Rencontre entre paumés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre entre paumés

Message par Sifaka le Mer 19 Juin 2013 - 9:57

Bonjour à  tous,

Je ne me suis pas encore présenté mais je préfère commencer par écrire ce message, c'est plus important.

Donc voilà, je me lance (pale).

Cela fait plusieurs mois que j'ai repéré les rencontres entre zèbres dans ma région. Mais je ne me sens pas capable d'y participer. Je ne me sens pas d'être au milieu d'un groupe de personnes avec un métier, une vie sociale, familiale car ce n'est pas mon cas.
Je suis certain que ces zèbres sont pour la plupart ouverts et très sympathiques et qu'ils ont, eux aussi, tout un tas de problèmes mais je ne me sentirais pas à l'aise parmi eux...

J'ai lu plusieurs présentations de personnes vraiment paumées dans leurs tête, isolées socialement et professionnellement.
Pour certain l'isolement semble beaucoup leur peser.

Donc je me suis dit que cela pourrait être bien de lancer l'idée d'une rencontre entre paumés de tout âge.

Attention, je ne pense pas cela en terme de psychothérapie de groupe (il y a des associations pour ça*)
Plutôt un regroupement de personnes (pas trop bête, c'est important Wink) qui se ressemblent, font des activités et qui parlent de choses et d'autres.
Juste histoire de se rendre compte qu'elles ne sont pas seules.

Cela ne se ferra sans doute pas en quelques jours et je ne suis même pas sûr d'y participer moi-même (je suis devenu très sauvage) mais ça me semblait important de lancer l'idée.

P.S. Par contre cette idée reste délicate, dans notre monde il y a de nombreux "prédateurs" qui pourraient être alléché par un tel regroupement de personnes en difficultés. Soyez prudents!

* Par exemple je connais Médiagora à Lyon

bisou

Sifaka
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 19/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par gwynplaine le Ven 21 Juin 2013 - 10:41

ce n'est pas bien d'avoir peur de rencontrer des zebres !!! Comme s'ils se mangeaient entre eux...
Rolling Eyes

gwynplaine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 403
Date d'inscription : 10/06/2013
Localisation : sous un pont, à la belle étoile... sinon le vinatier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Sifaka le Ven 21 Juin 2013 - 11:39

Je ne crois pas que ce soit un problème de peur (bien que...).
J'ai souvent réussi à dépasser cette peur pour aller à la rencontre des autres, mais je ne suis jamais à l'aise: Je mens un moment (par honte et par peur de ne pas être compris) puis je disparais...
En fait, les seules fois où j'ai pu être moi-même avec les autres, c'était lors de deux hospitalisations pour (pseudo)dépression... Mais le cadre n'était pas vraiment idéale pour lier des amitiés.
Mais (espérons que Wink) je suis peut-être seul à ressentir cela?

Sifaka
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 19/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Invité le Ven 21 Juin 2013 - 17:11

.


Dernière édition par jeremy le Dim 2 Mar 2014 - 11:59, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Sifaka le Ven 21 Juin 2013 - 23:02

Merci beaucoup pour ton message jeremie,

En fait, j'ai trouvé le courage de créer ce post après avoir relu un passage du livre de JSF:


 
Jeanne Siaud-Facchin \"trop intelligent pour être heureux?" a écrit:
> Ceux qui évoluent sans cadre

  Eux savent confusément que le cadre existe, mais ils ne savent pas quoi en faire. Ils ne savent pas bien non plus de quoi est fait précisément ce cadre. Alors, dehors, dedans, quelle importance? Le flou domine leur vie; les repères sont difficiles à trouver.
  Ils vivent, mais ne sont pas ancrés. on pourrait parler d'adultes en errance. Ils ne savent pas où se poser. Ils ne se sentent confortables avec rien. ils cherchent et se cherchent en permanence. Pourtant ils ignorent les raisons et les causes de leur quête. Leurs questions incessantes ne trouvent pas de réponses. leur pensée, leur vie ne sont jamais au repos. Ils avancent sans but, sans direction, sans projets. l'isolation sociale est quasi-systématique et on trouve parmi eux des vraies formes d'inadaptation sociale. Parfois graves.
  Quand on ne parvient pas à trouver ses marques, on se sent mal tout le temps et partout. Quand on n'a pas intégré le cadre de l'environnement et que l'on ne s'est pas fixé un cadre intérieur, on est aigri, cynique, désabusé.


Désabusés?


  Ces adultes-là sont dans une sorte d'auto-destruction et sont les plus vulnérables aux troubles psychologiques. Ce sont probablement ceux qui souffrent le plus. (p148 )

Voilà, c'est à peu près moi...

Pour résumer ma situation en deux mots:
J'ai 37 ans, je vis dans une partie de la maison de mes parents, j'ai fait de multiples boulots non-qualifiés mais actuellement je ne travaille pas (je suis censé m'auto-former mais je ne fais rien). Depuis la fin de mes études, en 2002, je n'ai réussi à me lier d'amitié que lors d'un "camp" de quinze jours où j'ai trouvé ma première et unique copine (j'ai vite fait en sorte de la faire fuir, je vous rassure, technique employée: gentillesse pathologique, très efficace, je recommande).
Dans la vie de tout les jours je cache mon aigreur avec de jolis sourires et de longs silences. Je ne fais confiance en absolument personnes. Rien n'a d'importance à mes yeux et surtout pas ma vie.
A la rigueur (encore un espoir?) seul l'avenir du monde m'intéresse: Et il m'est absolument insupportable. j'ai toute une série de rêves plus débiles les uns que les autres où je le "sauve" (parfois je confond un peu sauver et anéantir). D'ailleurs les seules choses qui me donnent encore envie de vivre sont certaines (mais pas toutes) initiatives humanistes qui me semblent servir à quelque chose (vous connaissez Songhaï au Bénin?)
Depuis des années, je pense au suicide tout les jours et je m'efforce de faire en sorte que chacun me déteste pour me donner la force d'aller jusqu'au bout, un jour peut-être...

Là, je regarde du coin de l'oeil un très bel opéra sur Arte.

Dans ma dernière lettre j'ai écrit que mon plus gros regret sera que personne ne m'ait jamais regardé dans les yeux quand je pleure.

Tout ça pour dire que ce post était une très mauvaise idée... Je ne ferais assurément pas un très bon compagnon, fusse t-il d'infortune.


Je m'excuse Jeremie, je me suis laissé allé alors que tu m'avais écrit un message qui déborde de sensibilité et d'empathie... Je me sens d'autant plus nul... j'espère que tu trouveras des personnes qui te comprendront lors des rencontres ou ailleurs.
Pour ma part je vais essayer de contacter la psy qui m'a fait passer le WAIS, elle m'avait parlé de réunion qu'elle organisait avec d'autres zèbres en difficulté (j'essayerai d'être plus sociable avec eux que dans ce message...).

Je laisse tout ça quand même, au cas où l'un de mes "jumeaux de coeur" passe par là. Si ça peux lui faire du bien de se sentir moins seul...
Et puis, même si j'en ai honte et que je ne pourrais plus rien écrire ici, ça m'a fait beaucoup de bien.

Sifaka
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 19/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Invité le Sam 22 Juin 2013 - 9:57

.


Dernière édition par jeremy le Dim 2 Mar 2014 - 11:59, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Shamrock le Dim 23 Juin 2013 - 19:38

Sifaka a écrit:Mais je ne me sens pas capable d'y participer. Je ne me sens pas d'être au milieu d'un groupe de personnes avec un métier, une vie sociale, familiale car ce n'est pas mon cas.
Puisque tu n'es jamais venu à aucune rencontre, comment peux-tu savoir avec certitude qu'il n'y a que des gens qui travaillent et ont une vie sociale et familiale ???
Non, contrairement à ce que tu penses, il y a aux rencontres beaucoup de chomeurs, de célibataires, de gens seuls... C'est justement pour cela qu'il viennent. Les (rares) zèbres qui ont une vie qui les satisfait n'ont pas besoin de participer à ces rencontres...

Shamrock
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 620
Date d'inscription : 13/12/2012
Age : 31
Localisation : Y'a des gens et des montagnes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par gwynplaine le Lun 24 Juin 2013 - 16:15

parle pour toi, ma vie me satisfait beaucoup, et je ne suis pas seul, j'ai plein d'amis (bon ok ils sont imaginaires...)

gwynplaine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 403
Date d'inscription : 10/06/2013
Localisation : sous un pont, à la belle étoile... sinon le vinatier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par astra le Mar 25 Juin 2013 - 12:18

je t'invite à venir découvrir tous les autres zèbres paumés et ainsi peut-être à avoir un ressenti plus juste!!! Pique-nique ce dimanche et rencontre hebdomadaire le lundi à partir de 18H à Valence (voir sujets correspondants dans les rencontres Rhône-Alpes)
Prends soin de toi...

astra
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 105
Date d'inscription : 27/05/2011
Age : 39
Localisation : Anduze, Gard

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par zoelie le Sam 29 Juin 2013 - 7:48

Bonjour Sifaka,

et bienvenue, des rencontres, c'est une bonne idée.
Au plaisir de te rencontrer

zoelie
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 45
Localisation : Vallée de la bièvre 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Shamrock le Jeu 11 Juil 2013 - 16:53

Je reviens à la charge...Wink 
un regroupement de personnes (pas trop bête, c'est important Wink) qui se ressemblent, font des activités et qui parlent de choses et d'autres.
tu verras que c'est exactement ça, les rencontres hebdo, à Lyon ou Valence ! loin de ce que tu sembles imaginer, de gens parfaitement bien dans leur peau.
Rien ne t'interdit de venir une fois. Tant que tu n'as pas participé à une telle rencontre, tu ne peux pas savoir comment c'est.

Les réunions psys où l'on raconte sa vie (où l'on étale ses malheurs, surtout), personnellement, je ne pense pas que ça t'apporte autant qu'une discussion libre autour d'un verre.

Shamrock
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 620
Date d'inscription : 13/12/2012
Age : 31
Localisation : Y'a des gens et des montagnes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par U.T. le Ven 19 Juil 2013 - 18:05

Salut Sifaka

Si ça peut te rassurer (pas sûr) et si tu lis toujours le forum (pas sûr non plus) je suis plus ou moins dans le même cas que toi.
Enfin dans les grandes lignes quoi...

En tous cas je retiens l'extrait du bouquin que tu as mis dans un de tes messages.
Tellement pertinent, tellement bien décrit.
Ça change pas grand-chose mais on se sent moins seul, c'est déjà ça.

Bonne continuation.

U.T.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1160
Date d'inscription : 19/07/2013
Age : 33
Localisation : Drôme.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par MidiDouze le Jeu 31 Oct 2013 - 1:23

Salut Sifaka,

Je pense être un "jumeau de coeur".

j'avais repéré ce fil dès sa création, mais je n'avais pas eu le courage d'y participer, et d'attraper la main que tu (me) tendais. Ça avait fait naître chez moi un sentiment de culpabilité, que j'ai toujours aujourd'hui. Une ligne de plus sur la liste de mes lâchetés engendrées par ma phobie sociale... Et elle est très longue... Triste 

Soyons direct : Je ne sais pas où tu en es aujourd'hui. Je ne sais même pas si tu es toujours en vie. Tu parlais de pensées suicidaires. Et je ne sais pas si tu auras connaissance de ce message.
 
Aujourd'hui, je vais plutôt bien. Je commence à m'ouvrir au monde et à participer.
J'avais mis ce fil dans un coin de ma tête, me jurant d'y revenir plus tard. Mieux vaut tard que jamais.

Je comprends tout à fait ce dont tu parles (si bien sûr on parle de la même chose, mais je pense que oui).
J'ai moi aussi ce double sentiment de décalage.
Décalage intellectuel, ou émotionnel, ou cognitif. Bref, je suis zèbre.
Décalage social. J'ai une phobie sociale sévère depuis l'adolescence, qui fait que je n'ai pas eu de vie amoureuse, que je n'ai pas d'amis, que j'ai une expérience professionnelle famélique, pas de sorties, de loisirs, d'activités, j'habite chez ma mère en ce moment...

Les gens ne se rendent pas compte de ce que c'est que n'avoir aucune vie sociale, et de n'en avoir jamais eu. Combien de fois ai-je entendu quelqu'un à qui je disais que je restais chez moi sans sortir ni voir personne, me répondre que c'était la même chose pour lui aussi. Ou qu'il avait connu ça. Pour ensuite, me raconter, qu'en fait, il passait ses journées sur facebook, à faire des jeux en ligne, à aller chez un pote pour voir un film, qu'il partait passer le week-end chez un autre, qu'une de ses ex l'avait appelé, qu'il était allé acheter un truc en ville, etc...
Je me rends compte alors que je ne suis pas compris. Avec le sentiment de solitude et de honte. Les gens peuvent avoir de la sympathie pour moi (je ressens la souffrance qui est la conséquence de ta situation), mais moi j'ai besoin d'empathie (j'ai vécu la même situation et je sais ce que l'on ressent à ce moment-là).

Je pratique les rencontres IRL de Valence depuis début septembre. Les personnes présentes sont très sympas, j'ai été très bien accueilli, je me sens parfaitement accepté. Je les en remercie chaleureusement d'ailleurs s'ils me lisent.
Je me sens à l'aise au point de vue cognitif, mais pourtant complètement décalé du point de vue sociale. Être avec les autres me renvoit ce sentiment de décalage, avec la honte qui l'accompagne. Ce n'est pas de leur fait, mais de ma situation.

D'ailleurs, depuis quelques mois, j'ai énormément progressé. Depuis que je travaille sur ce sentiment de honte, plutôt que sur ma peur. Ma peur me protégeait de ma honte, me permettant de ne pas y être confronter.

Je te conseille le livre de John Bradshaw "S'affranchir de la honte". Je l'avais déjà lu quand j'étais plus jeune, mais il ne m'avait pas parlé à l'époque. Je l'ai relu cet été après avoir pris conscience que c'était la honte qui dirigeait ma vie, et ce fut un véritable coup de pied au derrière, qui m'a bien réveillé.
Tu peux chercher sur le net le concept de "honte toxique". "Toxic shame", si tu lis l'anglais.
Il y a aussi le livre de Robert Glover "Trop gentil pour être heureux : le syndrome du chic type". Quand la honte nous fait croire qu'on ne peut être aimé par une femme qu'en étant gentil, gentil à se renier soi-même, et donc finalement à ne pas être aimable. Très enrichissant, même quand on n'a pas de vie sentimentale comme moi.

J'ai la chance d'avoir une psy qui me dit depuis le début de m'écouter et de me faire confiance. De suivre mon instinct. Et qui quand je lui ai parlé de la honte, m'a suivi. J'apprends avec elle à me livrer, et elle m'accueille avec empathie.

Je serais intéressé d'en savoir plus sur ta psy qui travaille avec des surdoués. La mienne est au courant de ma douance, elle a même lu le livre de JSF, je pense qu'elle est zèbre, mais on ne travaille pas mes problématiques sous cet angle-là. Elle a une approche énergétique à la base. C'est une bonne chose, car elle n'est jamais entré dans le piège du mental, où j'excelle pour m'enfermer dans des boucles sans fin ou rationnaliser mon comportement évitant.

Le meilleur moyen de soigner la honte est le groupe de parole. Est-ce que les réunions dont tu parles existent toujours ? Ça m'intéresserait beaucoup d'en savoir plus, voire pourquoi pas d'y participer.

Tu dis que que si ces rencontres entre marginaux existaient tu n'es pas sûr d'y participer toi-même, car tu es devenu très sauvage. Là encore je pense comprendre.
J'ai un gros problème de frontières, qui sont inexistantes en moi. Je n'arrive pas à me protéger. Alors, je bloque tout, je refuse tout. Quand on ne sait pas dire non, on ne dit jamais oui, car on sait qu'on ne pourra pas dire non ensuite.
Et la morsure de la honte est très douloureuse. On ment, on évite, on contrôle, on fait comme si... Mais elle est toujours là, prête à être activée par un geste, une question, un comportement, une émotion... Alors on fuit.
Le travail avec ma psy, plus un autre travail corporel avec une personne qui pratique la Méthode Rosen, me permet de l'atténuer et de me construire une peau protectrice. Et de pouvoir commencer à m'ouvrir.

J'avais ressenti à la lecture de tes messages une grande ressemblance avec ma situation.
Je sais la souffrance que l'on ressent quand quelqu'un vous dit qu'il vous comprend, mais qu'en fait non. Et les sentiments de solitude et de tristesse qui vont avec. Si c'est le cas, je m'en excuse.

En tout cas, ce fil m'a beaucoup aidé à l'époque pour me donner du courage, prendre conscience que je ne suis pas anormal (simplement doublement marginal) et continuer d'avancer. Sache que ton geste de bravoure n'a pas été vain, ni stérile.

Merci. Un ange 

Au plaisir d'échanger avec toi un jour peut-être. Long hug

MidiDouze
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 99
Date d'inscription : 03/06/2012
Age : 40
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre entre paumés

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum