Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Bird le Ven 5 Avr 2013 - 10:04

SoCrea a écrit: J'ai la sensation de toujours jouer un rôle, de toujours calculer mes paroles et mes attitudes (même si paradoxalement je suis très impulsive!) pour pouvoir me fondre "quand même" dans la masse.

Je ressens ça comme toi, et en ai tellement conscience maintenant ! Problème n°1 de ma vie sociale.

Bird
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1165
Date d'inscription : 15/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par bepo le Ven 5 Avr 2013 - 10:13

@ Fusain :
Je ne t'avais pas lu si remonté !!
Mais peut être effectivement que moonlight ne veut plus que l'on disserte sur le sujet. scratch

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Bird le Ven 5 Avr 2013 - 10:35

Mais vraiment c'est le problème : se taire, ne pas être compris, être rabroué (ou pire) dans des situations auxquelles on ne peut pas changer grand-chose, c'est frustrant.

Alors quoi ? La plupart du temps, la conversation s'arrête au moment où elle commence à m'intéresser. Et souvent sur une de mes interventions. Silence. J'attends. Rien. Puis quelqu'un passe à un autre sujet, plus conforme aux attentes de l'ensemble du groupe (voyez-vous à quels types de situations je fais référence ?). Moments de solitude accumulés, que ces silences polis à vos phrases qui restent sans écho. Je comprends la réaction de Fusain. En même temps, je me dis que ça n'est que de l'incompréhension, que ça ne me donne pas le droit d'en vouloir aux autres qui ne font, comme moi, que vivre, avec eux aussi leurs problèmes. Mais cette solitude quotidienne, empilée au fil des années, c'est un fardeau.

Bird
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1165
Date d'inscription : 15/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 11:31

je me dis que ça n'est que de l'incompréhension, que ça ne me
donne pas le droit d'en vouloir aux autres qui ne font, comme moi, que
vivre, avec eux aussi leurs problèmes.

Non, ce n'est pas que de l'incompréhension.
Si un interlocuteur A indique une incohérence manifeste dans la position d'une personne B (genre : "regarde, ce produit cause une réaction qui fait souffrir l'animal") et que B répond "mais wtf tu konai tro ri1 ptdr", ce n'est pas de l'incompréhension, c'est une réaction défensive de déni de réalité, c'est de la stupidité, un point c'est tout. C'est une réaction incohérente, inadaptée, on n'a pas à se le cacher, à trouver what mille excuses à l'autre pour être brutal et stupide, sinon, ben... on se dispose à tout accepter, à justifier de se faire taper dessus. Et ça, c'est inacceptable. Si on dit poliment à untel, dans un problème posé à tous deux "regarde là, tu vois bien que la réponse que tu proposes est inadaptée" et qu'il te tape dessus, tu estimes ne pas avoir le droit de lui en vouloir parce qu'il a ses problèmes ?? Là, halte au sketch.

En effet, je suis remonté. Parce que je crois qu'on se pourrit sacrément la vie si on décide de donner autant de crédit à des points de vue et des réaction qu'on sait incohérents, inadaptés, voire barbares (répondre à une question par un coup, c'est de la barbarie). On souffre autant en se disant "je ne dois pas lui en vouloir, je dois le respecter, il a le droit" qu'en essayant de le raisonner en vain. L'autre a le droit d'être incohérent - ou pas. (ça dépend des responsabilités qu'il a.) Mais pas de nous en faire payer le prix, d'une part. Et d'autre part, "nous" avons le droit de prendre un point de vue incohérent et une réaction barbare pour ce qu'ils sont : moins respectables qu'un point de vue cohérent et une réaction non destructrice.
On va où, si on se met à considérer que les insultes et les coups ont autant de valeur qu'un questionnement ou un raisonnement pertinents et polis ?


L'incompréhension, c'est encore une autre situation. On peut la vivre aussi. Il m'arrive souvent ici de ne pas pouvoir suivre, de ne pas comprendre. Pas comprendre la cohérence (cad être incapable de voir s'il y en a ou pas) et comprendre l'incohérence, c'est différent. Dans ce cas, en effet, on décroche, on reconnaît ses limites, mais on ne colle pas une beigne (même verbale).

Enfin, le pire est de croire que la barbarie ou l'incompréhension sont les seules réactions qu'on puisse attendre d'une personne "normale".
Il ne faut pas s'attarder avec les barbares, on peut tâcher de remédier à l'incompréhension, on peut espérer rencontrer autre chose encore.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Bird le Ven 5 Avr 2013 - 12:03

Fort heureusement je ne me suis pas encore fait insulter ou frapper dans les situations que ta réaction m'a fait évoquer, qui relèvent davantage d'un quotidien plus anodin (je ne pensais pas spécialement à des pensées conflictuelles ou des propos barbares), mais où je me sens toujours décalé.

Tu as peut-être raison sur mon indulgence. Je suis peut-être un peu fatigué de tout ça... J'ai souvent vu mes analyses et affirmations vérifiées ... bien plus tard (dans la vie professionnelle). Mes visions des choses sont souvent moins "à l'emporte-pièce" et assorties de solutions auxquelles les autres n'adhèrent pas, à moins que la validité en soit démontrée. Ce qu'on peut s'atteler à faire au prix de la très forte dépense d'énergie que ces engagements impliquent.

Ou au contraire je tiens sur des principes qui paraissent rigides (parce que n'est-ce pas, "si c'est pas moi qui le fait, un autre le fera"... ).

Bref.

Mais attention : je ne dis pas que la seule chose que j'attends des autres, c'est l'incompréhension (ou pire la barbarie) : je vis de très bons moments avec toutes sortes de gens. Certaines situations me pèsent, voilà tout.

Et enfin : pareillement largué sur certaines discussions du forum, ça permet de relativiser !


Dernière édition par Bird le Dim 4 Mai 2014 - 20:44, édité 1 fois

Bird
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1165
Date d'inscription : 15/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 12:18

Tu as peut-être raison sur mon indulgence. Je suis peut-être un peu fatigué de tout ça

Justement : je pense (bon, en fait, on a abordé récemment ce point en thérapie...) qu'on se fatigue beaucoup moins en laissant l'autre à sa place, dans ce cas. S'il se comporte en barbare, il a tort de le faire et je n'ai pas à me faire des noeuds au cerveau, encore moins à me mitonner, sous prétexte de tolérance et de relativisme, un bon petit syndrome de Stockholm "je dois respecter la démarche de mon tortionnaire car elle a autant de valeur que la mienne".
Ce tortionnaire a-t-il de l'indulgence pour nous ? Par définition, non.

S'imposer de courber l'échine, de respecter ce qui ne le mérite pas, faire semblant de respecter une cohérence là où on a dûment constaté qu'il n'y en avait pas, on le paie toujours. Et on n'a pas à le faire, c'est tout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Harpo le Ven 5 Avr 2013 - 13:48

Ce que dit the buru sur ce fil est passionnant !

Sinon, il me semble qu'il existe une alternative entre la défense acharnée de ses opinions et la fuite. Puisqu'il parait que nous sommes doués d'intelligence, d'empathie et autres merveilleuses qualités, essayons de les faire fonctionner.

Déjà dédramatiser ou dépassionner un débat qui s'envenime me semble être une première priorité. Ensuite comprendre pourquoi ces mots, ces opinions, tous les rejets ou violences - quand on reçoit de la violence, c'est souvent en réaction à notre discours ou notre façon d'être, violence symbolique souvent. En quoi réfuter ou contredire quelqu'un met en péril sa propre situation dans un groupe ? Pourquoi un débat vacille très vite en combat de coq, et les ergots sortent pour défendre l'égo Wink Souvent une question anodine et bien placée est plus productive qu'une affirmation, et ouvre une porte de sortie convenable à l'interlocuteur.

Comprendre les enjeux et les motivations, et ensuite décider si la capacité d'écoute de l'autre est suffisante pour aller plus loin. Souvent, hélas, pas la peine de s'échiner, c'est perdu d'avance. Mais ce n'est pas une raison pour démissionner définitivement.

Bien sûr, cela suppose déjà de comprendre soi même ses propres motivations et émotions. Pour dépassionner, il faut déjà pouvoir l'être - prendre de la hauteur, ou de la distance. Déjà comprendre quand on est agacé ou séduit par quelqu'un ce que cela dit de nous... Je ne sais plus sur quel fil (je crois celui sur "bloquer ses émotions"), un pseudo décrit ses émotions comme les sentinelles de son intelligence.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 13:53

J'ai l'impression que cette démarche concerne le cas "central" : le constat d'incompréhension. A partir de quoi, on constate qu'on se trouve dans l'un des deux autres : l'obstination de la brute ou la discussion possible. La fuite - ou le repli - étant des conséquences du constat qu'on se trouve dans le premier, la brute.

En quoi réfuter ou contredire quelqu'un met en péril sa propre situation dans un groupe ?

Est-ce que la réponse n'est pas un peu toujours la même ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Harpo le Ven 5 Avr 2013 - 14:14

Bah non, je ne crois pas. Déjà cela dépend de la légitimité de l'interlocuteur, s'il a le syndrome de l'imposteur ou pas, de son positionnement par rapport au pouvoir...

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 14:15

Je parle du cas où on a reçu une réaction violente et uniquement de celui-ci...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Harpo le Ven 5 Avr 2013 - 14:36

Effectivement, il y a de grandes chances pour que ce dernier soit en péril Wink

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par the buru le Ven 5 Avr 2013 - 15:53



Dans la salle d'attente de ma psy, il y avait une affiche qui disait: l'être humain existe lorsque sa parole est écoutée.
Non non et non !
C'est confondre Etre et etre écouté.
A ce compte la les muets n'existeraient pas...
Cela est valable dans le cas de la parole de l'enfant qui a besoin d'une oreille adulte pour se construire sa self estime.
Une fois adulte (psychologiquement NB, pas à 18 ans et un jour...), cela n'est plus nécessaire.
Seulement nombreux parmi nous avons un enfant intérieur blessé qui attend encore du monde ce que les parents n'ont pas donné, ici de l'attention et de la reconnaissance.
Le jour ou l'on reconnait que le manque présent n'est PAS le meme que le manque passé, beaucoup de choses changent...




the buru
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 869
Date d'inscription : 05/04/2013
Localisation : 92

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Mowa le Ven 5 Avr 2013 - 18:30

Intéressante discussion qui fait écho douloureux à une expérience vécue récemment ici-même, sur un fil ou j'ai vu mes interventions au mieux ignorées (réponses totalement à côté de ce que je disais, à croire que je n'avais pas été lue), au pire déclencher une avalanche de fiel, soit par des attaques contre une catégorie de personnes dont on me croit faire partie (à tort, mais là n'est même pas la question essentielle), soit par sous-entendus sur ma supposée déficience intellectuelle (vive le point Kalthu!)...

Ben, j'ai eu beau peser et soupeser dans tous les sens, je n'ai pas vraiment trouvé de réponse satisfaisante. Me taire et laisser s'imposer le grandes gueules agressives? Continuer à l'ouvrir pour en reprendre une dose plein la tronche? De deux maux, choisir le moindre... Mais lequel ? L'envie de débattre pour faire avancer la réflexion (la mienne et celle des autres) a en tout cas disparu. J'ai une opinion, je m'y tiens faute de débat sensé et respectueux capable de me faire progresser. Mais c'est frustrant.

En tout cas une constatation en découle: les débats ne volent guère plus haut ici qu'ailleurs, si ce n'est qu'ils sont (en général) un peu mieux rédigés. La violence, elle, reste la même, et cela me laisse toujours aussi déboussolée.

Fusain, merci pour cette phrase-là:

Fusain a écrit:On va où, si on se met à considérer que les insultes et les coups ont autant de valeur qu'un questionnement ou un raisonnement pertinents et polis ?

Mowa
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3127
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 48
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 18:56

Me taire et laisser s'imposer le grandes gueules agressives?

Je pense que quand on est dans la cohérence, si on insiste, dans un environnement comme un forum, on peut finir par rallier autour de soi d'autres personnes qui avaient pu elles-mêmes adopter une attitude démissionnaire et qui finissent par re-choisir l'action.
Parfois, on se sent les épaules et parfois pas. Il y a un temps pour tout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Zarbitude le Ven 5 Avr 2013 - 19:09

the buru a écrit:


Dans la salle d'attente de ma psy, il y avait une affiche qui disait: l'être humain existe lorsque sa parole est écoutée.
Non non et non !
C'est confondre Etre et etre écouté.
A ce compte la les muets n'existeraient pas...
Cela est valable dans le cas de la parole de l'enfant qui a besoin d'une oreille adulte pour se construire sa self estime.
Une fois adulte (psychologiquement NB, pas à 18 ans et un jour...), cela n'est plus nécessaire.
Seulement nombreux parmi nous avons un enfant intérieur blessé qui attend encore du monde ce que les parents n'ont pas donné, ici de l'attention et de la reconnaissance.
Le jour ou l'on reconnait que le manque présent n'est PAS le meme que le manque passé, beaucoup de choses changent...

Dans ce cas je peux légitimement me poser la question du pourquoi tu viens me répondre ?

D'une certaine manière, tu as envie qu'on entende ce que tu as à dire à ce sujet. A un tel point que tu prends la peine de répondre.
Tu pourrais tout autant ne rien dire.
Seulement tu as choisi de venir t'exprimer dans un lieu où tu sais que tu vas être lu.
Pourquoi ? Si ce n'est pour que ta parole soit écoutée.

Soit rassuré, elle l'est Very Happy

Ce que je sais c'est qu'à l'époque où je consultais cette psy, j'ai été heureuse que quelqu'un écoute ma parole. Sinon pourquoi aller chez un psy?

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4307
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Invité le Ven 5 Avr 2013 - 19:22

En fait, le problème, c'est que l'être humain n'existe que lorsque sa parole est écoutée c'est une description beaucoup trop forte pour un besoin.
Ce n'est pas parce qu'un de nos besoins n'est pas respecté que nous cessons d'exister. Je dirais même presque au contraire. Est-ce qu'un homme dont la dignité est bafouée disparaît ? Ben non. Au contraire, il doit d'autant plus être objet d'attention.
Sinon, il serait dramatiquement facile d'anéantir un être : il suffit de l'ignorer, et hop, on peut l'achever en lui lançant : Personne ne t'écoute, donc tu n'es rien. En tout cas, pas un être humain. Tu peux crever.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Zarbitude le Ven 5 Avr 2013 - 19:40

Il y a des gens qui meurent en isolement prolongé parce que leur parole n'est écoutée par personne.

Tout ce que je sais c'est que je me suis sentie vivante à nouveau lorsque cette psy a écouté l'histoire de ma vie à ce moment-là.

Oui, je me sentais vivre, c'était joyeux, libérateur.
Il était impératif que quelqu'un m'écoute. Je ne sais pas ce qui serait arrivé si je n'avais rien dit...

Je me suis tue pendant longtemps. Ca m'a presque tué.
Depuis, ca va mieux, elle cause ellle cause....mais qu'est-ce qu'elle cause Very Happy

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4307
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Democrite le Ven 5 Avr 2013 - 21:08

Vos échanges m'ont beaucoup intéressés. Trop fatiguée pour écrire quelques chose de cohérent, donc je fais court. La réponse que j'ai actuellement à cette situation est de ne plus chercher à approcher ces personnes. A quoi cela sert sinon à me faire mal ? J'ai compris que l'insistance que j'avais à aller vers elles était liée à un besoin d'amour, d'affection universelle. Une utopie. Je me pensais misanthrope dans mon repli, mais non. Ce repli me permet de prendre du recul. De comprendre que l'affection que je recherche, elle se trouve en moi. Accepter de m'accorder l'affection. Accepter que je partage les mêmes gènes que ces gens qui me répugnent à force. Accepter cette répugnance, car elle s'adresse aussi à une partie de tout être humain donc une partie de moi. Accepter que ma misanthropie vient de ma peur des autres, peur qu'ils me fassent mal par ce que je vois s'exprimer, ce que je ressens en leur présence. Accepter que ma peur est l'expression du refus que j'ai à accepter que leur faiblesse est parfois la mienne. Bref, accepter d'avoir un égo, d'avoir de l'orgueil, de la vanité. Comme tous les êtres humains. Accepter et utiliser la réflexion pour aller au delà, et ne pas rester enfargée dans ces médiocrités pour cultiver le positif.



Dernière édition par Democrite le Ven 5 Avr 2013 - 21:09, édité 1 fois (Raison : corrections)

Democrite
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 94
Date d'inscription : 22/02/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Harpo le Ven 5 Avr 2013 - 22:42

En tout cas je n'ai pas perdu ma journée, je viens de découvrir le mot "enfargé" ! Wink

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Bitterlings le Ven 5 Avr 2013 - 23:36

qwerty a écrit:
Le fait de se résigner par avance, est effectivement le signe que l'on a ressenti de façon délétère un mépris soit absolu(difficile a définir lol) soit relatif.

L'envie le besoin ne me semblent pas des caractéristiques figées et intrinsèques d'un être. Elle sont fluctuantes, preuve en est que cette fonction biologique est confiée a une structure on ne peut plus malléable: le cerveau. Ce qui signifie qu'elles sont normalement très liées à ce que l'on constate au niveau de l'environnement.
Il faut juste que l'environnement ne change pas de façon trop brusque et profonde, pour que l'envie et le besoin correspondants puissent s'adapter.


Si jamais tu repasses par là;

la personne qui ressent une version approchante de ce que tu appelles un mépris "absolu";
et pour qui l'environnement a changé de façon trop brusque et profonde, pour qu'elle réussisse à s'adapter;
tu lui conseillerais de faire quoi pour essayer de s'en sortir ?

Bitterlings
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 285
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Bird le Ven 5 Avr 2013 - 23:50

"Tomber, s'enfarger, se relever
La vie
Est une étrange danse..."
(Marie-Claire Séguin)

Bird
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1165
Date d'inscription : 15/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par fleurdesel le Sam 6 Avr 2013 - 8:36

J'ai trouvé ce fil bien interessant Smile

Il y a 2 modes de communication différents pointés : la vraie vie et les fora. Sur les seconds l'agressivité ressort de façon plus exacerbée que quand les personnes nous ont face à elles il me semble (sauf effet de groupe...). Et autant il est difficile d'ignorer une personne agressive ou qui nous ignore si elle est face à nous, autant sur un forum on peut se concentrer sur les personnes intéressantes (si elles ne tombent pas dans les pièges des trolls non plus) et tout simplement ne pas répondre... Ou pourquoi pas en faire un jeu Wink
Pour l'anecdote, sur un autre forum face à une telle personne je m'amusais à citer chacune de ses interventions et à la reformuler. Outre le plaisir de lui renvoyer la balle, je trouvais l'exercice intéressant. Exemples sur la base de ceux rapportés par Moonlight :
"PTDR Tu te fou de ma geule" devient Je suis tellement étonné par tes propos que j'en viens à envisager que tu te moques de moi, ce qui est très désagréable
"tu sai pas ce que c un zoo rentre ché toi" Je n'ai pas la même représentation que toi de ce qu'est un zoo et je n'ai du coup pas envie d'échanger avec toi, parce que je n'ai pas envie de modifier ma représentation
"WHAT THE FUCK NIMPORTE NAWAK" ce que tu racontes est trop différent de ce que je crois, je ne peux donc pas le comprendre ni modifier ma perception des choses, l'écart est trop grand
"pov conne" je n'aime pas les personnes qui ne partagent pas mon avis (je n'ai pas assez confiance en moi pour supporter que je puisse avoir tort)
C'est sûr après que s'il n'y a aucune intervention ouverte, constructive, autant changer de forum ou discuter de ces sujets IRL avec des personnes intéressées par la question et ouvertes. Le but de l'échange ... c'est d'être un échange.

Je comprends Buru par rapport à nos attentes et besoins de compréhension, de reconnaissance lié à l'enfance. Cependant échanger avec une personne (être compris et la comprendre), sans être fondamentalement un besoin de l'adulte, c'est une richesse, une vraie stimulation parce que ca nous ouvre des portes : l'autre peut nous faire entrevoir des perspectives que nous ne pouvions tout simplement pas avoir parce que nous n'avons pas les mêmes connaissances, la même expérience etc.

Après dans la vraie vie, face à de telles personnes pour ne pas m'enfermer et rester seule :
- je pense aux personnes que je connais et avec lesquelles je peux vraiment échanger (tout en sachant que toutes ne pas de bons interlocuteurs pour tous les sujets Wink)
- si les personnes en face ne m'interessent pas je ne pousse pas plus loin
- si elles m'interessent, j'essaie de comprendre ce qu'il y a derrière leurs analyses, comportements, bref, les émotions : tiens tu mets tel produit ? Pourquoi ? besoin de se conformer (les autres font ca, on m'a appris ca)? besoin d'être bien vu (idem)? croyance qu'un produit bien chimique est mieux dans tous les cas qu'un truc anodin (volonté de faire ce qu'il y a de mieux) ? En étant sur leurs besoins et émotions, je peux me sentir plus proche d'elles et la relation devient moins difficile meme si elle reste frustrante pour mon désir d'échanger, d'où le point 1
Nota : mon intérêt est en général assez pragmatique : est-ce que je les vois régulièrement ou non, est-ce que j'ai 10 mn ou 2h à passer avec elles

fleurdesel
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 576
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 37
Localisation : Aquitaine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Democrite le Dim 7 Avr 2013 - 20:45

hihi! Very Happy

Je ne savais pas qu'enfargé était un québécisme, désolée ! Laughing

@ Harpo
Mon mari m'a regardé avec de grand yeux quand je lui ai parlé de ta remarque Harpo et m'a dit "bah oui ... c'est québécois".

PS : Je n'ai vécu là-haut que quelques années mais j'ai quelques habitudes de langage qui restent (dont certains mots). J'aime le québécois (pour la clarté de ce qu'il dit, parce qu'il est poétique ? ... qu'en sais-je...). Cette "langue" est assez extraordinaire pour la facilité avec laquelle on l'intègre sans s'en rendre compte... mais parfois ça joue des tours ! Wink

Democrite
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 94
Date d'inscription : 22/02/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Ainaelin le Dim 7 Avr 2013 - 22:30

Personnellement, j'ai principalements rencontré ce problème d'agressivité sur des fora, en effet. Même des amis fréquentant ces mêmes fora me disent que je suis méprisant et hautain sur le net, alors que je ne suis pas du tout ainsi dans la vraie vie. Comment lui dire que je n'étais pas hautain du tout, mais que j'essayais juste d'exprimer des opinions qui n'étaient, dans les faits, pas celles de la majorité ? Comment lui dire que je n'essayais pas du tout de remettre en cause leur vision des choses, juste d'exprimer la mienne et qu'eux m'assénaient des insultes en retour ?

En effet, je n'étais pas ainsi dans la vraie vie, car je n'ai jamais réussi à exprimer mes idées à l'oral, (trop de choses à dire en même temps, trop de parenthèses qui en appellent d'autres, des retours en arrière pour repréciser un concept, etc.), donc que j'ai depuis évité de parler lors des débats oraux. Dans ces débats oraux, ma pensée globale me joue également des tours, étant incapable de me souvenir des endroits où j'ai obtenu telle information, du nom de tel auteur ou de son bouquin, le raisonnement en lui-même n'étant rien pour la plupart des gens que j'ai pu rencontrer, s'il n'est pas étayé d'un nom de référence qu'ils puissent accepter.

Donc oui, cet ami avait raison, je ne rentre quasiment jamais dans les débats à l'oral. Mais il a tort également, je ne pense pas être hautain sur le net, la plupart du temps, mais je suis pris comme tel.

Autre exemple où me dit que je suis un intello qui se la pète. J'ai étudié l'anglais, j'ai vécu un peu en Irlande et en Angleterre, j'aime cette langue, je regarde la plupart de mes séries et films en VO (quelle qu'en soit la langue d'ailleurs. Si ce n'est pas de l'anglais ou du français, je mets des sous-titres. La partie auditive d'une oeuvre fait partie de l'oeuvre tout autant que les images). Je pense autant en anglais qu'en français. Et j'ai eu la chance d'avoir des amis proches, pendant des années, qui comprenaient et parlaient l'anglais. Nos références étaient souvent en anglais, nous faisions du jeu de rôle avec les règles originales pour éviter les erreurs de traduction, etc.
Bref, il m'arrive ainsi de placer des phrases, expressions en anglais, sans même m'en rendre compte parfois, parce que ça me vient comme ça, voire parce que je ne trouve pas l'équivalent en français.
Et la réponse qu'on me fait parfois, et que je ressens souvent est "que je me la pète". Que je suis méprisant, ou hautain. J'ai beau expliquer le pourquoi du comment, la même réponse revient deux mois plus tard, de la même personne ou d'une autre. Ou d'un regard, quand c'est en face à face.

Alors oui, je me tais, quand je peux, quand ça n'est pas déjà sorti. Et parfois je n'en ai rien à faire, alors je dis les choses comme je veux, en anglais ou en espagnol même si je ne le parle plus du tout. Parce que ça "sonne" juste à mes oreilles. Parce que ce matin-là, je n'ai pas envie de dire "bonjour" à un collègue, je lui dis "Salute, amigo !". Et lui me regarde comme si j'étais un extra-terrestre.

Ce que je suis sans doute un peu. Même mes amis que je pense zèbres (depuis que j'ai découvert ce concept depuis deux jours) me le disent. Ce doit être vrai... alien


Edit quelques heures plus tard : j'ajouterai qu'effectivement, j'en suis venu à éviter les débats même écrits. Pis encore, je ne m'informe plus ou très peu sur le monde, les technologies, la politique, les Zévénements (comme disait Coluche). Je commence à être largué dans mon métier (informaticien), même si je maintiens encore la tête au-dessus de l'eau. Le manque de motivation général n'est bien entendu pas dû qu'à ces... "remontrances" fréquentes, mais elles ont pesé plus qu'un peu malgré tout, et je me suis beaucoup renfermé.

Au final, j'ai un peu l'impression de m'être abêti depuis quelques années, de ne même plus être capable de réfléchir, d'avoir le cerveau lent.

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Zarbitude le Lun 8 Avr 2013 - 9:09

Ainaelin,

Purée, non n'fais pas ça! Ne deviens pas bête!!!

Bon après, t'as de la marge il me semble Very Happy

Mais quand même, c'est une impression dégeu!!

Le secret c'est "adaptation". Tu peux te "fondre" mais sans perdre de vue qui tu es. Tu gagnes alors sur les deux tableaux, si tu vois c'ke j'veux dire....

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4307
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne plus avoir envie de partager - Quand les autres font de nous des égoïstes intellectuels

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum