« Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 20:52

En fait, en réfléchissant, c'est que tu souhaites quelque chose d'absolument impossible (mais c'est une très belle quête que j'ai moi-même menée longtemps).

En fait, dis-moi si je me trompe ? Tu souhaites pouvoir être toi-même, et ne pas être jugée à ton occupation professionnelle, maritale, etc. et pouvoir parler de ce temps où "tu ne fais rien" qui est en fait super productif ( mes 6 derniers mois de ne rien faire on été très rempli : voyages, lectures, petit boulot, réflexion, projets, rencontres, sport, activités, etc. ) et pourtant on peut dire qu'au regard de la société, je n'ai pas fait "grand-chose".

Tu redoutes ce petit rictus de dégoût de ces gens qui font études, boulots bien reconnus, et qui du coup ne creusent pas plus loin. Je les ai côtoyés, jusqu'à apprendre que j'étais Z'. A partir de ce moment-là, j'ai compris que ce ne serait plus possible de côtoyer des personnes qui s'arrêtent à ce type de jugement.

Si la conversation cesse ou est bloquée dès le début avec ton interlocuteur, tu n'as certainement pas rencontré une personne très ouverte ou très intéressante. Vaut-elle vraiment la peine que tu t'adaptes à elle ?

Je juge les gens sur leur manière... de juger les gens. Il m'arrive parfois volontairement de me comporter d'une manière différente de ce que je suis en réalité au premier abord pour voir si la personne s'arrête à ce qu'elle voit ou si elle cherche à creuser.

Tout cela pour dire, que tu ne fais certainement pas rien, et rien faire pour un Z' je ne plaisantais pas, c'est fatiguant. Que cesser de te voir négativement c'est la clé. Je me voyais aussi comme un ver dodelinant, puis j'ai souhaité voir cet épisode de ne rien faire comme une chance, et en fait je recherche désormais avoir plein de temps pour "ne rien faire" au sens où la société l'entend, et d'ailleurs comme elle nous veut productive, elle n'encourage en rien cette vision qui en fait selon moi est une forme de liberté.

C'est beau Un ange

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Dim 12 Mai 2013 - 21:43

Colours a écrit:En fait, en réfléchissant, c'est que tu souhaites quelque chose d'absolument impossible (mais c'est une très belle quête que j'ai moi-même menée longtemps).

Je l'ai crue impossible un temps. Je considère de plus en plus que c'est possible mais que c'est à moi que ça tient pour cela le devienne. Plus dans l'idée : maîtriser suffisamment qui je suis, comment je fonctionne, ma manière de communiquer, ma capacité à l'empathie, le non jugement, l'ouverture vers l'autre, l'écoute surtout, la confiance que j'ai en l'autre pour qu'il puisse comprendre, et sans doute d'autres choses encore. Tout en restant créatif, spontané, ....(arrêter d'être dans le « contrôle »).

Je pense que mieux on parvient à manier tous ces aspects avec souplesse, plus on augmente les chances d'arriver à se présenter correctement. Ce n'est pas pour rien que j'ai créé l'échange. C'est dans l'espoir d'être plus au clair avec ce que j'ai envie de dire, avec ce que je n'ai pas envie de dire, comment le formuler, dans quel état d'esprit etc.
Donc toutes vos réponses font leur petit bonhomme de chemin dans ma tête en ce moment.

En fait, dis-moi si je me trompe ? Tu souhaites pouvoir être toi-même, et ne pas être jugée à ton occupation professionnelle, maritale, etc. et pouvoir parler de ce temps où "tu ne fais rien" qui est en fait super productif ( mes 6 derniers mois de ne rien faire on été très rempli : voyages, lectures, petit boulot, réflexion, projets, rencontres, sport, activités, etc. ) et pourtant on peut dire qu'au regard de la société, je n'ai pas fait "grand-chose".

En partie. Je désire en effet être moi-même, ne pas être jugée sur mon profil de type cv, mais je ne désire pas forcément parler de ce temps où « je ne fais rien ». Je désire donner une réponse qui corresponde à l'attente de la personne sans ni l'embarrasser, ni provoquer son jugement, et sans me gêner moi; tout en amenant la possibilité de poursuivre la conversation, rien de plus.

Tu redoutes ce petit rictus de dégoût de ces gens qui font études, boulots bien reconnus, et qui du coup ne creusent pas plus loin. Je les ai côtoyés, jusqu'à apprendre que j'étais Z'. A partir de ce moment-là, j'ai compris que ce ne serait plus possible de côtoyer des personnes qui s'arrêtent à ce type de jugement.

Je fais le pari qu'on peut éviter le rictus et éviter de les laisser dans leur trip de jugement. Qui qu'ils soient. L'idée c'est de ne pas tomber dans la situation où je finis par me dire : quel con, il est enfermé dans ses conditionnements, jugements et préjugés idiots etc.
Or c'est moi qui répond, et donc c'est moi qui peut amener l'autre à rester ouvert dans la conversation, mais sans le manipuler, justement en donnant une réponse ouverte, vraie, mais qui reste dans les codes traditionnels. En fait, c'est mon propre état d'esprit qui peut amener l'autre à être plus ouvert.

Si la conversation cesse ou est bloquée dès le début avec ton interlocuteur, tu n'as certainement pas rencontré une personne très ouverte ou très intéressante. Vaut-elle vraiment la peine que tu t'adaptes à elle ?

Je ne veux plus avoir l'attitude de dire que mon interlocuteur n'est pas ouvert ou intéressant. Bien sûr qu'il y a des extrêmes et qu'on ne peut pas plaire à tout le monde, mais je reste persuadée que la majorité des gens qui se parlent entre inconnus sont de bonne foi, suffisamment ouverts, et ne se focalisent pas à juger et chercher le cv haut de gamme. Mais pour pouvoir les rencontrer de manière positive, c'est ma propre attitude qui doit d'abord l'être : confiante, ouverte, à l'écoute, et aussi au clair avec ce que j'apporte.

Je juge les gens sur leur manière... de juger les gens. Il m'arrive parfois volontairement de me comporter d'une manière différente de ce que je suis en réalité au premier abord pour voir si la personne s'arrête à ce qu'elle voit ou si elle cherche à creuser.

C'est vrai que ça m'arrive aussi. Ce que je définis plus haut dans le message, c'est l'attitude que je voudrais suivre. Les faits divergent tout de même un peu Wink
Il m'arrive même de dire que je suis « intolérante avec les gens intolérants ». Mais bon, j'aimerais en tout cas ne pas l'être, car c'est mesquin finalement, ça ne mène nulle part.
Donc, même si je n'ai pas envie de juger, je ne me leurre pas non plus : mes vieux automatismes de jugements ne sont pas encore tout à fait endormis, et ça ronronne encore pas mal dans mon grenier dans ce domaine-là Wink

cesser de te voir négativement c'est la clé.

J'ai du mal avec ce genre d'affirmation. Dans le sens que dans le monde psy, c'est le genre de phrases qu'on rencontre souvent et qui est admise comme une sorte de vérité inaliénable. Et j'ai envie de dire que moi ça ne me parle pas du tout.

A la base je ne me suis jamais vue négativement (même si certaines périodes de ma vie m'y ont amenée parfois). D'une certaine manière je suis qui je suis, et même que, tant que je ne reconnais pas mes défauts, j'aurais tendance à me penser bien mieux que je suis.
Et je m'étonne ensuite que les gens ne m'apprécient pas et ne me comprennent pas, et me jugent négativement. Et c'est à force d'être mal jugée, mal appréciée, que je finis par perdre ma confiance, car, finalement, quoi que je fasse, ce n'est jamais bon (un problème rencontré probablement par la plupart de hp).
Le problème en apparence serait bien plus que je pense savoir qui je suis, et je m'étonne que les gens ne me comprennent pas et me jugent négativement.

Actuellement, j'ai complètement bouleversé ces notions dans ma tête. L'idée ne serait donc pas de me voir positivement, pas plus que de chercher à gagner en confiance. L'idée c'est bien plus d'apprendre à voir l'autre, de m'ouvrir à lui, d'être là avec le coeur plutôt qu'avec la tête. Et, étonnamment, quand j'y arrive, ça marche du tonnerre.
Mais pour ça, il faut jeter à la poubelle le fait que les autres sont des cons, la peur d'être jugée, les critiques qui me traversent l'esprit, le fait de m'attendre à ce qu'on me juge ou à ce qu'on ne me comprenne pas, etc.
Et ces choses ne se produisent pas sur simple décision en appliquant des règles ou en utilisant des techniques. C'est un long processus où l'on transforme vraiment le contenu de nos pensées en arrêtant de croire certaines choses qu'on nous a apprises, en apprenant de nouvelles façons de fonctionner et en les expérimentant.
C'est une transformation qui a un début mais pas de fin.

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Pitaya le Mer 15 Mai 2013 - 22:45

Pourquoi ne pas simplement répondre :
Pour l'instant je m'accorde un peu de temps. Je prend soin de moi et ça me fait du bien?

De cette façon tu peux faire embrayer ton interlocuteur sur une de ses passions ou son dernier voyage.

Pitaya
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 10/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Mer 15 Mai 2013 - 23:12

Pitaya a écrit:Pourquoi ne pas simplement répondre :
Pour l'instant je m'accorde un peu de temps. Je prend soin de moi et ça me fait du bien?

De cette façon tu peux faire embrayer ton interlocuteur sur une de ses passions ou son dernier voyage.

J'ai du mal avec cette phrase, car tout d'abord, elle ne correspond pas à ma réalité. Je ne m'accorde pas un peu de temps, ma santé exige que je reste un peu en deça de la vie active, et ce n'est pas qu'un instant, ça fait déjà 15 ans.

Ensuite, même si je la choisissais, je ne pense pas qu'elle puisse justement permettre d'enchainer sur ce que fait l'interlocuteur, car elle amène des questions du genre :
Ah bon? Et qu'est-ce que vous faites pendant ce temps là?
Ah, Et quels sont vos projets ensuite?
Ou encore : Wouaw, vous en avez de la chance! J'aimerais bien pouvoir me permettre de faire comme vous....

S'accorder du temps ça peut être des congés, des vacances, une année sabbatique. Mais pas forcément le chômage, ou l'incapacité de travail,

Peut-être faut-il être dans la situation pour se rendre compte de ce que ça fait.
Même si je ne regrette pas ma situation car je pense finalement en tirer le meilleurs parti et je n'aurais jamais pu faire le chemin que je suis en train de faire si j'avais continué à travailler, et j'atteins un niveau de bonheur que je n'aurais jamais pu atteindre auparavant; je sais en parallèle tout de même, que les gens qui n'ont pas été confronté à ce genre de vie, n'en voudraient pour rien au monde ( tout comme moi je n'aurais jamais choisi cela si je n'étais pas tombé dedans), et n'ont que très peu d'estime pour les gens qui sont dans cette situation.

Or, je pense que vraiment beaucoup de hp sont inactifs côté professionnel, et c'est parfois accompagné de problèmes de santé et souvent aussi de difficultés psychologiques et sociales.
Ce ne sont pas des choses que l'on peut raconter de but en blanc lors d'une conversation entre inconnus. En tout cas pas si on tient à ne pas écourter la conversation.

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Pitaya le Jeu 16 Mai 2013 - 0:47

Mais que recherches tu? Une facilité de contact ou une méthode pour ne plus te sentir avili par une situation qui a l'air de te peser profondément ?
Tes propos ( d'après moi) montrent surtout que tu voudrais faire quelquechose.
De cette façon tu pourrais te sentir bien plutôt que de tenter de chercher à faire croire aux autres que tu l'es et que tu '' mérites'' leur attention.

Pitaya
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 10/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Uccen le Jeu 16 Mai 2013 - 11:04

Rayon Vert a écrit:Euh, le but c'est d'ouvrir des portes pour poursuivre la conversation, pas pour clouer le bec de l'interlocuteur hein Wink

Rien,
le but étant de couper net à tout espoir d'embryon de "conversation".

Uccen
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2369
Date d'inscription : 26/04/2013
Age : 99
Localisation : Awras

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Cyril THQI le Jeu 16 Mai 2013 - 20:48

Ce que je fais dans la vie ? Tout !

Tout ce que je fais, je le fais dans la vie. Je ne fais rien en dehors de la vie.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Jeu 16 Mai 2013 - 20:59

Oups, je pensais avoir posté mon message ce matin, mais je me rends compte qu'il n'y est pas. J'ai sans doute prévisualisé et suis passée à autre chose sans me rendre compte.

Pitaya a écrit:Mais que recherches tu? Une facilité de contact .....

Oui, en effet, je cherche une facilité de contact qui évite d'être hypocrite, méprisant, indifférent; qui évite de faire fuir la personne, qui évite d'éveiller son mépris, son indifférence ou sa pitié, ou encore son incompréhension, et qui ne soit pas non plus une pirouette. Je suis très exigeante en fait.

.....ou une méthode pour ne plus te sentir avili par une situation qui a l'air de te peser profondément ? Tes propos ( d'après moi) montrent surtout que tu voudrais faire quelquechose.
De cette façon tu pourrais te sentir bien plutôt que de tenter de chercher à faire croire aux autres que tu l'es et que tu '' mérites'' leur attention.

Et non, ma situation, si elle est lourde, je ne cherche pas à la fuir. Si je ne devais pas m'illusionner, j'estime mes perspectives bien meilleures que celles de la plupart des gens. Je suis active, mais pas du tout au sens que la plupart des gens peuvent l'envisager, et cela n'est pas racontable en 5 minutes.

Et je pense que ta question pointe justement le malentendu que je cherche à éviter. Car non, je ne cherche pas à faire quelque chose pour me sentir bien, et non, je ne cherche pas à faire croire quoi que ce soit, au contraire, l'authenticité est importante pour moi.

Je ne suis pas non plus dans la recherche d'un mérite d'une quelconque attention. J'ai leur attention s'ils me posent cette question, mais si je leur dis un truc qu'ils ne peuvent pas comprendre ou qui les amènent à me juger erronément, je vais la perdre, mais ça n'a rien à voir avec du mérite, juste avec une capacité de me faire comprendre.

La difficulté c'est d'en dire à la fois assez mais pas trop non plus. Et que le assez soit acceptable selon leurs références de manière à ne pas embrouiller et plomber la suite de la conversation et de manière à pouvoir faire un virage adéquat dans la conversation pour ne pas approfondir le sujet.

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Lafilaba31 le Jeu 23 Mai 2013 - 21:51

@rayon vert
J'ai usé de celle-là:
Je suis en reconstruction personnelle.
J'ai des projets mais là, je suis en phase de consolidation des bases.

Après, Rayon vert, c'est difficile de t'aider, parce-qu'on ne sait pas vraiment
qu'est ce que tu fais au juste dans la vie?

Tomates

Lafilaba31
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 40
Localisation : Tlz

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Lafilaba31 le Jeu 23 Mai 2013 - 21:59

...umf, j'avais pas vu la 2ème page... dsl.

Lafilaba31
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 40
Localisation : Tlz

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Sam 11 Jan 2014 - 20:21

Juste pour dire que je suis aussi dans une situation où je n'ai pas de travail, et que c'est un choix, le monde du travail ne m'aime pas, mais je ne l'aime pas non plus, je déteste le néo-libéralisme, et les quelques rares tafs que je trouve à peu près éthiques, ben je suis trop feignasse pour les faire, tout simplement Wink . C'est d'abord une position politique en fait, doublé d'un positionnement contemplatif (ça fait plus smart comme ça).
De plus, je n'ai pas d'enfant, et socialement c'est très mal considéré, car quand on a pas de taf, on peut normalement se retrancher derrière le truc traditionnel du "mais c'est le plus beau métier du monde de s'occuper de ses enfants!"
Y'a eu un moment où je n'assumais pas mes choix face à certaines personnes dont je pressentais qu'elles n'allaient pas comprendre. Et maintenant si: en société, je dis ouvertement que je ne travaille pas, que "c'est un choix parce que ça ne m'interesse pas". Souvent, ça suffit pour méduser l'interlocuteur. Certains cependant se risquent à demander: "Mais pourquoi?" Je réponds : "je n'aime pas le néo-libéralisme, et le peu de tafs que je trouve éthiquement viables, je suis trop feignasse pour les faire. " Là encore, c'est tellement auto-assumé si tu préfères, qu'ils n'y trouvent pas de parade. Seulement, quelques courageux, dépassant le tabou de la paye, de combien tu gagnes, osent le "mais comment fais-tu?" Je réponds que je suis une femme entretenue en rigolant. Là encore, souvent ça suffit, ils ne savent pas si je me fous d'eux, et ça fini en rires complice ou un peu pincés. Mais certains esprits chagrins, voulant imposer leurs normes, sont alors susceptibles de signaler que "avec la libération de la femme, ça la fout mal." Et là, je sors mon dernier argument : "mais de toutes façons, j'aurais été pareil si j'avais été un homme, un homo, ou un trans, je n'aurais pas aimé le travail."
Sincèrement, personne ne m'a jamais fait l'affront d'aller au delà. Mais après, le truc, c'est que je suis vraiment certaine de mes choix, ce qui fait que je n'ai pas vraiment de failles réelles. Souvent, les gens s'engouffrent là où ils en sentent une, de faille, pour s'auto-rassurer dans leurs choix en désirant te fragiliser.

 Et je concluerai en disant qu'heureusement, le travail salarié n'est pas la seule façon de trouver sa place en ce monde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Sam 11 Jan 2014 - 21:54

D'une certaine manière, tu ne réponds pas à la question, et tu réponds à côté de la question sur un mode provocateur; ce qui est sans doute ta manière de tester les gens. Mais probablement que tu fais fuir presque tout le monde, dont certains qui, s'ils avaient eu une réponse plus "conforme" à leurs normes, auraient vraiment été intéressants à connaître.

Est-ce que j'ai bien compris que tu n'as pas un travail rémunéré, mais que tu fais des choses tout de même dans ta vie, et qu'elles ont un sens moral pour toi par rapport au monde?

La fin de ton message laisse entendre que probablement oui, mais le début de ton message, ne laisse rien entendre de ce genre, et j'imagine que j'aurais fui comme les autres en entendant cela Wink

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Sam 11 Jan 2014 - 22:38

je me permets juste un petit HS (digression qui n'appartera pas forcement plus de reponses à tes questions rayonvert,désolée),en vous conseillant le documentaire de Pierre Carles "Attention Danger Travail" contenant quelques interviews de personnes ayant choisi en conscience la non-vie professionnelle,je me suis regalée à ecouter leur cheminement,leurs reflexions et leur serenité à vivre leur choix etc

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Philin (varna) le Sam 11 Jan 2014 - 23:06

A la question "Alors qu'est-ce que tu deviens ?" j'ai répondu un jour : "Je ne deviens plus, je suis" :-)

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Sam 11 Jan 2014 - 23:08

Philin (varna) a écrit:A la question "Alors qu'est-ce que tu deviens ?" j'ai répondu un jour : "Je ne deviens plus, je suis" :-)

suivre ou ne plus suivre, telle est la question Wink Y avais-tu pensé? Wink

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Philin (varna) le Sam 11 Jan 2014 - 23:25

Rayon Vert a écrit:
Philin (varna) a écrit:A la question "Alors qu'est-ce que tu deviens ?" j'ai répondu un jour : "Je ne deviens plus, je suis" :-)

suivre ou ne plus suivre, telle est la question ;)Y avais-tu pensé? Wink

Ah non ! L'opposition être / devenir est tellement celle qui s'impose traditionnellement à nous tous, que je n'ai pas eu l'idée de jouer sur le mot "suis".
D'ailleurs, pour l'anecdote, une vieille personne se trouvant là m'a un peu cassé la baraque. Elle a dit à la suite : "Ah oui, moi aussi je suis" et j'ai bien dû me résoudre à comprendre qu'elle n'attendait plus rien de nouveau dans sa vie.
Ca m'apprendra à blaguer !

Sinon, quand on me demande si ça va (situation similaire à la question posée par ce topic), j'aime bien dire " Non". Pourquoi ? Parce qu'alors SEULEMENT la personne en face prend conscience de ma présence ...
(D'ailleurs, tu peux vérifier : quand on est un groupe qu'une personne vient saluer un par un, celle-ci revient parfois saluer à nouveau une personne qu'elle a déjà saluée. Si tu es celui qui a dit "non" à la question "ça va" ? - eh bien, elle se sera souvenue être déjà passée par toi -lol))

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par oufy-dame le Sam 11 Jan 2014 - 23:53

Rayon Vert, je trouve que ta réponse à siamoni est un tantinet violente. Moi, je trouve qu'elle répond à ta question, et que ses réponses sont intéressantes.

En particulier, j'ai mis du temps à réaliser que je refuse de travailler pour enrichir des gens plus riches que moi.

oufy-dame
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 953
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 50
Localisation : IdF

http://www.oveo.org/etudes-scientifiques-sur-les-effets-de-la-vi

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Dim 12 Jan 2014 - 0:29

Je suis également surpris de la réponse au vu des messages précédents. J'en profite pour réitérer que je trouve le message de siamoni intéressant, ainsi que de remercier ayaaaahh pour le lien.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Dim 12 Jan 2014 - 0:42

Mon but n'est pas de provoquer rayon vert, et si ma réponse ne te satisfait pas, et bien à moi elle me satisfait  Razz  Cependant, j'ai peut être mal compris le sens de ta question et de ce fil, donc je te laisse à tes réflexions car nous ne sommes manifestement pas sur la même longueur d'onde (comme quoi, tu as aussi le don de faire fuir Wink  )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Rayon Vert le Dim 12 Jan 2014 - 0:47

Philin (varna),

Je réapprends à ne plus résister aux formes. M'adapter, me conformer, sur la forme me paraît tout à fait satisfaisant. L'important selon moi est de ne pas se conformer sur le fond si on n'est pas d'accord.

Il m'est arrivé aussi de répondre "non" pour rire à la question "ça va". Mais pas pour interpeller.

Vivant très isolée, le fait de vivre dans toutes ces formes qui ne veulent pas dire grand chose, me heurtait énormément à un moment.
Car quand on ne parle à personne de la journée, et que quelqu'un demande « ça va? », en passant son chemin, pertinemment sans songer à écouter la réponse, ça fait mal.

J'ai dû apprendre à repérer les gens qui me le demandaient vraiment des autres. Ou plutôt non, il est exceptionnel qu'on nous le demande vraiment. Seuls les gens qui nous connaissent bien et nous apprécient, et savent que ça pourrait ne pas aller, le demandent vraiment.
Mais il y a des gens qui le disent juste comme formule, c'est comme le sourire d'un passant en rue : on se croise, on dit, salut ça va, mais on ne songe pas un seul instant à dire autre chose, ni même à s'arrêter.
Le tout est de décoder le registre dans lequel la personne se trouve : va-t-elle passer son chemin? est-elle prête à parler? est-elle prête à parler vraiment? Il y a 10,000 niveaux de conversation. Quand on est deux, le niveau ne dépend pas que de soi, il faut donc entrer dans une danse dont on ne connaît pas les pas, le rythme, et la mélodie, avant de la commencer.

Dans l'enfance, l'adolescence, et en étant jeune adulte, j'étais relativement adaptée à ça. Puis j'ai tout remis en question. A présent, j'en reviens à ce que j'ai appris, car je sais que c'est la manière dont les relations se passent le mieux. On peut en sortir un peu ou beaucoup selon les personnes, mais le faire sans connaître la personne, c'est se montrer rustre.
Car refuser les codes que tout le monde utilise, car on les trouve cons (les codes), c'est tout simplement refuser de communiquer.

Je ne suis pas en train de donner une leçon là, je fais plutôt le bilan de ma manière de penser actuelle, que je n'avais jamais mise en mots.

Il n'y a pas si longtemps j'ai vu une vidéo sur le web d'une longue interview télé de Hugo Horiot, un « autiste Asperger » qui fait à présent du théâtre et a écrit un bouquin (que j'ai commandé, mais pas encore lu). Sa mère l'a aidé à sortir de sa bulle, et le théâtre a ensuite fait le reste pour qu'il puisse s'intégrer apparemment très bien dans la société (il n'a pas une once d'autisme visible en tout cas). Lors de l'interview il a expliqué qu'il avait dû apprendre « à mettre les formes »; que tout résidait là en fait. Et ça m'a super parlé, je fais le même apprentissage, même si je pense ne pas être Asperger ou autiste.

Souvent, je remarque que les hp refusent de mettre les formes. Ils trouvent les formes idiotes et ne veulent pas s'y conformer. Croyant qu'ils mettent leur essence, leurs valeurs, leur vrai moi à la poubelle en respectant les codes. Or ce n'est pas vrai. Il y a moyen de mettre les formes en laissant passer le fond, ou tout du moins, sans le pervertir.

Je suis même en train de me dire, tout en écrivant ceci, que, plus les gens sont évolués, plus ils respectent les codes. Car je pense qu'en évoluant on se rend compte de l'importance de se protéger et protéger l'autre tant qu'on ne se connait pas de près. Et les codes servent à ça, car aucun raccourci n'est profitable, sauf sur le très court terme, pour laisser place aux malentendus juste après.

une vieille personne se trouvant là m'a un peu cassé la baraque. Elle a dit à la suite : "Ah oui, moi aussi je suis" et j'ai bien dû me résoudre à comprendre qu'elle n'attendait plus rien de nouveau dans sa vie.
Ca m'apprendra à blaguer !

Et pour en revenir à la personne âgée, es-tu sûr qu'elle n'avait plus rien à attendre?
Beaucoup de gens qui font de l'évolution personnelle donne de l'importance à « être », dans le sens « arrêter de faire » « arrêter d'avoir », se contenter d'être. Dans le sens méditation du terme, donc plutôt par sagesse que par dépit de fin de vie.

Bon, j'y étais pas, mais peut-être que cette personne avait compris que tu parlais de cet aspect-là d'être et espérait pouvoir avoir un bel échange sur l'évolution spirituelle qu'elle a cru que tu faisais, non?

oufyfille a écrit:Rayon Vert, je trouve que ta réponse à siamoni est un tantinet violente. Moi, je trouve qu'elle répond à ta question, et que ses réponses sont intéressantes.

Je trouve aussi sa réponse intéressante, mais tout de même rude. Je me suis posé la question, de savoir si ma réponse n'était pas un peu rude aussi, mais j'avoue que j'ai répondu en miroir au message que j'avais lu. D'autant plus qu'en général à présent j'évite de répondre de la sorte.

Quand Siamoni dit que les interlocuteurs sont « médusés » par ce qu'elle leur dit, et qu'elle ajoute qu'elle assume (donc, qu'elle savait qu'elle allait les méduser), je pense que ma réponse est en effet assumable alors.

En fait, et c'est le sujet du topic, je pense qu'il est possible d'assumer des choix assez contraires à la norme, et parvenir à les exprimer de manière à être compris sans jugement négatif, et c'est bien là toute la question.

Cela dit, ce n'est pas ma situation. Moi, je n'ai pas choisi de ne pas travailler, juste, cela m'est impossible. Et cette impossibilité n'est pas marquée sur mon front.

En particulier, j'ai mis du temps à réaliser que je refuse de travailler pour enrichir des gens plus riches que moi.

Tout dépend sans doute de la manière dont on vit. Quand la question est de tout simplement survivre, on n'a souvent pas vraiment le choix. Je pense qu'avec la crise actuelle, seuls une frange de privilégiés a plus de choix d'orienter sa vie professionnelle. Sinon, en général, on prend ce qu'il y a.
Si j'ai le choix, je pense qu'en effet, je ne peux pas travailler pour enrichir d'autres, ni même pour être exploitée, ni non plus pour vendre du vent ou de la connerie, ni pour polluer, ni pour faire du non sens, ni pour nuire à autrui, etc.
Et si je devais me remettre à travailler (être remise au travail en fait) et que le boulot serait du non sens pour moi, il est fort probable que ma santé rechuterait assez vite, car cela me serait insupportable.

Ayaaaahh,

J'ai commencé à regarder la vidéo, c'est à la fois drôle et lourd. Je ne sais pas si j'aurai le courage de la terminer. En tout cas, le monde de Domino's pizza, comme toutes les multinationales commerciales du genre (je pense à Disney Land aussi), c'est pas de la tarte! Wink

C'est vrai que je me suis fait virée d'un interim ya presque 30 ans car on m'avait demandé d'attacher mes cheveux et que j'ai refusé (un boulot de secrétariat).
Tssss, de si beaux cheveux Wink

Rayon Vert
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 109
Date d'inscription : 22/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Invité le Dim 12 Jan 2014 - 1:52

Rayon Vert a écrit:
Je trouve aussi sa réponse intéressante, mais tout de même rude. Je me suis posé la question, de savoir si ma réponse n'était pas un peu rude aussi, mais j'avoue que j'ai répondu en miroir au message que j'avais lu. D'autant plus qu'en général à présent j'évite de répondre de la sorte.

Quand Siamoni dit que les interlocuteurs sont « médusés » par ce qu'elle leur dit, et qu'elle ajoute qu'elle assume (donc, qu'elle savait qu'elle allait les méduser), je pense que ma réponse est en effet assumable alors.

Je trouve "c'est un choix parce que ça ne m'interesse pas" fort peu rude. Je ne vois pas comment le fait que ses interlocuteurs soient médusés (même en connaissant leur probable réaction à l'avance) justifie une réponse peu aimable de ta part. C'est fort dommage de se disputer alors qu'on peut avoir un dialogue constructif.

Rayon Vert a écrit: En fait, et c'est le sujet du topic, je pense qu'il est possible d'assumer des choix assez contraires à la norme, et parvenir à les exprimer de manière à être compris sans jugement négatif, et c'est bien là toute la question.

Cela dit, ce n'est pas ma situation. Moi, je n'ai pas choisi de ne pas travailler, juste, cela m'est impossible. Et cette impossibilité n'est pas marquée sur mon front.
Cela peut être également impossible à une personne d'appartenir au monde du travail par conviction. Ce n'est pas marqué sur son front. Cette formule implique que si l'on a pas un handicap physique il faut justifier son absence de travail, au risque d'être rudoyé, voilà le coeur du problème. Pourquoi devoir prendre des pincettes quand on a décidé de ne pas travailler - pour divers raisons - et de vivre en autosuffisance ou qu'un seul membre de la famille s'occupe des finances ou qu'on est héritier par exemple.

En fait, ce que j'ai bien aimé dans ce topic, c'est l'approche de Pieyre à ne pas considérer un emploi comme activité principale, la définissant par des activités communément appelées secondaires, qui sont souvent bien plus enrichissantes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Philin (varna) le Dim 12 Jan 2014 - 9:52

A Rayon Vert,

J'ai lu et très apprécié ton post. Je me plie à peu près aux codes car je reconnais leur fonction, mais j'aime aussi en jouer : d'où ce "non" qui me permet à la fois de casser le code (car répondre "oui" fait partie du code) et de mettre l'accent sur la présence et l'attention portée à l'autre.
Mais je ne le fais qu'avec des personnes que je connais, bien sûr.
Par contre, il me faut encore apprendre à ne pas plaisanter comme je le fais parfois avec des personnes inconnues. Les "non" que je reçois parfois n'ont rien d'un code cassé Smile
S'agissant de la vieille dame, ce n'est pas à elle que je m'adressais en disant cela, mais à l'amie qui était à ses côtés. Et c'est bien elle seule qui a donné à comprendre qu'elle n'attendait plus trop grand chose, sans que cela soit pour autant dramatique. Plutôt genre "à mon âge, on a fait le tour, vous savez".

Les fils se recoupent parfois (ici avec "La vérité bien gardée ...") Smile. Une réflexion de Deleuze dans son abécédaire m'a souvent interpellé. Il parle du "droit d'être" et, sauf erreur (il me faudra aller vérifier), il semblait dire, LUI, PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE, qu'il avait rempli jusque-là sa fonction, avait joué au mieux des codes, et qu'il se trouvait maintenant dans un droit ... à la vérité de l'être !! (Fata, si tu me suis Wink)
Comme quoi, la vérité a aussi ses codes, son scénario, et ses bons acteurs ... (en grec ancien : hypocritès )
Mais quel jeu jouons-nous donc !!??  Ah oui, c'est vrai : nous communiquons ...  bounce

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Fata Morgana le Dim 12 Jan 2014 - 10:11

D'où la variante qui permet une meilleure entrée en relation: "Comment allez-vous ?"

A la question du fil j'ai longtemps répondu "rien". Un zèbre ne peut pas répondre à ce genre de question ! Pas plus qu'à la question scolaire:
"Racontez ce que vous avez fait pendant les vacances." C'est par excellence le domaine dans lequel l'arborescence s'enclanche...Elle nous laisse balbutiant.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Philin (varna) le Dim 12 Jan 2014 - 10:16

Fata Morgana a écrit:D'où la variante qui permet une meilleure entrée en relation: "Comment allez-vous ?"



Ça va, merci

Ah oui, j'allais oublier :
" Et vous ?"

Wink

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Philin (varna) le Dim 12 Jan 2014 - 10:28

Fata Morgana a écrit:
A la question du fil j'ai longtemps répondu "rien". Un zèbre ne peut pas répondre à ce genre de question ! Pas plus qu'à la question scolaire:
"Racontez ce que vous avez fait pendant les vacances." C'est par excellence le domaine dans lequel l'arborescence s'enclanche...Elle nous laisse balbutiant.

Quelle drôle de question ! Ce que je fais dans la vie !? La même chose que nous tous, pardi : je suis, respire, je mange, je bois, je chie, je pense, je parle, je rêve, je dors, je râle, je me réjouis, j'espère, j'attends, je rumine, je pense à nouveau, je me répète ... - un vrai paquet de verbes !!
Mais où ai-je la tête ! La question veut dire : "En quoi te rends-tu utile a / dans notre société ?" --- entendu surtout par là (qu'on ne l'oublie pas!) que ta vie intime et personnelle, en fait on s'en tape un peu, hein !)
Bien des questions de ce type ont l'allure de questions personnelles ; ne nous y trompons pas, c'est comme les infos, c'est juste pour qu'à notre tour on ne parle jamais que du général, du collectif, jamais de soi !

Et si la vérité personnelle n'était qu'intime et que pour les intimes ? "Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? " -- tiens voici ta part : "Je m'occupe de telle ou telle chose ..." (le mot occuper est roi).
A l'ami on dit autre chose. Et d'ailleurs il ne pose pas cette question-là ...

Philin (varna)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 780
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: « Qu'est-ce que tu fais dans la vie? » Que répondre?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:58


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum