité le Dim 21 Juil 2013 - 1:11

Tout à fait ! Sympathie ou état heureux n'auraient-ils de sens, même sans objectif en rentabilité quelconque ou image à soigner que quand bien même notre réputation nous précéderait Smile !
Ce qui est bien ici c'est qu'on peut être sympa et pris au sérieux. Une sorte de respect que je ne trouve en réalité que dans les extrêmes (avec des amis de longues dates ou des personnes inconnues), encore qu'on puisse faire preuve de sincérité sans se connaître ou en restant sur la réserve (Pour les âmes timides ou sensible qui me liraient). J'y crois en conservant une bonne dose de naïveté comme par hasard automatiquement autocontrôlée bounce !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Dim 21 Juil 2013 - 13:35

spacepizza je dois quand même aussi te remercier pour ton premier message, carrément gigantesque (!) mais intéressant et constructif.
Sa taille fait qu'il est assez dur de vouloir y répondre dans le détail, mais ça ne m'empêche nullement de l'apprécier sois-en certain.

Sinon c'est très vrai ce que tu dis pour la communication possible uniquement avec des extrêmes : amis très proches et de longue date, ou parfaits inconnus.
C'est ce que je ressens aussi dans les mêmes termes.
Au milieu (ce qui constitue pourtant une large part des relations) point de salut.


.....


Bon sinon, à l'euphorie d'un soir succède évidemment la redescente.

J'ai besoin de l'aide de mes parents, si tant est qu'ils l'acceptent, parce que je n'ai rien d'autre.
Si je ne me dépêche pas, je vais bientôt me retrouver sans électricité, sans internet, sans appartement...
Bref sans rien quoi. Ce qui risque, c'est un p*tain d'euphémisme, d'être compliqué à supporter et à gérer.

Ce dont j'ai le plus peur, c'est qu'ils me jugent, et me répondent en substance quelque chose du genre :
"Ok t'as peut-être trouvé d'où venaient tes difficultés, mais concrètement ça ne justifie ni ne change strictement rien à la situation !"

Ce qui serait loin d'être faux, c'est bien ça le problème.

Je ne sais même pas quoi faire de ça, j'ai l'impression d'être un imposteur.
Je ne saurais leurs faire comprendre en quoi ça peut vraiment expliquer la situation.

Vous croyez que certains professionnels sont à même de comprendre vraiment mon parcours ?

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Lucilou Sauvage le Dim 21 Juil 2013 - 13:58

Ultraterrestre a écrit:
J'ai besoin de l'aide de mes parents, si tant est qu'ils l'acceptent, parce que je n'ai rien d'autre.
Si je ne me dépêche pas, je vais bientôt me retrouver sans électricité, sans internet, sans appartement...
Bref sans rien quoi. Ce qui risque, c'est un p*tain d'euphémisme, d'être compliqué à supporter et à gérer.

Ce dont j'ai le plus peur, c'est qu'ils me jugent, et me répondent en substance quelque chose du genre :
"Ok t'as peut-être trouvé d'où venaient tes difficultés, mais concrètement ça ne justifie ni ne change strictement rien à la situation !"

Ce qui serait loin d'être faux, c'est bien ça le problème.

Je ne sais même pas quoi faire de ça, j'ai l'impression d'être un imposteur.
Je ne saurais leurs faire comprendre en quoi ça peut vraiment expliquer la situation.

Vous croyez que certains professionnels sont à même de comprendre vraiment mon parcours ?
Quand on demande de l'aide à ses parents, on s'expose à des remarques désagréables et il faut parfois ronger son frein. Je ne le ferais qu'en dernier recours. Sinon je pense que certains professionnels peuvent comprendre, j'ai vu quelques assistantes sociales dans ma vie. Celle qui m'a suivie épisodiquement au CMS de mon quartier est vraiment compatissante et prête à aider. Quand j'ai été au chômage, j'ai eu le droit à pas mal d'aide aussi. La personne avait l'air de comprendre la dimension dépressive aussi. Il y en a d'autres par contre qui sont vraiment décevant(e)s, style quand j'ai demandé à être aidée pour me reloger, où pour reprendre des études. Je me rappelle être sortie vraiment en colère des deux rendez vous, avec l'impression d'avoir perdue mon temps. Tout dépend sur qui tu tombe, en fait!

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par U.T. le Dim 21 Juil 2013 - 14:15

Ouais, je sais bien.

J'en ai vu pas mal des professionnels du social.
Et dans les grandes lignes, j'ai une haute opinion de leur métier et de leur implication, il y a beaucoup de gens biens.

Mais ils finissent tous par baisser les bras plus ou moins ouvertement.
Ils ne comprennent pas le problème, pas plus que je ne le comprends moi-même.

Je suis soit une énigme, soit un imposteur.
Pour éviter de me tirer une balle tout de suite, je me raccroche un peu à la première option.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonjour, je suis une m...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum