Ma conception de l'instruction

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Lun 26 Aoû 2013 - 1:45

Mon exemple un peu bancal avait comme dessein de montrer la possibilité à la fois d'instruire et de donner de l'affection, je suis bien conscient que ce sont les parents qui apprennent à l'enfant à se nourrir, c'est également leur rôle de rendre leurs enfants indépendants par la transmission de savoirs, ainsi pour revenir à mes lions, des techniques de chasses.

Un humain a effectivement une plus grande diversité de besoins auxquels subvenir, également une complexité psychologique, pour palier aux écueils que tu présentes le recours à un précepteur me paraît approprié.

Enfin, de mon point de vue, ce sont les parents qui éduquent, l'école, elle, a pour vocation d'instruire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Lun 26 Aoû 2013 - 5:45

Jean-Jacques Rousseau a écrit:Comme la véritable nourrice est la mère, le véritable précepteur est le père. Qu’ils s’accordent dans l’ordre de leurs fonctions ainsi que dans leur système ; que des mains de l’une l’enfant passe dans celles de l’autre. Il sera mieux élevé par un père judicieux et borné que par le plus habile maître du monde ; car le zèle suppléera mieux au talent que le talent au zèle.

Mais les affaires, les fonctions, les devoirs… Ah ! les devoirs, sans doute le dernier est celui du père ? Ne nous étonnons pas qu’un homme dont la femme a dédaigné de nourrir le fruit de leur union, dédaigne de l’élever. Il n’y a point de tableau plus charmant que celui de la famille ; mais un seul trait manqué défigure tous les autres. Si la mère a trop peu de santé pour être nourrice, le père aura trop d’affaires pour être précepteur. Les enfants, éloignés, dispersés dans des pensions, dans des couvents, dans des collèges, porteront ailleurs l’amour de la maison paternelle, ou, pour mieux dire, ils y rapporteront l’habitude de n’être attachés à rien. Les frères et les sœurs se connaîtront à peine. Quand tous seront rassemblés en cérémonie, ils pourront être fort polis entre eux ; ils se traiteront en étrangers. Sitôt qu’il n’y a plus d’intimité entre les parents, sitôt que la société de la famille ne fait plus la douceur de la vie, il faut bien recourir aux mauvaises mœurs pour y suppléer. Où est l’homme assez stupide pour ne pas voir la chaîne de tout cela ?

Un père, quand il engendre et nourrit des enfants, ne fait en cela que le tiers de sa tâche. Il doit des hommes à son espèce, il doit à la société des hommes sociables ; il doit des citoyens à l’état. Tout homme qui peut payer cette triple dette et ne le fait pas est coupable, et plus coupable peut-être quand il la paye à demi. Celui qui ne peut remplir les devoirs de père n’a point le droit de le devenir. Il n’y a ni pauvreté, ni travaux, ni respect humain, qui le dispensent de nourrir ses enfants et de les élever lui-même. Lecteurs, vous pouvez m’en croire. Je prédis à quiconque a des entrailles et néglige de si saints devoirs, qu’il versera longtemps sur sa faute des larmes amères, et n’en sera jamais consolé.

Mais que fait cet homme riche, ce père de famille si affairé, et forcé, selon lui, de laisser ses enfants à l’abandon ? Il paye un autre homme pour remplir ces soins qui lui sont à charge. Ame vénale ! Crois-tu donner à ton fils un autre père avec de l’argent ?

Un gouverneur ! ô quelle âme sublime !… En vérité, pour faire un homme, il faut être ou père ou plus qu’homme soi-même. Voilà la fonction que vous confiez tranquillement à des mercenaires.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par krapopithèque le Lun 26 Aoû 2013 - 7:12

JJ toujours +10 000 (j'suis radin) Smile 

krapopithèque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2069
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 65
Localisation : sud

http://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Fata Morgana le Lun 26 Aoû 2013 - 7:16

Moui... Cela dit, les rapports de Rousseau avec les enfants...

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Invité le Lun 26 Aoû 2013 - 8:47

http://fr.wikipedia.org/wiki/Argumentum_ad_hominem#Tu_quoque

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Exilium le Mer 4 Sep 2013 - 2:19

Cyril, j'admire votre engagement envers l'éducation de vos enfants. Je ne serai pas de ceux qui vous jettent des pierres quand aux choix que vous faites. Pour moi, chaque choix est par définition imparfait, entraînant à sa suite des conséquences à la fois positives et négatives sur un ensemble d'interactions à venir. Le choix consiste donc à choisir ses batailles, choisir les contraintes que l'on devra gérer...

Toutefois je me pose une question: que ferez-vous si vos enfants contestent votre désir de les éduquer à temps plein et vous réclament une éducation dans les écoles publiques?

Bien sûr quand ils ont 3-4-5-6 ans, la contestation s'avère davantage un jeu, une affirmation chancelante d'une personnalité à former. Cependant, les enfants ne tardent pas à avoir leur propre vision de ce qu'ils désirent vivre. Rapidement, ils désirent formuler leurs propres choix. Dans ce contexte, faire des plans, c'est super, mais qu'est-ce qui garantit que l'enfant adhérera à ceux-ci?

Exilium
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 161
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 37
Localisation : Près de Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par the buru le Jeu 5 Sep 2013 - 16:40

http://www.youtube.com/watch?v=x24qJGFR0Y8

Cyril THQI : j'ai pensé à toi en visionnant ceci.
j'espere que cela te sera utile.

the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Trèfle le Jeu 5 Sep 2013 - 20:11

the buru
merci pour ce lien ...je découvre avec grande joie et intérêt
Very Happy

Trèfle
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 236
Date d'inscription : 30/08/2012
Age : 48
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Jeu 12 Sep 2013 - 8:17

Exilium a écrit:Toutefois je me pose une question: que ferez-vous si vos enfants contestent votre désir de les éduquer à temps plein et vous réclament une éducation dans les écoles publiques?
S'ils souhaitent aller à l'école, je les mettrai en garde au sujet des problèmes qui en découlent et je les inscrirai.

Exilium a écrit:Dans ce contexte, faire des plans, c'est super, mais qu'est-ce qui garantit que l'enfant adhérera à ceux-ci?
Faire des plans précis, n'est-ce pas ce que fait l'école ? Ta critique ou ta question  s'applique donc très bien à l'école. Le programme est défini très en détails. On demande à l'enfant d'intégrer de nombreux savoirs dont on a peine à comprendre l'utilité. Si un savoir n'est pas utile, l'enfant peut facilement ne pas être intéressé.

Dans la mesure où je compte enseigner des choses qui ont une portée d'application souvent plus grande que l'école, j'imagine que mes enfants devraient avoir plus de chance de se sentir concernés par mon enseignement que par celui de l'école.

Exilium a écrit:Cependant, les enfants ne tardent pas à avoir leur propre vision de ce qu'ils désirent vivre.
Je pense que ce que je compte enseigner est la voie royale pour permettre à tout élève de pouvoir vivre ce qu'il désire (en tout cas, c'est mon objectif). Je rappelle que je suis centré sur l'autonomie, la liberté de l'enfant. S'il me dit "Je veux faire ceci, apprendre cela, être ceci, avoir cela, etc.", je pourrai bien souvent lui répondre "Voici un outil qui t'aidera à y parvenir". Et cet outil aura une portée générale qu'il pourra appliquer à d'autres contextes. Cette portée générale implique que mes enfants me poseront ou se poseront inévitablement des questions qui me permettront d'amener les connaissances qui me semblent fondamentales.

the buru a écrit:http://www.youtube.com/watch?v=x24qJGFR0Y8

Cyril THQI : j'ai pensé à toi en visionnant ceci.
j'espere que cela te sera utile.
Merci pour le lien vers cette vidéo très intéressante. J'ai failli acheter le livre d'André Stern, il y a quelques temps. Je me dit que je vais finalement peut-être le faire après avoir vu cette vidéo.

L'explication qu'il fait de sa vie dans cette vidéo est nécessairement une construction théorique. C'est une histoire très simple alors que la réalité est toujours complexe. Ce n'est pas parce que c'est son vécu, qu'il connaît les déterminants de son développement.

Il semble notamment faire l'impasse sur deux choses importantes :
Son patrimoine génétique.
Les autres aspects de son environnement que ceux qu'il met en avant.

Son histoire ne prouve en aucun cas que tout individu étant laissé libre de jouer toute sa vie aura un développement optimal. Au mieux, il pourrait prouver que c'est possible, mais pas que c'est nécessaire.

Je m'interroge aussi sur ce qu'il appelle jeu, quand je lis ici:
Libres enfants de Haute-Loire a écrit:André Stern apprend la guitare dès l’âge de quatre ans, auprès d’un vieux guitariste de flamenco, Antonio Fenoy.

À partir d’une exploration approfondie de l’histoire de la musique, du répertoire classique et du répertoire flamenco originel, André Stern développe une technique de jeu et de création personnelle.
Je vois un enfant doué prenant des cours et non un enfant quelconque passant son temps à jouer. Il me semble y avoir ici un élargissement de l'extension du mot "jeu" pour faire coller la réalité à la théorie.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cartman le Dim 15 Sep 2013 - 15:32

Je vois plusieurs points avec lesquels j'ai des doutes :

Premièrement, est-tu sûr du bien-fondé de ne jamais les mettre à l'école classique ? Si j'ai bien compris, tu envisages de leur faire faire toute leur scolarité hors de l'école.

Je pense au contraire qu'il me paraîtrait important qu'ils connaissent au moins un peu les deux systèmes (ne serait-ce que pour voir par eux-même les différences et les avantages de chaque système).

Deuxièmement, quel genre de métier voudrais-tu qu'ils fassent plus tard ? J'imagine que tu vas répondre "ce qu'ils veulent". Cependant, si il veulent être médecin, polytechnicien ou énarque (soyons ambitieux), ils seront obligés d'aller en cours après le bac.

Or, si lors de leur première année, ils se retrouvent pour la première fois dans une salle de classe, ils auront certainement des difficultés au début. D’où mon idée de ne pas leur faire faire l'intégralité de leur scolarité à domicile.

Pire, supposons qu'ils soient, comme toi, THQI (j'imagine que tu pars de ce principe, ou au moins HQI) et qu'ils peuvent avoir leur bac à 14 ans (je pense qu'avec un enseignement adapté il est très facile pour un simple HQI d'avoir son bac à 14 ou 15 ans).

Tu penses que le fait qu'ils se retrouvent à 15 ans en fac de médecine ou en classe préparatoire, alors qu'ils n'auront jamais mis les pieds dans une salle de classe avant ça soit une bonne chose ?

Cartman
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par siamois93 le Lun 16 Sep 2013 - 1:13

Peut-être qu'un des risques de l'enseignement à domicile c'est que les enfants voient leurs parents comme une contrainte anormale, alors qu'en fréquentant d'autres enfants ils apprendraient que d'autres parents ont le même comportement que les leurs, que c'est normal.
Et puis dans leur vie plus tard ils seront bien au contact des autres humains, comment vas-tu les préparer ?
Et le service militaire ?

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par siamois93 le Lun 16 Sep 2013 - 1:20

«Celui qui ne peut remplir les devoirs de père n’a point le droit de le devenir. » Il est bizarre ce Rousseau quand même, car qui peut juger de ce que sera un père.
Parce que parent on le devient, on évolue en même temps que ses enfants.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par siamois93 le Lun 16 Sep 2013 - 1:29

J'avais posté un bref mot sur langage et mathématiques. Les mathématiques sont surtout un langage. C'est peut-être un langage que certains ici ont mal appris, à coups de par coeur.
Je ne l'ai compris qu'en classe de mathématiques supérieures.

On peut autant avec les mathématiques qu'avec le français décrire des mondes imaginaires, on part d'un postulat quelconque et on construit autour.

On peut aussi en français décrire des choses vraies, ou au moins semblables, à nos illusions de perception près. Ainsi la physique et beaucoup de sciences ont bien commencé par relater des faits et de la manière la plus exacte possible.

Tous les symboles mathématiques ne sont que des raccourcis de langage.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par siamois93 le Lun 16 Sep 2013 - 1:34

Sinon Cyril THQI n'oublie pas l'importance de vos histoires familiales dans ce qui pourra intéresser tes enfants. Et si tu avais un grand-père tueur à gages ou président de la république cela peut ressortir sur tes enfants.
Il y a une chaine des générations et la génération +1 se rattache aussi à la génération -1.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cartman le Lun 16 Sep 2013 - 22:26

siamois93 a écrit:Peut-être qu'un des risques de l'enseignement à domicile c'est que les enfants voient leurs parents comme une contrainte anormale, alors qu'en fréquentant d'autres enfants ils apprendraient que d'autres parents ont le même comportement que les leurs, que c'est normal.
9gag suffit pour cela (ceux qui connaissent comprendront la blague).

Et puis dans leur vie plus tard ils seront bien au contact des autres humains, comment vas-tu les préparer ?
J'ai lu précédemment qu'il comptait bien entendu compenser ce problème avec d'autres activités de socialisation, ainsi que son apprentissage, pour au contraire faire mieux sur ce point que ne le ferait l'éducation nationale.

Cependant je pense que cet objectif serait d'avantage accompli en ne faisant pas l'intégralité du parcours scolaire à la maison.

Et le service militaire ?
C'est remplacé par une simple journée de présentation depuis pas mal de temps.

Cartman
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par coati le Lun 16 Sep 2013 - 23:28

Harpo a écrit:
siamois93 a écrit:
Séparer mathématiques et langage est une abération. Si les cours de langues étrangères incluaient plus de mathématiques beaucoup d'élèves seraient bien plus motivés.
Alors, un grand oui à la première phrase, et un grand  scratch   à la seconde. J'ai bien peur que dans un contexte scolaire cela contribue encore plus à la démotivation de beaucoup ! Mes meilleurs souvenirs motivants en langue étrangère, c'est étudier des chansons des Beatles Wink
Bon, je sais bien que ces remarques datent mais je me demandais si vous aviez déjà entendu parler des sections européennes....? Question  On y enseigne une DNL (discipline non linguistique) en langue étrangère... Par exemple l'histoire-géographie en espagnol ou bien ... les mathématiques en anglais ! cyclops

coati
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 14/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par siamois93 le Lun 16 Sep 2013 - 23:57

J'imaginais une «journée langue étrangère» couvrant tous les cours de temps en temps au collège ou au lycée. Un peu l'idée de la journée sans voiture adaptée à une autre langue. Ça pourrait être sympa, motivant.
Ça me rassure un peu que ça existe mais en même temps ça a l'air plutôt rare ces DNL dont tu parles.

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cyril THQI le Mar 17 Sep 2013 - 16:10

Cartman a écrit:Je vois plusieurs points avec lesquels j'ai des doutes :

Premièrement, est-tu sûr du bien-fondé de ne jamais les mettre à l'école classique ?
Si j'ai bien compris, tu envisages de leur faire faire toute leur scolarité hors de l'école.
Mon point de repère n'est pas la scolarité, ou le programme scolaire. Je ne souhaite pas les suivre jusqu'à telle ou telle classe en particulier. Mon objectif est plutôt l'autonomie et l'efficacité intellectuelle. Arrivés à ce point, ils auront tous les élément en main pour déterminer comment ils veulent continuer leur instruction.

Cartman a écrit:Je pense au contraire qu'il me paraîtrait important qu'ils connaissent au moins un peu les deux systèmes (ne serait-ce que pour voir par eux-même les différences et les avantages de chaque système).

Deuxièmement, quel genre de métier voudrais-tu qu'ils fassent plus tard ? J'imagine que tu vas répondre "ce qu'ils veulent".
Effectivement.

Cartman a écrit:Cependant, si il veulent être médecin, polytechnicien ou énarque (soyons ambitieux), ils seront obligés d'aller en cours après le bac.
Oui.

Cartman a écrit:Or, si lors de leur première année, ils se retrouvent pour la première fois dans une salle de classe, ils auront certainement des difficultés au début.
Pourquoi ? Je trouve que cette nouveauté est bien mineure. Habitués à s'adapter à des milieux divers, ce changement ne devrait pas poser de difficulté particulière.

Cartman a écrit:D’où mon idée de ne pas leur faire faire l'intégralité de leur scolarité à domicile.

Pire, supposons qu'ils soient, comme toi, THQI (j'imagine que tu pars de ce principe, ou au moins HQI)
Non. Je ne présuppose aucune disposition particulière de leur part. S'ils en ont tant mieux. S'ils n'en ont pas, cela ne pose pas de problème. Et en aucun cas je ne fais dépendre ce que je souhaite leur enseigner d'aptitudes innées au-dessus de la moyenne.

Cartman a écrit:...et qu'ils peuvent avoir leur bac à 14 ans (je pense qu'avec un enseignement adapté il est très facile pour un simple HQI d'avoir son bac à 14 ou 15 ans).

Tu penses que le fait qu'ils se retrouvent à 15 ans en fac de médecine ou en classe préparatoire, alors qu'ils n'auront jamais mis les pieds dans une salle de classe avant ça soit une bonne chose ?
Déjà, j'estime qu'il peut être bon de fréquenter la classe de terminale pour se préparer au bac. Cela permet de bien comprendre ce qu'attend l'institution scolaire. Par exemple, il est bon de savoir quel est les degrés de connaissances hors programmes, d'originalité et d'esprit critique sont appréciés afin de ne pas en faire trop.

Ensuite, comme tu as parlé de polytechnique et d'âge au bac, il est intéressant de de parler des âges d'entrée à cette école. Voici les statistiques sur l'âge au moment du bac, de 200 428 polytechniciens et polytechniciennes :

Polytechniciens ayant eu le bac à 15 ans ou moins : 5,8 %
Polytechniciens ayant eu le bac à 16 ans : 52,2 %
Polytechniciens ayant eu le bas à 17 ans : 40,6 %
Polytechniciens ayant eu le bac à 18 ans : 1,4 %

Mais les filles sont plus précoces :

Polytechniciennes ayant eu le bac à 15 ans ou moins : 9,8 %
Polytechniciennes ayant eu le bac à 16 ans : 60,3 %
Polytechniciennes ayant eu le bac à 17 ans : 29,9 %
Polytechniciennes ayant eu le bac à 18 ans : 0 %

Ce que tu considères comme l'exception est la norme à polytechnique et réciproquement.

Chercher à ce que son enfant ait le bac à tel ou tel âge impliquerait donc de le faire en pensant à telle ou telle filière ou école.

Ensuite, je ne vois pas de problème majeur à mettre les pieds dans une université à l'âge de 15 ans. Je ne pense pas que cela puisse poser de problèmes d'intégration sociale importants. Au pire, ils peuvent prendre dans ce cas une ou deux années sabbatiques avant. En passant le bac à 15 ans on peut intégrer polytechnique ou la fac de lettres. En passant le bac à 20 ans, on peut intégrer la fac de lettres mais pas polytechnique. Plus le diplôme est obtenu tôt plus le nombre de filières possible est important.

Je compte d'ailleurs si possible amener mes enfant en auditeurs libres à l'université avant le bac. Ils auront également sans doute assisté à des conférences et à des formations diverses hors du cadre scolaire (PSC 1 par exemple).

siamois93 a écrit:Et puis dans leur vie plus tard ils seront bien au contact des autres humains, comment vas-tu les préparer ?
Tu penses qu'ils vont passer leur vie dans un bunker ? Tu me vois en geôlier ? Au contraire, le temps gagné sur l'école permet d'en dégager pour aller vers les autres. Tous les autres. Pas seulement ceux qui ont le même âge et qui sont imposés dans la même classe. Mais des personnes d'âges variés, dans des contextes variés, dont ils peuvent se soustraire s'ils se sentent incommodés.

siamois93 a écrit:«Celui qui ne peut remplir les devoirs de père n’a point le droit de le devenir. » Il est bizarre ce Rousseau quand même, car qui peut juger de ce que sera un père.
En s'exprimant sur les devoirs moraux qu'il estime légitimes, un philosophe est parfaitement dans son rôle.

siamois93 a écrit:Sinon Cyril THQI n'oublie pas l'importance de vos histoires familiales dans ce qui pourra intéresser tes enfants. Et si tu avais un grand-père tueur à gages ou président de la république cela peut ressortir sur tes enfants.
Il y a une chaine des générations et la génération +1 se rattache aussi à la génération -1.
Je suis profondément différent de mes grands-parents. Attention à ne pas t'enfermer dans ce genre de déterminisme. On constate effectivement cela dans certaines familles sur certains sujets. Le grand père est excessif dans quelque chose. Du coup le père prend le contre-pied et est excessif lui-même. Puis le fils prend à nouveau le contre-pied en étant excessif lui-même, le rapprochant du grand-père. Mais c'est loin d'être une généralité. Encore heureux.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cartman le Mar 17 Sep 2013 - 18:55

Mon point de repère n'est pas la scolarité, ou le programme scolaire. Je ne souhaite pas les suivre jusqu'à telle ou telle classe en particulier. Mon objectif est plutôt l'autonomie et l'efficacité intellectuelle.
C'est ici que nos avis divergent : je vois plutôt l'enseignement à la maison comme une manière de fortement réduire le temps nécessaire à l'apprentissage commun (celui qui est enseigné par l'éducation nationale, qui est obligatoire) afin de pouvoir aller beaucoup plus loin (sciences, socialisation, droit, psychologie, philosophie, développement personnel et tout ce que l'enfant veut).

L'enseignement commun (aussi imparfait qu'il soit) est de toute façon le minimum légal.

Pourquoi ? Je trouve que cette nouveauté est bien mineure. Habitués à s'adapter à des milieux divers, ce changement ne devrait pas poser de difficulté particulière.
Faux. On peut être bien élevé et de bonne compagnie et se retrouver isolé et brimer dans une salle de classe. C'est déjà souvent le cas pour des HQI classiques, car ils sont différents. Là, un enfant élevé entièrement différemment aura forcément des problèmes d'intégration (pas à cause de lui, à cause des autres).

Je ne présuppose aucune disposition particulière de leur part. S'ils en ont tant mieux. S'ils n'en ont pas, cela ne pose pas de problème.
Les statistiques sont de leur côté. Pour peu que ta femme soit également HQI les chances sont encore plus élevés.

Déjà, j'estime qu'il peut être bon de fréquenter la classe de terminale pour se préparer au bac. Cela permet de bien comprendre ce qu'attend l'institution scolaire.
A l'inverse, c'est la classe de terminale que j'ai fait à la maison (en fait, que je n'ai pas fait du tout, j'ai juste acheté un livre d'annales corrigées deux semaines avant le bac, que j'ai eu).

En fait, c'est précisément vers 15 ans (pour moi) que l'intellect se développe de plus en plus. A 17 ans, passer une heure à recopier ce que dit un prof (et qu'on pourrait avoir lu trois fois et parfaitement compris en 5 minutes), c'est encore plus frustrant qu'à 12 ans.

En grandissant, l'écart entre ce qu'on est capable de faire et ce qu'on fait semble s'agrandir.

Ceci dit, ton argument d'être une année dans une salle de classe avant l'année qui importe est tout à fait bon. J'aurais cependant réservé cette année à l'entrée en classe préparatoire (car là, on nous en donne pour ce qu'on veut, c'est beaucoup plus exigeant intellectuellement, donc beaucoup plus intéressant) et non à la classe de terminale.

Ce que tu considères comme l'exception est la norme à polytechnique et réciproquement.
Tu n'as pas compris mon propos : je voulais dire qu'y entrer à cet âge sans avoir au préalable été dans une salle de classe pose un problème supplémentaire.

Ensuite, je ne vois pas de problème majeur à mettre les pieds dans une université à l'âge de 15 ans. Je ne pense pas que cela puisse poser de problèmes d'intégration sociale importants.
L'âge en lui-même, non. Le fait de ne jamais avoir été en classe ajouté à l'âge, si.

Je compte d'ailleurs si possible amener mes enfant en auditeurs libres à l'université avant le bac.
Ils auront également sans doute assisté à des conférences et à des formations diverses hors du cadre scolaire (PSC 1 par exemple).

Bonne idée !

Pas seulement ceux qui ont le même âge et qui sont imposés dans la même classe. Mais des personnes d'âges variés, dans des contextes variés, dont ils peuvent se soustraire s'ils se sentent incommodés.
Attention cependant à également être amené à côtoyer des gens de son âge qui nous sont imposés.

Pour apprendre à ce qu'ils nous respectent, pour apprendre à se faire respecter, pour apprendre à socialiser avec des gens qui ne nous intéressent pas initialement, pour apprendre à être populaire (ou au moins à ne pas être impopulaire).

Car une fois à polytechnique, à l'ENA, et dans toutes ces grandes écoles, c'est ce qui arrive : on est dans une salle de classe avec des gens de notre âge que l'on a pas choisi et qui seront, plus tard, une partie importante de notre réseau professionnel.

Je te dis ça avec d'autant plus de conviction que "ne plus être avec des personnes que je n'ai pas choisi, mais au contraire n'être qu'avec des gens (intelligents) que j'ai choisi" a été un des éléments m'ayant convaincu de passer le bac en candidat libre et de continuer en cours par correspondance par la suite.

Si cet argument est tout à fait valable (pour l'avoir vécu, je le confirme), il convient cependant de le nuancer pour les raisons que j'ai donné plus haut.


Dernière édition par Cartman le Mar 17 Sep 2013 - 22:53, édité 1 fois

Cartman
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par dessein le Mar 17 Sep 2013 - 19:16

c'est sur; ca repond a un vrai probleme sauf qu'en pratique les enfants ont plus que tout le reste besoin de respirer un autre air que leurs parents; de naviguer loin de leurs yeux; d'échanger avec des gens que leur parents ne connaissent pas.

apres avoir ete effrayée par l'ecole; j'en suis venue a elaborer des outils pour leur permettre de profiter des bons cotés et de limiter la casse de l'ennui; je trouve cela plus securisant

pour tous

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

changement de pseudo

Message par coati le Mer 18 Sep 2013 - 9:49

Cyril THQI a écrit: J'ai d'ailleurs parlé de cette lacune de l'école :
Cyril a écrit:- Les enfants sont face à des catégories de personnes trop peu nombreuses. En gros, le corps enseignants et des enfants de leur âge.
Pour expérimenter la socialisation il faut s'engager dans des activités diverses amenant à rencontrer des personnes diverses également.

Cyril, joli prénom/pseudo.... Pourquoi y avoir ajouté "THQI" ?

coati
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 14/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par coati le Mer 18 Sep 2013 - 10:03

Pour être plus dans le sujet, j'abonde complètement dans le sens du dernier post : ma soeur et son mari ont sorti leur fille de l'école en primaire tout en cherchant comme toi à lui conserver des occasions de rencontrer d'autres personnes. Elle faisait de la musique au conservatoire, de l'aïkido dans un centre sportif, etc... Elle prenait son parti de cette situation (en ayant été convaincue par ses parents que ça avait, entre autres, l'immense avantage de ne pas nécessiter un réveil aux aurores.... Wink ) mais ça n'a tenu que 2 ou 3 ans : sa mère a craqué, a eu envie d'avoir plus d'autonomie et la fille est ravie (voire soulagée... mais elle n'ose pas trop l'avouer ...) d'avoir intégré le collège...

Ce n'est qu'une expérience singulière, évidemment, mais les difficultés rencontrées (prévues ou non...) montrent que cette décision à sens unique (par les parents SEULS j'entends) n'a pas forcément que des avantages. Certaines dimensions sont délicates à prendre en compte, varient rapidement et intensément avec l'âge et l'évolution de l'enfant et la position de parents n'est de loin pas la plus objective pour évaluer tous ces changements...

coati
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 27
Date d'inscription : 14/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cartman le Mer 18 Sep 2013 - 13:11

Cyril, joli prénom/pseudo.... Pourquoi y avoir ajouté "THQI" ?
Tu vois Cyril, dès qu'on est différent de la majorité, il y a rejet (aussi léger soit-il ici). Ce n'est pas la première fois que tu as des remarques sur ton pseudo.

Maintenant, prends un élève élevé à 100% en liberté, mais le dans une salle de classe : il sera trop différent des autres. D'où ma proposition : ne pas faire 100% de parcours scolaire à la maison, pour qu'il puisse apprendre à faire semblant d'être comme les autres.

ça avait, entre autres, l'immense avantage de ne pas nécessiter un réveil aux aurores...
C'est effectivement un avantage certain, je peux en témoigner.

Rajoutons que les HQI ont souvent besoin de beaucoup de sommeil, on à la une très bonne solution à ce soucis.

En m'abolissant des horaires, j'ai pu écouter mon corps à 100% : je me couche quand je suis fatigué, je me réveille quand mon corps à assez dormi, etc. Même chose pour la nourriture : j'ai toujours des repas équilibré et je mange à peu près aux mêmes heures, mais je ne le fais pas comme un robot "parce que c'est l'heure", mais bien "parce que j'ai envie de manger".

Même si ça emmerde énormément certains cons (pour eux, si on ne souffre pas et si on ne réveille pas à 7h du matin, on est un gros faignant qui ne mérite pas ses diplômes...), respecter son corps et dormir suffisamment permet d'être plus heureux et plus efficace dans ce qu'on fait.

ça n'a tenu que 2 ou 3 ans : sa mère a craqué, a eu envie d'avoir plus d'autonomie et la fille est ravie (voire soulagée... mais elle n'ose pas trop l'avouer ...) d'avoir intégré le collège...
Cyril a déjà dit que si ses enfants veulent changer, ils pourront le faire.

Attention aussi à ne pas faire d'un seul cas une généralité : il y a un équilibre à trouver entre "je suis toujours sur le dos de mes enfants" et "je les laisse seul toute la journée". C'est aussi le cas avec l'endroit des études : ni trop isolé, ni "tous dans la même pièce". Si l'équilibre est trouvé, je ne pense pas que l'enfant ou que le parent puisse en avoir marre.

respirer un autre air que leurs parents; de naviguer loin de leurs yeux; d'échanger avec des gens que leur parents ne connaissent pas.


Ce qui est tout à fait possible à réaliser sans avoir recours à l'éducation nationale.

Cartman
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par dessein le Mer 18 Sep 2013 - 18:22

Cartman a écrit:

dessein a écrit:respirer un autre air que leurs parents; de naviguer loin de leurs yeux; d'échanger avec des gens que leur parents ne connaissent pas.
Ce qui est tout à fait possible à réaliser sans avoir recours à l'éducation nationale.
comment ?

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Cartman le Mer 18 Sep 2013 - 21:26

Tout d'abord, les même que ceux qui vont déjà à l'école tout simplement.

Les club sportif, les clubs de jeux éventuellement, la bibliothèque, etc. A ceci on peut ajouter les enfants de la famille et les enfants des amis par exemple.

D'autant plus que tout le temps libéré grâce à l'enseignement à la maison peut justement permettre de multiplier les activités.

Il me semble avoir lu que Cyril donnait d'autres pistes également.

Cartman
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 145
Date d'inscription : 18/03/2013
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma conception de l'instruction

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum