Ma conception de l'instruction

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Instruction en famille

Message par Fleys'Forever le Dim 18 Aoû 2013 - 21:36

Bonjour à tous,

je me permets d'ajouter mon petit grain de sel dans votre discussion Smile 

Nous avons trois enfants de 2ans et demi, 5 ans et bientôt 7 ans, non-scolarisés. ( 5 mois de scolarisation en maternelle à leur demande, retour à la maison en cours d'année)

La non-scolarisation s'est imposée comme une évidence pour moi ( un peu moins pour mon mari...Razz ) dès la naissance de notre premier enfant, pour une multitude de raisons que vous retrouverez aisément sur les sites et forums dédiés à ce type d'instruction.( ce sont souvent les mêmes arguments qui reviennent!)

Je me demande aujourdhui si cette réflexion mûre et profonde n'était pas dictée par le savoir inconscient que nos enfants ne pourraient tout simplement pas entrer dans le moule de l'éducation nationale ( et quel moule!!!Evil or Very Mad ), au vu de leur sensibilité et de leur caractère.

Sont-ils HPI, nous ne le savons pas officiellement mais j'en ai la certitude; tous les jours, il faut répondre aux questions incessantes sans cesse renouvelées sur tous les sujets, donner confiance à celui qui refuse d'entreprendre la moindre chose par peur de l'échec, leur donner du grain à moudre, gérer les phobies de l'un, faire redescendre l'autre de sa planète; je ne les imagine pas dans le cadre rigide et formaté d'une école standard.Et après une expérience de quelques mois, il ne faut même plus leur en parler!

Nous avons opté pour des cours par correspondance pour cette année encore, car je ne me sentais pas de me lancer dans les apprentissages informels avec le petit dernier qui est très... présent... je dirais même infernal, en ce moment ( avec en prime, de soudaines difficultés d'endormissement et de sommeil... en ce moment, c'est très très rude..) Je modifie un peu quand le contenu ne me plaît pas, et complète avec... la vie de tous les jours, le jardinage, les courses, les balades en extérieur et plein plein de livres, et internet.
(Nous n'avons pas la place d'avoir une vraie salle-bibliothèque, j'en rêverai...)

La télé c'est uniquement pour les DVD ou de rares émissions enregistrées avec la Box ( encore faut-il l'allumer et savoir qu'il y a quelque chose d'intéressant à voir pour les enfants). Si ça ne tenait qu'à moi, elle aurait déjà disparu, mais mon mari n'était pas trop d'accord...Rolling Eyes 

TV Lobotomie fait partie de notre bibliothèque... effrayant...

Pour la socialisation ( ça, c'est le dada des inspecteurs de l'Educ Nationale), nos enfants font des activités extra... familiales grâce auxquelles ils rencontrent des enfants de tout âge, des adultes, à qui nous les confions, le temps d'une activité sportive ou artistique; et puis nous avons des amis et des voisins qui ont des enfants, alors certes, eux vont à l'école, mais ils passent goûter à la maison sur le chemin du retour, où restent dormir le week-end où l mardi soir.

Et mes enfants sont aussi plutôt à l'aise avec les adultes, voir en recherche de leur compagnie pour ma deuxième. Aucun problème relationnel.

Voilà comment c'est chez nous. J'espère que l'instruction en famille sera une réussite , même si de gros doutes me traversent parfois (surtout concernant mes capacités à supporter H24 - et en ce moment c'est vraiment H24 - , toute l'année, trois enfants )

Bonne soirée à vous,


Fleys'Forever
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 11
Date d'inscription : 04/05/2013
Localisation : la Picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Lun 19 Aoû 2013 - 7:48

Merci Fleys'Forever pour ce témoignage.

Les échos que j'ai de personnes pratiquant l'IEF et ayant plusieurs enfants semblent montrer une limite vers 3 enfants.

Il est probable que je me retrouve dans cette situation un jour. Pour diminuer cet impact, je compte faire au moins 2 choses :

- Contribuer au développement de l'autonomie de mes enfants ;
- Utiliser des techniques d'enseignement mutuel (Andrew Bell, Grégoire Girard).

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par hecko le Mar 20 Aoû 2013 - 20:36

Je suis venu, j'ai tout lu et j'hadere quasiment à 100%.
Par contre, je pense a peu près comme toi (mais j'avais pas réfléchi a tout!).
Néanmoins, je te trouves assez exigeant!
Par exemple, la télé, La bibliothèque ou encore les travaux que tu demande "le plus tôt possible". Sur ce derneir point d'ailleurs, Il clair que ce programme ne s'adresse pas a tout le monde!

Je dirais que
- le plus important pour moi est de lui inculquer les "mécaniques"/ travailler ses mécaniques. En math, lui demander dé expliciter ses réponses réponses par exemples, transposer les problèmes en schémas, en philo, lui apprendre à avoir une vue d'ensemble, qu'il ne soit pas coincé dans sa façon de voir, le soumettre au débat qu'il puisse travailler cette vue d'ensemble (et l'habituer très tôt a être humble dans le debat).
- poursuivre avec ces mécaniques de sorte qu'il comprenne tout le programmes mathématique par lui même par exemple! En démontrant les théorème en effet. Ensuite Je vais pas réécrire ce que tu as déjà écris^^
Dans tout ça je trouve que t'as oublier le sport (je suppose que tu t'es rectifier par la suite, néanmoins je tenais a signaler que travailler son corps c'est important! D'ailleurs je choisirais comme sport de la gymnastique et le "parkour" pour commence. A mon sens, ces 2 pratiques te permettent de profiter a la fois de ton corps et de ton environnement au maximum!

Je pense qu'il important que la personne apprenne aussi la biologie, la psychologie, la sociologie, la chimie, la physique, l'astronomie, l'économie et de part ces matières, qu'il fasse de philosophie!
Je pense que ce sont des bases importantes. A ça tu ajoutes un peu d'histoire***

Le langage, très important, le faire des rimes, le faire trouver des métaphores, etc...

L'art pour la créativité, bien sûr, mais aussi l'expression par le dessin!

Dans tout ça, ma réponse donne dans l'anecdote et je m'en excuse! Je dirait juste que par rapport a la situation actuel de l'école, l'éducation par système de classe n'est pas performante, néanmoins, je trouve qu'avec quelques (beaucoup d') améliorations, ce système pendrait tout son sens sans se suffire a lui même. Un ou deux jour par semaines ce serait pas mal!

Et j'aurais voulu connaître ton modèle philosophique (j'entend par la ta vision de l'homme, sa valeur, de la société, etc) en pm. Et je voudrais avoir ton avis sur le supposé désir d'existence de nos cellules sur mon sujet en pm aussi! Smile
Tout ça bien sûr si ça tu es motivé!

hecko
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 135
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 25
Localisation : dans une lointaine galaxie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Jeu 22 Aoû 2013 - 14:01

hecko a écrit:Néanmoins, je te trouves assez exigeant!
Par exemple, la télé, La bibliothèque ou encore les travaux que tu demande "le plus tôt possible". Sur ce derneir point d'ailleurs, Il clair que ce programme ne s'adresse pas a tout le monde!
Que sous-entends-tu quand tu dis que je suis exigeant ? Je trouve que c'est positif d'être exigeant. A moins que tu ne veuilles dire que je suis trop exigeant.

L'absence de télé est à mes yeux une évidence, un minimum. Je n'y vois rien d'excessif. J'ai la chance de pouvoir disposer suffisamment d'espace pour pouvoir disposer d'une bibliothèque. J'en profite. Si ce n'était pas le cas, je m'adapterais.

Dans l'expression le plus tôt possible, il faut bien prendre en compte le mot possible. Si c'est possible ce n'est ni excessif, ni réservé à une élite.

hecko a écrit:Je dirais que
- le plus important pour moi est de lui inculquer les "mécaniques"/ travailler ses mécaniques.
Je suis d'accord. Je dirais qu'il faut développer les potentialités qui permettent les autres acquisitions.

hecko a écrit:Le langage, très important, le faire des rimes, le faire trouver des métaphores, etc...
Pour moi le langage sert avant tout à 2 choses :
- Transmettre une information entre 2 personnes ;
- Mémoriser et traiter des informations.

La précision du langage a un impact sur la précision de la transmission, de la mémorisation et du traitement de l'information.

hecko a écrit:Je pense qu'il important que la personne apprenne aussi la biologie, la psychologie, la sociologie, la chimie, la physique, l'astronomie, l'économie et de part ces matières, qu'il fasse de philosophie!
Quel est selon toi l'intérêt de l'astronomie ? Y vois-tu de nombreuses applications pratiques ? J'y vois des connaissances donnant de la matière pour certains raisonnements philosophiques, et bien entendu un sujets intéressant intellectuellement pour toute personne qui se passionnera pour lui. Mais je n'ai pas l'impression que cette discipline soit très utilisée par ailleurs par la plupart des personnes qui ont un certain bagage sur le sujet. Es-tu en désaccord ? A quoi serviraient de bonne connaissances en astronomie dans la population générale en dehors des raisons que j'ai citées ?

hecko a écrit:L'art pour la créativité,
Peut-on enseigner la créativité ? Cela peut sembler paradoxal. Un disciple suivant les consignes de son maître peut-il être considéré créatif ?

Bien que je pense qu'on puisse enseigner certaines choses permettant l'expression de la créativité (ce que j'ai d'ailleurs l'intention de faire), je pense qu'il y aura tout de même certaines limites. La créativité d'un individu peut être limitée par :

- Une faible activation de son réseau associatif ;
- Une faible capacité à reconnaître des analogies (cette limite étant sans doute fortement corrélée avec la précédente) ;
- Une faible capacité à produire au hasard des solutions à un problème donné ;
- Une faible sensibilité ;
- etc.

hecko a écrit:Et j'aurais voulu connaître ton modèle philosophique (j'entend par la ta vision de l'homme, sa valeur, de la société, etc)
C'est gentil de me poser la question, mais je vais m'abstenir d'y répondre pour trois raisons. Premièrement, mes conceptions ne sont toujours pas figées. Je continue de réfléchir et elles évoluent régulièrement. Deuxièmement, ce serait très long à décrire. Troisièmement, en vertu du premièrement, je n'ai pas encore cherché à ordonner mes idées les unes par rapport aux autres pour les présenter à autrui (mais j'y pense de plus en plus ces temps-ci).

hecko a écrit:Et je voudrais avoir ton avis sur le supposé désir d'existence de nos cellules
Je n'ai jamais entendu parler de cela. A brûle-pourpoint, je n'y crois pas. Qu'il y ait des processus intracellulaires permettant le développement et la conservation de l'intégrité de la cellule me semble évident. Par contre, je n'ai pas besoin pour cela de l'hypothèse d'un désir, qui est selon mon acception un processus mental complexe. Je pense qu'une personne prétendant qu'une cellule a un désir d'existence, soit dit n'importe quoi, soit n'a pas la même acception que moi du mot désir.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Rev Hi Hi Hi Hi le Ven 23 Aoû 2013 - 22:20

Très intéressante cette réflexion, libre, très construite. Un projet ambitieux qui donnerait presque envie de s'y mettre, mais pour l'instant la question ne se pose pas.

Je me demande comment tu t'es forgé ta conception. Au delà j'imagine de ton vécu, de ton intuition personnelle, de quelques lectures.  Entre avoir une idée de ce qui serait bien pour son enfant et construire un programme pédagogique, cela me parait très conséquent comme travail.
As tu pensé à incorporer d'autres enfants à ton processus éducatif, ou bien penses tu qu'il doit être mené essentiellement au sein du cercle familial ?

Mon attention a été captée notamment par le sujet du rôle de socialisation joué par l'école, sujet prégnant dans le fil.
J'ai vécu également l'école comme des moments de socialisation, mes meilleurs, excepté à la période adolescente. Peut être car je ne savais pas faire autrement. La séparation du milieu familial est parfois bénéfique. Rien à voir donc avec ton cas de parent.
Il me semble aussi que le milieu de l'école est hors de la vie réelle, de mon expérience il ne suffit pas de s'être très bien adapté au système scolaire pour savoir épanouir ses potentialités dans la vie réelle.

Les principes de l'enseignement doivent pouvoir se retrouver et se transmettre, tu ne peux pas faire moins bien que l'éducation nationale, avec ton sens de la discussion, ton ouverture et ton énergie, je souhaite à tes enfants de s'épanouir toute leur vie !

Rev Hi Hi Hi Hi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 480
Date d'inscription : 03/07/2012
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Ven 23 Aoû 2013 - 22:35

en philo, lui apprendre à avoir une vue d'ensemble, qu'il ne soit pas coincé dans sa façon de voir, le soumettre au débat qu'il puisse travailler cette vue d'ensemble (et l'habituer très tôt a être humble dans le debat).

En fait, je tique sur "l'habituer très tôt à être humble dans le débat".

L'humilité s'enseigne ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 8:24

Merci Revie pour ton intervention.

Revie a écrit:Je me demande comment tu t'es forgé ta conception. Au delà j'imagine de ton vécu, de ton intuition personnelle, de quelques lectures.
Je n'ai pas apprécié mon passage à l'école. Pendant tous les temps morts en classe (je n'en ai jamais sauté), j'ai eu le loisir d'accumuler beaucoup de critiques contre le système scolaire. Et j'ai constaté que la plupart d'entre elles ne concernaient pas seulement une inadaptation de l'école à ce que j'étais, mais aussi à ce que sont la plupart des enfants. Puis, un jour, (je devais être au lycée), j'ai découvert que l'école n'était pas obligatoire. Ce fut un déclic. J'ai lu A.S. Neill et je me suis mis à imaginer ce que serait pour moi l'école idéale, me promettant d'instruire mes enfants différemment si un jour je devais en avoir.

Aussi loin que je me souvienne, j'ai l'impression de m'être soucié du développement de l'intelligence. C'était un sentiment diffus et instinctif lorsque j'étais très jeune. C'est devenu plus réfléchi par la suite. Et cela m'a amené naturellement à faire des études dans des domaines où je pouvais m'interroger sur l'optimisation de l'intelligence (psychologie, philosophie, logique mathématique, sciences cognitives). Cette recherche du développement de l'intelligence a donc naturellement une place importante dans le modèle d'instruction que je construis.

Revie a écrit:As tu pensé à incorporer d'autres enfants à ton processus éducatif, ou bien penses tu qu'il doit être mené essentiellement au sein du cercle familial ?
Oui. Mais ce n'est pas simple. La loi interdit de le faire de façon trop systématique hors du cadre d'une école. Les autres parents n'adhèrent pas nécessairement à mes conceptions. Et la plupart ne cherchent pas ce genre d'échange. A mon grand regret. Malgré cela, j'ai commencé à chercher à établir des passerelles avec d'autres familles pour réaliser certaines choses collectivement et je vais continuer.

Revie a écrit:Mon attention a été captée notamment par le sujet du rôle de socialisation joué par l'école, sujet prégnant dans le fil.
J'ai vécu également l'école comme des moments de socialisation, mes meilleurs, excepté à la période adolescente. Peut être car je ne savais pas faire autrement. La séparation du milieu familial est parfois bénéfique. Rien à voir donc avec ton cas de parent.
Il me semble aussi que le milieu de l'école est hors de la vie réelle, de mon expérience il ne suffit pas de s'être très bien adapté au système scolaire pour savoir épanouir ses potentialités dans la vie réelle.
L'école est effectivement un monde à part. Quoi qu'on puisse penser sur ses qualités et ses défauts dans la socialisation, il faut bien reconnaître qu'elle ne constitue pas un terrain universel pour la mise en pratique de celle-ci. Loin s'en faut. Il est donc nécessaire que l'enfant se frotte à d'autres milieux que celui de l'école.

Revie a écrit:Les principes de l'enseignement doivent pouvoir se retrouver et se transmettre, tu ne peux pas faire moins bien que l'éducation nationale, avec ton sens de la discussion, ton ouverture et ton énergie, je souhaite à tes enfants de s'épanouir toute leur vie !
Je te remercie pour tes encouragements. Et je te remercie aussi pour eux.


Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Sam 24 Aoû 2013 - 13:24

J'approuve ta démarche, je la trouve bienveillante et réfléchie.
Par contre, je resterais flexible sur le choix du bac, tout en conseillant l'option OIB.
Ce qui m'amène à demander ton avis concernant l'apprentissage des langues qu'elles soient vivantes ou mortes.
J'aimerais également connaître ton positionnement par rapport aux jeux vidéos, leurs considères-tu des vertus ?
À partir de quel âge accorderas-tu l'accès à un ordinateur ? Quel rôle jouera-t-il dans leur instruction ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 14:08

Qu'entends-tu par "flexibilité sur le choix du bac" ? En quoi manquerais-je de cette flexibilité ?

La mère de mes enfants est espagnole. Ils seront donc facilement bilingues français/espagnol.

Je compte y adjoindre l'espéranto pour ses vertus propédeutiques.

Le latin pour sa structure logique et l'étymologie me semble intéressant aussi.

Et pourquoi pas, soyons fous, s'ils peuvent y prendre goût, du grec ancien afin de pouvoir lire les textes en grecs ancien sans passer par la traduction.

Je suis très ambivalent à l'égard du sacro-saint anglais. D'un côté, je vois cette langue comme la langue de l'ennemi. Une langue qui sert à infiltrer une pseudo-culture qui n'est pas celle de mes ancêtres. D'un autre côté, je sais bien que cela donne accès à des informations non disponibles en français. Je pense exposer le dilemme à mes enfants et leur laisser faire le choix. S'ils sont déjà bilingues français/espagnol et qu'ils parlent l'espéranto, j'ai toutes les raisons de penser qu'ils peuvent apprendre l'anglais assez tard tout en parvenant à une bonne maîtrise s'ils le souhaitent.

Je pense que les jeux vidéos ont des vertus pédagogiques. Certains en ont plus que d'autres. Certains véhiculent aussi des idées qui ne me plaisent pas. C'est notamment le cas des jeux où s'exprime de la violence.  

Ma fille navigue sur internet depuis ses 2 ans. Elle a aujourd'hui 2 ans et demi. Elle utilise la souris et Firefox correctement et le clavier au pif. Elle parvient à trouver des images ou des vidéos qui lui plaisent, principalement sur le thème des bébés et des animaux. Elle joue aussi seule correctement à la plupart des jeux du site Poisson rouge.

Je compte m'appuyer en partie sur les jeux, qu'ils soient vidéos ou non. Je fais le pari que la pratique de jeux diversifiés a un impact sur le développement des capacités cognitives. Ma fille est inscrite à la ludothèque. Nous y allons plusieurs fois par semaine.

Je compte également utiliser l'ordinateur et internet dans l'enseignement. Internet n'a pas vocation à remplacer la bibliothèque mais à la compléter.

Deux écueils bien connus des jeux vidéos et d'internet sont la possibilité d'une addiction et les contenus inadaptés. Je compte donc me mettre en position de superviseur pour éviter les dérives. Si cela doit amener des conflits récurrents il est possible aussi que j'écarte durablement mes enfants de l'ordinateur ou de tel ou tel jeu.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Sam 24 Aoû 2013 - 14:37

Je n'ai lu qu'en diagonale, mais j'ai une sensation précise: que ce programme si ordonné, et laissant peu de champ libre ne tombe sur des épaules bien frêles. D'abord si tu as le droit de faire l'école chez toi, tu as quand même un programme à respecter. D'autre part, les témoignages d'enfants ayant eu une scolarité alternative se rejoignent pour dire que c'est très marginalisant - donc non-neutre sur le plan social. Et d'autre part, pour réaliser ce programme, encore faut-il que la personnalité de l'enfant - qui n'est jamais de la pâte à modeler - soit apte à s'intégrer à ce mode d'instruction...Hyper rationnel, soit, mais justement, c'est peut-être là qu'il manque une sorte de latitutde à la faitaisie (mot à lire aussi en Allemand) qui est essentiel pour qu'une personne ne soit pas juste un roauge dans une machinerie qui la dépasse(rait). Bref, ça me fait un peu peur.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 14:41

Tu es la deuxième personne qui me critique après avoir lu en diagonale. Y aurait-il une corrélation ?


Comme dans le premier cas j'ai le sentiment que tu ne comprends pas ce que je veux faire.

Fata Morgana a écrit:D'autre part, les témoignages d'enfants ayant eu une scolarité alternative se rejoignent pour dire que c'est très marginalisant - donc non-neutre sur le plan social.
Je n'ai pas du tout le même son de cloche. Sur quoi t'appuies-tu ?



Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Sam 24 Aoû 2013 - 14:45

Rassure-toi je ne "critique" pas, je fais état d'un doute. En particulier concernant la malléabilité des enfants que tu sembles supposer.
ces petites bêtes sont pleines de surprise, et le plus sûr est l'inattendu...
La corrélation vient surtout de l'aspect très technique et désaffectivé de ta proposition, qui incite irrésistiblement à la lecture en diagonale ! Very Happy
Dont acte, c'est peut-être un signe ! Wink

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Dauphin le Sam 24 Aoû 2013 - 15:35

Fata Morgana a écrit:Rassure-toi je ne "critique" pas, je fais état d'un doute. En particulier concernant la malléabilité des enfants que tu sembles supposer.
ces petites bêtes sont pleines de surprise, et le plus sûr est l'inattendu...
La corrélation vient surtout de l'aspect très technique et désaffectivé de ta proposition, qui incite irrésistiblement à la lecture en diagonale ! Very Happy
Dont acte, c'est peut-être un signe ! Wink
Pr ma part j'interprète le "technique et désaffectivé" comme une recherche 2 cohérence, de rigueur, de formulation clarissime, 2 complétude ds le programme, le tt pr être compris ici ds le sujet le mx possible, et pr aidé réellement et pragmatiquement ses enfants à "s'armer" pr le jour où ils "entreront"ds la société(entendre en deviendront D acteurs).
Je ne me suis pas posé 1 seule seconde la question D relations père-enfants; j'ai suivi le topic dps le dbt, il est manifeste que Cyril est 1 père très présent (G pas dit pesant!)et très soucieux de ses enfants...engagé même!...au point qu'il veuille leur fournir 1 éducation et 1 instruction la + adaptée (à son avis, et au notre qu'il requiert:il se remet dc en cause sur D arguments fondés) pr leur (futur) bien-être!
PS: critiquer n'est pas forcément négatif; ça aidé à progresser (si l'on recherche le constructif)
PS*: oui, l'humilité peut s'enseigner...ou se faire remémorrer!!! À mon sens d'ailleurs bien mieux ds le cadre d'1 "philosophie de vie", 1 façon d'être "au et ds le monde"...C dc exclusivement du domaine de la responsabilité parentale (enfin pr ceux qui différencient les éducations!!!)

Dauphin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1303
Date d'inscription : 16/11/2012
Age : 41
Localisation : Montélimar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Sam 24 Aoû 2013 - 15:41

Alors gardons la rigueur, mais mettons à l'auteur un nez rouge pour l'occasion ! clown
On n'apprend jamais si bien 1) que quand on est aimé, 2) quand on apprend ce que l'on aime 3) et quand l'étude est ludique.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Sam 24 Aoû 2013 - 15:49

Voilà qui me fait plaisir, j'avais la crainte que tu sois un peu vieille école.

Effectivement l'anglais peut s'apprendre à un âge plus tardif, j'ai même un exemple très proche, celui de ma petite soeur qui à 15 ans était avide de fan-fiction, or la majorité des contenus est en anglais, ainsi elle est passée d'un niveau moyen à un niveau considéré bilingue en l'espace d'un an avec le seul outil qu'est internet.

Au niveau de la flexibilité du bac, je parle du choix -relativement limité- entre L ES et S, du moins pour la branche générale.
J'ai aimé l'ouverture proposée en S, mais ton choix d'enseignement contient déjà une bien plus grande diversité, ainsi je leur proposerai plutôt de choisir l'épreuve selon leurs préférences; on pourrait avoir une autre vision qui privilégie le choix de la branche comportant les matières où ils ont plus de difficultés relativement aux autres afin d'avoir un ensemble plus homogène, mais c'est un pari risqué.
Quoi qu'il en soit mon point était de leur laisser ce choix, ainsi de ne pas fixer S comme objectif.

Je rejoins Fata sur l'imprévisibilité des enfants, dans mon cas il était impossible de travailler avec mes parents, peut-être dû à un refus de l'autorité trop important.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 15:50

Il faudrait alors comparer avec les textes de l'éducation nationale. Affichent-ils plus d'affects ? J'en doute. Sont-ils moins techniques ? C'est plutôt le contraire. Le jargon de la "pédagogie nouvelle" n'arrange d'ailleurs rien. Je ne pense pas non plus qu'ils parient moins que moi sur une moindre malléabilité.

Je trouve au contraire que je suis beaucoup moins précis que les textes de l'Education Nationale. Il suffit par exemple d'avoir à l'esprit les textes officiels et ce que j'ai écris pour voir que j'en ai écrit beaucoup moins. Certes, je pourrais tout de même développer pas mal de sujets que j'ai lancés, mais ces développements ne sont pas figés.

Je n'ai pas un modèle précis de ce à quoi doit arriver l'enfant. J'ai surtout une idée assez précise de ce qui lui servira pour y arriver.

Je n'ai pas d'idée de ce que devront faire mes enfants une fois adulte. Ce sera leur vie. Pas la mienne. Je ne projette pas qu'ils soient ingénieurs, médecins, garagistes ou dresseurs de mygales. Par contre, je souhaite leur donner les bagages intellectuels qui leur permettront d'atteindre ces objectifs ou d'autres s'ils le souhaitent.

Fata Morgana a écrit:le plus sûr est l'inattendu
C'est vrai. Et je m'y attends.

Effectivement Cr4G, j'essaie avant tout d'être clair. Les malentendus sont si fréquents que j'investis beaucoup sur la clarté de ce que j'écris.

Je comprends mieux ce que tu voulais dire. Je pense que le choix du bac est du ressort de l'élève. L'adulte doit surtout bien lui faire comprendre quelles sont les conséquences de ce choix.


Dernière édition par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 15:59, édité 1 fois

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Zzita le Sam 24 Aoû 2013 - 16:10


Au secours ! ce programme ( et ce fil en général) m'affole.

Moi qui trouve déjà qu'on m'a volé mon enfance, avec un programme pareil je ne serais rien d'autre qu'une bête à concours robotisée et purement intellectuelle.

D'accord avec Fata : c'est peut-être un peu trop réfléchi comme programme, et un peu trop peaufiné. Tu projettes déjà tellement de choses sur tes enfants que c'en est effrayant.




Zzita
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 496
Date d'inscription : 09/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 16:20

Comme je l'écrivais au-dessus, mon programme est beaucoup moins réfléchi et peaufiné que celui de l'Education Nationale. Renseigne-toi par exemple sur ce qui est appelé le tronc commun ou socle commun.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Zzita le Sam 24 Aoû 2013 - 16:21

Oh mais on s'en fout de l'éducation nationale ... Je ne parle pas de ça.



Zzita
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 496
Date d'inscription : 09/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Sam 24 Aoû 2013 - 16:26

Mon sujet est une alternative au programme de l'Education Nationale. Je compare donc naturellement les deux. Si tu défends une troisième voie, peux-ut nous dire laquelle ?

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Sam 24 Aoû 2013 - 16:41

Peut-être que le problème de ta proposition, c'est justement qu'elle est un (autre) programme ? Après tout il y a aussi de bonnes "programmations" qui n'en sont pas moins des programmations...Et pour adapter les enfants à quoi ? A cette pétaudière ? Wink
L'éducation nationale est une entité extérieure à la vie de ton enfant, elle se donne la charge de former les enfants pour en faire des citoyens rentables épanouis, et cela sans jamais remettre en question l'ordre établi. Et elle peut le faire JUSTEMENT parce qu'elle n'est pas un parent, mais une administration... Elle peut être désaffectivée. Elle doit l'être.
Le rôle d'un parent ne peut pas être de type schizophrénique, d'être à tel moment un enseignant qui suit un programme, et le moment d'après un parent qui donne de l'affection.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Zzita le Sam 24 Aoû 2013 - 18:11

Fata Morgana a écrit:

L'éducation nationale est une entité extérieure à la vie de ton enfant, elle se donne la charge de former les enfants pour en faire des citoyens rentables épanouis, et cela sans jamais remettre en question l'ordre établi. Et elle peut le faire JUSTEMENT parce qu'elle n'est pas un parent, mais une administration... Elle peut être désaffectivée. Elle doit l'être.

+1000
Fata Morgana a écrit:

Le rôle d'un parent ne peut pas être de type schizophrénique, d'être à tel moment un enseignant qui suit un programme, et le moment d'après un parent qui donne de l'affection.


+1000

Ayant grandi dans un milieu bobo alternatif-katmandou-africain-youlou-utopiste, je parle d'expérience en disant que les parents ayant choisit ce mode d'éducation se retrouvent à sacrifier leur temps libre et leur vie pour leurs enfants. Les gosses qui résulte de ce mode d'éducation sont extrêmement demandeurs, peu autonomes, et ont des problèmes de marginalisation très importants.


Souvent, un des deux parent explose en court du chemin car cela devient beaucoup trop lourd à porter.

Il est déjà tellement difficile d'être parent ! pourquoi vouloir en plus être le prof de son enfant ? Que des conflits à la clé ...

Et pourtant, ce que j'ai connu (pas expérimenté ) ce sont des groupes de parents qui s'associaient, et faisaient classe chacun leur tour suivant leur spécialité, tout en ayant leurs enfants comme élèves.
Bref, tout ça pour dire que quand tu as ton gosse qui va lever le doigt à table pour dire "papa, je ne comprends pas la proportion protéines animales/protéine végétales de mon assiette, pouvez vous m'expliquer ?" tu vas en faire une tête ... Very Happy Very Happy Very Happy






Zzita
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 496
Date d'inscription : 09/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Dim 25 Aoû 2013 - 14:29

Il serait intéressant de définir la limite de la transmission des savoirs d'un parent à ses enfants.
Je pense que peu de monde objecterais dans le cas présent à ce que Cyril enseigne l'art du piano à ses enfants, de même à ce que sa femme leur enseigne l'espagnol. Il y aurait une différence avec les matières plus "traditionnelles"?
Fata présente une incompatibilité à apporter de l'affection à ses enfants et à leur enseigner. Pour autant une lionne témoigne de l'affection et leur apprend à chasser.
Cela ne veux pas dire que je suis en accord à ce qu'il soit de mieux pour un enfant est l'enseignement exclusif de ses parents, je prône l'échange, par ailleurs il est peu aisé d'avoir une réelle profondeur dans chaque discipline.
Après à chaque enfant sa spécificité, si l'incompatibilité d'un parent à enseigner à son enfant se présente, alors on peut faire appel exclusivement à des précepteurs.
Il m'est d'avis que l'objet de ce fil est avant tout de discuter sur le contenu de l'apprentissage, quelles matières enseigner, dans quels buts, mais je peux me tromper.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Dim 25 Aoû 2013 - 14:50

Cr4G a écrit:Il m'est d'avis que l'objet de ce fil est avant tout de discuter sur le contenu de l'apprentissage, quelles matières enseigner, dans quels buts, mais je peux me tromper.
Non, tu ne te trompes pas.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Dim 25 Aoû 2013 - 15:00

Pour autant une lionne témoigne de l'affection et leur apprend à chasser. a écrit:Pour autant une lionne témoigne de l'affection et leur apprend à chasser.
L'école n'apprend pas à des enfants humains à se nourrir, mais bien les parents. Il y a entre l'éducation et les apprentissages une différence qualitative due à ce qui est proprement humain.
Je ne connais pas Cyril, mais son approche technicienne et administrative dans la forme me semble susceptible de déformer les rapports dans la famille. Personne, et surtout pas moi, n'empêchera une famille d'enseigner des choses à ses enfants en plus, ou en parallèle de ce que l'éducation propose, y compris même de manière critique. Mais c'est la fait de se substituer à ce rôle qui doit être pesé, à commencer par l'aspect affectif. Peut-être même que la famille dans l'absolu doit être l'endroit où l'enfant peut respirer en étant soustrait aux influences de la société prise comme foule anonyme et source d'influences disjonctives.


Dernière édition par Fata Morgana le Lun 26 Aoû 2013 - 7:14, édité 1 fois (Raison : faute)

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum