Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Dark La Sombrissime Encre le Lun 29 Avr 2013 - 10:00

ah, je me demandais bien qui tu pouvais être Sacre suite à ta présentation. Ravie de te revoir Bayadère.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 10:20

J'abonde également dans ton sens Baya (faut-il t'appeler autrement à présent ?), et j'ai été gênée de ce terme dès ma première rencontre avec lui.

Dire "normo-pensant" laisse à croire que la pensée qui en résulte resterait enfermée dans la norme, comme un mouton resterait enfermé dans un pré, avec sa clôture. J'entends alors "pensée limitée" lorsqu'on utilise ce terme.

Or la pensée a un statut spécial chez l'Homme, je pense qu'il s'agit là de la forme de dignité la plus reconnue : on ne traite pas en égal celui qui a un handicap intellectuel, ce qui ne retrouve pas dans le handicap moteur.
Car pour se transcender, pour se projeter dans le monde, l'Homme a avant tout besoin de sa pensée, de son intellect ; lui dire qu'il est enfermé dans une petite boîte (ne produisant que du "mainstream" comme dit Baya) sur ce plan me semble une injure sérieuse.

Je veux bien croire que le terme se veut médical, établissant simplement une différence, mais mélanger "norme" et "pensée" me semble d'un goût douteux. On aurait pu dire "normo-cablé", je crois que là il n'y aurait pas eu d'impression de jugement de valeur.

Je serais assez pour le boycott du terme du coup, si ça convenait à tous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 11:25

Or la pensée a un statut spécial chez l'Homme, je pense qu'il s'agit là de la forme de dignité la plus reconnue : on ne traite pas en égal celui qui a un handicap intellectuel, ce qui ne retrouve pas dans le handicap moteur.

Pourrais-tu expliciter le sens logique de la ponctuation de ta phrase ? Les deux points annoncent-ils une preuve de ce qui précède ou est-ce une illustration de ce que ça implique ?
- il s'agit là de la forme de dignité la plus reconnue < la preuve en est qu'on ne traite pas en égal...
- il s'agit là de la forme de dignité la plus reconnue > et c'est d'ailleurs pour cela qu'on ne traite pas en égal etc


Spoiler:
Il ne s'agit pas d'une attaque, cela me paraît juste un peu dissonant avec le fond de ton propos.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 11:46

Il s'agit d'une illustration Ptoch à la zone. Je n'ai jamais été très à l'aise pour exprimer ma pensée, j'essaie de progresser sur ce plan Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Bayadère le Lun 29 Avr 2013 - 12:05

@ Cherokee
Non, Baya redeviendra Bayadère (avec son pseudo, son avatar attitré, et tout le reste !) quand les choses se seront un peu tassées ici. Tu peux m'appeler comme ça, en attendant. Le principal est que ma présentatiion ne soit plus visible, et que mes données soient effacées pour l'instant.
Je dois - comment dire... - couper les ponts et protéger le maximum d'informations sur moi (y compris mon orientation, ma localisation l'année prochaine, et tout ce tintouin - en fait, j'ai carrément l'impression de vivre un polar en ce moment, c'est stressant Evil or Very Mad ).

Je rejoins Cherokee sur un point : la pensée est la fondatrice de la dignité pour bien des philosophes et des systèmes - et elle est celle qui établit la dignité de l'homme. Sinon, inutile de dire que la cause animale serait traitée différemment. En effet, remisés au rang d'instinctifs sans réflexion, les animaux n'ont pas eu accès à une forme de droits avant... 1750 et des poussières je crois, pour l'Angleterre ? Enfin, bref, à cette époque, on a statué à l'époque que le fait de ressentir de la souffrance était le critère sine qua non de la dignité d'un être-vivant (conférer Bentham) - mais on a vraiment tardé !
Remarquez au passage que ça n'empêche pas aujourd'hui certains industriels de produire des nuggets en broyant des poussins à peine nés - et vivants - dans des chaînes de production (merditude de ce monde, quand tu nous tiens...).
Donc il est extrêmement dangereux de considérer la pensée comme normale, car cela aurait aussi un impact sur la dignité des personnes.

De la même façon, normo-cablé ne me poserait aucun problème, dans une vision objective et scientifique du terme et de ses réalités structurelles (je me répète, mais tant pis).

Et tout aussi logiquement, il me semble stupide de "normer" les idées et les individus qui les mettent à jour sur un simple fondement de câblage. Je dirais ainsi que Richard Feynmann, avec son QI de 125, a fait preuve d'une créativité hors norme, telle qu'il a juste atomisé certaines conceptions physiques (le jeu de mots est douteux, haha). Vous l'auriez qualifié de "normo-pensant", lui ?

Encore une autre question - la suradaptation à certains tests de QI (genre score >170) - ne relève-t-elle pas parfois d'une adéquation entre la pensée et ce test, comme si la pensée avait été formatée vis à vis de lui, calquée sur une référence, donc "normalisée" par rapport cette référence, et l'idée que d'aucuns se font de l'agilité intellectuelle ?
(Je sens qu'il y en a qui vont bondir, mais tant pis, je prends le risque...).

Rappelons que norme, c'est un terme relatif.
On cherche ici une dénomination neutre et objective.

Bayadère
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 89
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 15:24

Merci de ta réponse Cherokee Wink. Je ne suis pas persuadée d'un lien logique entre le postulat de la pensée comme valeur éminemment porteuse de dignité et un traitement inégal des handicapés mentaux, mais je ne pense pas que nous ayons de divergences essentielles, c'est juste la formulation qui m'a fait réagir.


Pendant que l'autre extrême de la courbe de Gauss est évoqué, je rajouterais qu'il n'y a pas lieu d'opposer 2% de zèbres à une normalité de 98% ; le QI se calcule en rapport à une norme dont sont tout autant éloignés les gauchers que les droitiers. Le QI ne définit pas la pensée, mais ce qui est moins pertinent encore à mon sens est de chercher une dénomination neutre et objective à ce qui serait caractérisé par une différence à un "nous". Le problème n'est pas dans l'appellation "alezans" ou "normo-pensants", mais dans le fait de chercher à trouver une appellation. Cela dit, si on veut caractériser les 98% de personnes qui ne sont pas zèbres en oubliant le critère d'objectivité, "non-zèbres" est pertinent, mais je ne vois pas l'utilité de ce néologisme et préfère en rester à "abrutis" qui a fait ses preuves comme le rappelait Str_ange(r), même si son extension est un peu plus large, et qu'on en revient au susceptible "moi et les autres".


Dernière édition par Ptoch à la zone le Lun 29 Avr 2013 - 16:16, édité 1 fois (Raison : accent et ponctuation)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Mowa le Lun 29 Avr 2013 - 15:35

anianka05 a écrit:une fois de plus, on tatillonne (je trouve) sur l'utilisation des mots. (...) Et je trouve cette demande de précision sur les termes employés usant. (...)

Va falloir t'y faire, il paraît que c'est très caractéristique des Z, ce besoin d'exactitude. Laughing

anianka05 a écrit:Normo pensants=qui pense comme la plupart des gens (98% de la population) (...) L'essentiel, c'est qu'on comprenne l'idée. On parle de ceux qui ne pensent pas de la même façon que nous, mais comme la plupart des gens. Point!

Mais "nous" ne pensons pas tous de la même façon... (A preuve ton irritation ci-dessus...) Et tous les non-Z non plus!
La divergence de pensée ne se résume tout de même pas à un bête écart chiffré sur une échelle linéaire de QI.

Au passage, merci Sacre pour ton exemple plus qu'éloquent. Feynmann n'est en effet pas vraiment l'incarnation même d'une pensée normo-normalo-cadrée cyclops

anianka05 a écrit:Faire tout un plat pour un mot m'irrite, car je n'ai jamais compris cette peur des mots, qu'ont la plupart des gens.

Peut-être n'as tu alors jamais fait l'expérience de la puissance créatrice/destructrice du verbe? La novlangue d'Orson Welles en est une excellente illustration. Ou encore: présente la même personne une fois comme "artiste", l'autre fois comme "professeur", tu verras que l'attitude du vis-à-vis, qui pourtant ne le connaît pas encore du tout, ne sera pas la même...

Au passage, ta phrase ci-dessus pointe donc exactement qu'un Z peut penser comme "la plupart des gens" - et vice-versa.


Dernière édition par Mowa (zébrée) le Lun 29 Avr 2013 - 16:27, édité 1 fois (Raison : ajout d'un smiley pour éviter tout malentendu sur l'intonation)

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Harpo le Lun 29 Avr 2013 - 15:40

Pour ma part, je suis entièrement d'accord avec ce qu'on écrit Sol# et Sacre/Baya, et donc je suis en total désaccord avec anianka05. Les mots ne sont pas neutres, et leur connotation dit autant sur le sens que la valeur neutre et objective du mot. Ce n'est pas être tatillon que de ne pas apprécier un terme comme normo-pensant, et son usage n'est pas neutre : il inclut de facto "nous" et les "autres", dans le sens "nous" les plus intelligents, et "les autres", ceux qui sont dans la norme, ou comme le dit ptoch à la zone si joliment, les abrutis.


Sacre a écrit:Encore une autre question - la suradaptation à certains tests de QI (genre score >170) - ne relève-t-elle pas parfois d'une adéquation entre la pensée et ce test, comme si la pensée avait été formatée vis à vis de lui, calquée sur une référence, donc "normalisée" par rapport cette référence, et l'idée que d'aucuns se font de l'agilité intellectuelle ?
(Je sens qu'il y en a qui vont bondir, mais tant pis, je prends le risque...).

Là, par contre, je ne suis pas. Ces tests sont avant tout fait pour calculer un quotient par rapport à une norme, la base 100, et permettent de ressortir ceux qui sont largement au dessous et au dessus. Des QI > 170, c'est peu fréquent, et je ne vois pas trop ce que ça dirait sur la suradaptation de ces gens-là par rapport à un test.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 16:03

En ce qui me concerne quand j'utilise normo-pensant, cerveau gauche, ou autre et surdoué, encombré de sur-efficience, etc., c'est uniquement parce que malheureusement je n'ai pas d'autres mots communs disponibles pour communiquer sur ces nuances...

Il est en effet dommage que le mythe du surdoué énerve ceux qui ont d'autres particularités et richesses. Etre surdoué au sens non mystifié est pour ma part source de souffrances pour le moment. Je ne comprendrais pas qu'on m'envie.

Je ne sais pas pour les autres du forum, mais comprendre ses particularités de cerveau droit me permet de panser un peu les blessures cumulées de la pression intériorisée de la norme. C'est tout sauf une volonté de se placer au dessus. Je ne pense d'ailleurs pas que la plupart d'entre nous en soient capables...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Lun 29 Avr 2013 - 17:00

J'ai déjà exprimé mon avis sur ce sujet, mais je voulais juste te dire ne m'oublie pas et mp moi au besoin. Bises Amour
J'ai une amie qui un jour s'est vu dire par son médecin "mais arrêtez de vous poser des questions, vous ne pouvez pas être normale?" Comment ne pas se sentir un monstre? Tu l'as bien compris il me semble. Les "normo-pensants" pour moi, c'est toutes les personnes qui ont pu nous rejeter par rapport à notre différence. Ils étaient plus nombreux, nous nous sentions seuls. Ce n'est pas de la haine, c'est un appel au secours. C'est aussi la fierté blessée qui se rebiffe et qui claque sa cape avec panache. Ce n'est pas un terme que j'utilise, je le trouve tout comme toi, peu poétique, trop facile. Mais pas dangereux dan le cadre d'un forum comme ZC.
Si tu étais mon amie, je t'aurais exprimé mon opinion de la même façon, Sacre Long hug


Dernière édition par Cilou sauvage le Mar 30 Avr 2013 - 4:24, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Bayadère le Lun 29 Avr 2013 - 20:43

@ Cilou... merci ! Et MP... (mais ça risque d'être un gros dossier...)

Harpo : l'idée est qu'une norme est un échelon sur une échelle.
A nous de nous en fixer la hauteur pour définir ce qui est "normal" ou pas.
Je veux dire par là que pour un élève, une note jugée normale en maths sera 20/20. Pour un autre : 10/20. Pour un autre : 2/20.
Et de même pour les professeurs, pour les écoles, les niveaux d’exigences sont fluctuants, instables.
Une pensée archaïque aujourd'hui était celle, normale, d'antan.
Tout ça, donc, dans la seule idée d'ébranler l'idée d'une stabilité de ressentis - dans un sens, ou dans l'autre.
Haut et bas.

La norme se constitue comme une référence matérielle ou immatérielle.
Ainsi aussi pour des tests : je me demande si le fait de se glisser avec une évidence dans certains exercices n'est pas une approche intuitive, instinctive des individus, si bien qu'on sent que c'est "normal" pour eux.
Rien de bien méchant : ce que je juge normal de penser, d'autres le trouvent incohérent. Et je m'incline aussi devant ceux qui peuvent justement se glisser, avec une facilité déconcertante, dans certains carcans, jouer avec des contraintes.

Le calibrage inné de compréhension ne justifie pour autant pas l'exclusion d'autres modalités de pensée comme des instruments valables de mesure du monde.
Je l'exprime sans doute très mal, mais... Bon, prenons un exemple de matheuse.
Dans l'ensemble R, en maths, il y a une infinité de chiffres.
Dans l'ensemble borné de 0 à 1, combien y en a-t-il ? ... et bien, étonnamment... Une infinité.
Ainsi, si on dit que la norme se situe entre 0 et 1, on n'en exclut pas autant des nombres aussi divers que 0.129848456 et 0.9956875222742 se trouvent à l'intérieur. Ou encore : 0.33675748974176489 et 0.789513145626552.

Vous saisissez l'idée ?
Bornons quelque chose, et contemplons encore sa capacité à se dilater, s'étendre en elle-même !
C'est exactement ça, la magie de la pensée !
Que nous soyons limités de 1 à 2 ou de 3 à 5, nous avons une latitude d'action incommensurable grâce à elle.
La pensée est une mouvance de cette sorte - rien ne saurait entraver sa progression.
Alors, comment peut-on dire de quelque chose qui fluctue constamment qu'elle est "normale" ?

Une norme, par définition figée en un temps ?
Une pensée, par définition une échappée de la conscience hors du temps et de l’espace ?

BON... Là, je m'égare. Je devrais introduitre des concepts physiques pour exprimer l'idée, et je crains de ne vous ennuyer de manière prodigieuse. alien

Donc, une seule conclusion : pour moi, les gens sur ZC sont des gens "normalement atypiques".
Et je vous apprécie, TOUS, pour ça.



Bayadère
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 89
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 30 Avr 2013 - 4:54

Coraline a écrit:C'est tout sauf une volonté de se placer au dessus. Je ne pense d'ailleurs pas que la plupart d'entre nous en soient capables...

Tu as largement le temps de te rendre compte que la plupart d'entre nous en est capables, et meme que nous sommes doues pour cela. Et bienvenue en passant!

Sur quoi je voulais rebondir deja...? Euh...?

Oui! Les mots.
J'accorde une grande importance aux mots voila pourquoi je ne suis pas d'accord avec anianka05. Chaque mot prononcé a un effet, cela a une consequence et la maniere dont les zebres emploient le terme normo-pensant n'est pas aussi innocent. J'admets qu'il y en a qui l'utilise car ils ne savent quoi dire a la place (comme moi) mais ce n'est pas le cas pour tout le monde.


Je ne me rappelle plus de tout ce que je voulais dire et c'etait sacrement important...
Bon si ca me revient, je reviendrai vous en faire part. D'ici la, bonjour!

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par paela le Mar 30 Avr 2013 - 6:32

Pour moi c'est plus une question d'image que de ce que pensent les zèbres des autres. Le mot "normo-pensants", s'il était majoritairement utilisé, donnerait une mauvaise image du forum je pense.

Il faudrait sonder des non-HQI pour avoir leurs impressions sur le mot; peut-être qu'ils s'en fichent un peu.


paela
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2197
Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 23
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Invité le Mar 30 Avr 2013 - 6:43

Sacre a écrit:
Le calibrage inné de compréhension ne justifie pour autant pas l'exclusion d'autres modalités de pensée comme des instruments valables de mesure du monde.
Je l'exprime sans doute très mal, mais... Bon, prenons un exemple de matheuse.
Dans l'ensemble R, en maths, il y a une infinité de chiffres.
Dans l'ensemble borné de 0 à 1, combien y en a-t-il ? ... et bien, étonnamment... Une infinité.
Ainsi, si on dit que la norme se situe entre 0 et 1, on n'en exclut pas autant des nombres aussi divers que 0.129848456 et 0.9956875222742 se trouvent à l'intérieur. Ou encore : 0.33675748974176489 et 0.789513145626552.

Vous saisissez l'idée ?
Bornons quelque chose, et contemplons encore sa capacité à se dilater, s'étendre en elle-même !
C'est exactement ça, la magie de la pensée !
Je comprends (enfin je crois), et cette idée est très intéressante. On notera tout de même que cette pensée ne pourra jamais atteindre une infinité de territoires, et pour quelque chose qui se veut exploratoire autant que créateur c'est tout de même gênant et je n'apprécierais pas qu'on me dise "Tu es limité à un segment quand moi je me balade sur la droite, mais souris, tu as une infinité de positions à l'intérieur de ça !" Smile

Ceci étant, je suis d'accord : ceux qui ont des difficultés à penser ne sont pas pour autant interchangeables dans leur manière de voir le monde sous prétexte qu'ils échafauderaient des systèmes moins poussés. Ne pas construire un immeuble à 15 étages, rester même de plain-pied, ne signifie pas qu'on construira tous la même maison. (Ou comment dire la même chose que toi sans en avoir l'air...mais c'est dire si je te suis dans ton opinion Razz).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par legarsenquestion le Mar 30 Avr 2013 - 8:13

En réponse au premiers posts,
étayerai après.
Réfléchir plus vite ça peut aller dans les deux sens : j'ai déjà eu des conclusions hâtives qui se sont révélées fausses. Ceci crée une tendance paranoïaque, une impulsivité, soit trop d'amour soit trop de haine, tout ça en fonction du vécu de chacun de son expérience de ses blessure.


Mais l’important c'est de se dire ce qui ne va pas et de se remettre en question n'est ce pas ? Mais parfois on se pose des questions sur les mauvais problèmes.... POurquoi ? Car certains problèmes sont tellement ancrés qu'ils font partie de notre fonctionnement et on réfléchi avec ses problèmes. Un peu comme si on cherchait à découper du papier avec un double décimètre sans se douter que c'est le double-décimètre le problème.

Pour parler des individus qui se vantent, soit en jouant les faux modestes, ça se comprend aussi. Moi même j'aime jouer les faux modestes car je sais pertinemment ce que ça suscite chez certaines gens.
Ou autre parfois je me vante pertinemment car c'est le meilleur moyen de faire passer la pilule, il faut en jouer pour que les gens acceptent. Tout cela sont des règles sociales que nous devons décoder et qui est fatiguant à long terme. Soit on devient une pierre insensible aux attaques souvent non voulues des personnes de notre entourage, soit nous décryptons, analysons, et répondons en conséquence, ce qui est fatiguant et pousse à l'isolement. Personnellement je vis difficilement le social, entre haine et tristesse face au caractère parfois égoïste, parfois méchant, j'ai appris à l'accepter. Mais j'accepte aussi ma propre douleur qui va avec Smile
De même des choses que je pourrai dire ici sur le forum je serait beaucoup plus anxieux à l'idée de les déballer ailleurs car les réactions de certaines gens sont ce qu'elles sont et il faut toujours réfléchir à éviter les conflits.

Mais à chaque fois maintenant en tout cas, et non de manière impulsive comme avant, tout a été réfléchi et la balance de qui ou quoi est le mieux.

legarsenquestion
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 214
Date d'inscription : 03/04/2013
Age : 26
Localisation : poit'

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par filigrane le Mar 30 Avr 2013 - 9:38

.


Dernière édition par filigrane le Mer 22 Mai 2013 - 8:14, édité 1 fois

filigrane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 270
Date d'inscription : 16/03/2013
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par anianka05 le Mar 30 Avr 2013 - 12:25

Une fois de plus, en quoi est-ce mal ou réducteur d'être dans la norme, moyenne ou d'en sortir? Une fois de plus, quel intérêt d'y mettre des jugements de valeur dans ce cas précis. Bien sûr que les mots ont un effet! Bien sûr qu'ils sont supers puissants, mais les choses ont avant tout l'importance qu'on leur donne! Je trouve moi, que normo-pensant, selon la définition que j'aie donné lors de mon premier post ici, est un terme adéquat et en rien réducteur.
Il y a ceux qui pensent sur un mode de raisonnement et de fonctionnement intellectuel majoritairement répandue, (études cliniques et empiriques à l'appui): les normo-pensant
et ceux qui sortent de ce cadre: les zèbres, les handicapés mentaux et autres;

Faut bien trouver un moyen de se comprendre

Mais bon, chacun pense comme il veut...

Et puis, d'ailleurs ceux qui ne sont pas d'accord: que proposez-vous?

anianka05
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par filigrane le Mar 30 Avr 2013 - 12:33

.


Dernière édition par filigrane le Mer 22 Mai 2013 - 8:15, édité 1 fois

filigrane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 270
Date d'inscription : 16/03/2013
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Ainaelin le Mar 30 Avr 2013 - 13:05

Neuro-linéaires ? Ce ne serait pas tout à fait exact si on considère que zèbre = surdoués, vu qu'il y a beaucoup plus de penseurs arborescents que de surdoués, et que certains surdoués ne sont pas dotés de la pensée en arborescence, mais ma théorie grandissante est que ce que certains appellent zèbres est plutôt lié à la pensée arborescente...

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par anianka05 le Mar 30 Avr 2013 - 13:55

Alors là pour le coup je trouve ça réducteur, car ça reviendrait à dire que le HQI ne se caractérisent que pas cette pensée arborescente.

Question: Et les HQI raisonnent-ils tous comme ça? Et aucun N-P ne le peuvent/font?

anianka05
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Pieyre le Mar 30 Avr 2013 - 15:11

De façon générale, il s'agirait de mieux comprendre le rapport entre les mots et les choses. Les choses sont difficiles à saisir, de par ces points de vue différents qui nous montrent des continuités et des discontinuités en elles.
Pour caractériser en mots, nous figeons des phénomènes en des états, comme s'ils avaient une situation et une extension déterminées en un espace sémantique a priori. Selon moi, nous distinguons trop souvent des catégories, que nous désignons par des substantifs – les noms communs –, au lieu de chercher dans la langue des formes d'expressions qui correspondraient davantage aux modalités observées des choses.

Ainsi, sur le plan de la caractérisation des phénomènes humains, il s'agit souvent d'opposer une norme et une marge (de façon structurelle, sans qu'il soit question au départ d'un jugement d'autre nature), ce qui se traduit typiquement par une répartition selon une loi de Gauss, dite aussi loi normale. Ou plutôt ce serait le cas s'il n'y avait qu'un paramètre simple en cause; le plus souvent, il y a une norme et plusieurs marges, chaque paramètre pouvant donner lieu à des variations extrêmes.

Il y a sans doute des éléments communs dans ce qu'on appelle douance (au point qu'on situe les personnes qui en relèvent dans la marge et non dans la norme), mais il y a aussi des éléments de variabilité au sein de cette douance, les uns spécifiques (avoir un QI élevé n'est que l'une des modalités), les autres généraux (notamment les types de personnalité, qui sont répartis dans toute la population).

Aussi je pense qu'il ne faudrait pas inverser la perspective en nous considérant comme proches les uns des autres au sommet d'une montagne, nous distinguant des normo-pensants répartis de façon lâche dans les plaines alentour.

Il y a d'abord des gens normaux ou standard, au sens où ils présentent des traits et des comportements courants, qu'on n'a pas tellement besoin de désigner tellement c'est courant, justement. Et puis il y a des personnes particulières, voire singulières, selon un aspect qui n'est pas, ou pas seulement péjoratif. C'est-à-dire qu'elles ont des dons ou elles manifestent des performances qui les situent en dehors de la norme (au sens d'un ensemble flou, sans qu'on parle forcément de mesure d'un écart).

Si on parle de normo-pensants, nous devons nous concevoir comme anormo-pensant. Cela plairait-il donc à quelqu'un ici ? Et si nous sommes des hyperphrènes, c'est que les autres seraient des hypophrènes. Pensez-vous que cela conviendrait ?
Je ne dis pas que ces termes sont inexacts d'un strict plan logique, mais qu'ils sont malvenus pour se plier à tous les usages d'une saine communication, comme le seront tous les autres substantifs qu'on pourra trouver.

Je crois qu'il est préférable de n'employer en un sens déterminé ce terme de normal que lorsqu'on envisage le concept de norme, c'est-à-dire pas si souvent. Sinon, dire de quelqu'un qu'il est normal, c'est ne pas dire grand-chose; c'est un terme par défaut.
Si une personne nous dit : « vous êtes singulier, vous; vous avez des capacités intellectuelles particulières; vous êtes un peu bizarre », de son côté, elle dira d'elle : « oh ! moi, je n'ai rien de particulier sur ce plan, je suis juste normal ».
Si on fige les choses, c'est comme dire que la personne est normo-pensante. Mais elle ne le dit pas, parce qu'en situation ce serait insister sur ce qu'elle est comme si c'était particulier, alors que c'est l'inverse.

Aussi pourquoi emploierions-nous un terme de ce genre ? Pour parler de ceux qui sont dans la norme, il faut je crois se placer dans la norme, dont nous nous distinguons mais à laquelle nous pouvons revenir pour nous situer. Tous les chemins de la parole passent par la norme, non ? Ainsi je dirai par exemple : « si nous considérons les personnes ordinaires, qui n'ont pas ces dons particuliers que ... » Ce n'est que si j'en fais une théorie que j'emploierai pour l'occasion un concept comme celui de normo-pensant. Or il est rare qu'on s'exprime de façon théorique.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15276
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Bayadère le Mar 30 Avr 2013 - 15:31


Si on parle de normo-pensants, nous devons nous concevoir comme anormo-pensant. Cela plairait-il donc à quelqu'un ici ?

@ Pieyre - oui, je pense que cette phrase résume ma pensée maladroite.
(et effectivement, moi qui suis en pleine révisions de bac, je suis ravie de réviser sur ZC Smile - même si je comptais plutôt y faire une pause ! Razz

@ Cherokee
L'idée de dire que nous sommes "moins bornés" que les autres... oauis, ça peut sembler bof.

Alors que justement, les maths sont terribles pour ça : la probabilité de tomber sur un individu donné (assimilé ici à un nombre), selon la loi normale centrée réduite est de 0 (enfin, si Baya a bien compris le cours qu'elle n'a pas encore fait ...)
Mathématiquement, cela revient à dire que tous sont différents.
Comment donc parler de norme de cette façon ?

Bon, bon, bon...
Une autre idée tant que j'y pense - si la norme était si "normale" que cela, pourquoi un tel besoin de la désigner, et sans cesse la redéfinir ? Je veux dire - si elle nous paraissait si évidente, si standardisée est définie, pourquoi avons-nous tant de difficulté à l'exprimer ?

Nous savons très bien ce que la conscience est, nous en avons tous une. Mais quand il faut exprimer ce qu'elle est avec des mots - aïe !

Nous pouvons définir des transgressions par rapport à une théorie. Mais j'ai cru comprendre que toute théorie s’appuie sur une loi idéale, qui n'est que rarement exactement présente dans le cadre concret. Donc, des transgressions vis-à-vis d'une altération... est-ce bien raisonnable ? Est-ce justifié ?

Et là, j'aurais eu la même argumentation que Pieyre... en moins classe.
Donc, je laisse parler les plus éloquents que moi !

Bayadère
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 89
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par adcvh le Mar 30 Avr 2013 - 15:55

Sacre a écrit:Alors que justement, les maths sont terribles pour ça : la probabilité de tomber sur un individu donné (assimilé ici à un nombre), selon la loi normale centrée réduite est de 0 (enfin, si Baya a bien compris le cours qu'elle n'a pas encore fait ...)
Mathématiquement, cela revient à dire que tous sont différents.
Comment donc parler de norme de cette façon ?
En fait, quand on parle de norme ou de test de normalité dans le cas que tu décris, on ne cherche pas la probabilité de générer un nombre en particulier (de tomber sur un individu donné, comme tu dis), parce que, effectivement, étant donné la densité de R, cette probabilité est quasi nulle.
Par contre, ce qu'on cherche c'est la probabilité qu'un nombre donné ait été généré par une loi normale centrée en X, avec une déviation standard de Y.
Et ça, ça a un sens.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Pieyre le Mar 30 Avr 2013 - 16:28

Sacre a écrit:Mathématiquement, cela revient à dire que tous sont différents.
Comment donc parler de norme de cette façon ?
Ce que tu dis, c'est que tous les nombres sont différents. Mais il n'y a pas besoin de raisonnement probabiliste pour cela. Ils sont différents par définition. Une loi de probabilité comme la loi normale n'introduit pas en soi un critère distinctif pour dire que deux nombres différents selon leur nature de nombre ne le seraient plus selon un autre critère.
Si nous utilisons la loi normale, c'est parce qu'à l'usage elle est bien utile. C'est une question pratique qui conditionne le fait de recourir à une norme, et non une norme qui fonde des différences.
Au départ nous remarquons des différences selon une variation linéaire, celle de la progression des nombres réels (ou de grandeurs réparties de façon suffisamment serrée pour qu'on les considère comme tels). En ce sens, définir une norme serait arbitraire : pourquoi, sur un segment, 90% centré plutôt que 50% centré ? Mais parfois, et même souvent, nous percevons des différences qualitatives au sein d'une variation apparemment quantitative. Aussi nous avons trouvé la loi normale (dans des cas rares cela pourrait être une autre) qui rend bien compte de cette perception, ce qui nous permet de découper de façon qui nous convient mieux entre norme et marge.

Bon, bon, bon...
Une autre idée tant que j'y pense - si la norme était si "normale" que cela, pourquoi un tel besoin de la désigner, et sans cesse la redéfinir ? Je veux dire - si elle nous paraissait si évidente, si standardisée est définie, pourquoi avons-nous tant de difficulté à l'exprimer ?
La principale difficulté réside selon moi dans le fait que, pour appliquer une théorie à une situation réelle, il faut abstraire de la situation certains paramètres jugés pertinents et négliger les autres. Aussi la norme est relative à une situation et pas à une autre. Et elle est d'autant plus difficile à utiliser que la situation est en évolution quant à l'incidence même des paramètres qu'on a considérés.
Il n'empêche qu'il y a des phénomènes assez stables et des modélisations assez bien établies qui permettent de raisonner dans le modèle comme si l'on percevait en réalité les résultats qu'on y obtient.

Et là, j'aurais eu la même argumentation que Pieyre... en moins classe.
Bah, la classe, on l'a quand on enseigne; c'est tout.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15276
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Bayadère le Mar 30 Avr 2013 - 18:22

Je retiens la citation Wink

Oui, il est évident que les nombres contenus dans un ensemble soient différents.
Je ne sais pas pourquoi je suis passée par la loi normale, tiens...
1/ le bac me fait perdre les pédales
2/ l'idée sous-jascente était sans doute liée à un truc que j'ai finalement pas exprimé
3/ ou c'était une idée de merde, cette analogie
4/ ou l'idée retrouvée était : la fameuse loi normale décrit des probabilités forts intéressantes, mais recoupe encore des catégories. Un "individu" seul n'est pas comptabilisé comme tel - c'est un ensemble qui est pris en compte. (M'enfin, nous on nous fait calculer des trucs du style X<0,2, bref) --> langage pas matheux activé.

En quelque sorte, l'idée de norme n'a de raison d'être que pour un ensemble donné. Pas un individu seul (comme vous me l'avez gentiment fait remarquer...). Or, une pensée est-elle forcément collective ? Ne parle alors-t-on pas de préjugé - dans l'idée où quelqu'un a pensé quelque chose et que nous nous en avons conçu notre propre opinion ?

Moi, j'ai un exercice pour vous.
Listez les 10 choses les plus essentielles, les plus importantes pour vous (genre principes, modes de vie, idées, croyances).
Regardez combien d'entre elles vous avez réellement conçues touts seuls, et combien d'autres vous ont été inculqués.
... Le résultat variera pour chacun d'entre nous, mais nous retrouverons certains aspects, points communs, entre plusieurs.
Mais alors... Rien ne nous dira comment vous en êtes arrivés à ces conceptions.
Certains par des voies très simples, d'autres par des approches alambiquées.
Pour autant, nous n'aurons jamais qu'une vision globale et définitive de vos propres conceptions.

Ainsi... La norme s'applique-t-elle au résultat fini de nos élucubrations (auquel cas je suis normale dans le sens où jusqu'à aujourd'hui, je n'ai pas trouvé de raison suffisante pour tuer ma prof d'Anglais) ou doit-elle être conçue comme la descieption du cheminement de notre pensée ( je suis anormale parce que j'ai décidé que si je ne la tuais pas, c'est pas parce que c'est mal, c'est justement que ce serait rendre un trop grand service à ma classe, alors je laisse cette personne en vie ? Twisted Evil )
À qui appartient réellement la pensée qui est présente dans nos têtes ? Nous avons bien vu que les plus essentielles de nos idées ne sont pas des "parthénogenèses", des accouchements de nos propres encéphales - mais un ensemble de croyances, de vécus, de translations, de rencontres !

Comment une pensée pourrait-elle être normale puisqu'elle est aussi appelée à voyager ? Combien de zèbres ont été enrichis de réflexions de NP ? Et vice versa ?

Allez... Un autre volet de casse-tête !

Bayadère
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 89
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "normo-pensants" - un terme adéquat ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum