JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Ananke le Mar 2 Avr 2013 - 11:25

Coucou Dimanche (on est mardi, lol)

Aurais-tu les notes que tu as obtenues aux différents subtests ?
Car une zébritude peut y être planquée, surtout dans un profil apparemment complètement hétérogène, dispersé (comme le tien).

Sache déjà que ton QI total n'aurait jamais dû être calculé, n'est pas valable ou représentatif, car tu as des écarts entre indices de 15 à 26 points.

Aussi, ne focalise plus sur ce 120, qui ne veut rien dire et ne te représente absolument pas, et n'aurait même jamais dû être donné (mais bon, on paie pour ça, un satané chiffre de QI où barre à diagnostic est placée en toute erreur, alors psys le calculent coûte que coûte, aussi ! bref).

-

Mais encore, quelque soit votre état psychique, votre passif-actif, etc. : il y a des subtests qui consistent en de simples manipulations, ou de simples actions (ex : montrer, nommer, répondre du tac au tac) où vous risquerez de vous trahir tout de même (et si le/la psy est affûté(e), il/elle repère même le fonctionnement ou le raisonnement atypique, même si vous foirez à un moment, totalement phagocyté).

Ananke
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 85
Date d'inscription : 23/04/2011
Age : 43
Localisation : IdF - vallée de la Chevreuse (78)

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Vendredi le Mar 2 Avr 2013 - 12:33

dimanche a écrit:d'ailleurs est ce que le fait de sauter une classe montre une précocité quand l'enfant n'est pas aidé scolairement (parents inalphabètes) ?

Salam, Bonjour !
Mes parents étaient analphabètes, et la psy me soupçonne aussi. Car ma fille est une zèbre et j'ai quelques petits soucis psychologiques. Mais, bizarrement pas ceux d'une réelle dépressive. Je suis aussi une très grande émotive complètement paralysée par le stress. J'ai évité tous les examens possibles même le permis (quand j'ai failli tuer quelqu'un au volant, je me suis résignée). C'est moi qui ai convaincu mon neveu de passer le test et il est aussi zèbre avec un QI plus élevé que ma fille. Les deux me disent que je le suis. A mon âge et considérant mon éducation dans un désert littéraire (à part les livres d'école, heureusement il y avait ceux de mes frères et soeurs plus âgés), j'ai survécu, mais alors je me demande encore comment mon grand frère a réussi à le faire. Seul, avec deux parents analphabètes, sans aucune aide, aujourd'hui il est ingénieur et il a filé dans sa scolarité comme une étoile filante de ouf ! D'un autre côté ma mère l'adorait, c'était son chouchou, alors peut être que la haute dose d'amour maternel a suffit à encourager mon grand frère suffisamment pour combler le manque de tout le reste ? Je ne sais pas, car c'est un sujet tabou dans ma famille. Mon frère est ceinture de judo, c'est le mec qui se maîtrise en toutes situations. Et je pense que pour lui, ce serait trop compliqué à gérer. Quand je lui demande comment se fait-il qu'au bac, il ait trouvé la solution si rapidement, que l'examinateur et tous les candidats ont cru qu'il donnait copie blanche ? Pour lui, c'est un hasard, sans plus et c'était tellement évident, qu'il ne comprend pas trop pourquoi les autres n'ont pas trouvé. Alors moi, par mesure de sécurité je fais pareil. Je ne cherche pas trop à me faire tester, malgré les conseils insistants de la psy et d'ailleurs demain j'en vois un autre. Ca m'a fait du bien de lire ton post, ça m'a donné le courage d'y aller demain. Par contre, avec lui, je n'aborderai pas le sujet de la douance et je verrais bien. Donc, ça existe des zèbres enfants d'analphabètes, et pour les plus sensibles, c'est difficile de ne pas devenir fou. Mais, grâce à Molière, Maupassant, Verlaine, Baudelaire et les autres, on y arrive. Salam !

Vendredi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 643
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par meï le Mar 2 Avr 2013 - 13:47

Ananke a écrit:
Car une zébritude peut y être planquée, surtout dans un profil apparemment complètement hétérogène, dispersé (comme le tien).
exact. flower

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 13:48

...............



Dernière édition par dimanche le Jeu 4 Avr 2013 - 23:18, édité 1 fois

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 13:54

Pour résumer j'ai la plupart des caractéristiques d'un zèbre, j'ai la créativité d'un zèbre, j'ai "la scolarité primaire" d'un zèbre, j'ai les difficultés d'un zèbre (mais pas socialement parlant car je m'intègre très bien même si on me dit que je suis souvent dans ma bulle) mais je n'ai pas les résultats de QI d'un zèbre.


dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 13:57

qui-suis-je ? (on dirait le jeu qui-suis-je lol)

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Minuit le Mar 2 Avr 2013 - 15:00

Fais attention peut-être, aussi, à ne pas trop "absolutiser" le concept de zèbre...
Le "Zèbre en soi", "l'essence de Zèbre" n'existe pas dans le ciel des Idées... C'est une notion construite, certes d'après le constat d'une réalité, mais c'est une fenêtre sur cette réalité, et non pas une enveloppe qui l'engloberait, sans doute parce que précisément, cette "réalité" de la zébritude n'est pas en elle-même circonscrite, délimitée - même "dans l'absolu" - au point d'être clairement saisissable dans une représentation.

Le concept, il serait comme un fil très fin dont tu essaierais d'entourer une boule. Tu as fait le tour de la boule avec ton fil, mais tu n'en as recouvert qu'une minuscule part, juste le tracé du fil.
Et maintenant imagine même que la boule n'est pas un "objet" solide, fixe, délimité, mais n'est qu'un grumeau dans de la pâte, un peu plus épais que la pâte. Tu ne saisis pas grand chose en fait, avec le fil, tout juste ce qui apparait à un moment donné un peu plus solide que le reste, dans une vaste soupe.
Bon l'image est tordue et assez mal fichue, mais juste pour dire que, vraiment, le "zèbre" n'est pas une identité absolue, c'est fondu dans une réalité plus vaste, complexe, inextricable, que recoupent de multiples autres prismes qui peuvent communiquer entre eux, se chevaucher, se compléter, se contrecarrer...
Ne serait-ce qu'au sein des théories de la psychologie, les frontières semblent infiniment poreuses entre les types, les personnalités, les pathologies...

Enfin ce que je veux dire c'est que, dans ton cas qui est si complexe, le mieux est peut-être de ne pas s'arrêter à "j'en suis ? ou j'en suis pas ?", car TA réalité n'est pas ainsi "binaire". Ce "je" que tu interroges est infiniment singulier, nuancé ; et rien n'empêche qu'il soit "hybride", entre deux découpages du langage, entre deux ou trois cases, entre plusieurs grumeaux ; un grumeau particulier.
C'est peut-être du coup plus dur à vivre pour toi-même, car c'est sacrifier cette possibilité, enfin, de la "crédibilité" comme tu disais, de pouvoir clamer haut et fort une identité inscrite "noir sur blanc". Mais à mon sens c'est peut-être aussi une chance, celle d'échapper à l'effet "case" grâce à ton profil trop complexe. Toi, tu ne risques pas de t'enfermer dans l'identité "zèbre", qui peut aussi parfois être un étau, et aller parfois même jusqu'à générer, forcer le trait des problèmes qu'elle légitime théoriquement, pour conforter la sensation d'identité. Toi tu es remise à toi-même, à la "création" de ton identité.
A la limite, dans ta quête d'identité, utilise la zébritude comme une pièce pour patchwork, mais ne cherche pas à te tailler d'une seule étoffe. Very Happy

Haha, question clarté, peut mieux faire. ^^
Bon et puis bien sûr je me doute que tu t'en doutes, de tout ça. Cela dit même pour moi-même ça fait du bien de l'écrire. Rolling Eyes

Minuit
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 178
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 23
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Ad Astra le Mar 2 Avr 2013 - 15:36

Je pense aussi que la réalité est bien plus complexe que "blanc ou noir".
A mon avis il existe un nombre incalculable de nuances .

Muji je crois que tu viens de lire dans mes pensées je n'aurai pas pu mieux retranscrire ce qu'il y avait dans ma tête. Smile

Ad Astra
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 29
Date d'inscription : 21/03/2013
Age : 25
Localisation : Unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 2 Avr 2013 - 16:34

Muji a traduit ma pensee. Merci! (en fait tout etait embrouillé, je n'aurais pas pu etre aussi Clair...).
Le QI, la zebritude et tout le bazar ne sont qu'une infime partie d'un "tout", ce "tout" etant TOI dans ton integralité.

Je comprends que tu veuilles savoir, mais tache ne pas trop te focaliser la dessus, en tout cas, pas plus qu'il ne faut.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Invité le Mar 2 Avr 2013 - 17:20

mappec a écrit:Bien sûr que "être surdoué" n'est pas équivalent à "avoir un QI > nb=A"

Bien sûr les surdoués n'ont pas un QI de 90 .. Mais il y a des personnes avec un QI de 140 qui ne sont pas surdoués, ils sont très intelligents... D'autres peuvent être surdoués avec un QI de 120 ! (modulo toutes les pincettes à prendre avec ces tests de QI qui sont hyper stressants pour tous mais particulièrement pour les surdoués qui ont tellement cette peur mortelle de la découverte d'une imposture qu'ils peuvent en perdre totalement leurs moyens .. voyez le nombre de surdoués qui ratent leurs études ... )

Être surdoué, c'est avant tout une façon de voir la vie, de la regarder, l'analyser, l'organiser, la ressentir ... créer, construire, imaginer, ressentir, vibrer ...

Il paraît qu'il y a un nouveau test qui envisage la douance sous cet angle là mais jusqu'à présent il n'y avait rien.

Et puis .. est-il nécessaire que quelqu'un dise : celui ci a été testé : il est surdoué ! ??? Et à quoi ça sert ? Ce n'est pas à la société de nous "détecter" .. "dépister" .. étiqueter .. elle n'a pas su nous faire une place jusqu'à présent, elle nous a toujours rejetés, jalousés, méprisés .. ne la laissons pas nous mettre dans un nouveau ghetto !

Quand on est surdoué et si on en a entendu parler et que cela nous a intéressé, alors on le sait car tout ce qu'on lit correspond tellement à ce qu'on ressent, ce qu'on vit, ce qu'on a souffert aussi ... ce sentiment d'être un extra terrestre .. tout s'éclaire quand on découvre cette réalité.

C'est soi qui est important, savoir qui on est, découvrir que nous ne sommes pas seuls et que le chemin est douloureux. Comprendre les rejets, les jalousies dont on a fait et fera l'objet ...
Et ce n'est pas une maladie ! Alors aller voir un psy qui n'est pas surdoué et ne pige pas le malaise ("... pauvre petite fille riche !!" ) ce n'est pas que ça ne sert à rien, c'est néfaste !!!!!!!!!!

Se rapprocher des autres comme nous, dans la même normalité, oui, ça c'est profitable !



J'ai le sentiment que la douance est une sorte de phénomène... Un movement que je pourrai presque qualifié de politique parfois, peut être même révolutionnaire! C'est très étrange comme cela semble intraséquement lié au conditionnement social...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 19:46

merci en particulier à Muji. Tu as tout à fait raison .

C'est mon gros défaut ! Quand je m'intéresse à un sujet j'ai tendance à y aller à 200% jusqu'à l'overdose.

C'est vrai qu'en lisant Muji j'ai eu un flash lol : "mais au fait ? Qu'est ce qu'on s'en fiche que j'ai un HQI ? "

Je suis complètement cinglée , pardon ))

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 2 Avr 2013 - 19:49

Dimanche, ce n'est pas qu'est ce qu'on s'en fiche que tu sois HQI?
Mais plutot qu'est ce qu'on ne s'en fiche pas que tu ne sois pas toi?

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 19:55

c'est gentil ça, encre sombre )) . Comme tu as vu ma situation est tellement complexe que pour trouver qui je suis ça ne va pas être de la tarte ! J'ai l'impression d'être un caméléon (meme si je suis un très gentil caméléon) et d'adapter ma personnalité en fonction des gens.


Sinon je voulais dire qu'etre HQI ou non n'avait pas une si grande importance (même si je l'étais et après?) et que la notion de HQI comme il a été dit plus haut est assez floue (d'où la nécessité de passer par un spécialiste)

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Dark La Sombrissime Encre le Mar 2 Avr 2013 - 20:07

Je te souhaite sincerement de trouver qui tu es (HQI ou pas) car moi je sais ce que c'est que de ne pas savoir qui on est et c'est pas du tout agreable.

Dark La Sombrissime Encre
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3259
Date d'inscription : 04/12/2012
Age : 23
Localisation : 4eme dimension

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 20:27

je te remercie )). En effet ce n'est pas agréable

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Minuit le Mar 2 Avr 2013 - 22:02

Désolée j'ai pondu un pâté, mais la conversation me faisait réfléchir à quelque chose...
C'est juste une réflexion comme ça, je la soumets à la discussion, du coup. scratch
(pour que le post ne prenne pas une longueur démesurée je planque mon pâté dans un spoiler, voilà. What a Face )

Spoiler:
Je pense que l'importance de savoir si on a ou non un HQI n'est pas dans le fait "d'avoir un HQI" et de se satisfaire de "posséder" cette caractéristique comme on serait satisfait d'avoir les yeux bleus.

Ce n'est pas à ce niveau que le HQI est déterminant pour l'identité, ce n'est pas en tant qu'il constitue en lui-même une identité.
Si le HQI a à voir dans l'identité, c'est à un autre niveau, comme particularité du mode de construction de l'identité. Je pense que c'est cela vraiment qui fait que c'est important de savoir, que c'est important qu'il y existe une "catégorie" dans le langage qui en rende compte (non pas à titre d'outil de distinction réelle entre les personnes, mais au moins déjà d'outil de pensée) ; et la seule bonne raison pour laquelle c'est important de savoir :
une des particularités majeures du HQI est d'être un douteur né. J'ai l'impression même que c'est le trait majeur, objectivement constatable - et pour une fois assez exclusivement spécifique aux personnes qui se reconnaissent dans le profil zèbre - qui "différencie" les zèbres des non-zèbres. Par "doute", je n'entends pas seulement le fait simplement de "se poser des questions" non-stop. Ça, en plus - certes à différent degrés d'intensité et "d'envahissement", et dans des domaines d'intérêts variés du plus concret au plus abstrait - TOUT LE MONDE le vit plus ou moins, au moins à certaines périodes de la vie, face à certaines situations complexes, c'est simplement humain.
Mais plus fondamentalement que ça, comme je m'en rends de plus en plus compte en analysant mes conversations avec des "non-zèbres", s'il fallait donner un trait qu'on puisse dire "vraiment spécifique", le problème du HQI et qui en fait un douteur, c'est cette espèce de... d'inadhérence structurelle des identités. Et là, j'entends "identités" au sens très large. Pas seulement "identité personnelle", mais identité au sens logique, prédicatif : ceci est cela.
La différence, à mon sens, la différence qui fait aussi que le "zèbre" est structurellement porté à créer, à philosopher - et là le QI n'est il me semble qu'un moyen (limité) parmi beaucoup d'autres possibles de le constater - c'est qu'en plus d'être conscient du monde qui l'entoure (jusque là rien que de "très banal", si l'on veut), il est perpétuellement conscient de la "manière dont il est conscient". Conscient à la fois des choses par représentation, ET de la "forme" même de ses représentations. (pour le dire en termes schématiques de réalité/représentation, même si justement c'est plus compliqué que ça...)

D'où le besoin de les articuler, de les observer (par la philo ou ce qui y ressemble, par exemple), de les façonner, les pétrir (par tout ce qui est artistique).

C'est ce que je voulais dire par "inadhérence". C'est comme si les identités, (grossièrement l'adéquation entre les choses et leur représentation), les identités attachées aux choses, aux idées, aux personnes, à soi-même... "n'accrochaient" pas. Il y a toujours moyen de se mettre en retrait, de s'en décaler pour les regarder de côté, de plus haut, de plus loin, de plus bas, de les regarder à travers d'autres même. On n'a jamais complètement le nez dedans, ce n'est jamais assez "collé" à soi pour qu'on agisse par elles sans en être conscients. En tout cas, on s'échine à arracher celles dont on aperçoit un bord qui se détache. On en a jamais fini de toute façon, on n'a jamais le regard "nu", mais impossible de s'empêcher de gratter les bords de la représentation pour arracher le décor.

De là vient entre autres cette impression de "jouer". Cette impression, tout le monde l'a, parfois. Rayés comme non-rayés (et tout le camaïeu qu'il y a entre les deux, c'est à dire...peut-être toute l'humanité et ce qui y ressemble), tout le monde est confronté à l'obligation, par moment, de devoir se dissimuler derrière un masque, jouer un rôle, connaitre les répliques, prévoir la suite. On enfilera le costume avec plus ou moins de scrupules, plus ou moins d'aisance. C'est la base de la vie en société, et ça a ses avantages tout comme les inconvénients qu'on sait.
J'ai l'impression que le problème d'identité du zèbre est plus fondamental que le problème du "jeu social", dont il souffre certainement, et parfois beaucoup, mais... comme tout le monde. D'ailleurs ce problème d'identité excède les seules situations sociales.
C'est celui, comme j'essayais de l'évoquer plus haut, qui est dû peut-être à une "plasticité" de pensée un peu plus vigoureuse (cette fameuse "vitesse de traitement" que l'on voit à l’œuvre parait-il sur les IRM), de la valse des identités "logiques", de l'inconstance des représentations, à absolument tous niveaux.
Ce qui fait que le zèbre par rapport à lui-même, quand il essaie de saisir "ce qu'il est", son "vrai moi", se saisit plus en son principe le plus essentiel comme le "truc qui au fin fond des concepts sécrète et anime ces concepts", au lieu de se saisir par représentation, attrapant une "image" de lui-même. Je ne sais pas si c'est très clair.
Il a l'intuition du fond du fond de lui-même comme un point "dynamique", et n'arrive pas à s'en saisir de manière "statique".
C'est comme si ce point dynamique, tout le monde l'avait, tout homme, et puis en fait toute bestiole plus ou moins consciente avait "ça", mais que celui qui se reconnait "zèbre" en est un peu plus conscient, et peut mal le vivre.

D'où ce "profil de créateur" que l'on trouve chez la plupart de ceux qui se reconnaissent comme zèbres, profil qui n'est pas une médaille, une sorte de "petit plus spécial zèbres", mais bien l'expression d'une identité plus structurelle, plus intrinsèque, qui est celle d'un fondamental et vertigineux dynamisme... par définition contradictoire avec l'idée même "d'identité", notion qui implique la fixité. Ce "besoin" de créer, ou celui de comprendre, ce qui au fond revient au même, il relève de cette relation particulière du "zèbre" avec la représentation, avec le concept, avec la manière de connaitre.

D'où aussi ce trait de personnalité, celui de ne jamais pouvoir s'arrêter de chercher, ce perfectionnisme, ce sentiment d'incomplétude à la fin d'une conversation intéressante, au terme d'un travail à rendre ; cette paralysie même parfois à s'exprimer parce que les "identités" en tous genres, se dissolvent tellement elles affluent et se renouvellent à l'instant même où on essaie de les attraper au vol pour en faire un langage ; les mots, les unités de sens s'effritent et se recréent à tel point que rien ne peut plus être dit sous forme "propositionnelle", tellement celle-ci est fade de fixité, quand ce qu'il y a à signifier vient de se montrer comme étant si singulier, immédiat, à la fois sous forme parfaitement claire et intelligible, et ayant simultanément l'épaisseur chaude d'une émotion.

Je ne sais pas si c'est très clair, mais voilà grosso-modo ce que je comprends d'après mon expérience, et d'après le dialogue , l'échange "d'expériences de pensée" avec des "non-zèbres", pour autant que l'on entend le concept de zèbre non pas comme une espèce de "caste", mais comme le concept pour saisir profil complexe, aux limites floues et fluctuantes.
C'est pour ça aussi vraiment que le prisme "intelligence" me semble vraiment limité. Je connais des gens brillants - avec qui d'ailleurs j'échange là dessus, sur notre "rapport à la connaissance" - qui n'ont pas ce profil là, ce "vertige des identités", et à l'occasion cette paralysie du langage qui ne se résout que dans l'activité de création, qui permet un reload du système de significations.

Tout ça pour dire que, pour résumer, il me semble que c'est un contresens d'entendre le fameux "problème d'identité" des HQI sur le plan de la simple "étiquette", HQI : yes or not ?". C'est bon à s'enfermer dans des cases par peur du vertige, à se "forger" un caractère, sans "se trouver" vraiment.
Le problème d'identité du zèbre, il découle de son profil même ; d'ailleurs c'est peut-être justement le problème qui fait le profil, et pas le profil qui fait le problème. Le problème n'est pas réductible au profil.
Autrement dit, si tu te sens un tel vertige, tu est peut-être de cette "catégorie", pour autant, strictement, qu'elle te donne une prise dans le langage commun pour te saisir, toi, au sein du langage commun, et transmettre un bout de ta réalité à d'autres personnes en pouvant utiliser les outils de ce langage.
Mais de même que le langage commun, s'il est certes utile, manque quand même sacrément de toutes les belles nuances singulières de la réalité et ne prend de valeur qu'à leur contact, dans toutes les occurrences où nous articulons ce langage singulièrement et pour traduire la singularité ; de même, cette "catégorie" n'a pas grande valeur si elle n'est pas sous-tendue par une réalité bien plus riche, qui lui donne - et te donne, et donne au langage commun - de quoi secouer ses contours en se frottant à l'étrangeté de ce qui est.

Enfin voilà quoi. Dent pétée Pouêt.

Minuit
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 178
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 23
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mar 2 Avr 2013 - 22:35

J'ai lu ton pavé (plusieurs fois pour etre sure de ne pas comprendre de travers) et c'est vraiment intéressant ce que tu as dit.

Tu as raison, l'être humain est beaucoup trop riche intérieurement pour être divisé en un nombre limité de catégories.

J'avais envie de commenter mais j'ai effacé de peur de passer pour une tarte. En tous les cas ça me parle !

Je dirais juste que le langage français ou autre est plutot faible en nuances (pour l'expression de sa pensée).
Il parait que la langue arabe est extrêmement plus riche (pour un mot français par exemple on peut avoir 10 mots arabes ). Je ne sais pas s'il y a d'autres langues comme ça.


dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Invité le Mer 3 Avr 2013 - 2:25

.


Dernière édition par Azrael le Mer 3 Avr 2013 - 15:14, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par mappec le Mer 3 Avr 2013 - 13:22

Le language français ? Au contraire, c'est le plus subtil et nuancé, du moins des languages européens.
C'est pour cette raison que le français a été pendant des siècles la langue de la diplomatie et des relations internationales ... On parlait français, on rédigeait en français à la cour du tsar, à Buckingham ..
Il faut juste y croire, se concentrer sur ce qu'on a envie d'exprimer et laisser le mot ou l'expression juste remonter des profondeurs de notre cerveau.. Et ça marche !

Sinon, une remarque sur les précédents posts : ne pas confondre Haut QI avec Surdoué !!
Et je répète, être surdoué n'est pas être malade !
C'est la jalousie de l'environnement qui fait qu'on en souffre.
En réalité c'est une sacré richesse ! Soyez en heureux et profitez en !

mappec
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 159
Date d'inscription : 21/12/2011
Localisation : Aix en Provence

http://myspace.com/barockeuze

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par meï le Mer 3 Avr 2013 - 13:49

Azrael a écrit:Je suis alcoolique, j'ai rien foutu depuis l'âge de 8 ans mais d'après le test
je suis "surdoué".
Les représentations sociales, c'est ça la complexité.
rien a voir avc dimanche (quoi que mais pas volontaire)
voilà.merci Azrael...les tests sont souvent capables de déceler la douance mem si, (parcours difficile, prise de toxiques, dépression, ou autre chaos de la vie) et je suis sceptique parfois quant au "mais je n'etais pas en forme/anxieux/très emotif"..car pour bcp, mem avec ces critères, la douance se voit ds les chiffres..alors pourquoi pour certains "ca compte pas"?
(ex j'ai eu un parcours des plus chaotiques, avec pise de toxiques et traitements neuro forts, etc etc..les chiffres ont été parlants. idem jetais très stressée, émotive...mais bon.)

d'ou mes doutes sur les diverses "raisons x et y" de ne pas avoir eu les résultats parlants/(escomptés?).(oui j'ai conscience que c'est plus compliqué que ça etc, mais quand meme.)
la je crois aussi que aprfois il fait savoir se reconnaitre pour ce que l'on est, surdoué ou pas, et s'apprecier, car la , padon Dimanche, mais on sent une envie de "montrer /prouver un chiffre" a des gens pas cools par le passé, un parcours pas top, mais le fond du probleme n'est pas la.
il est peut etre plus ds l'acceptation de soi, qui que l'on soi, et la douance est un truc optionnel..on peut etre une personne magnifique sans (oh oui!..) et pas (du tout) sympa avec... Wink

faut relativiser tout ça.
pas surdoué? pas grave, mais une personne importante, par des actes ou des idées, oui.

meï
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1247
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 43
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Mer 3 Avr 2013 - 23:39

tu as raison meï . On est comme on est , et le plus important est de s'accepter comme on est .

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Invité le Jeu 4 Avr 2013 - 0:13

Après on prend les gens pour des cons, quel intérêt de s'instruire et démontrer un certain savoir, mise à part si c'est l'environnement qui conditionne l'esprit, on peut chercher des failles pour s'acclimater mais c'est pas le QI qui pose problème à mon sens.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Jeu 4 Avr 2013 - 0:16

démontrer un savoir n'est que de l'ostentation, ça n'apporte aucun bienfait .


dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Invité le Jeu 4 Avr 2013 - 0:20

J'attendais cette réponse. Me concernant démontrer un "savoir" peut symboliser une forme de schisme, et non un "regard aveugle".


Dernière édition par Azrael le Jeu 4 Avr 2013 - 0:25, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par dimanche le Jeu 4 Avr 2013 - 0:24

je suis prévisible

dimanche
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 225
Date d'inscription : 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: JE ne suis pas surdouée mais la psy me dit que si

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum