La dopamine, la molécule du plaisir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Invité le Jeu 7 Mar 2013 - 6:35

Bonjour à tous !

Voilà une molécule à laquelle je porte un intérêt précis depuis quelques mois, depuis l'annonce de ma dépression (oui, les anti-dépresseurs remontent la dopamine qui a été vidée, voilà ce que l'on m'a dit).

Avez-vous des liens à partager sur la dopamine ?

Aussi je cherche à me la booster par différents moyens : alimentation, musique, etc. Donc si vous avez des astuces, des informations à faire partager, je suis preneuse !

PS : la drogue permet de la booster. Mais, non merci Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Invité le Jeu 7 Mar 2013 - 6:38

Et un premier lien vite fait sur la musique et dopamine : http://www.e-sante.be/musique-comme-drogue/actualite/416

Dans mes études j'ai bien vu que la musique était extraordinaire (j'ai fait pleurer et rire une patiente Alzheimer complètement mutique et apathique en chantant des chansons de son époque, la mémoire musicale étant la plus ancienne, par exemple).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Invité le Jeu 7 Mar 2013 - 6:49

Sur la dopamine : http://www.creativitypost.com/science/dopamine_not_about_pleasure_anymore

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Invité le Jeu 7 Mar 2013 - 6:53

http://membres.multimania.fr/jogging/contributions/dopamine/Dopamine.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Enki le Jeu 7 Mar 2013 - 7:32

La dopamine fait toujours l'objet de recherche en laboratoire pour comprendre les raisons de sa liberation par le cerveau ! L'environnement exterieur et l'etat d'esprit du sujet semblent effectivement fondamental a la liberation de dopamine !

Pour les gens qui broyent du noir, je vous conseille de vous interesser aux endorphines ! Je suis un adpete de la salle de sport, je ressens tres souvent l'effet des endorphines sur mon equilibre psychologique...

Je vous garanti le chapitre 3 deWikipedia ! L'avantage des endorphines, c'est qu'ont sait exactement comment elles se liberent !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Endorphine

Dernier point, grace au sport, vous preservez votre corps tonique... Tres sincerement, meme si nous n'avons pas le meme gabarit, je ne me sentirais pas ridicule torse nu a cote de Taylor Lautner




Dernière édition par Enki le Ven 8 Mar 2013 - 6:20, édité 1 fois

Enki
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 38
Date d'inscription : 31/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Invité le Jeu 7 Mar 2013 - 7:48

Tu m'as poussée à aller voir qui est Taylor Lautner Very Happy Je le trouve mignon, heureusement que j'ai encore un côté fifille bête qui fond devant de beaux abdominaux !

Merci pour les liens je vais voir. J'ai repris le sport, beaucoup, mais bon, apparemment il m'en faut plus !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Enki le Jeu 7 Mar 2013 - 8:41

Ha Ha Ha !

Par contre, compare a Taylor Lautner, je ressemble plus a une toile de Pablo Picasso en periode cubiste au niveau du visage Very Happy ! Mais ca ne me derange pas !


Dernière édition par Enki le Jeu 7 Mar 2013 - 9:59, édité 1 fois

Enki
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 38
Date d'inscription : 31/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Aethos le Jeu 7 Mar 2013 - 8:53

Moi je ressemble à rien de connu ;-)

Mais c'est vrai que le sport aide franchement pas mal... je m'y suis remis (courses à pied au minimum un matin sur deux à 4:30 avant d'aller au taff- durée mini 45 minutes) et bien...waouw... c'est vrai que ça calme pas mal le cervelet et tutti quanti...quand à mon corps...bah de toute façon j'en serai jamais satisfait...mais il a changé tellement vite après 15 ans de stase que je comprend encore pas trop comment...

Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par bepo le Ven 22 Mar 2013 - 15:57

C'est plutôt la sérotonine qui est réputée être l'élément clef de la dépression.
Mais les autres neurotransmetteurs (DA, NA) sont aussi impliqués.

Je vous recommande Le cerveau à tous les niveaux dont il a déjà été question sur le forum,. Mais il me semble que le fil en question repose dans des couches géologiques assez profondes.
Le principe est de choisir la complexité des informations (débutant, intermédiaire, avancé) et le thème souhaité (Social, Psy, Cérébral, Cellulaire, moléculaire)
Voir par exemple ici:serotonine et autres molécules impliquées dans la depression

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Merlin le Ven 29 Mar 2013 - 20:19

Extrait de l'article : "Sommes-nous tous drogués"

Source : http://membres.multimania.fr/jogging/contributions/dopamine/Dopamine.html

"Dans le cerveau, la dopamine est rare. Ce « neuromédiateur » est le moyen de communication d'un petit nombre de neurones, les neurones « dopaminergiques ». Ils ne représentent guère plus de 0,3 % des cellules du cerveau mais sont impliqués dans de nombreuses fonctions. La dopamine est sécrétée par des neurones situés dans l'une des régions les plus primitives du cerveau, le mésencéphale, au sommet du tronc cérébral. Plus précisément, ces neurones se trouvent dans l'aire tegmentale ventrale du mésencéphale, et ils dirigent leurs terminaisons (axones) vers une aire proche, le noyau accumbens, véritable centre du plaisir, logé dans le striatum ventral du cerveau limbique. De là, d'autres neurones dopaminergiques étendent leurs axones jusque dans le cortex frontal, siège des fonctions supérieures (associatives) du cerveau.

Une partie de ces neurones à dopamine intervient, notamment, dans le contrôle des mouvements. Leur défaillance provoque les tremblements caractéristiques de la maladie de Parkinson. Mais ceux qui nous intéressent ici entrent en jeu dans des circonstances très particulières, lorsque la personne ou l'animal éprouve du désir et du plaisir. Le taux de libération de la dopamine serait une sorte de « baromètre de l'humeur », selon l'expression du biologiste Hervé Simon, de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), à Bordeaux. En fait, toute expérience qui procure du plaisir - déguster un carré de chocolat, faire l'amour, apprécier un morceau de musique, gagner au jeu... - se traduit par une décharge de dopamine dans le noyau accumbens."

Merlin
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1001
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 45
Localisation : Présent à Tours ou Là et Maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par bepo le Sam 30 Mar 2013 - 9:41

Ca tombe bien que tu aies posté, j'avais pensé à ce post deux ou trois fois sans y revenir.

Ta référence à la maladie de Parkinson qui concerne une autre voie dopaminergique (Nigro Striatale) que celle qui nous intéresse ici me permet de citer une reportage TV qui doit être disponible en ce moment en rediffusion (france 5)
Il permettra de satisfaire les amateurs de reportages dénonciateurs aussi.

Bref La Maladie de Parkinson se traite notamment en stimulant les voies dopaminergiques cerebrales.
Immanquablement les effets indésirables de ces traitement nous fournissent des indications sur le rôles des système dopaminergiqueen dehors des fonctions motrices.
En l’occurrence il s'agit ici des effets du Requip ropinirole. Chez 15% des malades, dixit le reportage, le traitement altère profondément le comportement. Cela se traduit par une propension accrue à entreprendre des actions très incertaines, risquées, ou hors normes (là c'est ma façon de résumer les choses). Bref les patients, se sentent devenir le roi du monde, sont saisis d'une frénésie de jeu d'argent, voient leur sexualité complètement débridée (exhibitions, travestissement...), et semblent ne plus ressentir les obstacles aussi intensément que le commun des mortels.
(Nota: autres substances connues pour agir sur les voies dopaminergiques : Cocaïne, Amphétamines qui stimulent et Neuroleptiques qui inhibent)

Je recommande ce reportage qui permet d'observer "in vivo" les effets de la dopamine.
(PS je relate de façon détachée certains éléments du reportage, étant donné que les histoires dramatiques que les personnes concernées ont vécues ne relèvent probablement pas de ce topic.)

J'aurais tendance à penser que la dopamine, si ses effets psychiques devaient être décrits avec les termes que l'on utilise couramment pour décrire notre etat d'esprit, pourrait être qualifiée de molécule de la motivation, plus que du plaisir.
Cela peut d'ailleurs être intéressant de se demander ce qu'est le plaisir, à part une motivation à vivre.
On peut aussi mettre en regard ce "plaisir" tel qu'il semble avoir été ressenti par les patient du reportage, avec la punition sociale que leur comportement leur a valu (bien que concrètement, les tribunaux aient jugé qu'ils avaient été les victimes de GSK).
C'est un point de départ intéressant me semble il pour revisiter ces notions si courantes : plaisir, motivation, extravagance, normalité, bonheur...
Ca me semble aussi des thématiques d'actualité.


PS
La dopamine semble permettre de maintenir artificiellement une croyance "neurologique" que l'on va atteindre ses objectifs en l'absence d'éléments concrets encourageants. Elle signale aussi tout élément pouvant être rattaché même de façon très incertaine à un contexte de réussite lors d'une tâche importante (au sens vital et non social (les deux pouvant se recouper à un niveau d'organisation supérieur)). Le réussite elle même en faisant partie. Le corollaire de ses effets bénéfiques étant une perte de contact avec la réalité. En gros il faut rêver un peu mais pas trop, être luicide mais par trop. Je laisse chacun libre de son interprétation du "il faut" dans ma phrase, et souhaite bon courage pour ce qui est de la mise en pratique lol ;-).

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par zebravalia le Ven 30 Mai 2014 - 15:08

voici un article sur le rôle de la sérotonine :
http://www.planete-douance.com/douance/05/2014/les-personnes-haut-potentiel-fonctionnement-hormonal-different/#more-217

zebravalia
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 687
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 48
Localisation : maroc

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dopamine, la molécule du plaisir

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum