Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Mowa le Lun 25 Fév 2013 - 0:23

Ou alors... je n'ai pas la moindre réponse à apporter que tu n'aies pas déjà décortiquée dans tous les sens. Very Happy

_________________
Quel est le plus petit pas possible que je peux faire pour me rendre la vie plus belle aujourd'hui?

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Lun 25 Fév 2013 - 11:11


Je sais, j'ai tendance à écrire sur des sujets que j'ai pas mal explorés, tout en fermant des portes pour les réponses. Je dois être trop "insécure" pour juste dire: "Je n'ai aucune idée sur ce sujet, help!".

Mon fils a eu quatre ans vendredi. Il est tellement habitué à être couvert de cadeaux qu'après les deux premiers il m'a demandé quel était le troisième, affichant sa déception quand, pour rire, je lui ai dit qu'il n'y en avait pas. Ca m'énerve de prendre part à cette inflation de cadeaux, mais comment faire quand sa mère, sa grand mère et sa sœur alimentent cette mauvaise habitude de lui donner ce qu'il veut et plus? Après on s'étonne qu'il réagisse si fortement à la moindre frustration.

Hier, en entrant dans le centre commercial direction Woupi, divine surprise: cette musique qui m'a accompagné une bonne partie de la journée:


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Lun 25 Fév 2013 - 11:42


Il y a, dans Le Mépris de Godard, une scène où Brigitte Bardot se fait bronzer sur une terrasse, nue et allongée sur le ventre, avec un livre posé sur le derrière. Pendant le tournage, Michel Piccoli a retourné le livre afin que son titre ne soit pas facilement lisible par le spectateur: "Frappez sans entrer".



Occasion de revoir l'ouverture sublime du film, avec la musique de Delerue et la scène "érotique" ajoutée au dernier moment par Godard sous la pression de ses producteurs. Comment faire une scène (de) cul(te).


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Lun 25 Fév 2013 - 13:20

Je me dis parfois que quand je serai vieux je trouverai la paix intérieure dans la remémoration de mes plus beaux souvenirs. Des heures de silence avec un sourire béat sur le visage. Un peu comme ces heures passées à l'école à rêvasser.

Un jour. Pas aujourd'hui.

Aujourd'hui les souvenirs sont pour moi une source d'angoisse parmi d'autres. L'angoisse face à tous ces moments, toutes ces personnes, tous ces lieux et ces objets perdus à jamais. L'angoisse face à cette impossibilité à recréer le passé dans toute sa complexité, toutes ses sensations, tous ses détails. Le souvenir n'est qu'un mensonge fait de bonne foi.

Alors, raconter des souvenirs sur ce fil est pour moi un alibi. Je suis obligé de retourner dans mon passé avant d'écrire. Associer des mots et des phrases à ces bribes du passé leur donne l'illusion de la réalité. Et puis chaque texte reste imprégné en moi pendant quelques heures. J'ai le bénéfice de la nostalgie sans les angoisses associées. Je m'oblige à me souvenir à des fins de création, si petite soit elle, pour que des semblables y trouvent un certain plaisir ou des échos de leur propre passé.

Pas mal, non (?) l'introduction pour poster une des plus belles chansons jamais écrite...



Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Fa le Lun 25 Fév 2013 - 19:08



Un bisou par ici

Fa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1849
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Lun 25 Fév 2013 - 22:33

Et les logico-romantico-rigido-arborentissime c'est quel bureau ?
Bises Mister D. :-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Harpo le Lun 25 Fév 2013 - 23:48

Je sais que tu n'es pas trop branché jazz, mais je ne peux pas m'empêcher de te coller celle de Cannonball Adderley & Miles Davis, avec un Art Blakey étincelant à la batterie, et Hank Jones qui distille des perles au piano :


Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Mar 26 Fév 2013 - 0:35


Merci Fa et Kasha. Je vous embrasse.

Harpo, parmi les trois ou quatre disques de jazz que j'ai possédés, il y avait celui ci, avec cette magnifique version. Merci de me la faire réentendre.

Bonne nuit à tous.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Basilice le Mar 26 Fév 2013 - 9:13

A propos des souvenirs...


Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Mar 26 Fév 2013 - 17:44

Un des souvenirs les plus importants de mon enfance est un souvenir dont il ne me reste pratiquement rien.

Ma mère avait préparé une bouteille de sirop de grenadine et sa mère des casse croûtes à la confiture de fraise. Nous étions allés les manger dans la cabane.

Il s'agissait d'un abris disposé au bout d'un champ pour entreposer des mottes de paille. Un toit de taule recouvrait un espace bordé d'un côté par ce qui restait du mur d'un ancien bâtiment et ouvert de l'autre. Le fond était adossé à des arbres et des lierres qui pendait de la charpente de bois, dérobant l'intérieur aux yeux distraits. Notre cabane se trouvait tout en haut de l’abri, contre le mur et son unique ouverture, une petite fenêtre qui nous permettait d'observer les alentours, et contre le fond de l’abri. Des mottes judicieusement placées refermaient cet espace haut perché.

Je me souviens de mon anticipation enthousiaste pendant les préparatifs. Je me souviens d'avoir trouvé un petit trou pour placer la bouteille dans notre antre loin des regards et d'avoir été heureux. C'est peu.

Je ne pense pas que j'étais amoureux d'elle à cette époque, vers dix ou onze ans. Nous passions un peu de temps ensemble pendant les vacances, mais il y avait son frère. Il prenait tout l'espace et s'interposait entre elle et moi. Je me sentais beaucoup plus proche d'elle, d'un an mon aînée, alors que lui était trop différent de moi. Mais c'était une fille et moi je tenais à être un vrai garçon. A cette époque, un vrai garçon ne frayait pas avec les filles. Tant qu'elle se comportait en garçon manqué, elle pouvait nous accompagner, mais pas question d'être seul avec elle. Alors ce pique nique fut certainement l'unique occasion d'être avec elle, juste avec elle. Apparemment j'en rêvais.

Un jour, elle devint une adolescente et n'eut plus envie de nous suivre. Je fus lâche et décidai de choisir son frère contre elle. Je me souviens de la confusion et du déchirement que j'ai ressentis à l'époque. Le temps passe vite quand on se voit une fois par an, parfois tous les deux ans, et bientôt nous devînmes des étrangers l'un pour l'autre.

C'est alors que je devins amoureux de celle à qui je ne parlais plus. Je l'avais vu se transformer physiquement et devenir une ravissante jeune fille. Un jour, caché derrière des buissons, je l'avais longuement observée alors qu'elle était assise sur les marches de son entrée. J'imaginais qu'elle pensait à moi, regrettait autant que moi d'avoir perdu cette amitié qui nous unissait en secret et s'était transformé en autre chose. J'étais un grand rêveur.

J'étais aussi jaloux parce qu'elle passait beaucoup de temps avec mon cousin, à écouter de la musique et faire des trucs d'ado que j'étais maintenant en droit de faire, mais pas avec quelqu'un que je ne connaissais plus et n'osais plus aborder.

Un jour je décidai de lui déclarer ma flamme. Comme lui adresser la parole m'était émotionnellement impossible, j'avais écrit une longue lettre et imaginé plein de stratagèmes pour la lui transmettre sans risquer de m'évanouir. Une lettre que j'ai fini par brûler dans une étable en ruine, à quelques mètres de notre ancienne cabane.

Peut être avais je appris qu'elle avait un amoureux. Sa famille était très précoce dans ce domaine. De génération en génération, on avait l'habitude de faire son premier enfant très jeune et de se marier dans la foulée. Ses grand parents étaient à peine plus âgés que mes parents. A 17 ans, elle était déjà mariée après plusieurs années en couple, mère et malheureuse.

Moi, j'en étais encore à rêver à ma première fois.


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 19:10

Doinel a écrit:...:...J'étais aussi jaloux parce qu'elle passait beaucoup de temps avec mon cousin, à écouter de la musique et faire des trucs d'ado que j'étais maintenant en droit de faire, mais pas avec quelqu'un que je ne connaissais plus et n'osais plus aborder.

Un jour je décidai de lui déclarer ma flamme. Comme lui adresser la parole m'était émotionnellement impossible, j'avais écrit une longue lettre et imaginé plein de stratagèmes pour la lui transmettre sans risquer de m'évanouir. Une lettre que j'ai fini par brûler dans une étable en ruine, à quelques mètres de notre ancienne cabane.

Peut être avais je appris qu'elle avait un amoureux. Sa famille était très précoce dans ce domaine. De génération en génération, on avait l'habitude de faire son premier enfant très jeune et de se marier dans la foulée. Ses grand parents étaient à peine plus âgés que mes parents. A 17 ans, elle était déjà mariée après plusieurs années en couple, mère et malheureuse.

Moi, j'en étais encore à rêver à ma première fois.

En couple, mère et malheureuse : toujours envie d'évoquer "Les passantes" de Brassens. Mais je l'ai trop publié, j'en laisserai la joie à quelqu'un d'autre.
Combien de fois ai-je tenté moi aussi de déclarer mon attachement par missive pour éviter en la douce présence de trembler d'émotion des pieds à la tête ; ce ne sont même plus des tremblements mais une succession de sursauts et de frissons - lamentable !
La lecture de ton texte m'a fait revivre ces moments de jeunesse, à la fois tendres et durs : quelle espérance avions-nous à cet âge !
Et quand j'y réfléchis, je me rend compte qu'en ce domaine, je n'ai pas beaucoup changé : Embarassed

Merci à toi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Mar 26 Fév 2013 - 19:45

Wink


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Mar 26 Fév 2013 - 21:12


Merci ailleurs et Saper, et bienvenue sur ce fil.

Moi non plus je ne pense pas avoir beaucoup changé sur ce point. L'email remplacerait sans doute la lettre aujourd'hui, et ce serait plus facile à transmettre. Vive la modernité.

Les Passantes est une de mes chansons préférées de Brassens. Je ne sais pas si vous les connaissez, mais il existe deux versions "demos" enregistrées chez lui, qui contiennent d'autres vers du poème d'Antoine Pol. Le dénuement et les imperfections techniques leur donnent encore plus de force émotionnelle.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par ♡Maïa le Mar 26 Fév 2013 - 21:40

Doinel a écrit:L'email remplacerait sans doute la lettre aujourd'hui, et ce serait plus facile à transmettre. Vive la modernité.
C'est marrant, j'étais justement en train de me demander ce qu'aurait été ma vie sans internet... Il m'est très difficile de décrocher mon téléphone pour appeler des inconnus (et même des connus souvent). Je m'arrange pour faire le maximum de démarches en ligne, par mail... J'ai beaucoup "tchaté" à un moment de ma vie, j'écris sur ZC aujourd'hui... Comment est-ce que je ferais pour communiquer, pour partager, si je n'avais pas cet outil ?? Comment j'aurais fait même pour me découvrir zèbre ? Mystère...

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Harpo le Mar 26 Fév 2013 - 22:12

C'est le paradoxe d'Internet Wink

Ça me fait penser à un truc que disait Umberto Eco sur le net, sa diabolisation, et la crainte de la disparition du livre sous sa forme papier :

L'homme d'Internet est un homme de Gutenberg parce qu'il est obligé de lire, énormément. Ce qu'a révolutionné l'imprimerie, c'est la diffusion de l'écrit. Internet aussi. Les gens lisent, et probablement plus vite que leurs ancêtres. Ils passent d'un sujet à l'autre. Selon moi, Internet encourage la lecture de livres parce qu'il augmente la curiosité. Des statistiques ont démontré que ceux qui regardent beaucoup la télévision (mais raisonnablement), qui surfent beaucoup sur Internet (mais pas au point de passer leurs nuits sur des sites pornos), sont aussi ceux qui lisent le plus.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Mer 27 Fév 2013 - 13:02


Pareil pour moi Mog, sauf les tchats. Le rythme imposé pour écrire, la difficulté pour décrire de manière satisfaisante ses pensées et ses émotions, la cacophonie liées à la multiplicité des intervenants et des conversations me font l'effet d'être attablé avec plein de personnes dans un troquet bruyant. Et cela sans voir les personnes qui parlent. Je me sens tout de suite très mal.

Harpo, sur ce point je ne suis pas d'accord avec Eco. En soi, Internet encourage à lire de manière très superficielle. Et puis, il est peut être vrai que ceux qui utilisent le plus Internet sont aussi les plus grands lecteurs, mais s'il y a un rapport de cause à effet, je le verrais plutôt dans l'autre sens: les grands lecteurs étendent leur besoin de lecture et de connaissance à Internet.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Mer 27 Fév 2013 - 14:10

Doinel a écrit:
Pareil pour moi Mog, sauf les tchats. Le rythme imposé pour écrire, la difficulté pour décrire de manière satisfaisante ses pensées et ses émotions, la cacophonie liées à la multiplicité des intervenants et des conversations me font l'effet d'être attablé avec plein de personnes dans un troquet bruyant. Et cela sans voir les personnes qui parlent. Je me sens tout de suite très mal.

J'ai exactement le même ressenti...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par ♡Maïa le Mer 27 Fév 2013 - 14:25

Oui, je suis d'accord. J'ai pratiqué le tchat dans un cadre très précis (jeu de go), et je basculais le plus souvent en conversation "en tête à tête". Les grandes salles remplies de "bruit" ne me conviennent pas non plus.

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Doinel le Mer 27 Fév 2013 - 15:05


J'ai lu les livres de JSF, De Kermadec, Bost et Foussier sur l'adulte surdoué.

Quand je lis pour apprendre, je recherche un style à la fois simple et clair, mais aussi très dense, sans redondances et hors sujets. Les témoignages et les exemples ne m'intéressent que s'ils se conforment à ces exigences (ce qui est rarement le cas). Les conseils passent généralement difficilement avec moi. Le pathos et les envolées lyriques m'horripilent. Le style de Jung, par exemple, m'enthousiasme, avec en prime le sentiment de lire un homme possédant des qualités humaines exceptionnelles.

Il est difficile de décrire les caractéristiques d'un ensemble de personnes possédant des personnalités et des vécus différents. Il faut naviguer entre deux écueils: le portrait robot caricatural et la dissolution des traits spécifiques, permettant à tout un chacun de s'identifier ici ou là.

Chacun des quatre ouvrages possède ses qualités et ses défauts, mais celui que j'ai préféré est celui de Cécile Bost. Expurgé de ses témoignages le plus souvent sans intérêt et caricaturaux (qui pour moi dénotent un manque de confiance de la Z Cécile Bost dans l'intérêt de ses écrits) et augmenté de nouveaux chapitres, il gagnerait encore en qualité selon mes critères.

Mais si j'ai décidé d'écrire aujourd'hui sur la littérature concernant les adultes surdoués, c'est parce que la meilleure description que j'ai lue, que ce soit par le style ou la finesse d'analyse de différents profils, ne se trouve pas dans un ouvrage dédié aux adultes. Il s'agit du chapitre d'une trentaine de pages dédié aux adultes dans Le Livre De L'Enfant Surdoué d'Arielle Adda, que j'ai acheté grâce à Mog. Adda devrait écrire tout un livre sur les adultes. Ce serait de loin le meilleur.

Déjà postée, une chanson s'impose...


Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par fleur_bleue le Mer 27 Fév 2013 - 15:19

Parfois, les séparations adultes/enfants sont assez superficielles... D'ailleurs JSF dans son livre sur l'adulte surdoué parle beaucoup des enfants et des adolescents. Wink Faudrait que je voie si je peux trouver le livre d'A. Adda en bibliothèque près chez moi, du coup, ça m'intéresse.

D'ailleurs dans les livres écrits sur les enfants, j'ai beaucoup aimé "Be APIE", mais là, ce n'est que du témoignage et de la discussion entre enfants surdoués d'âges différents. Très beau en revanche.

fleur_bleue
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3766
Date d'inscription : 18/09/2012
Age : 33
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Basilice le Jeu 28 Fév 2013 - 10:34

Pour ceux que cela intéresse, j'avais lu L'enfant doué - l'intelligence réconciliée, écrit par Arielle Adda et Hélène Catroux que j'avais trouvé plus complet que le premier d'Arielle Adda.
On m'a aussi conseillé les ouvrages de Jean-Charles Terrassier, qui parle notamment de l'aspect "dys".
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Charles_Terrassier

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 21:35

Sad RIP Daniel Darc

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 22:11

Restera pour moi , et pour en revenir au tchat, que l'implicite est difficile ; les p'tites choses qui font qu'une rencontre est particulière : une intention ?, une posture ?, un souffle ?, un regard ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 22:15

et Non !! (Harpo) J'suis pas en contradiction !! )) J'n'aime tjrs pas les gens !!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Invité le Jeu 28 Fév 2013 - 22:25

On peut aimer certains "gens", pas forcé d'être ouvert à tous non plus..

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je suis Alphonse Doinel, le fils d'Antoine

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 9 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum